images-11-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction17 janvier 20201min0

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi a été reçu au Vatican ce vendredi 17 janvier par le pape François.

En prelude à cette mission officielle le chef de l’Etat a reçu le lundi 13 Janvier dernier, au Palais de la Nation, le Cardinal Fridolin Ambongo.

L’ archevêque de Kinshasa avait profité de cette rencontre avec le Chef de l’ État congolais pour attirer son attention sur la situation de l’Est du pays, touché par l’épidémie de la maladie à virus Ebola et terrorisé par les groupes armés.


images-10.jpeg

La RédactionLa Rédaction17 janvier 20202min0

Le député national Ados Ndombasi a été physiquement agressé par cinq policiers ce vendredi 17 janvier au niveau de Matete pendant la marche de la coalition Lamuka. Le député voulait s’interposer quand la police tentait d’embarquer des militants à bord de ses jeeps.

Toujours à Matete, la police a fait usage des gaz lacrymogènes pour disperser les militants.

Tel que prévu, la marche devrait partir de la place Pascal (Masina) jusqu’à la statue de l’ancien premier Premier ministre Lumumba à l’échangeur de Limete. Bien plus tôt, une messe a été organisée à la Paroisse Sainte Famille à laquelle ont participé les opposants de blanc vêtus.

C’est le 10 janvier dernier que Lamuka, à travers le parti politique d’Adolphe Muzito avait saisi l’hôtel de ville au sujet de la marche du 17 du mois en cours. Cette date marque le 59ème anniversaire de la mort de Patrice Emery Lumumba.

Martin Fayulu, Adolphe Muzito et plusieurs autres opposants disent marcher pour dire non au « projet de Balkanisation » ainsi que montrer leur solidarité aux victimes des tueries dans l’Est du pays. Ladite marche est interdite par l’hôtel de ville et la Police a promis de faire respecter cette décision de l’autorité urbaine en dispersant tout regroupement de plus de cinq personnes.


images-9.jpeg

La RédactionLa Rédaction17 janvier 20201min0

Adolphe Muzito, coordonnateur de Lamuka et Martin Fayulu, le candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre 20180, ont pris part ce vendredi 17 janvier à la messe dédiée aux Martyrs de Béni, à la Paroisse Sainte Famille au quartier 12 dans la commune de N’djili.

Bandeau blanc au tour de la tête, les deux leaders de la coalition Lamuka ont imploré le seigneur pour que la paix revienne rapidement à Beni et dans toute la partie Est du pays.

Les militants se rassemblent déjà à la place  » Pascal « , lieu de départ de la marche qui chutera à Limete  » place échangeur « , où gerbe de fleurs sera déposée aux pieds du monument du héros national et père de l’indépendance, Patrice Emery Lumumba.

Selon les organisateurs, une déclaration sera lue sur place.

Rappelons que cette marche n’a pas reçu l’autorisation du gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila. Le commissaire provincial de la police de la ville de Kinshasa, Sylvano Kasongo a promis de disperser tout regroupement de plus de 5 personnes.


images-7-1-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction16 janvier 20203min0

La représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies et chef de la mission onusienne en RDC, Leila Zerrougui, a démenti lors d’une conférence de presse tenue à Kinshasa, le 15 janvier 2020, les rumeurs mêlant la mission onusienne à la participation au plan de la balkanisation de la RDC.

Elle a d’emblée rappelé la pertinence de sa mission en RDC et a également certifié que la coopération onusienne avec le gouvernement congolais ainsi que son armée, est spécifiquement basé sur le rétablissement de l’ordre public d’une part, et sur le maintient de la paix dans tous les coins du pays, et plus typiquement à L’Est.

« Je m’en vais signaler que nous travaillons en collaboration avec le gouvernement congolais et son armée. Présentement, l’armée congolaise a récupéré les zones qui étaient sous contrôle des ADF, notamment Medina, à l’intérieur du cœur où les ADF siégeaient. Nous travaillons ensemble pour justement tenir ces zones. Il y a eu plus de 1900 membres des groupes armés et familles qui ont été rapatriés au Rwanda, en collaboration avec la Monusco après les opérations menées par les FARDC. Avec tout ce travail que nous faisons comment on peut dire que nous sommes aujourd’hui complices de la balkanisation ?« , s’interroge-t-elle.

Elle a par ailleurs, reconnu l’attachement des congolais quant à leur patrie et a également rassuré à la population congolaise qu’il n’y a aucune personne dans cette communauté internationale qui aurait des préposions territoriales sur le Congo.

« Ce qui est vrai, aujourd’hui est qu’il n’y a personne, que ça soit dans la communauté internationale, que ça soit chez les voisins, qui a des visées territoriales sur le Congo« , a-t-elle dit.

Le plan de balkanisation de la RDC dont certains congolais pointent du doigt la Monusco, et qu’ils accusent d’être en complicité avec les groupes armés dont les ADF, a été dénoncé par le cardinal Fridolin Ambongo, après sa tournée dans le Nord-Kivu en fin d’année 2019.

Richard Makobo Musafiri


images-5-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction27 décembre 20195min0

Le député national Godard Motemona sonnait déjà bien avant le tocsin sur l’affaire Gecamines-Ventora. Pour l’élu de Moamba, ni le DG encore moins le PCA Albert Yuma n’est impliqué dans un quelconque blanchiment d’argent. Sa position vient d’être relayé par 4 organisations de la société civile congolaise qui ont tenu un point de presse ce vendredi 27 décembre au centre interdiocésain, sur le dossier opposant la Société Générale des Carrières et des Mines « Gécamines SA » à la société Ventora Development et sur les enjeux du cobalt de la RDC.

Pour ces ONG la dette de 128 millions d’euros que la Gécamines doit à la société Ventora ne doit pas être assimilée à une tentative de blanchiment d’argent orchestré par le PCA Albert Yuma, car à les en croire, l’état congolais était au courant de ce prêt. Ces organisations de la société civile précisent que cette dette a été contractée sous la signature de l’ancien ministre des Finances et non sous celle du DG ou PCA de la Gécamines. Et le montant de ce 128 millions d’Euros a suivi le circuit bancaire suivant, précise cette ONG : « Unicreditbank Autriche vers ING/Belgique puis Rawbank Kinshasa ». Elles pointent donc du doigt à l’Etat congolais à travers son ancien gouvernement.

« Dans le dossier Gécamines, le premier responsable est l’Etat congolais qui est propriétaire de cette entreprise. C’est l’Etat qui a pris l’argent et l’a placé dans le trésor public et non Albert Yuma. Si aujourd’hui la Gécamines tombe en faillite, c’est l’Etat qui est premier responsable. Le deuxième responsable est que depuis 1995, nous sommes victimes d’une guerre de multinationales avec l’appui des pays occidentaux. Et, il y a aussi des congolais qui participent à ce complot », a déclaré Franck Fwamba, coordonnateur de « Touche pas à mon cobalt ».

Dans leur communiqué conjoint, ces ONG appellent le gouvernement congolais à mener le lobbying pour gagner la désinscription du cobalt sur la liste des minerais des conflits au point 16 de la résolution du conseil de sécurité de l’ONU, n° 2502 du 18 décembre 2019.

« On ne peut inscrire les cobalts parmi les minerais des conflits parce que la loi qui établit les minerais des conflits est claire. Il faut que les minerais soient produits dans une zone où règne les conflits. Une zone ou les gens se battent. Or, le cobalt est produit à Lubumbashi dans le Haut-Katanga, à Fungurume et à Kolwezi où il n’y a aucune guerre. C’est parce que les gens veulent contrôler le cobalt du Congo qu’on l’a inséré sur la liste des minerais des conflits. Les richesses de la RDC doit bénéficier à ses enfants. Nous autres, nous faisons partie de la génération sacrifiée », précise Franck Fwamba.

Ces ONG appellent les cours et tribunaux de la RDC à dire le droit de manière responsable et indépendante, sans être soumis aux interférences politiques ni celles d’autres instances judiciaires ou de la société civile dans l’affaire pendante à la Cour d’Appel du Haut-Katanga à Lubumbashi et dans les enquêtes sur l’usage du prêt de Fleurette de 2017. Elles appellent également à la vulgarisation du code minier par les médias afin de permettre à la population congolaise de comprendre le bien-fondé de ce document. Quatre organisations ont animé ce point de presse, il s’agit de : justicia asbl, Touche pas à mon cobalt, Océan et Cern/Cenco.


images-4.jpeg

La RédactionLa Rédaction27 décembre 20194min0

Benjamin Wenga Basubi, Directeur Général de l’Office des voiries et drainage (OVD) n’est pas aux arrêts et ne fait objet d’aucunes poursuites judiciaires contrairement aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux l’accusant de mégestion dans les constructions des sauts-de-mouton. Il est jusque-là, Directeur général de cette entreprise publique de construction.

Les travaux des érections des sauts-de-mouton confiés à la charge de l’OVD avancent dans différentes artères de la ville de Kinshasa. Le saut de mouton de Kinsuka pompage qui fait partie du programme de 100 jours du Chef de l’Etat, sera inauguré avant la fin de l’année selon un communiqué du Ministère des Infrastructures et travaux publics.

Pour l’Asbl « Bana Kin » le DG Benjamin Wenga est victime des mauvaises rumeurs par des personnes en mal de positionnement et qui tentent de ternir son image.

« Le DG Benjamin Wenga est victime des attaques en provenance de ceux à qui, il a résilié le contrat de l’avenue université. N’ayant pas digéré cela, ils se sont transformés en détracteurs. Benjamin Wenga fait bien son travail et est apprécié par les dirigeants et les Kinois. Il y a un groupe des gens qui ont certainement raté les marchés de construction de sauts-de-mouton qui sont à la base de ces rumeurs, comme quoi, le DG de l’OVD serait mis aux arrêts. Les Bana Kin comptent beaucoup sur Benjamin Wenga Basubi pour l’amélioration de la ville de Kinshasa. On n’arrête pas quelqu’un qui fait du bon travail », dénonce Godard Motemona, président du directoire spécial de Bana Kin.

Cette association des natifs de Kinshasa précise que les sauts-de-mouton en construction sur le boulevard Lumumba ne sont pas exécutés par l’OVD.

« Les autres sauts-de-mouton à travers Kinshasa, aux niveaux de Pompage, Rond-point Mandela, Socimat et Assanef, qu’on a confié à l’OVD évoluent très bien. Ceux du boulevard Lumumba qui trainent encore n’ont pas été confiés à l’OVD », précise Godard Motemona, s’exprimant au nom de Bana Kin.

Lors de la visite d’inspection des travaux par le président de la République, Félix Tshisekedi, le DG de l’OVD avait précisé qu’il s’agit des travaux des spécialités qui exigent beaucoup d’attention.

« Dans la réalisation des sauts-de-mouton, nous sommes approximativement à 40% des travaux en général. C’est juste que les études prennent beaucoup de temps. Nous sommes en train d’exécuter les travaux des spécialités. Ce ne sont pas des travaux ordinaires. Il faudra le faire donc avec beaucoup de minutie », avait déclaré Benjamin Wenga.

Les travaux de construction des sauts-de-mouton sont censés sortir Kinshasa de ses monstrueux embouteillages.


MAIRIE-DE-BENI-EN-FEU.jpg

La RédactionLa Rédaction25 novembre 20191min0

En signe de protestation contre les huit civils tués à Beni, dans la province du Nord-Kivu, dans une opération attribuée aux Forces démocratiques alliées (ADF), des habitants en colère ont partiellement incendié la Mairie de cette grande agglomération du Nord-Kivu proche de la frontière avec l’Ouganda.

La police, qui a tiré à balles réelles, est parvenue à disperser les manifestants. Après la mairie les manifestants ont décidé d’attaquer le siège de la MONUSCO, accusée de complicité, le moratoire de 48h donné par la population de Beni à la force onusienne de quitter leur territoire n’a pas été pris en compte par les casques bleus.

Rappelons que les manifestants dénoncent depuis plusieurs jours l’inaction de l’armée congolaise et des casques bleus des Nations unies (ONU), présents dans la région, face aux tueries des ADF.


images-67.jpeg

La RédactionLa Rédaction23 novembre 20192min0

Steve Mbikayi, ministre de la Solidarité nationale et actions humanitaires a reçu le gouverneur de la province de la Mongala Crispin Ngbundu pour une séance de travail en perspective de la descente d’une dans les provinces du Nord-Ubangi, Sud-Ubangi et de la Mongala pour apporter assistance aux victimes de l’inondation de la rivière Ubangi,ce vendredi 22 novembre 2019.

D’après le gouverneur de la province de la Mongala Crispin Ngbundu, plus de 3000 ménages ont été touchés soit 70.000 victimes.

« Au total, nous avons plus de 3 000 ménages en difficulté soit 70 000 personnes sont touchées, c’est quand même un drame humanitaire. La ville de Bumba est la plus touchée dans ma province. C’est pourquoi, nous pensons trouver un réconfort auprès de vous le ministre attitré », a-t-il déclaré.

Après exposition du problème, le ministre de la Solidarité nationale et actionsbhumanitaires, Steve Mbikayi a annoncé l’arrivée d’une demie tonne de vivre en aide aux victimes de l’inondation de la rivière Ubangi.

Ce drame a touché 3 provinces de la République Démocratique du Congo. Je cite la province du Nord-Ubangi, Sud-Ubangi et de la Mongala vue les difficultés, Steve Mbikayi indique que les vivres seront exportés en deux tours. Une partie sera transportée par les airs et l’autre partie par le fleuve.

Les premières aides parviendront en date du 23 novembre. Steve Mbikayi promet de faire d’autres propositions au gouvernement pour faciliter la réinstallation des victimes de l’inondation.


images-66.jpeg

La RédactionLa Rédaction22 novembre 20191min0

C’est une nouvelle qui vient attrister les fans et particulièrement les congolais et les supporters du Galatasaray, le défenseur central Christian Luyindama ne jouera plus cette saison.

La nouvelle est tombée ce vendredi 22 novembre. L’ancien sociétaire du TP Mazembe souffre d’une grande lésion au niveau du genou, une blessure qui lui prendra 7 mois avant de revenir sur le terrain.

« Terrible nouvelle pour Christian Luyindama… Sorti sur blessure face à la Gambie, le défenseur congolais souffre d’une grave lésion au genou gauche. Il sera indisponible pour les sept prochains mois. Sauf miracle, sa saison et d’ores et déjà terminée« , renseigne un tweet de @leopardsfoot.


IMG-20191122-WA0004-4.jpg

La RédactionLa Rédaction22 novembre 20192min0

La Synergie des Mouvements Citoyens Unis (U1) s’attaque à la plainte déposée au parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa contre le professeur DUNIA KILANGA, par le mouvement citoyen Dynamique Congo Prospère (DCP). A en croire « U1 » cette plainte en justice ne favoriserait pas un climat de paix entre la coalition au pouvoir qui est sensé mener le pays à bon port.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la Synergie des Mouvements Citoyens Unis (U1) appelle la DCP à retirer sa plainte dans 48 heures pour favoriser un bon climat des institutions de la RDC.

« Nous invitons la population à la vigilance. Demandons aux camarades du mouvement citoyen, confrère « DCP » au retrait de sa fameuse plainte contre le Secrétaire Général du PPRD dans 48 heures qui suivent afin que vive la stabilité des Institutions établies et la paix sur l’étendue du territoire national », renseigne ce communiqué rendu public ce vendredi 22 novembre 2019.

Ce regroupement des mouvements citoyens appelle également la coalition FCC-CACH à faire montre de la maturité politique pour privilégier l’intérêt suprême de la RDC en adressant un communiqué conjoint de paix et de l’unité de la coalition dans le meilleur délai.

Pour rappel, le mouvement citoyen « DCP » qui a initié la plainte contre le professeur DUNIA KILANGA, lui reproche d’avoir tenu des propos qui constituent l’ouvrage au Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.