thumbnail-1-1.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba15 février 20185min0

L’Ambassadeur du Japon en République Démocratique du Congo,  Hiroshi Karube a procédé ce jeudi 15 février 2018, à la signature de Contrat de Don dans le cadre du Projet « Equipement du bloc opératoire du Centre Hospitalier Lumbu-Lumbu en Province du Maniema », avec  Matata Ponyo Mapon, Président du Conseil d’Administration de la Fondation MAPON.

Ce projet, signé dans le cadre du Don aux Micro-Projets Locaux contribuant à la sécurité humaine et financé à hauteur de 89.174 dollars américains, porte sur la fourniture des matériels et équipements médicaux nécessaires pour la mise en service du nouveau bloc opératoire du Centre Hospitalier Lumbu-Lumbu, et permettra aussi bien aux habitants du Quartier Lumbu-Lumbu qu’à ceux de la Province du Maniema, d’avoir facilement accès aux interventions chirurgicales de qualité et à moindre coût.

Dans son allocution prononcée pour la circonstance, l’Ambassadeur Hiroshi Karube a de prime abord félicité l’initiative de la Fondation MAPON pour ses diverses activités, notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’agriculture visant l’amélioration des conditions de vie de la population de la Province du Maniema. «  En effet, l’accès aux services sociaux de base, comme objectif de ce projet est l’un des axes prioritaires de la politique de la coopération japonaise en République démocratique du Congo. Du point de vue du Japon, la fourniture des meilleurs services de santé et l’amélioration de l’accès aux services de santé de base contribuent fortement à garantir « la sécurité humaine» qui assure à tous une vie digne.

Le diplomate a également fait remarquer que l’Ambassade a déjà travaillé avec la Fondation MAPON dans le cadre du Projet d’Alimentation en Eau Potable dans l’Hinterland de la Ville de Kindu exécuté en 2016 à travers le Fonds de Contrepartie des dons japonais. En outre, le Gouvernement du Japon envisage de financer le Projet d’ « Acquisition et Installation des Laboratoires de l’Université MAPON à Kindu » toujours dans ce cadre du Fonds de Contrepartie.

En rappelant que l’accès aux services sociaux de base, comme objectif de ce projet, est l’un des axes prioritaires de la politique de la coopération japonaise en République Démocratique du Congo,  Hiroshi Karube a réitéré l’engagement de son pays à continuer à soutenir les projets qui améliorent l’accès des populations vulnérables aux services de santé de base, contribuant à garantir la sécurité humaine qui assure à tous une vie digne.

L’ambassadeur du japon a sollicité une coopération et une coordination étroite entre les personnes et organes concernés afin que ce Projet s’achève avec succès et devienne un symbole d’amitié entre la République Démocratique du Congo et le Japon.

Pour sa part, le président du conseil d’administration de la Fondation MAPON a d’emblée souligné la Fondation Mapon qui existe depuis plus de dix ans constitue un moyen de relayer les clés de l’éducation et de la santé ainsi que le bien être communautaire. Il a indiqué que la devise de son organisation est « Donner c’est mieux. mais Donner la qualité c’est encore mieux». Il a mis en exergue l’expérience japonaise qui , au sortir de la deuxième guerre mondiale a fait de l’éducation et de la santé son cheval de bataille pour son développement intégral.

« Le centre de santé pour lequel vous avez obtenu le financement est un centre de santé dédié à la communauté de la province du Manema et ses environs. C’est un centre de santé à vocation social», a conclu M. Augustin Matta Ponyo.


unnamed.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba6 février 20183min0

L’ Ambassadeur du Japon en République Démocratique du Congo, SE Hiroshi Karube a procédé ce lundi 5 février 2018 à la signature de Contrat de Don pour le Projet intitulé « Construction d’un Bâtiment de 6 Salles de Classe et Latrines pour le compte de l’Institut Scientifique et Technique de NGALIEMA (ISTN) », avec Monsieur Gaston NZOKO MBOBO, Préfet d’Etudes et Chef de l’ISTN.

Ce Projet, signé dans le cadre du Don aux Micro-Projets Locaux contribuant à la sécurité humaine et financé à hauteur de 89.900 dollars américains, porte sur la construction d’un bâtiment avec des ateliers de formation, la construction des latrines et la fourniture d’équipements nécessaires.
Dans son allocution, Monsieur Hiroshi KARUBE a fait remarquer que ce Projet permettra à la branche de la formation professionnelle de cet Institut de doubler son effectif de 400 à 800 élèves, et d’offrir une formation aussi bien pratique qu’efficace. Il a également souligné son apport dans le cadre du renforcement de l’insertion sociale et professionnelle, ainsi que de l’autonomie financière des jeunes.

En rappelant que le développement des ressources humaines industrielles orienté vers le développement économique fait partie des axes prioritaires de la coopération japonaise en République Démocratique du Congo conformément aux Résolutions de la Cinquième Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD V) tenue en 2013 à Yokohama, le diplomate japonais s’est de nouveau déclaré convaincu que la formation professionnelle est primordiale pour l’épanouissement d’un pays car les ressources humaines qualifiées sont le moteur de la croissance économique.

Pour clore ses propos, l’Ambassadeur Hiroshi KARUBE a réitéré l’engagement du Japon de continuer à accompagner les efforts du peuple congolais dans la promotion de la formation professionnelle. Enfin, il a sollicité une coopération et une coordination étroite entre les personnes et organes concernés afin que ce Projet s’achève avec succès et devienne un symbole d’amitié entre la République Démocratique du Congo et le Japon.


REPRESSION-web-2.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba19 janvier 20182min0

A Kinshasa, le Comité Laïc Catholique (CLC) a confirmé ce vendredi 19 janvier la marche pacifique des chrétiens pour ce dimanche 21 janvier 2018. Et plusieurs organisations non-gouvernementales confirment aussi leur participation à cette marche.

Selon la Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC), plus de 150 organisations non-gouvernementales de la société civile congolaise ont répondu favorablement à l’appel du CLC pour participer à la marche de ce dimanche 21 janvier après la messe dominicale dans plusieurs paroisses catholiques de Kinshasa et d’autres provinces.

Selon les membres du CLC, cette marche vise à demandent aux autorités congolaises d’appliquer à la lettre l’Accord de la Saint Sylvestre. Parmi les points de cet Accord il y a notamment la libération des prisonniers politiques, le retour des opposants exilés, l’ouverture de médias publics à toutes les composantes politiques et bien sûr l’organisation des élections apaisées, libres et démocratiques qui conduiront à une alternance politique.

La question que d’aucuns se posent aujourd’hui est celle de savoir quelle sera la réaction de la police et des forces de sécurité.

A la lumière de la réalité actuelle,  il y a de fortes chances que cette fois-ci cette marche ne soit pas réprimée compte tenu de l’effet médiatique et la levée de bouclée diplomatique provoqués par la violente répression de la marche du 31 décembre 2017.

Au regard de ce qui s’est passé le 31 décembre dernier, le gouvernement ne se permettrait certainement pas d’ouvrir un nouveau front non seulement avec l’Eglise Catholique, le Vatican, mais également avec l’Eglise protestante qui vient de faire un réquisitoire sévère sur la gestion calamiteuse du pays. Sans oublier la communauté internationale du reste très regardante et attentive sur ce qui se passe actuellement en RDC.

Une nouvelle répression de la marche viendrait encore surcharger le casier des autorités congolaises sur l’échiquier tant national qu’international.


martin-fayulu-1024x767.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba19 septembre 20173min0

Au cours d’une interview exclusive accordée ce mardi 18 septembre à KINSHASATIMES.CD, le président de l‘Engagement pour la citoyenneté et  le développement (Ecidé) et membre du Rassemblement, Martin Fayulu a sollicité un audit du fichier électoral pour établir la véracité de nombre réel de personnes enrôlées.

« Le fichier électoral est un élément très important pour organiser les élections. Si le fichier électoral n’est pas crédible, les élections ne pourront pas être crédibles », a déclaré le président de l’ECIDE.

Or, « poursuit-il, lorsqu’on compare, à titre d’exemple, le nombre de plus de deux millions d’enrôlés dans la province du Sankuru donnés par la Ceni par rapport au nombre exact de la population de cette province tel que donné par l’Institut National des Statistiques, force est de constater que les chiffres donnés par la Ceni sont farfelus« .

« Les chiffres que la Ceni nous donne ne concordent pas avec la réalité. Car, le Sankuru ne possède pas deux millions d’électeurs ; contrairement à ce qu’affirme la Ceni », a soutenu l’opposant congolais.

Le Blocage

Il devient de plus en plus évident que les élections n’auront pas lieu en décembre 2017, comme le prévoit l’Accord de la Saint Sylvestre. Martin Fayulu l’a reconnu en rendant le président Joseph Kabila, responsable du blocage. «Joseph Kabila a tout fait pour éviter les élections cette année», a-t-il affirmé.

Cependant, le membre du rassemblement propose une transition dirigée par une personne consensuelle capable de conduire le pays vers des élections libres démocratiques, et transparentes.

Parlant de cette personne consensuelle pour diriger la transition en RDC après le 31 décembre 2017, Martin Fayulu a jeté son dévolu sur le Dr Denis Mukwege.

«Nous pensions et continuons à penser que le Dr Mukwege a toutes les compétences, toutes les qualités et toute la crédibilité  pour diriger la transition. Avec Mukwege, je crois que le monde entier  pourra aider le pays du côté social, infrastructure et surtout sécuritaire pour que les élections  puissent se tenir correctement », a-t-il conclu.


eboulement-de-terrain-kalemie.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba19 août 20172min0

Cent cinquante personnes sont portées disparues à la suite du glissement des terres provoqué par une forte pluie dans le camp de pêche de Tara , dans la province de l’Ituri au bord du lac Albert, le 16 août, a déclaré samedi le Vice-gouverneur de l’Ituri, Pacifique Ketha.

Le gouverneur de la province de l’Ituri a affirmé qu’il envisage un déplacement ce samedi 19 août par hélicoptère pour évaluer les dégâts et planifier des interventions humanitaires.

Pour sa part, le médecin de la zone de santé de Jiba, dans laquelle se trouve Tara, a affirmé que trois camps de pêche ont été frappés par cette catastrophe naturelle. Il s’agit de Kangama 1 en chefferie des Walendu Pitsi, de Tara et Diatse en chefferie des Bahema Nord. Il affirme que plus de 50 maisons et leurs occupants sont enfouis sous la terre.

La même source a fait savoir qu’il n’y a plus d’espoir de retrouver des survivants car certains habitants, secouristes volontaires, ont abandonné les travaux de fouille des décombres.

« Ils sont dans l’impossibilité de dégager avec des moyens rudimentaires les grosses pierres qui ont enseveli les victimes. Nous déplorons l’inaccessibilité de cette zone pour déployer une équipe des secours d’urgence», a t-il souligné.

Selon le médecin de la zone de santé de Jiba, les survivants n’ont ni eau potable ni latrines, moins encore des médicaments et des abris. Ils sont exposés au choléra qui est endémique dans cette région.
Plusieurs voix appellent à la délocalisation de tous les occupants de ces camps de pêche situés aux pieds des Monts bleus sur le lac Albert pour prévenir d’autres nouveaux drames dans l’avenir.


ambrusse-1024x576.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba3 août 20172min0

Après quatre années, un mois et une semaine de mandant diplomatique en République démocratique du Congo, l’Ambassadeur de la Fédération de Russie en RDC, Igor Evdokimov est arrivé à la fin de son mandat.

A l’occasion de cet événement, l’Ambassadeur de la Fédération de Russie en RDC, Igor Evdokimov a salué les bons rapports qui existent entre la RDC et son pays.

L’Ambassadeur Igor Evdokimov a également remercié chaleureusement les congolais pour leur attachement au développement des relations russo-congolaises. Il n’a pas manqué aussi d’évoquer la situation politique qui prévaut actuellement en RDC.

« Nous quittons la RD Congo dans une période pas facile, qui, à vrai dire, détermine son développement futur. Tout en croyant en la sagesse du peuple congolais, je veux lui souhaiter que tous les problèmes politiques et socio-économiques actuels de la République trouvent leurs résolutions  et pacifiquement et que ce pays, riche en potentiels humain et naturel, prenne finalement la voie du développement durable et de la prospérité. », a conclu l’Ambassadeur sortant de la Fédération de Russie en RDC.


prison.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba1 août 20171min0

La prison centrale de Munzenza à Goma, capitale du Nord Kivu a été le théâtre d’un incendie ce mardi 1 août 2017. Selon des sources concordantes, cet incendie a détruit une bonne partie du bâtiment. A l’heure actuelle, l’on ignore les causes de ce sinistre Salon Patient Doole, journaliste à Goma, cet incendie est d’origine criminel.

Depuis le début de l’année l’on assiste à plusieurs cas d’évasions dans les prisons congolaises, notamment à la prison Centrale de MAKALA, les prisons de Kasangulu, Beni,  Goma, et Kalemie.

Ces invasions en cascade dans les prisons congolaises créent l’insécurité du fait que des criminels et bandits de grand chemin se retrouve dans la rue.

La question que beaucoup d’observateurs se posent est celle de savoir à qui profitent ces évasions en cascade dans les prisons en RDC. En tous cas, cette situation n’est pas de nature à créer un climat de sérénité favorable à l’organisation des élections.


P1020474-Copie-300x200-1024x682.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba29 juillet 20173min0

Trois personnes sont mortes vendredi 28 juillet dernier à la suite d’une évasion à la prison centrale de Bukavu. Plusieurs blessés ont été également enregistrés lors de cette évasion et une vingtaine de prisonnier se sont évadés, selon des sources à Bukavu.

Plusieurs témoins ont rapporté que des tirs ont été entendus  à la prison centrale  de Bukavu vers 14h heures locales.

Ils ont souligné que tout serait  parti de l’explosion d’une grenade que les prisonniers ont lancée de l’intérieur de la prison.

La police de son côté parle d’une tentative d’évasion qui a été étouffée et  a appelé la population au calme.

«Les prisonniers ont profité de l’arrivée de leurs avocats pour créer un mouvement de panique. Mais ce que nous déplorons, c’est le lancement d’une grenade de type chinois. Nous ne savons pas si cela provient de l’intérieur ou de l’extérieur. Nous déplorons aussi la mort d’un visiteur et deux blessés qui sont malheureusement aussi des visiteurs», affirme le général Louis Segond Karawa, commissaire provincial de la Police.

L’évasion à la prison centrale de Bukavu survient environ deux mois après de celle de la prison centrale de Makala à Kinshasa, de la prison de Kasangulu, dans le Bas- Congo, et un mois après l’évasion de la prison de Beni.

La question qu’un grand nombre d’observateurs se posent est celle de savoir à qui profite ces évasions en cascade dans les prisons en République démocratique du Congo?

Il est un fait que le mode opératoire des auteurs de ces actes reste le même. C’est-à-dire, on procède à une attaque avec des tirs nourris d’armes automatiques ou à la grenade qui crée la panique et l’on ouvre ensuite les portes des prisons pour laisser échapper les prisonniers.

Selon un grand nombre d’observateurs, ces évasions ne sont plus qu’une opération imaginée,planifiée, téléguidée et organisée par ceux qui veulent créer un climat d’insécurité et de chaos afin que les élections ne soient pas organisées cette année en République démocratique du Congo.


Apollo_11-1024x805.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba20 juillet 20175min0

Mardi 20 Juillet 1969-jeudi 20 juillet 2015, Il y a 48 ans jour pour jour, les premiers hommes marchaient sur la lune. Il s’agissait de Neil Armstrong, Buzz Aldrin. Et Michaël Collins. Ces trois américains ont fait partie de l’expédition Apollo 11 dont la capsule vont entrer dans l’histoire lorsque la fusée à bord de laquelle ils se trouvaient va atterrir ( alunir) sur la lune. « Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité », dira Neil Armstrong.

Les 20 et 21 juillet 1969, le monde entier a retenu son souffle lorsque l’astronaute Neil Armstrong a posé son pied sur le sol lunaire. L’évènement a été suivi en direct par plus d’un milliard de téléspectateurs à travers le monde !!! « Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité », a affirmé Neil Armstrong lorsqu’il effectue le premiers pas sur la lune.

Ce jours là, une page venait d’être tournée concernant la conquête spatiale. En 1969, le monde entier a été immobilisé pour un moment pendant qu’un américain faisait un grand pas au nom de toute l’humanité. Quand les astronautes d’Apollo 11 ont exploré la lune, une des premières choses qu’ils ont vues fut la terre. Le programme Apollo a offert à l’humanité la première vue de la planète terre. Cette vue de la terre à partir de la lune a donné aux hommes une perspective différente de notre planète. Après leur retour sur terre, les astronautes d’Apollo 11 ont commencé un autre voyage de découverte. Un voyage qui le conduira à travers le monde connu sous le nom de « Giant StepTour ».

Les héros de l’espace

Du 22 au 24 octobre 1969 plus exactement, les premiers hommes sur la lune visitaient la République démocratique du Congo. Les astronautes américains Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michaël Collins étaient les invités de marque de la République démocratique du Congo, deux mois seulement après leur exploit sur la lune à bord de la Capsule Apollo Une de leurs destinations fur Kinshasa, en République du Zaïre qu’ils visitent du 22 octobre au 24 octobre 1969. Les Congolais leur réserveront un accueil à la fois délirant et triomphal.

Les trois astronautes américains, après avoir fait le tour de la capitale à bord d’une jeep décapotable seront reçus puis décorés au Mont Ngaliema par le président Joseph-Désiré Mobutu Sese Seko. Quand ils ont rencontré le Président Mobutu, Neil Armstrong lui a offert un caillou lunaire. En retour, le Président Mobutu les a décorés de l’Ordre national du Zaïre. Pendant les festivités qui ont suivi cette cérémonie, Buzz Aldrin a dansé avec Miss Congo. Pour rien au monde , les congolais ont voulu raté ce rendez- vous avec les héros de l’espace.

Quarante-trois ans après cet évènement ; les scientifiques congolais tiennent à rendre hommage à Neil Armstrong, le premier homme sur la lune qui est décédé le 25 août 2012 aux Etats-Unis. Son exploit restera comme un des grands moments de l’histoire spatiale. « Il n’avait que 38 ans lorsqu’il devenait le premier homme à marcher sur la lune. Il savait bien qu’en participant à cette mission Apollo 11, sa vie ne tenait qu’à un fil. Armstrong restera un modèle de courage et de bravoure », a affirmé un spécialiste congolais de l’aérospatiale.


IMG_8775-1132x670-1024x606.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba17 juillet 20172min0

Joseph Olenghankoy a évoqué l’impossibilité d’organiser les élections en décembre 2017, conformément à l’Accord de la Saint-Sylvestre signé sous l’égide de la Conférence Épiscopale du Congo ( Cenco)

«Il y aura élections après le mois de décembre, donc en 2018. Notre rôle en tant que homme politique est de vous dire la vérité»,a dit le président du Fonus.

Cette annonce a été tout de suite rejetée par les militants des FONUS qui n’ont pas hésité de qualifié Joseph Olenghankoy de rouler pour le pouvoir de Joseph Kabila.. D’autres n’ont pas hésité à quitter le lieu pour exprimer leur mécontentement face aux propos du président du Fonus.

«Au dialogue de la Saint-Sylvestre, nous ne sommes pas entendus comme ça», scandaient des militants des FONUS pour exprimer leur mécontentement.

La déclaration de Joseph Olenghankoy intervient une semaine après celle du président de la CENI, Corneille Nangaa qui avait également jugé impossible la tenue des élections avant la fin de cette année.

Les propos du président de la centrale électorale avaient divisé la classe politique congolaise.

Le Rassemblement, plate-forme de l’opposition politique qui regroupe l’UDPS de feu Etienne Tshisekedi et les autres partis ont catégoriquement rejeté cette annonce du président de la Ceni et ont annoncé l’organisation d’une série de manifestations politiques à partir de la semaine prochaine pour demander l’organisation des élections en décembre, conformément à l’Accord de la Saint Sylvestre.