received_529506361024759.jpeg

La RédactionLa Rédaction16 février 20204min
Les Institutions dans un gouvernement démocratique sont nécessairement les entités qui remplissent les éléments de la démocratie, c’est-à-dire, la participation du peuple directement ou indirectement, l’indépendance du pouvoir Judiciaire, la séparation des pouvoirs, l’État de droit, l’enchâssement des droits humains fondamentaux, les libres et équitables élections, la liberté de la presse, mais également aussi la garantie de la responsabilité et la transparence dans la gestion du pays. Il est donc important de signaler que les institutions solides sont en effet, une pierre angulaire d’un gouvernement stable. C’est par ici que nous sommes contraints d’évoquer le cas de la RDC où les hommes forts sont partis au délà des institutions, émanant une destabilisation gouvernementale. La RDC est où elle est, aujourd’hui parce que des hommes forts ont gouvernés des institutions faibles, et se sont alloués d’un pouvoir incontrôlé et ont largement épuisé ses ressources.

Les hommes forts gouvernent la RDC depuis le départ des maîtres coloniaux jusqu’à nos jours. Nous ne les citerons pas tous, mais juste un éclaircissement sur ce sujet; nous avons tous vu l’ancien président de la RDC Joseph Kabila qui s’est fortement maintenu au pouvoir  pendant 18 ans, et au lendemain de sa dictature, une mauvaise gestion économique grave a conduit le pays à une crise. Son régime a en outre été caractérisé par plusieurs violations des droits de l’homme ainsi qu’un manque de paix dans les territoires congolais. C’est ainsi que le pays resta calme et sans voix pendant tout le temps de son reigne avec ses acolytes que la population surnoma « les ayants droits ».

Récemment, Ramazani Shadary, sécrétaire permanent du PPRD, membre du FCC, dauphin de Kabila à la présidentielle de 2018, avait declaré sans moindre mal qu’il va  PARALYSER le pays si malheur arrivait à Albert Yuma, président du Conseil d’administration de la Gécamines, soupçonné de megestion. La justice aurait dû faire son travail en procedant à l’arrestation de Shadary pour menace d’affaiblir les institutions, mais jusque-là ces propos outrageux ont demeuré lettres mortes, dans un pays réputé démocratique. Quelle honte!  Cependant, si la RDC, pays démocratique avait des dirigeants qui mettent en place des institutions solides, le système démocratique serait renforcé et amelioré quelque soit la faiblesse ou la force de la personne en position d’autorité. La RDC a besoin des institutions capables, fiables et transparentes, une législature forte et viable, des forces de police honnêtes, des juges indépendants, une presse indépendante, un secteur privé dynamique et une Société civile juste pour donner vie à notre démocratie. Il est donc essentiel que les dirigeants congolais mettent en oeuvre les instruments juridiques et les normes qui leur survivent.

Makanzu Walombua Themoly(Défenseur des droits humains etChercheur en Politique Internationale)

images-23-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction15 février 20204min

L’affaire détournement des deniers publics impliquant Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, atteint son paroxysme en amènant son lot des nouvelles chaque minute qui passe. Une affaire aux odeurs nauséeuses qui fait couler beaucoup d’encre et de salive dans un pays où le peuple, s’affiche très exigeant vis-à-vis des gouvernants, et qui a appris à scruter les faits et gestes des politiques, à force de la paupérisation généralisée de la population.

Cette affaire qui porte sur les détournements des fonds décaissés par le trésor public pour l’exécution des travaux prioritaires des 100 premiers jours de Félix-Antoine Tshisekedi en sa qualité de Président de la République Démocratique du Congo. L’observatoire de la dépense publique a eu à relever plusieurs irrégularités très graves, notamment, la surfacturation des projets, l’opacité dans la passation des marchés qui sont tous de gré à gré et une megestion criante de ces fonds. En même temps les travaux n’avancent pas du tout sur les chantiers, ce qui n’a pas tardé à susciter la colère populaire qui a atteint son paroxysme, le jeudi 13 février quand le peuple a hué publiquement le tout puissant Dircab de Fasthi, en le taxant de « voleur ».

Cette affaire qui est devenue une honte nationale a franchi les frontières politiques et est tombée entre les mains du Vatican, des religieux donc. C’est à travers un post sur son compte twitter que le vénéré cardinal Fridolin Ambongo a révélé un aspect de son entretien avec l’envoyé spécial des Etats-Unis d’Amérique dans la région des grands-Lacs, Peter Pham.

Voici le libellé du tweet : « Entretien avec @peterpham, il était clairement dit que : la RDC bénéficierait du soutien US à condition que le Président @TshitshiNews donne des signaux positifs contre la corruption, notamment se débarrasser de @vitalkamerhe1 qui incarne les antivaleurs de gouvernance et spirituelles ». Un tweet qui a jeté le pavé dans la marre et qui fait le plus grand buzz possible, d’autant plus qu’il émane du représentant personnel du Saint-Père.

Il faut souligner que le Cardinal a fait ce post un jour seulement après que le Président Félix Tshisekedi ait pris l’option d’activer la machine à laver en blanchissant son Directeur de cabinet avec cette complaisante déclaration en plein conseil des Ministres ou il dit être satisfait du niveau d’avancement des travaux de construction des sauts-de-mouton, alors que le peuple n’est pas de cet avis. A quels jeux jouent réellement Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ? la question vaut son pesant d’or.

Est-il que le tweet posté par la Cardinal Ambongo et qui n’a fait l’objet d’aucun démenti donne matières à réflexion et les jours qui viennent seront révélateurs de beaucoup de choses. Wait and see.


IMG-20200210-WA0178_2.jpg

La RédactionLa Rédaction11 février 20203min

Le Tribunal de Grande instance de la Gombe a condamné Thomas Makwala, lundi tard dans la soirée, à la peine de mort pour homicide volontaire de Yeza Mutama. Les juges ont conclu que le premier cité avait intentionnellement provoqué la chute mortelle du haut d’un appartement dans la commune de la Gombe de Yeza Mutama le samedi 8 février. Selon les témoignages, Thomas Makwala avait surpris sa femme avec son ami qui se trouve être Yeza Mutama. Il s’en est suivi une bagarre entre les deux hommes avant la chute de ce dernier.

Thomas Makwala avait plaidé non coupable arguant que l’infortuné s’était jeté lui seul du haut de lui-même, un avis qui a été contesté par sa femme, Pamela Kabakela, laquelle femme a écopé de 12 mois de prison pour « non assistance à personne en danger ».

Condamné après un procès en procédure de flagrance, Thomas Makwala doit également s’acquitter d’une somme fade 200.000 USD au titre des dommages et intérêts. Ses avocats ne se sont pas encore prononcés sur un éventuel appel.

Ce procès a été un moment perturbé à cause des magistrats grévistes qui avaient tenté, en vain, de l’interrompre, suite à la grève enclenchée depuis lundi 10 février sur l’ensemble du pays pour protester contre le prélèvement au taux de 12,5% de l’impôt professionnel sur la rémunération (IPR) sur leurs salaires depuis le mois de janvier dernier.

Jordan Mayenikini


images-13-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction7 février 20201min

Les militants de l’UDPS manifestent ce matin devant leur siège situé le long du boulevard Lumumba, à Limete. Pas de circulation des véhicules, pneus brûlés, les militants dz l’UDPS disent vouloir rompre la coalition FCC-CACH parce que, selon eux, elle ne permet pas à Félix Tshisekedi de réussir son action. Ils protestent également contre la suspension qui touchent huit bourgmestres de Kinshasa parmi lesquels ceux issus de l’UDPS.

La circulation était perturbée particulièrement sur le tronçon compris entre la 10e et 12e rue Limete.

Ces manifestations font suite à la visite d’inspection des sauts-de-mouton effectué par les cadres de l’UDPS dans différents sites en construction. Le SG de l’UDPS Augustin Kabuya a même sollicité l’arrestation des agents d’OVD, qu’il accuse, de ralentir les travaux de construction des sauts-de-mouton afin de ternir l’image du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.


images-21-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction5 février 20202min

Le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba s’est entretenu avec les miniers évoluant en République démocratique du Congo(RDC), mardi 04 février à CTICC de Cape Town, en marge des assises de Mining Indaba.

Le chef du gouvernement a pris langue avec Mark Davis, le directeur régional Afrique du géant minier suisse, Glencore, accompagné de sa délégation. Ce dernier a indiqué avoir abordé avec le premier ministre les questions liées aux activités de Glencore en RDC.

« Nous avons eu un très bel entretien avec le Premier ministre et le ministre des mines. Cet entretien nous a permis de partager sur ce que Glencore fait en RDC. Ça été une très belle rencontre. En tant que Directeur régional, il était important pour moi de rencontrer pour la première fois le premier ministre », rapporte Mark Davis.

Glencore qui compte un investissement estimé à plus de 7 milliards USD en RDC, compte développer des stratégies afin de s’assurer que la population environnante de ces lieux d’opérations, puisse profiter de sa production.

Mark Davis a aussi dit tout haut, la détermination de son entreprise à augmenter sa production de KCC afin de devenir la plus grande productrice de cobalt dans le monde et du cuivre en Afrique.

Sylvestre Ilunga a également reçu des investisseurs japonais, prenant part à Mining Indaba, sous la conduite de Yohei Matsumoto, ministre d’Etat Japonais en charge de l’Économie, commerce et industrie.

Ces investisseurs japonais ont fait preuve d’une volonté manifeste d’investir dans le secteur minier de la RDC. Le premier ministre les a rassuré de la disponibilité de son gouvernement à accueillir le projet d’investissement.

Les différents entretiens du premier ministre ont eu lieu en présences des membres du Cabinet du chef de l’État, des dirigeants des différentes structures étatiques et des délégués des sociétés minières de la RDC.


images-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction4 février 20202min

Plusieurs habitants du village Ndalia et les villages environnants, entre les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, fuient leurs terres craignant d’autres éventuelles attaques armées. Déjà le récent bilan de l’attaque des rebelles ADF est passé de 8 à 11 morts, selon la société civile locale.

« Les rebelles ADF ont infiltré le village Ndalia nuitamment, ils ont tiré plusieurs coups des balles tuant des civils. Jusqu’à présent nous comptons 11 morts dont 3 personnes d’une même famille et 1 blessé par balle qui est soumis pour les soins appropriés mais les opérations de fouilles se poursuivent. Les gens quittent le village actuellement craignant pour leur sécurité. La plupart se rendent dans les villages Otomabere, Ndimu et même Udongo. Les autres traversent carrément dans la province du Nord Kivu », expliqué Gilly Gotabho, président de la société civile du territoire d’Irumu.

Les rebelles ADF acculés dans la région de Beni suite aux opérations de grande envergure, sont éparpillés actuellement jusqu’à l’Ituri. Leur présence est signalée, d’après plusieurs sources, dans les territoires de Mambasa et d’Irumu où ils sont accusés d’avoir perpétré plusieurs attaques le week-end dernier. Le bilan exhaustif de ces attaques n’est toujours pas disponible en raison d’inaccessibilité dans certaines zones. Mais l’on sait par exemple qu’à Matumbi, ils ont tué sept personnes, d’après l’administrateur du territoire de Mambasa, Idriss Kokodila. Et à Ndalia 11 personnes ont péri.

L’insecurité continue à battre son plein en RDC. Malgré l’alternance pacifique au sommet de l’Etat, plusieurs groupes rebelles continuent à semer la terreur dans certaines parties du pays.


images-20-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction3 février 20202min

Le président du comité de l’organisation des jeux de la Francophonie, Pépin Guillaume Manjolo, a rassuré que ces jeux se dérouleront dans de bonnes conditions. Il l’ a dit à l’issue d’une audience qu’il a accordée ce weekend dans son cabinet de travail, à l’administratrice de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Catherine Canon.

A l’en croire, il y a des avancées enregistrées depuis quatre mois.

« Je reste optimiste et crois à la RDC, aux talents et à nos capacités de remboursement à tout moment », a-t-il déclaré.

Pépin Guillaume Manjolo a par ailleurs souligné que l’organisation des jeux de la francophonie dans chaque édition nécessite plus ou moins quatre ans, mais la RDC est tombée sur une activité qui s’est proposée depuis une année.

« Bien que le gouvernement ait été investi au mois de septembre, il y a que quatre mois que j’ai cette affaire en mains et que nous ayons obtenu le budget à la fin de l’année dernière ; nous devons faire avec ce que nous avons en notre possession, car l’objectif est de réussir », a-t-il indiqué.

Catherine Canon a pour sa part déclaré que la RDC a été brave et déterminée en proposant sa candidature pour organiser ces jeux qui ont été d’abord octroyés à un autre pays qui s’est retiré après quelques mois.


images-19.jpeg

La RédactionLa Rédaction3 février 20202min

L’ Alliance des nationalistes pour la démocratie et l’émergence du Congo (ANADEC), souhaite voir un mur construit à la frontière entre la République démocratique du Congo(RDC) et le Rwanda, en vue de mettre fin à la vie sanglante causée par les ADF et autres troupes rebelles qui opèrent à L’Est de la RDC. Souhait émit lors d’une annonce faite ce lundi 03 février 2020 à Kinshasa.

L’ANADEC condamne le versement sans cesse du sang des congolais orchestré par des massacres perpétrés par des troupes rebelles dont les ADF et autres groupes rebelles provenant du Rwanda et de l’Ouganda.

Le Président de l’ANADEC, Jean Calvain Mbweso, annonce dès ce lundi une série des meetings au siège de l’Union africaine à Kinshasa. Il appelle les participants à se munir d’un sachet de ciment où d’un morceau de brique enfin de faire attendre leur messages.

Selon lui, cette réaction ne vise aucun but malveillant, c’est pour exprimer leur volonté quant à la construction du mur qu’il souhaite voir construit au fondrière des deux pays.

C’est en réaction de la situation calamiteuse à l’Est du pays, que Jean Calvain Mbweso a entamé il y’a peu, cette réaction pacifique.
malheureusement l’idée d’être reçu par la représentante spéciale des nations unies en RDC, Leila Zerrougui a été rejetée en raison de la nécessité de construire un Afrique uni.

Richard makobo musafiri.


images-18-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction3 février 20201min

Le chanteur gospel, Michel Bakenda a annoncé ce lundi 3 février sur son compte Instagram qu’il se retire de la scène musicale « jusqu’à nouvel ordre ».

« Merci pour l’amour, je pense pouvoir me retirer de la scène musicale jusqu’à nouvel ordre si Dieu le voudras un jour », a-t-il écrit sur son compte Instagram.

Cette décision de Michel Bakenda fait suite à la publication il y a quelques jours de ses photos nues sur la toile. Des images qui ont suscité les critiques négatives des internautes.

Outre ces photos, une polémique avait éclaté alors qu’une vidéo du frère Bakenda interprétant une de ses chansons devant des hommes d’affaires a circulait sur les réseaux.

Cependant, le chanteur a rassuré que ses comptes Youtube, instagram et facebook restent operationels.


images-17.jpeg

La RédactionLa Rédaction3 février 20202min

Les dirigeants de l’Association sportive Vita club ont officiellement présenté à la presse, dimanche 2 fevrier, leur nouvelle recrue en la personne de Ricky Tulenge.

Le montant du transfert s’élève à cent mille dollars américain et les clauses libératoire sont fixés à cinq cent mille dollars américain.

L’ancienne Vedette du Daring club motema pembe signe un contrat de trois ans à l’As V club, après une difficile saison passée à Difâa Hassani el jadida au Maroc.

Ricky Tulenge débutera les entrainement dès ce lundi 03 février au sein de son nouveau club et il jouera la phase retour du championnat national avec le club vert et noir de Kinshasa.

Il en appelle à tous les supporteurs de l’As v club de reprendre le chemin du stade.

 » J’en appelle à tous les supporteurs de l’as v.club de revenir au stade. Mon plus grand regret était de constater, de l’extérieur où j’étais, en regardant les matchs de l’AS V. Club, les publics sortir du stade. Avant, ils venaient supporter leur équipe quel que soit le problème. Oublions ce qui s’est passé et avançons ensemble », a déclaré Ricky Tulenge.

J. Kashama



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter