BREAKING NEWS
IMG_7243.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA17 avril 20191min00

Au cours d’une conférence de presse ce mardi 16 avril, le président du Mouvement du Peuple Congolais pour la République (MPCR), Jean-Claude Mvuemba, a vue d’un mauvais œil la coalition CACH-FCC et appelle le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, à s’émanciper de l’ancien régime Kabila.

je demande à Félix Tshisekedi de s’émanciper de cette eau combien engloutissant, pour qu’il puisse recourir à une gouvernance paisible de l’alternance. C’est pour cela nous sommes un peu distants de ce mariage CACH-FCC”, a-t-il avertis.

Par ailleurs, Jean-Claude Mvuemba exhorte le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, à n’est pas “décevoir” l’alternance démocratique tant chercher.

Tshisekedi nous trouvera sur son chemin s’il déçoit l’alternance démocratique pour laquelle nous nous sommes tous battus”, a-t-il martelé.

Notons par ailleurs que Jean-Claude Mvuemba a quitté la plate-forme Lamuka pour s’aligner derrière Félix Tshisekedi.


FAYULU.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA17 avril 20191min00

La plate-forme politique Lamuka a annoncé, ce mercredi 17 avril dans une note adressée au gouvernorat de Kinshasa, le retour de Martin Fayulu, l’un de ses cadres qui va tenir un meeting ce dimanche 28 avril sur la place Saint Thérèse à N’djili.

Martin Fayulu, candidat malheureux de la présidentielle du 30 décembre 2018, était en tournée aux Etats-Uns, en Europe où il n’a cessé de contester le pouvoir de l’actuel chef de l’Etat Félix Tshisekedi; il réclame la vérité des urnes.


IMG_20190416_150327.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA16 avril 20191min00

Après la Ville de Goma, le Chef de l’Etat vient d’arriver ce mardi 16 avril à Beni  pour lancer un message fort à la population qui fait face à la maladie à virus d’Ebola.

Selon la presse présidentielle, Félix Tshisekedi, comme tout le monde, il s’est plié à la prise de température et aux lavages des mains qui sont les mesures des précautions prises par le ministère de la santé en RDC.

Dans son adresse devant la foule à la mairie de Beni, le président de la République a appelé la population à la conscience réelle du  virus Ebola, “ faite attention à Ebola, c’est une mauvaise maladie. Il nous faut obéir aux règles d’hygiène”.

Notons que selon le ministère de la santé, depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1.146, dont 1.080 confirmés et 66 probables.


img-20190218-wa0002.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA16 avril 20191min00

Ce mardi 16 avril à Mbuyi-Mayi, Huit activistes du Mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) ont porté plainte contre le commissaire provincial adjoint de la PNC Kasaï Oriental en charge de l’administration, Eddy Mukuna et aux policiers qui l’accompagnaient.

Ces activistes de la LUCHA ont été victimes d’un arrêt arbitraire et d’une “torture” lors lors d’une marche pacifique le 2 avril à Mbuyi-Mayi.

En effet, nous leur reprochons de nous avoir torturés lors de la marche pacifique du mouvement citoyen LUCHA, organisée conformément à l’article 26 de la constitution de notre pays”, notent-ils dans une déclaration parvenue à Kinshasa Times.

Ils sont déterminés que la justice Congolaise puisse les rétablir dans leurs droits usurpés par les policiers du commissariat provincial.


images-27.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA16 avril 20192min00

L’Union Européenne (UE) se détermine à éradiquer l’épidémie de la rougeole dans la province du Kasaï.

L’Union Européenne a débloqué, ce mardi 16 dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, une aide humanitaire de 225 mille euros pour la lutte contre l’épidémie de rougeole au sud-ouest de la République démocratique du Congo.

Selon le communiqué de l’UE, cette aide humanitaire est pour le bénéfice de plus de 45 000 enfants de moins de cinq ans, qui courent un risque élevé de contracter la rougeole.
« L’UE est déjà en train de travailler avec des partenaires humanitaires pour aider des milliers de familles touchées dans la province du Kasaï. Face à l’épidémie de rougeole qui sévit actuellement, nous devons intensifier notre action, notamment en ce qui concerne les enfants, qui souffrent déjà de taux élevés de malnutrition. Nous renforçons donc notre soutien pour fournir des soins médicaux nécessaires pour sauver la vie des enfants » a déclaré Christos Stylianides, commissaire européen chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises.

A en croire le communiqué, la maladie à virus de la rougeole a fortement augmenté, plus de 35 000 des cas signalés à la mi-mars, plus de 660 ont été décédé depuis début 2019, y compris dans la province du Kasaï qui avait jusqu’alors été épargnée par l’épidémie.

Notons que l’épidémie de rougeole sévit actuellement dans 23 des 26 provinces de la RDC.


images-26.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA16 avril 20193min00

Global Witness dévoile le général Gabriel Amisi Kumba commercialise des permis forestiers illégaux dans les forêts de la RDC.

Dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times ce mardi 16 avril, Global Witness a relevé que Amisi Kumba se sert de son influence pour contourner la loi en acquérant puis en revendant les permis forestiers.

Alors qu’il sous sanction de l’Union Européenne pour atteintes aux droits de l’homme, surnommé Tango Four, Amisi Kumba, commet, selon Global Witness, une violation du moratoire sur l’attribution de concessions forestières industrielles.

Le ministre congolais de l’Environnement a confisqué ces permis sans préavis à d’autres sociétés forestières, avant de les transférer vers la société Maniema Union 2, qui appartient à la famille d’Amisi.
L’annulation des permis et leur affectation à Maniema Union 2 ont pris quatre jours”, note le communiqué.

Peter Jones, responsable de campagne à Global Witness, a souligné que les élites congolaises proches du pouvoir de l’ancien président Joseph Kabila, ont réussi à bafouer les réglementations environnementales afin de se faire de l’argent, ce qui pourrait avoir profité à des individus jouissant de relations dans le milieu politique, aux dépens des caisses de l’État congolais et des forêts du pays.

Cela est d’autant plus inquiétant que l’élection congolaise controversée semble avoir donné lieu à un arrangement de coalition qui permet à Kabila, sans s’être présenté à l’élection, de conserver une très forte influence sur la politique de la RDC”, a-t-il avertis.

Selon Global Witness, le règne de Kabila a été marqué par une mauvaise gestion et une corruption généralisées, notamment dans les secteurs congolais lucratifs du bois et de l’exploitation minière.

Global Witness appelle le gouvernement à révoquer toutes les concessions attribuées en violation de son moratoire et publier tous les détails relatifs aux propriétaires de concessions et aux contrats.


D4Nhx0SW0AImCrB.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA15 avril 20191min00

Après le conseil provincial de sécurité à Lubumbashi, le président de la République Félix Tshisekedi a présidé ce lundi 15 avril le  Conseil provincial de sécurité au Nord-Kuvu afin de restaurer la paix et lutter contre les actes de vandalismes causés par les groupes armés irréguliers.

Julien Paluku, l’ancien gouverneur de la province du Nord-Kivu, salut la décision du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi d’enlever l’immunité de toutes personnes qui sont à la base de la situation sécuritaire dans cette province de la RDC.

« D’un ton ferme le Président de la République a dit qu’il n’y aura pas d’immunité à l’endroit de tous ceux qui en interne tirent les ficelles dans la dégradation de la situation sécuritaire », a-t-il rendu compte.

Selon Julien Paluku, Félix Tshisekedi a rassuré qu’il se sentira « véritablement » Chef de l’Etat que s’il n’y a plus d’insécurité au Nord-Kivu.

Par ailleurs, Félix Tshisekedi appelle la Monusco de s’impliquer à la restauration et le maintien de la paix au Nord Kivu.


IMG_20190415_190834.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA15 avril 20192min00

En marge de sa mission sécuritaire à Goma dans la province du Nord-Kivu, le Président de la République Félix Tshisekedi a rencontré ce lundi 15 avril 28 les chefs d’entreprises membres de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) installés au Nord-Kivu.

Dans son adresse, Félix Tshisekedi a exhorté les Chefs d’entreprises à payer les taxes et les impôts.

«Je vous demande en tant que partenaire de la République, de respecter les lois en payant vos impôts et taxes. Nous allons vous protéger, vous permettre de vous épanouir et de vous développer», a-t-il exhorté.

Félix Tshisekedi dit être déterminé à assurer la promotion de la RDC au-delà des frontières.

Regardez mon avènement comme une main tendue vers vous, comme un partenaire qui vous aidera à vous promouvoir dans notre pays et au delà de nos frontières», a-t-il souligné.

Le Président de la FEC a fait part au Chef de l’État des  difficultés que ses membres font face notamment sur l’insécurité, le manque de routes, de dessertes agricoles et l’Energie essentiel au développement industriel.


mende.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA15 avril 20192min00

Alors que la tenue de l’élection des gouverneurs dans la province de Sankuru devient incertaine, le candidat gouverneur Lambert Mende a affirmé, ce lundi 15 avril, les contestations sur sa candidature au gouvernorat ne sont que les « sentiments des gens ».

« On ne gère pas un Etat avec les sentiments, mais avec les lois. Je ne suis pas un citoyen différent des autres », a martelé Lambert Mende avant d’ajouter que le Sankuru n’est pas une province spéciale « où n’importe qui vient faire n’importe quoi parce qu’il a des petites relations à tel ou tel autre niveau dans l’appareil sécuritaire ».

L’ancien ministre de la Communication estime que les contestations à son endroit n’a rien à voir avec le droit ou Etat de droit, « ça c’est les sentiments des gens ». Pour Lambert Omalanga, cadre du Front Commun pour le Congo, les sentiments ne doivent pas influer sur les décisions judiciaires.

Pour le Conseil d’Etat, Jose Stephane Mukumani, candidat invalidé par la Cour d’appel pour double nationalité, doit être réhabilité par la Centrale électorale.

Notons que la population dans les rues du le chef-lieu Lusambo au Sankuru est en liesse suite au report sine die de ce scrutin par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi.


GOUV-SANK_1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA15 avril 20192min00

L’inspection provinciale de la police à Sankuru disperse les députés qui sont venus participer à l’élection des gouverneurs ce lundi 15 avril à l’hémicycle de l’Assemblée provinciale.

Reporté pour des « raisons techniques », la Commission électorale nationale et indépendante (CENI) avait confirmé la tenue de ce scrutin ce lundi.

Selon un député provincial de Sankuru, l’inspecteur provincial aurait reçu des instructions verbales du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, d’empêcher l’opération de vote.

« Nous sommes au nombre de 13, nous étions tous là présents pour répondre à l’appel de la CENI comme prévu. On a trouvé l’inspecteur provincial de la Police, le Général Aba qui a refusé l’accès aux députés », a-t-il déploré avant d’ajouter les agents de la centrale électorale ne sont même présent.

Notons que l’Association Congolaise d’Accès à la Justice (ACAJ) avait fustigé le « mépris » du président de la CENI, Corneille Nangaa, pour n’avoir pas considéré les décisions judiciaires du Conseil d’Etat. Ce dernier avait suspendu l’élection des gouverneurs à Sankuru car la population a contesté la candidature de Lambert Mende, ancien Ministre de Communication et Médias.