BREAKING NEWS
unnamed-1.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya15 août 20181min00

« Vaincre la pauvreté », c’est l’intitulé du programme du président de l’Union pour la démocratie et le progrès social(UDPS) Felix Tshisekedi pour la présidentielle du 23 décembre prochain.

Présenté ce mercredi 15 août à l’Hôtel Beatrice de Kinshasa, ce projet chiffré à 86,71 milliards USD est axé sur trois piliers, notamment : l’homme, la croissance économique de 25% en moyenne par an et la société solidaire. « Une fois élus, je ferais de la lutte contre la corruption mon cheval de bataille et dans 10 ans, je sortirais le Congo de la pauvreté avec une mobilisation de 86 milliards de dollars », a déclaré le candidat de l’UDPS.

La priorité principale de ce projet reste cependant la lutte contre la pauvreté. « Il nous faut bâtir un pays plus beau, une nation sans pauvreté. Lutter contre la pauvreté le plus vite que possible, ce sera la grande cause nationale ».

Felix Tshisekedi compte bondir le revenu annuel du congolais de 458 à 4.288 USD soit 11,75 USD par jour au lieu de 1,25 USD selon l’actuel revenu moyen annuel d’un congolais.


Ebola-RDC-695_0-787x445.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya14 août 20181min00

Le gouverneur de l’Ituri, Jefferson Abdallah Pene Mbaka a suspendu toutes les activités de chasse sur toute l’étendue de la province. Cette mesure fait suite à la confirmation lundi 13 aout d’un cas de la maladie à virus Ebola dans la zone de santé de Mandima dans le territoire de Mambasa.

Selon l’autorité provinciale, cette mesure conservatoire permettra de « stopper la circulation de la viande boucanée, considérée comme l’un des réservoirs d’Ebola ».

Les personnels soignants qui ont été en contact avec le malade ont été mis en congé et bénéficieront aussi de la vaccination qui débute ce mercredi 15 aout. Jefferson Abdallah Pene Mbaka demande à la population d’Ituri de ne pas paniquer « c’est juste une alerte », indique-t-il.


Macron.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya9 août 20181min00

Le président de la République Française, Emmanuel Macron a salué la décision du Président Joseph Kabila de ne pas se représenter à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain.

Dans un communiqué de presse publié ce jeudi 09 aout, Emmanuel Macron affirme que la France « se tient prête à accompagner les efforts des autorités congolaises en vue de la tenue, le 23 décembre prochain d’un scrutin libre, transparent et inclusif ».

C’est Ramazani Shadary qui a été choisi candidat du Front commun pour le Congo par Joseph Kabila. L’annonce a été faite mercredi 8 août par le porte-parole du gouvernement Lambert Memde après réunion du camp présidentiel à Kingakati.

Ancien Ministre de l’intérieur et sécurité Ramazani Shadary est le secrétaire permanent du parti présidentiel, le PPRD.


Nikki-Haley.png

Claudia MuleyaClaudia Muleya9 août 20181min00

Il n’y aura pas de troisième mandat pour le Président Joseph Kabila conformément à la constitution de la République démocratique du Congo. Une nouvelle qui réjouit la communauté internationale, notamment les Etats Unis.

Dans une déclaration publiée hier après l’annonce par le porte-parole du gouvernement congolais du Dauphin de Joseph Kabila et candidat du Front commun pour le Congo à la prochaine élection présidentielle, la représentante permanente des Etats Unis aux Nations Unies, Nikki Haley a estimé que la RDC a l’occasion historique de réaliser son premier transfert de pouvoir pacifique et démocratique le 23 décembre 2018. Cependant, « il reste encore beaucoup à faire », a-t-elle ajoutée.

Nikki Haley appelle également la CENI à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir au peuple congolais le droit d’exercer son droit de vote dans le cadre d’élections libres, équitables et crédibles le 23 décembre 2018.

« Nous continuons à soutenir le peuple congolais sur la voie de l’avenir qu’il souhaite et mérite », a-t-elle conclue.


Dj_5hVzX0AAyMDS.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya7 août 20181min00

Comme voulu par son parti Congo na Biso , Freddy Matungulu a déposé ce mardi 7 juillet sa candidature à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain.

Plébiscité comme candidat pour le compte du regroupement Synergie électorale pour notre Congo (SYENCO) le 31 juillet dernier, l’ancien fonctionnaire du FMI avait estimé que le pays a besoin d’une personne dotée d’une expérience dans la gestion de la chose publique pour améliorer sa « situation extrêmement difficile ». Il reste cependant ouvert à l’idée d’une candidature unique de l’opposition.

C’est déjà demain 8 aout que La Commission électorale nationale indépendante(CENI) clôture l’opération de dépôts des candidatures à la présidentielle et aux législatives. Entre temps, le président de la république, Joseph Kabila a convoqué les membres du FCC à Kingakati pour une éventuelle désignation du Dauphin.


jpb.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya24 juillet 20181min00

Depuis Bruxelles en Belgique, le sénateur Jean Pierre Bemba s’est adressé à la presse pour la première fois depuis son acquittement le 08 juin par la CPI le… Le président national du MLC s’edt d’emblée présente comme le candidat président expérimenté. « j’ai de l’expérience dans la gestion de l’Etat, dans le domaine de la securite, j’ai un programme à présenter », a-t-il déclaré.

Loin d’exprimer l’envie de faire un saut en sol, Jean Pierre Bemba est resté favorable à la candidature unique de l’opposition. « Je suis prêt à me désister pour celui qui sera choisi », a-t-il poursuivit.

Parlant d’un éventuel troisième mandat du président Joseph Kabila, l’homme est resté catégorique à ce sujet : « la constitution est claire et j’ai toujours entendu qu’elle serait respectée ».

Par ailleurs, Bemba a confirmé qu’il sera sur le sol congolais le 1er août prochain, en homme tourné vers l’avenir : « mon retour au pays est sans idée de rancune ou de vengeance. Je suis tourné vers l’avenir, je ne regarde plus vers le passé ».


images-2-1.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya24 juillet 20182min00

Il avait promis des preuves pour attester la “congolité” de son client Moïse Katumbi et il en a apporté une. Au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi 24 juillet en Belgique, Maître Dupond Moretti a présenté une réponse de Domenico Conte, maire de la ville italienne de San Vito dei Normanni, légalisée auprès du procureur de la République de Milan, indiquant que Moïse Katumbi n’a jamais été inscrit aux registres de l’état civil italien.

« Nous ne pouvons fournir aucune information quant à la nationalité de M. Moïse Katumbi Chapwe, en ce que celui-ci n’est pas inscrit (et ne l’a jamais été) au registre de l’état-civil et/ou au registre de la population des citoyens italiens de la ville de San Vito dei Normanni », indique le document du maire adressé à l’avocat de Moïse Katumbi et consulté par Kinshasa Times.

Selon l’autorité administrative italienne « les informations diffusées par voie de presse à propos de Moïse Katumbi doivent être considérées comme fondées sur des reconstructions médiatiques dénuées de tout caractère officiel pour lesquelles la ville ne peut que prendre des distances, eu égard à son rôle institutionnel ».

Pour rappel, Jeune Afrique avait révélé au mois de mars dernier que l’ex gouverneur de l’ancienne province du Katanga avait « bien détenu la nationalité italienne entre 2000 et 2017 ». La même indique que le nom de Moïse Katumbi se retrouve sur le registre de l’état civil de la mairie de San Vito dei Normanni, une petite ville de 20000 habitants située dans le sud de l’Italie.

 


1-CENI-TRIPARTITE-WEB.jpeg

Claudia MuleyaClaudia Muleya19 juillet 20181min00

17 mille 355 candidatures ont été déposé pour la députation provinciale selon les données provenant du service de monitoring la CENI effectué dans tous les bureaux de réception et de traitement de candidature(BRTC) sur l’ensemble du territoire national.

Selon le chargé de communication de la Ceni, Jean Baptiste Itipo, il s’agit des données provisoires. Le traitement connus dans le BRTC. La liste définitive de candidature recevable et irrecevable sera publiée le 25 juillet prochain.

Pour l’heure, les BRTC procèdent au traitement avant de transmettre les dossiers physique des candidats députés provinciaux au siège de la Ceni pour délibération.


kabila.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya19 juillet 20181min00

Plus que quelques heures avant le discours tant attendu du président de la République, Joseph Kabila devant le parlement réuni en congrès.

Selon le programme, les députés et sénateurs arrivent à 12h30’. Le premier ministre, Bruno Tshibala fera son entrée dans la salle à 14h 25’. Il sera suivi des présidents de deux chambres du parlement, notamment, Aubin Minaku président de l’Assemblée nationale et Léon Kengo président du sénat qui arrivent à 14h30’.

Le président Kabila entre dans la salle du congrès à 14h45’ et prendra la parole à 15h00.


Kabila-Joseph.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya18 juillet 20182min00

Comme annoncé le 20 juin dernier par le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku lors de l’ouverture de la session extraordinaire du parlement, les députés et sénateurs sont convoqués en congrès ce 19 juillet pour assister à l’adresse à la nation du Président de la République Joseph Kabila.

La représentation ou non du Chef de l’État aux prochaines élections est la question sur laquelle bon nombre de congolais, d’observateurs internationaux attendent une réponse de la de Joseph Kabila ce 19, qui depuis toujours a promis de respecter la constitution, laquelle limite le mandat présidentiel à deux.

C’est dans cette incertitude que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a révélé il y a quelques jours que Joseph Kabila s’apprêtait à faire des grandes annonces dans les prochains jours, sans être sûr lui-même que ce dernier va déclarer publiquement qu’il ne sera pas candidat à la président présidentielle du 23 décembre 2018.

L’homme des rendez-vous manqués” comme le qualifie souvent l’opposition va-t-il encore manquer ce rendez-vous du 19 juillet pour fixer l’opinion tant nationale qu’internationale sur son future politique ? Mais le suspens ne durera pas longtemps de toutes les façons car d’ici le 8 août l’opinion saura si Kabila sera candidat à sa propre succession ou pas.