lomami.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini23 août 20193min0

C’est au cours d’une sortie médiatique que l’honorable Clovis Numbi, vice-président de l’Assemblée Provinciale de Lomami a sollicité l’implication personnelle du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi afin qu’un pont soit jeté sur la rivière Lomami.

Il s’est montré très inquiet sur la situation de Lubao son territoire et son fief électoral qui se trouve actuellement dans un état d’enclavement très avancé, du fait du manque d’un pont sur la rivière Lomami, au niveau de la localité de Makole. Cet endroit constitue pourtant, à l’en croire, un passage obligé pour l’évacuation des produits vivriers, Lubao étant une entité essentiellement agro-pastorale.

L’élu de Lubao a même déploré le fait que des centaines de tonnes des produits agricoles moisissent et pourrissent car, devant être évacués à un rythme plus lent. Cette situation est occasionnée par la capacité très réduite du bac motorisé qui ne supporte pas le poids des gros camions. « Une situation non sans conséquence, car la population de Lubao ne vit que grâce à l’évacuation vers de grands centres comme Mbuji-Mayi de ses produits agricoles. On assiste donc à une paupérisation d’une population déjà pauvre », déclare Clovis Numbi.

Pour mettre fin à cet état de chose qui donne du fil à retordre aux camions devant évacuer des produits agricoles en provenance de son fief électoral, l’honorable Clovis Numbi lance un SOS au président Félix Tshisekedi pour intégrer la rivière Lomami dans son programme de 100 jours.

« C’est la solution durable qui assurera le désenclavement total de Lubao, ce territoire de la province de Lomami qui se trouve au carrefour de 5 provinces à savoir, le Lomami, le Sankuru, le Maniema, le Tanganyika et le Haut-Lomami. Le jet d’un pont sur cette rivière favorisera une expansion économique entre ces différentes entités ce qui sera à la base d’une amélioration sensible du social de la population », explique-il.

Partager avec :

csac.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini23 août 20192min0

Le CSAC, « Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication », a réaffirmé sa décision interdisant la diffusion des émissions et publicités de Tradipraticiens et phytothérapeutes sur tous les médias congolais.

Dans un communiqué portant signature du rapporteur de cet organe, parvenu à Kinshasatimes.cd ce vendredi 23 août 2019, Chantal Kanyimbo que le CSAC a rejeté la requête introduite par l’ONG « La santé c’est la richesse », le conseil national des tradipraticiens sollicitant une faveur pour la poursuite de la diffusion de leurs émissions dans les médias.

Le CSAC déplore le fait que certaines stations radio et chaînes de télévision persistent à retransmettre ces programmes interdits depuis le mois de juin dernier. Le CSAC précise que la diffusion des émissions et publicités sur l’art de guérir sur les médias doivent avoir préalablement son quitus, indique ledit communiqué.

D’après ce document, le régulateur des médias annonce dans les prochains jours la tenue des séances pédagogiques avec les tradipraticiens. À l’issue de ces échanges d’évaluation, il prendra des mesures d’encadrement pour la production et la diffusion dans les médias des émissions en rapport avec la médecine traditionnelle.

Par ailleurs, le CSAC rappelle qu’un guide pour la production et la diffusion des programmes audiovisuels pour la promotion de la médecine traditionnelle a été élaboré en collaboration avec le ministère de la santé.

 

Partager avec :

ecoliers.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini22 août 20191min0

La deuxième table-ronde national sur l’opérationnalisation de la gratuité de l’éducation de base en République Démocratique du Congo s’est ouverte  ce jeudi 22 août 2019 à Kempinski Hôtel. Le président Félix Tshisekedi s’est fait représenter  par son Directeur de cabinet adjoint,  Désiré-Cashmir Kolongele Eberande. Ces assises vont se dérouler du 22 au 24 août 2019.

Prenant part active à ces assises, le ministre intérimaire de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP), Emery Okundji a rappelé, dans son mot de circonstance, l’importance de cette table-ronde.  « Les acteurs et les partenaires de l’éducation de base en RDC vont réfléchir notamment sur le cadre légal et réglementaire, le financement, les conditions d’accueil des élèves, la formation des enseignants, la qualité des apprentissages et la gestion du sous-secteur de l’EPSP, etc », a expliqué Emery Okundji.

Et d’ajouter qu’il est attendu un consensus national sur la gratuité de l’éducation de base à travers les recommandations et les résolutions qui seront prises.

 

 

Partager avec :

antonio_guterres_onu_secretaire_general_nations_unies_0.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini22 août 20192min0

Après sa participation au sommet du G7 qui l’aura conduit au préalable en France et son passage au Japon pour une conférence sur le développement en Afrique, le secrétaire général de l’ONU António Guterres est attendu samedi 31 août au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo.

Selon son porte-parole cette visite s’inscrit dans le cadre de rendre visite aux survivants et personnels soignants de la maladie Ebola. Une rencontre avec le président Félix Tshisekedi est également marqué dans son agenda.

Cette visite intervient après avoir été répoussée plusieurs fois en 2018, pour des raisons non-élucidées jusque-là.

Son déplacement en RDC va durer trois jours avec une première visite dans la province du Nord Kivu « pour mobiliser davantage de moyens  face à l’épidémie d’Ebola », a indiqué son porte-parole. Il rencontrera des survivants et des personnels soignants dans un centre de traitement contre la maladie.

Premier face-à-face Guteress-Tshisekedi

A Kinshasa Guteress va rencontrer, pour la première fois, le président Félix Tshisekedi. Une rencontre avec d’autres responsables gouvernementaux, des membres de l’opposition et des représentants de la société civile, est aussi prévue.

Il étudiera aussi l’application du mandat de la MONUSCO pour protéger les civils et aider les autorités à consolider la stabilité dans le pays, a ajouté son porte-parole.

Partager avec :

ilunga.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini22 août 20192min0

Après 7 mois d’attente, les congolais pourraient connaître les noms des ministres du Gouvernement Ilunga, ce jeudi 22 août 2019, si tout baigne. C’est à partir de Luanda partir de Luanda où il a pris part à la signature d’un mémorandum d’entente entre le président Rwandais, Paul Kagame et l’Ougandais Yoweri Museveni que le président Félix Tshisekedi a annoncé la publication du gouvernement pour ce jeudi soir.

« Nous allons très bientôt arriver à l’aboutissement de tous ces efforts. C’est une question d’heures […] Et si tout va bien, je pense que le gouvernement sortira cette semaine », a déclaré le président de la République Démocratique du Congo.

Cela avant d’annoncer devant la presse angolaise qu’il allait recevoir demain jeudi dans la journée le Premier ministre, Ilunga Ilunkamba qui lui présentera la dernière mouture.

« Si tout va bien, demain je recevrais le Premier ministre avec la dernière monture de la composition du gouvernement. Et si celle-ci est avalisée, on pourra en fin de journée annoncée la publication dudit gouvernement », a affirmé Félix Tshisekedi.

Signalons qu’après son investiture comme 5ème président de la République, c’est avec un gouvernement intérimaire que Félix Tshisekedi gère la RDC. Sa plateforme politique, Cap pour le Changement (CACH) qui est en coalition avec le Front Commun pour le Congo, sous la direction de l’ancien président Joseph Kabila, jusque-là n’ont pas encore réussi à  aplanir leurs divergences pour la sortie du gouvernement.

Partager avec :

IMG_20190820_215325.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini21 août 20192min0

Un étudiant de G1 informatique d’une vingtaine d’années révolue du nom de Jean Claude Mukanire a été assassiné en début de soirée de ce mardi 20 août à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Le fait s’est déroulé dans le quartier Kyeshero, où cet étudiant en G1 Informatique de gestion à l’Institut supérieur d’informatique et de gestion (ISIG Goma) s’est vu criblé par balles par des présumés policiers qui fesaient la patrouille dans le quartier.

Le président du parlement des jeunes du Nord-Kivu, Johnson Ishara, qui livre cette info, ce mercredi 21 août 2019, exige que des enquêtes soient menées et que justice soit faite en faveur de ce jeune décédé.

«Le jeune répondant au nom de Jean Claude Mukanire, étudiant de G1 à l’ISIG vient d’être abattu cette nuit vers 19h30. D’après les informations qui viennent de nous parvenir, par des policiers avec qui il s’est disputé voulant prendre son téléphone au quartier Kyeshero non loin de l’école le Héro. Il est encore choriste dans les petits chanteurs de la paroisse Bienheureuse à Himbi. Le Parlement des Jeunes du Nord-Kivu exige la justice pour Jean » , a déclaré Johnson Ishara via les réseaux sociaux.

Cette situation a créé une psychose au sein de la population de ce quartier de la ville de Goma.

Pendant ce temps, dans d’autres quartiers, un silence de mort qui règne dans la soirée par crainte d’une probable incursion des bandits armés.

La situation sécuritaire n’est pas toujours au beau fixe à Goma.

Partager avec :

foreman.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini20 août 20192min0

Le double champion du monde George Foreman sera à Kinshasa au mois de décembre 2019. C’est à l’occasion de la célébration du 45ème anniversaire de son combat légendaire contre Mohamed « The Rumble in the Jungle » (Le combat dans la jungle), ce combat est considéré comme le premier championnat du monde à être organisé en Afrique sous Mobutu Sese Seko.  Il s’est déroulé au Stade Tata Raphael, à l’époque stade du 20 mai, en 1974.

Via son compte Twitter, Déo Kasongo, promoteur de cet événement affiche sa rencontre avec Foreman ce lundi 19 août à Houston aux Etats-Unis d’Amérique. A l’en croire, Georges Foreman se dit impatient de refouler ses pieds sur le sol congolais, 45 ans après.

Entre temps, le stade Tata Raphael est en pleine rénovation. Les travaux se poursuivent afin de mieux organiser ce 45ème anniversaire.

Partager avec :

images-12.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini19 août 20195min0

Le patron du Groupe UBA, M. Tony O. Elumelu, a été reçu pour une seconde fois par le président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi à Kinshasa, le 15 août 2019. Sa visite s’est inscrite dans le cadre de remerciement envers le président Félix Tshisekedi pour sa vibrante participation à la 5ème Edition du Forum de la Fondation Tony Elumelu, les 26 et 27 juillet 2019, à Abuja, au Nigéria.

Le Chairman du groupe UBA a salué l’implication personnelle du Président Tshisekedi et son support aux jeunes entrepreneurs du programme de La Fondation en leur permettant d’effectuer le déplacement pour Abuja au Nigéria. Support qu’ils n’ont pas hésité à manifester dans la salle du Forum lors du panel présidentiel.

Au cours de cette visite, le chairman du groupe UBA en a profité également pour présenter au Président de la République, la nouvelle équipe dirigeante de la banque à savoir ; le nouveau Président du Conseil d’administration et le nouveau Directeur Général, respectivement M. Bernard Mavangu Zoya et M. Patrick Kabisi. Il a réitéré son engagement ferme à soutenir le développement des infrastructures et de l’industrie locale dans le but de booster la croissance économique locale.

Il a par ailleurs salué et vanté l’engagement du Président Tshisekedi à soutenir les jeunes entrepreneurs de la RDC, non pas seulement par des initiatives de financement mais aussi à travers la mise en place de reformes et des politiques qui génèrent un environnement propice à l’expansion des Petites & Moyennes Entreprises.

S’exprimant devant la presse locale, M. Tony O. Elumelu a réitéré son engagement envers la RDC pour soutenir le développement de ses infrastructures et militer pour l’accélération de l’inclusion financière en RDC.

« Je suis très heureux d’être de nouveau en RDC. J’aime ce pays, et suis revenu pour remercier le président Félix Tshisekedi qui a accompagné les entrepreneurs sélectionnés au Forum qui s’est tenu à Abuja au Nigeria. Je souhaite également réaffirmer notre engagement, à travers notre banque « United Bank for Africa » RDC, à soutenir les entrepreneurs congolais », a-t-il souligné.

S’exprimant à son tour, le nouveau Directeur Général de UBA RDC, M. Patrick Kabisi, a éclairé l’opinion publique sur sa vision du développement économique de la RDC notamment en ce qui concerne l’effervescence du secteur bancaire en RDC.

« Qualité de service, esprit entrepreneurial, étendre notre réseau et aller vers le digital, voilà ce que la nouvelle transformation de UBA compte bien faire pour inscrire la marque de cette banque dans le paysage bancaire congolais et maintenir son niveau [élevé]»,a-t-il déclaré.

Et d’ajouter ; « UBA est une banque vieille de 70 ans mais jeune d’esprit. [Une banque] qui a un esprit entrepreneur et nous allons vers le sentier harmonieux de la croissance, étendre notre réseau car nous sommes une des banques qui est indiscutablement dans le top des banques digitales, que les jeunes adorent ».

Par ailleurs, il est important de noter que La fondation Tony Elumelu est un grand levier pour le développement de l’économie sur le continent africain spécifiquement avec le financement de plusieurs entrepreneurs à hauteur de 5000 dollars non remboursables. Plusieurs jeunes Congolais sont déjà bénéficiaires de ce programme de la Fondation Tony Elumelu pour l’autonomisation de la jeunesse Africaine. Une cinquantaine des jeunes entrepreneurs Congolais avaient pris part au récent forum en Juillet dernier à Abuja au Nigéria.

A propos de UBA

UBA est l’une des principales banques africaines avec des opérations dans 20 pays africains et une présence dans les centres financiers mondiaux : New York, Londres et Paris. La vision du Groupe UBA est celle d’être l’institution incontestée de services financiers en Afrique, un modèle pour les entreprises africaines en créant une valeur supérieure pour toutes ses parties prenantes, en respectant les normes professionnelles et éthiques les plus élevées et en construisant une institution pérenne. En RDC, UBA opère depuis 2011 principalement à Kinshasa et à Lubumbashi avec près de 5 agences.

Partager avec :

clément-Musa.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini19 août 20192min0

La session extraordinaire qui va investir le gouvernement Ilunga s’ouvre ce lundi 19 août 2019 au Palais du peuple, siège du parlement de la République Démocratique du Congo. Les élus nationaux validés par la Cour Constitutionnelle ont été notifiés pour prendre à cette séance extraordinaire.

N’ayant pas été validé par la Cour Constitutionnelle dans sa dernière liste, après rectification des erreurs matérielles, le député de l’opposition Clément Muza Kayembe affirme avoir reçu la notification pour participer à la séance plénière de ce lundi 19 août 2019.

« Je suis encore député, mon mandat est en cours. La preuve est que j’ai reçu le message de notification comme député pour prendre part à la session extraordinaire convoquée », a déclaré Clément Muza à la rédaction de Kinshasatimes.cd.

A en croire cet élu de la Tshangu invalidé, les arrêts rendu par la Cour Constitutionnelle sont des « arrêts iniques et de la honte ».

« Lorsque la loi parle de l’inattaquabilité des arrêts de la cour, ce sont des arrêts rendus conformément et aux lois de la république et à la constitution certes ces arrêts sont une décision inique et de la honte », poursuit-il.

A noter que la Cour Constitutionnelle a déjà rendu publique sa liste définitive reconnaissant les députés validés qui doivent siéger à l’Assemblée Nationale. Ces derniers, validés par la Cour Constitutionnelle seront officiellement établis au cours de cette session extraordinaire.

Partager avec :

urba.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini19 août 20192min0

Les agents du Ministère de l’Urbanisme et Habitat manifestent devant le palais de la Nation, ce lundi 19 août 2019. Banderoles en mains, scandant des chansons, ces agents réclament le paiement de la prime spécifique à certains fonctionnaires de leur ministère.

« La prime spécifique est notre droit. Dans d’autres ministères, les agents touchent leurs primes, pourquoi pas nous ! Nous devons bénéficier de la prime. Nous sommes parmi les ministères qui génèrent de l’argent dans la caisse de l’Etat. Le salaire ne pose pas un sérieux problème. C’est la prime qui nous a provoqué notre frustration. Je demande au chef de l’Etat de résoudre notre problème », déclare un agent du Ministère de l’Urbanisme et Habitat, retrouvé sur place.

On signale également la présence des agents de la BCDC qui réclament le départ du Directeur général de leur institution et un autre groupe des manifestants exigeant le rétablissement de la sécurité à Beni et l’éradication totale de la maladie Ebola qui sévit l’Est de la RDC.

 

Partager avec :

Partager avec :