BREAKING NEWS
IMG-20190522-WA0046.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA22 mai 20192min00

Le Parti pour le Nouvel Élan du Congo (PANECO) appartenant Au député national Bernard Kayumba a affirmé son soutien au nouveau Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilukanmba.

Dans un communiqué de presse parvenu à notre rédaction, l’autorité morale du PANECO, Bernard Kayumba a affirmé que le nouveau Premier ministre constitue pour la RDC, « la réponse longtemps attendue pour aider à mettre en place un pilotage très bien avisé en RDC. Et cela grâce à son expérience et de son niveau intellectuel« . Il a en passant invité les membres de son parti politique à s’engager pour soutenir Sylvestre Ilunga dans sa vision de changer les choses.
« Et c’est l’occasion d’inviter et d’engager tous les jeunes et toutes les femmes du PANECO ainsi que tous les membres à apporter une main forte pour que le Grand Navire congolais sorte, sous votre conduite, non seulement de la zone des turbulences politiques actuelles mais aussi des divisions stériles et stérilisantes qui gênent outre mesure notre marche vers plus de cohésion nationale, plus d’émancipation politique, plus d’élan conjugué vers le développement et plus d’intégration régionale et internationale avantageuse ». A-t-il déclaré
Nommé depuis lundi 20 mai le nouveau Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba dans son discours a promis d’assumer ses fonctions et de travailler ardemment pour changer les choses.


IMG-20190520-WA0074.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA21 mai 20192min00

Afin de relancer la coopération bilatérale entre la RDC et la France, le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves le Drian a effectué une visite de travail ce lundi 20 mai à Kinshasa.
Reçu en audience par le chef de l’Etat , Félix Tshisekedi à la cité de l’OUA, ils ont échangé sur les priorités de la coopération franco-congolaise qui sont entre-autre le secteur de la santé, de l’éducation ainsi que celui de la sécurité durable.
Après ce tête-à-tête, le chef de la diplomatie française a tenue une conférence au Centre des Hautes Études de Stratégie et de Défense (CHESD) sur la situation sécuritaire qui prévaut à l’Est du pays.
Dans son exposé adressé aux officiers militaires congolais, Jean-Yves le Drian a fait savoir que « la France est déterminée à renforcer la coopération militaire avec la RDC en vue d’une paix durable dans la zone de turbulence ».
De ce fait, il est envisagé plusieurs projet afin de relancer la coopération militaire entre les deux pays à l’occurrence :  » la formation militaire de haut niveau, la formation aux opérations de maintien de la paix ainsi que la création du collège interarmée de défense « .


IMG_20190520_100548_5-1280x720.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA20 mai 20192min00

En visite de travail à Kinshasa, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves le Drian, a rencontré ce lundi 20 mai, les acteurs de la riposte de la maladie à virus Ebola, notamment l’ONG Alima et la Croix Rouge française à l’Institut national de Recherche biomédicale (INRB).
Par la même occasion, le ministre a échangé avec des chercheurs de l’INRB, l’IRD et l’INSERM et les acteurs de terrain sur les modalités et les enjeux de la riposte Ebola où il a réitéré le soutient de la France.
« Je voulais apporter le soutient de la France et me réjouir de la bonne collaboration qui existe entre les ONG françaises et la RDC, allant dans le sens d’une coopération renforcée et d’une lutte commune, d’une riposte commune contre cette maladie et la France continuera à apporter son soutient à ce combat qui n’est pas uniquement le combat de la RDC mais aussi un combat général« . A-t-il dit.
Le virus Ebola sévit dans une zone touchée par l’insécurité qui rend du coup encore plus difficile les interventions des diagnostics et des vaccinations donc « Il est indispensable d’obtenir l’aide de la France, car il y a des domaines dans lesquels nous n’avons pas d’appui, certainement nous allons insisté que la France puisse en venir et de façon visible ». A déclaré le professeur Muyembe, Directeur Général de l’INRB.
Depuis le début de l’épidémie jusqu’à ce jour, il y a plus de 1700 cas confirmés avec plus de 1200 décès et au moins 15 nouveaux cas enregistrés chaque jour. « L’épidémie n’est pas contrôlée, et c’est une grande préoccupation pour notre pays« . A affirmé le professeur Muyembe.


IMG_20190520_092118_9-1280x720.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA20 mai 20191min00

Dans le cadre de sa visite de travail à Kinshasa, Jean-Yves le Drian, ministre français des affaires étrangères, a procédé ce lundi 20 mais 2019 à l’inauguration du nouveau bâtiment du lycée français de Kinshasa.

L’inauguration de ce bâtiment  « entièrement financé par les parents d’élèves » , s’inscrit dans l’optique de la promotion de l’éducation et de la francophonie qui est l’ une des priorités du partenariat entre le pays d’Emmanuel Macron et la République Démocratique du Congo.
Il sied de signaler que depuis le jeudi 2 mais de l’année en cours, la France a été désignée le chef de file du groupe des partenaires techniques et financiers du secteur de l’éducation (PTF E) en RDC, en remplacement de l’UNICEF qui a dirigé pendant deux ans.


IMG-20190517-WA0046.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA17 mai 20196min00

Vodacom Congo a obtenue sa licence 2G en toute légalité, après paiement à la DGRAD, telle que prévue par la loi en 2015. Aujourd’hui, grande est la surprise de toute la population d’apprendre que le ministre sortant des PTNTIC retire à Vodacom sa licence 2G au motif d’une utilisation non autorisée de la licence. Il est reproché à Vodacom d’avoir fait confiance à l’administration en suivant à la lettre la procédure que cette dernière lui a indiquée.

Comment cette licence peut-elle être non autorisée quand l’ARPTC a conduit la procédure et validé l’obtention de la licence, quand le ministre a signé et octroyé la licence, quand la DGRAD a bel et bien émis la note de perception et perçu le paiement de la licence fixé par le ministère des PTNTIC et quand le Journal Officiel a publié cette attribution de licence donnant force de loi aux titres obtenus ?

Devons-nous comprendre que tous les titres et documents émis par toutes ces grandes institutions étatiques n’ont dorénavant aucune valeur en RDC ? Devons-nous comprendre que l’intégrité de ces grandes institutions est questionnable par des individus au grès des changements politiques ? Si non, alors, quel est le mobile qui pousse les PTNTIC a accusé Vodacom d’utilisation non autorisée de licence malgré l’obtention de tous ces documents?

En réalité, toute cette accusation repose sur un hold-up organisé.

Les équipes de la rédaction ont mené des investigations et ont pu obtenir des indiscrétions d’un membre du cabinet des PTNTIC. Ce dernier, voulant garder l’anonymat, affirme que sentant venir leurs départs respectifs, un haut responsable de la régie financière a proposé un stratagème machiavélique au gestionnaire institutionnel du secteur des Télécoms. Ce haut fonctionnaire de l’Etat, bien que rompu aux questions administratives, s’est fait piégé suite à la sollicitation de cette régie, au point de complètement oublier que, si faute il y a, elle en incombe à son administration et que, les procédures fiscales ne prévoient pas le retrait de licence comme sanction.

Parce qu’il est important de savoir que la DGRAD, organe du Ministère des Finances, doit suivre des procédures fiscales qui en cas de redressement de l’assujettit ne peuvent aboutir qu’à une sanction financière. Quelle est donc sa compétence pour retirer la licence d’un Télécom comme appliquée dans le cas de Vodacom? Ce cas n’a pas de précédent ! Quel que soit la légalité du redressement, retirer la licence d’un télécom n’est pas de sa compétence, parce que le retrait d’une licence ne fait pas partie des pénalités fiscales prévues par la loi.

Et quant au Ministère des PTNTIC, il est bon qu’il sache que l’opérateur n’est pas le garant de la procédure d’obtention d’une licence. A défaut de ne pas prévenir la faute pendant la procédure, on ne peut établir le non-respect des procédures par l’opérateur. Parce qu’en cas de défaut de l’administration, elle doit en assumer la charge. De plus, la loi ne lui reconnait pas le pouvoir de retirer la licence suite à une faute fiscale. En qualifiant de non autorisée la licence 2G de l’opérateur historique de ce pays, le ministère des PTNTIC étale au grand jour les faiblesses de son administration. Et pire encore, en décidant de retirer la licence, il expose au grand public sa propre turpitude. Peut-il aller au bout de sa logique ? Si toute la procédure est qualifiée d’erronée, à quand la sanction contre l’ARPTC, la DGRAD et Ministère lui-même ?

Tout compte fait, il est donc clair que tout ce théâtre, sans fondement juridique, mis en scène par les institutions de la République, est tout simplement un cas de détournement de la procédure fiscale pour en faire la clé d’un hold-up économique éhonté. Une fois de plus, de tels actes, au sommet de l’Etat, ne grandissent pas l’image de notre pays. Mais, bien au contraire, ils découragent les potentiels investisseurs dont la RDC a vraiment besoin aujourd’hui pour sa relance et son essor.

La Rédaction Suabala.com


IMG-20190516-WA0042.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 mai 20192min00

Le président de l’Alliance des Forces Démocratique du Congo, Modeste Bahati a déclaré le jeudi 16 mai sur la radio TopCongo que s’il y aura un autre candidat président du Sénat en dehors du Conseil politique du Front Commun pour le Congo, l’AFDC aura son propre candidat président du Sénat. « …Et nous sommes sûrs que nous allons remporter », a-t-il prévenu. Cette déclaration fait suite aux démarches entamées par les sociétaires du FCC qui selon Modeste, s’écartent de leur charte constitutive ».

Son regroupement politique est la deuxième force politique au sein de leur méga plateforme FCC. Il a septante députés provinciaux, quarante-deux députés nationaux, deux gouverneurs nouvellement élus, sept vice-gouverneurs et douze sénateurs. Avec ce record, l’AFDC estime avoir le plein droit de faire entendre la voix de ses électeurs au niveau des réunions interinstitutionnelles.
Modeste Bahati sollicite le pilotage du Sénat et demande à l’autorité morale du Front Commun pour le Congo de jouer le rôle d’arbitre au nom du principe du poids politique afin de garantir la paix au sein de cette mégastructure. Pour lui, c’est le seul moyen d’éviter des contestations.
Notez que la direction du FCC ne s’est pas encore prononcée par rapport aux allégations de son membre.


IMG-20190516-WA0026.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 mai 20193min00

Les pionniers de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) accusent le président intérim Jean Marc Kabund, celui de la Commission électorale permanente et de la convention du parti d’être à la base des échauffourées du 08 mai. Ils l’ont déclaré le mercredi 15 mai par la voie de Paul Kapita.

A travers cette déclaration, ceux qui disent fondateurs de l’UDPS dénoncent les actes de vandalisme commis dans la résidence du Feu Etienne Tsisekedi. Ils considèrent ces faits comme profanation d’un lieu devenu symbole de la démocratie. « La résidence de feu Étienne Tshisekedi demeure le symbole de notre lutte, le temple mythique de la démocratie et lieu sacré de notre résistance politique. Le drame observé le 8 mai constitue un véritable crime de lèse-majesté, en même temps qu’un acte de haute trahison vis-à-vis de toutes les victimes et de tous les martyrs de la démocratie pour la libération du peuple congolais », ont-ils déploré.
Pour ces anciens collaborateurs du feu Tsisekedi, les responsabilités des uns et des autres doivent être établies pour l’intérêt supérieur de l’UDPS. Ils recommandent ainsi la tenue incessante d’une commission ad hoc.
Pour rappel, une vive tension a été observée au siège de l’UDPS à Limete le 08 mai. À l’origine, deux groupes de militants se réclamant proches du président intérimaire Jean-Marc Kabund ont refusé l’accès au siège du parti à un autre groupe de militants qui accompagnaient Victor Wakwenda, président de la convention du parti (CDP) et Jacquemin Shabani, président la commission électorale permanente du parti (CEP). Les deux groupes se sont adonnés aux jets de projectiles, provoquant des blessés.
Le président Félix Tshisekedi, qui avait désigné Jean-Marc Kabund président intérimaire du parti, venait de nommer un comité directoire en attendant l’élection à son remplacement. Il a demandé aux deux camps de s’accorder pour aplanir ces divergences.


IMG-20190516-WA0008.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 mai 20191min00

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, fera une descente à Kinshasa bientôt dans le cadre «du relancement de la coopération bilatérale » entre la France et la République Démocratique du Congo.

Sa tournée débutera le 20 mai, date à laquelle il se rendra dans la ville administrative de la République du Tchad, N’Djamena, pour évoquer des questions de crises régionales de la Lybie, du Soudan et de la République Centre Africaine. Il sera reçu par le Président Tchadien Idriss Déby Itno.  

C’est après N’Djamena qu´il prendra son avion pour Kinshasa dans le cadre d’une première visite officielle depuis la prise de pouvoir du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Cette visite fait partie  «d´une mini- tournée africaine » du ministre français prévue du 20 au 22 mai.


IMG-20190516-WA0002.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 mai 20192min00

Les poulains du coach Florent Ibenge se rendront au Sud de l’Espagne dans la ville de Marvella le 30 mai dans le cadre de préparatifs de la Coupe d’Afrique des Nation (CAN) qui débutera le 21 juin en Égypte. Il est prévu deux matchs amicaux contre Les Fennecs d’Algérie et les Étalons du Burkina Faso.

L’annonce de ce programme faite par la Fédération Congolaise de Football (FECOFA) signale que c’est à la date du 25 mai à Kinshasa que les joueurs se regrouperont tous ensemble. La municipalité de Malaga en Andalousie accueillera les joueurs durant tous leurs entrainements.

Le sélécionnaire Principal des Léopards de la RDC Jean Florent Ibenge joint par les sources de FECOFA, a déclaré que «le souhait est de monter une équipe compétitive afin d’affronter ses adversaires qui ne sont Pas faciles à manœuvrer »

Rappelons que la Coupe d’Afrique de Nation ce grand rendez-vous des pays Africain  est à sa 32eme édition elle débutera le 21 juin et prendra fin le 19 juillet. Pour cette édition la République Démocratique du Congo fera partie de la poule A comprenant l’Égypte Pays organisateur, l’Ouganda et le Zimbabwe

Leur premier match de poule est prévu le 22 juin  qui les opposera face aux Cranes Ougandais, le deuxième match interviendra le 26 juin ou joueront contre l’équipe du Pays organisateur et vont terminer le 30 juin face aux Guerriers du Zimbabwe.


IMG-20190511-WA0005.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA11 mai 20194min00

La nomination du nouveau gouvernement et des nouveaux mandataires des régies financières est en train de prendre du temps. Et pendant ce temps de transition, il y a un flottement visible dans la ligne de commandement de l’exécutif. Ce vide crée le chaos et laisse libre court à des dérapages.

De façon inaperçue, certains membres du gouvernement ou des mandataires posent des actes à intérêts personnels. Sachant que leur situation va changer dans les jours qui viennent, ils en profitent pour se remplir rapidement les poches en catimini. C’est pourquoi certains, bien que n’ayant plus le droit de prendre de nouvelles décisions selon la dernière correspondance du Dircab du Chef de l’Etat à ce sujet, se coalisent et se précipitent à entamer des procédures qui sont contraire à la loi, mettant ainsi le pays dans la précarité juridique et fiscale.

Pendant que nos attentions sont tournées vers la composition du gouvernement, à qui profite cette distraction générale ? Pendant ce temps qui contrôle les actes des membres du gouvernement ou des mandataires des régies financières et des entreprises publiques qui organisent des magouilles pour assurer leur prochain devenir incertain ?

Les opérateurs économiques sont harcelés de diverses manières pour assurer le filet de sauvetage des sortants. Le climat des affaires devient de plus en plus difficile suite aux multiples arrêtés ministériels. Tel est le cas du secteur des télécoms qui vient de subir un changement de condition de renouvellement de licence en janvier 2019. Les conséquences de ces nouvelles dispositions incomberont au futur gouvernement.

Prenons le cas précis de Vodacom Congo à qui l’on menace de retirer sa licence à moins de payer des sommes soit disant dues au Trésor public. Ce qu’on ignore est que ce vol organisé est au bénéfice de l’équipe qui pousse le dossier, en attente de capter plus de la moitié de la soit disant pénalité. C’est de l’arnaque, car, l’opérateur ne peut pas payer une licence deux fois alors qu’elle l’avait déjà payé en bonne et due forme en Décembre 2015 dans le respect des lois sur la modification des licences de l’époque.

Plusieurs autres entreprises subissent le même sort en silence. Pour le bien de notre pays et le renforcement de la présence des investisseurs en RDC, le Chef de l’Etat doit rapidement mettre fin à cette prédation de l’économie congolaise et à tous les harcèlements fiscaux constatés dans plusieurs secteurs. Le contrôle des SORTANTS et la mise en place du gouvernement et des nouveaux mandataires deviennent une urgence.

Interkinois.cd