Bukavu : plusieurs blessés après des manifestions de colère suite à l’insécurité

16 février 20183min0

Les habitants des communes de Kadutu et Ibanda dans la ville de Bukavu (Sud-Kivu) se sont réveillés sous le choc ce vendredi 16 février 2018. Des jeunes en colères ont érigé des barricades sur la route principale menant au grand marché de Kadutu. Même scène sur avenue patrice Emery Lumumba au rond-point Feu vert, et au rond-point Feu rouge situé en plein centre ville.

Les forces de l’ordre ont été déployées pour réprimer les manifestations. Ces derniers ont utilisé des bombes lacrymogènes pour palier à ce problème mais sans succès. Après un long moment de résistance, ils ont recouru aux de balles réelles.

Plusieurs personnes ont été blessées par balles. Parmi, les victimes figurent les blessés, les manifestants et quelques éléments de la  police. Toutes les activités socio-économiques sont restées paralysées. Boutiques, magasins, banques et autres établissements commerciaux et administratifs sont restés fermés.

Selon un habitant de Bukavu, toutes ces manifestations ne sont que «réponse du berger à la bergère», une façon pour la population de d’exprimer son exaspération et interpeller les autorités à prendre des mesures idoines  face à l’insécurité qui prévaut actuellement.

Plus de cinq personnes ont été assassinés au Sud Kivu à peine au bout d’un moi,  par des hommes non autrement identifiés.  La plus part d’entre eux étaient changeurs de monnaie. La goutte d’eau qui fait déborder le vase est arrivé dans la soirée de jeudi 15 Février 2018.

Ce soir là, un  jeune homme a été tué par une grenade et les présumés criminelles ont emporté sa mallette. Même scénario à Nguba en commune d’Ibanda. Des personnes qui vendaient dans une boutique ont été fusillées par des inconnus. Ils ont également pillés leurs biens.

Un conseil spécial de sécurité est prévu cet après-midi à Bukavu. Nos tentatives pour joindre les autorités provinciales pour en savoir plus sont restées infructueuses. Ils ne souhaitent pas s’exprimer pour l’instant.

Avatar

René BAGALWA

Correspondant à Bukavu


Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *