UDPS-NEWCASTLE-1280x960.jpg

La RédactionLa Rédaction19 octobre 20192min0

Mr Jacques KALENGA et Mr Alain KABUIKA, respectivement Président Fédéral et Secrétaire Fédéral de l’UDPS Angleterre, ont procédé ce samedi 12 octobre à ACANE, un centre qui s’occupe des Africains à Newcastle, à l’installation de la section Newcastle de l’UDPS.
Le comité installé à l’issue de cette rencontre se présente comme suit :

– Mr VIANNEY MALADIKA : PRÉSIDENT ;
– PASTEUR JEAN BAPTISTE KONANJ : PREMIER VICE PRESIDENT ;
– Mr MAYE MAYAN : DEUXIEME VICE PRESIDENT ;
– Mr ROBERT TSHISEKEDI : SECRETAIRE ADMINISTRATIF ET CHARGE DE COMMUNICATION ;
– APOTRE ROLAND LUABA : CONSEILLER POLITIQUE ;
– Mr ROGER MASAMBA : CHARGE DE MOBILISATION ;
– Mr CAMILLE MOLEKE MBANDA : CHARGE DE MOBILISATION ADJOINT ;
– Mme FLORENCE MABIALA : CHARGEE DES FINANCES

Veuillez noter que parmi les membres qui composent ce comité, 3 sont également membres de la Mutuelle Bana Newcastle, dont le Pasteur Jean Baptiste KONANJ, Apôtre Roland LUABA et Mr Camille MOLEKE MBANDA.

Plus d’implication et d’engagement de toutes les forces vives du Congo, y compris celles de la diaspora, voilà le souci qui anime le parti du Président Felix TSHISEKEDI dans cet effort qui va se poursuivre quasiment partout en Europe et dans les autres parties du monde.


LOANDO.jpeg

La RédactionLa Rédaction26 juillet 20191min0

Pour des raisons de convenance personnelle, le sénateur  Guy Loanda originaire de la Province  de la Tshuapa vient de se retirer  de  la candidature  au  poste de questeur   du Sénat.

Ci-dessous le communiqué de presse dans son entièreté

 

RETRAIT DE MA CANDIDATURE POUR LA QUESTURE DU SENAT

 

J’annonce  officiellement  le  retrait  de  ma  candidature  pour  la questure du Sénat.

Pour des raisons personnelles, j’ai décidé, en ce jour, de me retirer des élections de la constitution du Bureau définitif de la chambre haute de notre pays, la République Démocratique du Congo.

Je remercie chaleureusement tous ceux qui ont exprimé leur vif soutien pour ma candidature ainsi que tous ceux qui ont cru et continueront à croire en ma vision.

Fait à Kinshasa, le 26 Juillet 2019.

Honorable Sénateur Guy LOANDO MBOYO


LOANDO-SENAT.jpeg

La RédactionLa Rédaction25 juillet 20192min0

En vue d’elire le bureau definitif de la chambre haute du parlement, il s’est tenue en la matinée de ce jeudi 25 juillet au palais du peuple, une plénière au cours de la quelle les candidats devraient faire à tour de rôle la présentation de leur vision, chacun selon son poste.

C’est dans cette optique que Guy Luondo, sénateur élu de la Tshuapa, a présenté sa vision en tant que candidat à la questure du sénat au cours de la troisième législature. À l’en croire, sa motivation au poste du questeur est uniquement accès sur le sens de servir les autres, car  » êtres un questeur n’est pas un prestige mais plutôt un sens élevé de mon engagement à servir les autres  » a t-il dit.

Le sénat étant une chambre de sage regorgeant ainsi une catégorie des personnes d’un âge mûr, en dépit de sa jeunesse, Guy Luanda estime avoir des compétences requises qui lui permettront de bien assumer les tâches qui seront siennes une fois élu.

« La jeunesses ne rime pas avec l’inexperinece, je crois avoir les compétences requises ».
Candidat indépendant, l’élu de la tshuapa, fait le vœux , une fois élu, d’observer son indépendance pour le bien du peuple congolais.

« L’indépendance c’est uniquement lorsqu’il s’agit de l’intérêt du peuple congolais, cette indépendance nous allons la manifester parce nous serons toujours du côté du peuple congolais ».

Trois candidats sont à la course pour la questure du sénat, cependant, Guy Luondo , reste confiant que le samedi 27 juillet , ses collègues sénateur  » feront le choix de la raison »


videos2.jpg

La RédactionLa Rédaction24 juillet 20192min0

Le sénateur Guy Loando se lance à la conquête de la questure de la chambre haute de la République démocratique du Congo. Il a déposé sa candidature le lundi 22 juillet 2019 et s’addressera à ses pairs demain pour solliciter leur suffrage. 

Dans une interview accordée à kinshasatimes.cd cet après-midi, l’élu de la Tshuapa a réaffirmé sa volonté d’apporter à cette fonction clé du sénat le dynamisme, la rigueur, l’expertise et l’humanisme.

A la question de savoir si Me Loando a le profil requis pour assumer les fonctions liées à la questure, l’élu de la Tshuapa a répondu à l’affirmative en soulignant que son expérience de gestionnaire d’entreprise, d’avocat et d’entrepreneur l’a équipé « des capacités managériales pour gérer avec orthodoxie » les ressources budgétaires allouées au Sénat. Il a rappelé que la questure est en principe la direction administrative et financière de la chambre haute, à la seule différence que les ressources à gérer sont déjà fixées par le budget. Ce qui, à en croire le sénateur, exige plus de discipline de gestion.

Cet avocat d’affaires promet, s’il est élu comme questeur, de faire de son mandat un apostolat au service de cette chambre législative, par ricochet, à tout le peuple congolais.

Rappelons que Guy Loando a été élu comme indépendant pour la province de la Tshuapa.

 


tshisekedi.jpg

La RédactionLa Rédaction18 juillet 20192min0

Quarante pourcents de travaux des sauts-de-mouton sont déjà exécutés, a affirmé mercredi 17 juillet, le directeur général de l’Office des voiries et drainage (OVD), Benjamin Wenga. Il a fait cette déclaration, lors de la visite des différents chantiers par le Président de la République, Felix Tshisekedi.

Le Chef de l’Etat a voulu s’imprégner de l’état d’évolution de tous ls travaux lancés dans la ville de Kinshasa dans le cadre de son programme de « 100 jours » et dissiper l’inquiétude qui gagne la population de Kinshasa quant à l’avancement desdits travaux, indique la presse présidentielle.

Pour Benjamin Wenga, les travaux lancés dans la ville de Kinshasa requièrent avant tout une étude du sol qui comprend le sondage et l’analyse du sol ainsi que le redimensionnement de l’ouvrage.

C’est ce qui se fait pour l’instant dans la plupart de sites clôturés par des tôles bleues dans la ville, précise-t-il.

Benjamin Wenga relève, par ailleurs, des difficultés auxquelles font face les ingénieurs déployés dans ces chantiers. Il s’agit par exemple, des nappes d’eau rencontrées à faible profondeur, les câbles souterrains de la Société nationale d’électricité (SNEL) et des conduits d’eau de la Regideso ainsi que la promiscuité avec des habitations.

Pour sa part, Felix Antoine Tshsisekedi a recommandé aux responsables des entreprises impliquées dans ces travaux à bien traiter le personnel.

Il a aussi demandé à la Police nationale congolaise de dégager les marchés pirates et les parkings qui se sont créés autour des tous les chantiers afin de rendre la circulation fluide.


2017-05-24t092121z_1049149369_rc14d8a26470_rtrmadp_3_health-who_0.jpg

La RédactionLa Rédaction18 juillet 20192min0

L’organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mercredi 17 juillet que l’épidémie d’Ebola, qui sévit en République démocratique du Congo (RDC) était désormais une « urgence » sanitaire mondiale. Depuis août 2018, plus de mille six cent cinquante personnes sont décédées du virus, et environ 12 nouveaux cas sont signalés chaque jour.

Selon le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, il était temps pour le monde de prendre acte de l’épidémie.

Il a toutefois recommandé que les frontières de la RDC avec ses voisins restent ouvertes.

L’urgence sanitaire mondiale est une mesure exceptionnelle, qui n’a été décrétée que quatre fois seulement par l’OMS : en 2009 pour la grippe H1N1, en 2014 pour la poliomyélite, en 2014 pour l’épidémie d’Ebola qui a fait plus de 11 300 morts dans trois pays d’Afrique de l’Ouest (Liberia, Guinée, Sierra Leone) et en 2016 pour le virus Zika.

L’OMS a pris sa décision après la découverte d’un cas mortel dans la ville de Goma, au Nord-Kivu, située à la frontière avec le Rwanda. En juin, deux cas avaient également été détectés en Ouganda voisin.

Les experts du Comité d’urgence réunis à Genève depuis mercredi midi ont exprimé leur « déception au sujet des retards dans le financement » de l’aide.

« Il est crucial que les Etats n’utilisent pas le statut d’urgence mondiale comme excuse pour imposer des restrictions au commerce et aux déplacements qui auraient un impact négatif sur la réponse (sanitaire) et sur la vie de la population dans la région », a souligné le Pr Robert Steffen, chef du Comité d’urgence de l’OMS.

 


makutano_1.jpg

La RédactionLa Rédaction18 juillet 20192min0

Le Forum d’affaires dénommée « Makutano » aura lieu, pour la cinquième fois, du 06 au 07 septembre prochains à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo.

L’édition 2019 mettra l’accent également sur comment « booster la croissance et la compétitivité de la RDC : leviers innovants ».

Dans un communiqué parvenu à 7SUR7.CD, les organisateurs de cet événement indiquent que, concernant cette thématique, il sera question de réfléchir autour des leviers innovants de croissance pour la RDC pouvant, selon eux, intégrer une politique de « local content et d’être force de propositions ».

Quant à cette question, « les financements internationaux non utilisés, les financements innovants, la mise sur pied de laboratoires R&D, sont des sujets qui peuvent être développés », affirment-ils.

Cependant, d’après eux, la question primordiale reste celle de la vision à moyen et long terme du gouvernement.

« Il semble en effet important, avant d’esquisser une feuille de route, de préciser la destination », soulignent les organisateurs de Makutano.

« Dans quel modèle de développement la RDC souhaite-t-elle s’engager et où souhaite-exlle aller à l’horizon de 20 à 50 ans. Quel est le schéma directeur ? Le plan directeur ? », sont des questionnements auxquels les participants devront trouver des réponses adéquates.

A noter que le forum d’affaires Makutano, portée par le réseau Makutano, fondé par la femme d’affaires Nicole Sulu, devra connaitre la participation de 500 personnes venues de 20 pays de l’Afrique et d’autres continents.

Les réponses que ces opérateurs économiques apporteront sur le problème de croissance de la RDC devraient permettre au président de la République Félix Tshisekedi d’orienter sa vision de l’émergence du pays, pour la relance l’économie nationale.


LOGO-MILRDC.jpeg

La RédactionLa Rédaction16 juillet 20191min0

L’Association des médias d’informations en ligne en RDC (MILRDC ASBL) a appris avec consternation que le premier ministre sortant, Bruno Tshibala ait décidé, à la dernière minute, de ne pas convier les médias numériques à la conférence de presse qu’il tient ce mardi 16 juillet 2019.

Face à cet acte déplorable :

1. MILRDC ASBL estime que tous les types de médias (presse écrite et audiovisuelle, radio, médias numériques) devraient être représentés à cette activité, au nom de l’accès par tous à l’information ;

2. MILRDC ASBL proteste énergiquement contre cette mise à l’écart des médias digitaux frisant ainsi un manque de considération ;

3. MILRDC ASBL exige des éclaircissements sur cette attitude discriminatoire et attentatoire au droit constitutionnel à l’information face aux médias en ligne reconnus pourtant par la loi organique instituant le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de communication (CSAC) en RDC ;


LOANDO.jpeg

La RédactionLa Rédaction15 juillet 20195min0

A l’approche des prochaines élections du bureau définitif du sénat, l’Honorable Sénateur Guy Loando M. présente sa candidature pour la questure du sénat. Ayant assuré pendant plus de 10 ans des fonctions au sein des entreprises tant locales et internationales, il présente un profil favorable à ce poste qui nécessite rigueur, dynamisme et expertise.

 

Licencié en droit de l’Université de Kinshasa, avocat d’affaires et Mandataires en Mines et Carrières de son état, Me Guy Loando a été élu Sénateur en 2019 pour la Province de la Tshuapa. Il partie de 21 sénateurs élus du Grand Equateur dont 20 élus en province et 1 à Kinshasa.

Il ambitionnerait de candidater à la questure du Sénat de la RDC.

Son parcours professionnel dans l’univers juridique et d’administration des sociétés en RDC a équipé ce jeune politicien des atouts requis pour assumer avec compétence les obligations liées à la questure.  En effet, avant son élection au Sénat, cet avocat de carrière a fondé le cabinet d’affaires GLM & Associates qui intervient notamment dans le domaine des mines et carrières.

Au-delà de sa pratique du droit, Loando est un féru de l’administration des affaires. Il gère un groupe de sociétés spécialisé dans les domaines de services, de l’immobilier, des mines, de la finance, de l’hôtellerie et de la restauration.  Il siège par ailleurs au conseil d’administration des sociétés tant locales qu’internationales et est consultant-expert dans plusieurs entreprises.

L’élu de la Tshuapa n’est pas qu’homme de droit, il est également un congolais épris d’humanisme. Conscient des défis sociaux qui sévissent dans son pays, le juriste s’est vu investi de la mission d’y répondre en investissant dans le bien-être de la collectivité. Il créera ainsi en 2018 la Fondation Widal, une structure humanitaire dont il est président et qui vise à assister les plus vulnérables de la société congolaise en général, et de sa province d’origine en particulier. La structure vise la résorption du chômage au moyen des formations en entreprenariat assurées aux jeunes congolais. Elle se propose en outre de promouvoir les valeurs qualitatives dans les domaines social, culturel et éducatif. Pour ce faire, WIDAL œuvre au développement de nouvelles initiatives en favorisant des contacts productifs et des échanges d’information avec différents partenaires œuvrant tant dans le secteur public que privé, sur le plan national et international.

Elevé dans la foi catholique par des parents enseignants, Me Guy Loando a été dès son enfance forgé aux valeurs de discipline, travail, honnêteté et altruisme. Ces valeurs ont accompagné le Sénateur tant dans son parcours scolaire, social que professionnel. Elles ne manqueront pas de dicter la conduite de cet avocat à la questure du Sénat.

Notons par ailleurs que Me Loando incarne aujourd’hui le renouvellement de la classe politique congolaise intervenu à l’occasion des derniers scrutins. Porteur d’une vision d’un Congo de l’alternance par la compétence, l’avocat d’affaires est déterminé à mettre au service de la nation et de la population congolaise son expérience acquise dans le secteur privé. Au regard de son profil, le Senat peut s’en servir pour bénéficier au mieux des intérêts de ses collègues sénateurs ainsi que de tout le personnel administratif de la chambre haute.

Originaire de la Province de la Tshuapa, Me Loando est marié et est père de famille.

Rappelons que le Questeur du Sénat a pour rôle assiste le Président de cette institution dans l’élaboration et l’exécution du budget du Sénat. A ce titre, le Questeur en est l’ordonnateur délégué et investi de la compétence de la gestion journalière de la Chambre au plan administratif et financier et supervise, sous la direction du Président du Sénat, tous les services qui s’y rapportent. Il en fait mensuellement rapport au Bureau.