BREAKING NEWS

Amisi « Tango Four » auteur des « graves atrocités » à Kisangani en 2002, (Human Rights Watch)

15 mai 20192min0

Le général Gabriel Amisi alias Tango Four a été nommé dans un rapport de Human Rights Watch lui accusant d’être auteur des violations « graves » de droits de l’homme accompagné des « atrocités » en mai 2002 dans la ville de Kisangani.

Human Rights Watch appelle le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi à démettre Gabriel Amisi de ses fonctions au sein des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) suite aux abus des droits de l’homme et crimes qui sont sur sa responsabilité.

« L’actuel président de la RD Congo, Félix Tshisekedi, a affirmé qu’une des priorités de son administration serait de faire rendre des comptes aux responsables ayant commis des abus, pour certains crimes du passé. Dix-sept ans après que les terribles crimes du RCD-Goma eurent secoué Kisangani, il devrait tenir sa promesse, démettre Amisi de son poste et aider les victimes et leurs familles à obtenir enfin justice, » rapporte-t-on.

Selon cet organisme de droits de l’homme, Gabriel Amisi a été parmi le chef de fil d’un mouvement rebelle  ou membre du haut commandement du Rassemblement des congolais pour la démocratie (RCD-Goma) qui « ont coordonné une violente campagne de répression, tuant sans discernement des civils, exécutant sommairement des combattants capturés et commettant de nombreux viols, des passages à tabac et des pillages systématiques.»

Human Rights Watch exige que Amisi alias Tango Four soit poursuivis en Justice. « Il faut engager des poursuites contre le général Amisi en RD Congo », note le rapport.

 

703 total views, 3 views today

Facebook Comments

704 total views, 4 views today

Facebook Comments