À son tour l’AR dit « NON » à la machine à voter

27 février 20182min
Partager avec :

Après avoir répondu à l’invitation de la Commission Electorale Nationale Indépendante  (CENI) ce mardi 27 février 2018 pour l’expérimentation de la machine à voter, Delly Sesanga, coordonateur du regroupement des partis politique de l’opposition Alternance pour la République (AR)  s’est dit «opposé » à son utilisation pour les élections prévues en décembre prochain.

«L’état actuel de notre pays, les difficultés de notre population pour pouvoir s’approprier cette innovation, l’absence d’un protocole assez rigoureux pour le test et la validation de cette machine, nous ne sommes pas partisans du déploiement de la machine à voter au cours du scrutin avenir», a déclaré Delly Sesanga au sortir de sa visite à la Ceni.

Pour lui, il est possible aujourd’hui d’aller aux élections sans recourir à la machine à voter, de dans le délai, c’est-à-dire dans le respect du calendrier électoral publié par la Commission électorale.   Le coordonateur de l’AR a par ailleurs demandé au président de la Ceni :

«D’éviter des innovations qui vont amener davantage de complications dans un processus  qui selon lui est déjà lui même très complexe et compliqué».

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Partager avec :