BREAKING NEWS
images-77.jpeg

La RédactionLa Rédaction23 mai 20192min00

Le nouveau Gouverneur de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngobila s’est exprimé comme renseignant à la commission d’enquête sur les massacres de Yumbi qui se sont déroulé en décembre dernier dans la province de Mai-Ndombe. Cela a été révélé par la ministre des Droits Humains Marie-Ange Mushobekwa ce jeudi 23 mai au cours d’une conférence de presse.

La justice a promis de poursuivre ses enquêtes  dans cette affaire, après l’audition de Ngobila d’autres concernés seront aussi auditionnés. « Seuls la justice nous dira si Gentiny est coupable ou pas. Mais à ce stade il jouit de la présomption d’innocence comme tout le monde, » a-t-elle déclaré.

Signalons que l’ancien Gouverneur de Mai-Ndombe, élu Sénateur de Yumbi et  maintenant actuel Gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila est l’un des acteurs politiques soupçonnés d’avoir été à la tête des affrontements communautaires de yumbi entre les tribus Tende et Nunu ayant causé la mort d’au moins 535 personnes selon les Nations Unies.

L’annonce sur son audition avait été faite au mois de mars par la ministre de la justice Marie-Ange où elle avait clairement annoncé qu’il représentait « un témoin clef » dans cette affaire.


IMG-20190523-WA0006.jpg

La RédactionLa Rédaction23 mai 20192min00

Le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) des Nations Unies a déploré et fustigé, ce mercredi dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times ce mercredi 22 mai, le pillage de son  bureau et des bureaux de ses partenaires à Monga dans la province du Bas-Uélé.

Un groupe d’environ quatre-vingt personnes a attaqué, pillé le mardi 21 mai un nombre important de biens ménagers, destinés à être distribuer a des réfugiés du Centre Afrique et des personnes Congolaises en difficulté”, rapporte-t-on.

Au cours de ces attaques, poursuit-on, un policier a perdu la vie et des installations des différents organismes humanitaires ont été détruites.

Madame Ann, la représente du HCR, a remercié l’intervention rapide de la Police Nationale et des Autorités locales dans cette situation.

Elle a dans la même perceptive annoncé la probabilité de réduction des interventions du HCR au Bas-Uélé pour des raisons de sécurité.

Le HCR possède cinq bureaux dans les zones d’accueil, qui se trouvent dans les provinces du Bas-Uélé, Nord-Ubangi, et Sud-Ubangi cela dans le but de garantir la protection des réfugiés grâce au soutien des  différentes autorités.

Rappelons que la RDC compte actuellement 173.000 réfugiés en provenance du Centre Afrique.


IMG-20190523-WA0003.jpg

La RédactionLa Rédaction23 mai 20192min00

La société civile de Kamako a accusé le mercredi 22 mai les militaires angolais d’expulser des congolais vivant en Angola parfois par des armes à feu dans les mines de diamant. C’est ce qu’a affirmé Christian Mabedi, responsable de l’ONG Bureau d’appui technique aux initiatives de développement.

« En Angola, ils expulsés brutalement. Tantôt on les trouve dans des mines de diamant. Quand les militaires ou policiers commis à cette opération arrivent, ils tirent des coups des balles réelles », t’a-t-il relaté à la radio Okapi.

Christian Mabedi en a profité pour donner le bilan des expulsions au poste frontalier de Kamako dans la province du Kasai. « Au debut du mois de de mai à la mine de diamant de Kalonda, il y a eu vinght morts et plusieurs blessés », a-t-il raconté.

Le responsable de cet ONG renseigne que les gens expulsés, sont généralement des creuseurs.  Ils se retrouvent souvent à la frontière; malades et manquant même des babouches. Et leurs femmes sont souvent victimes de violences sexuelles.

Notez que ce n’est pas la première fois qu’une structure se plaigne de manières brutales d’expulsion des congolais en Angola.

   


IMG-20190523-WA0001.jpg

La RédactionLa Rédaction23 mai 20192min00

Le Commissaire Général de la police nationale Congolaise  Dieudonné Hamuli a appelé, ce mercredi 22 mai au cours d’un entretien moral, les officiers de la police «à lutter contre le banditisme urbain» à Kinshasa.

Selon Dieudonné, les crimes sous toutes les formes notamment le banditisme, ont augmentés dans le pays. De ce fait, les éléments de la police devraient redoubler d´efforts et de vigilance pour garantir la sécurité de la population.

L´autorité de la police a rappelé aux unités de la police leur mission principale de protéger la population et ses biens. Dans la foulée il a exprimé son regret face aux pratiques constatées au sein de la police notamment le recrutement fantaisistes qui se font dans la police.

Quant aux éléments de la Police de Circulation Routière (PCR), le Commissaire  a condamné avec la dernière énergie leur pratique de tracasserie et a annoncé les mesures déjà envisagées pour éradiquer cette mendicité qui détruit l´image de la Police Congolaise.

«J´ai déjà  pris les dispositions avec mes collègues. Si pas aujourd´hui, dès demain nous commencerons à arrêter.  Nous allons commencer par les officiers. Et s´il retiennent pas la leçon en se corrigeant je les enverrai a Makala » a-t- déclaré

En outre, le commissaire de la PNC appelle les officiers à apporter leur appui sécuritaire dans l´opération de riposte de la maladie à virus d’Ebola qui sévit à l’Est de la RDC.

 


kabila.jpg

La RédactionLa Rédaction23 mai 20192min00

L’ONG Sentry a révélé dans une enquête que la société d’investissement Kwanza Capital  montée par les proches de l’ex Président Congolais Kabila a prise des parts dans des banques commerciales. Elle indique que Kwanza Capital a obtenu des nombreux avantages, des prêts, sans être soumise à un véritable contrôle.

« Quelques cent quarante millions de dollars pourraient ainsi avoir bénéficié au premier cercle de l’ancien chef d’État », a indiqué Sentry. Cette dernière est une Organisation Non Gouvernementale portée par l’acteur et activiste américain Georges Clooney.

Selon cette ONG, Kwanza Capital est une société d’investissement de Kabila mais couverte d’une identité outre que celle-ci. « Kwanza Capital était le faux-nez de la famille Kabila », a indiqué le rapport de l’enquête. Il poursuit en clarifiant que ladite société a été officiellement créée par Pascal Kinduelo. Celui-ci est vétéran de système bancaire congolais, de l’ancien président. L’enquête révèle que dans le fait, ce serait bien le frère de Kabila qui aurait dirigé cette société d’investissement. Il s’agit de manager d’une banque controversée, Francis Selemani Mtwale.

« Kwanza Capital a essayé d’obtenir des parts dans deux autres établissements bancaires, la BCDC et la BIAC », a poursuivi ce rapport.

Notez qu’aucune réplique n’est encore entendue par rapport à cette enquête, que ce soit du côté du gouvernement que par la famille du chef de l’État honoraire Joseph Kabila.

   


mende1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA22 mai 20192min00

Lambert Mende a démenti le fait qu’il soit propriétaire d’une exploitation artisanale des diamants, au contraire, il n’a que “facilité les démarches d’un groupe de creuseurs artisanaux détenteurs de diamants à Lodja”, explicite l’ancien Ministre des médias ce mercredi 22 mai sur Télé 50.

Le député national, élu de Sankuru, atteste qu’il n’est ni diamantaire ni commerçant.

Le Président de la Convention des Congolais Unis (CCU) dit avoir “sponsorisé” le déplacement des autochtones vers Kinshasa pour la vente de leurs diamant. “Je me suis prêter de bon grâce. Tel est aussi le rôle d’un député”, a-t-il souligné.

Selon Mende, son interprétation par la police a été incité par Basile Olongo, ministre intérimaire de l’intérieur et sécurité. “Il a cru me faire la peau avec cette histoire”, a-t-il déclaré.

L’ex Ministre annonce des suites aussi bien politique que judiciaire à la “pantalonnade” dont il a été victime.


IMG-20190522-WA0046.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA22 mai 20192min00

Le Parti pour le Nouvel Élan du Congo (PANECO) appartenant Au député national Bernard Kayumba a affirmé son soutien au nouveau Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilukanmba.

Dans un communiqué de presse parvenu à notre rédaction, l’autorité morale du PANECO, Bernard Kayumba a affirmé que le nouveau Premier ministre constitue pour la RDC, « la réponse longtemps attendue pour aider à mettre en place un pilotage très bien avisé en RDC. Et cela grâce à son expérience et de son niveau intellectuel« . Il a en passant invité les membres de son parti politique à s’engager pour soutenir Sylvestre Ilunga dans sa vision de changer les choses.
« Et c’est l’occasion d’inviter et d’engager tous les jeunes et toutes les femmes du PANECO ainsi que tous les membres à apporter une main forte pour que le Grand Navire congolais sorte, sous votre conduite, non seulement de la zone des turbulences politiques actuelles mais aussi des divisions stériles et stérilisantes qui gênent outre mesure notre marche vers plus de cohésion nationale, plus d’émancipation politique, plus d’élan conjugué vers le développement et plus d’intégration régionale et internationale avantageuse ». A-t-il déclaré
Nommé depuis lundi 20 mai le nouveau Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba dans son discours a promis d’assumer ses fonctions et de travailler ardemment pour changer les choses.


eve-bazaiba.jpg

La RédactionLa Rédaction22 mai 20192min00

Eve Bazaiba voit la délivrance des congolais s’éloigner à cause de l’avènement de Sylvestre Ilunga à la primature. La Secrétaire générale du Mouvement de Libération du Congo (MLC) a réagi ainsi sur son compte twitter après la nomination du Directeur Général de la Société Nationale de Chemin de Fer (SNCC) comme premier ministre le 20 mai par le Président de la République.

Pour l’élue de Tsopo, le nouveau chef du gouvernement laisse ne saura amener le changement tant attendu des congolais pour avoir laissé une gestion catastrophique à la Société d’où il vient.  « Avec cent-cinquante mois d’arriérés de salaire des agents laissés à la SNCC, la délivrance n’est pas bientôt », a-t-elle publié.

Eve Bazaiba fut la porte-parole de la coalition Lamuka qui a accompagné leur candidat lors des dernières campagnes électorales.

Le professeur Ilunga a été élu dans le cadre de coalition de FCC de Kabila et du CACH de F. Tshisekedi. Il a une longue expérience de la chose publique pour avoir été plusieurs fois membres de plusieurs gouvernements sous le président Mobutu.

 


images-43.jpeg

La RédactionLa Rédaction22 mai 20192min00

L´Association Congolaise d´Accès a la Justice(ACAJ) accuse le gouvernement de l´ex Premier ministre Bruno Tshibala «d´enrichissement illicite, de corruption et du vol du dernier public». Et demande une mise en place d´un programme d´audit par le nouveau gouvernement chapeauté par Sylvestre Ilunga.

«Le gouvernement de Bruno Tshibala s´est caractérisé par des actes de corruption de mauvaise gouvernance, d´enrichissement illicite, de répression systématique dirigée contre les opposants des membres de la société civile, » rassure Georges Kapiamba.

Selon cette association congolaise de justice, le gouvernement Tshibala a instrumentalisé les services de sécurité à la justice pour restreindre les services de toutes les libertés publiques.

Les membres de son gouvernement ainsi que certains mandataires de l´État, poursuit-elle, ont détourné et volé les biens de l´État tout en bénéficiant de l´impunité.

ACAJ appelle le nouveau gouvernement à mettre en place un programme d´audit de l´ensemble de ses ministres ainsi que les entreprises afin d´établir ceux qui sont impliqué dans ce dossier.

Signalons que Bruno Tshibala a déposé sa démission depuis lundi 20 mai, une démission qui a été suivie d´une publication officielle du cabinet présidentiel annonçant la nomination du premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba.


Moise-katumbi.jpg

La RédactionLa Rédaction22 mai 20192min00

Moise Katumbi a annoncé ce mercredi 22 mai lors d’un point de presse depuis sa résidence à Lubumbashi qu’il rapprochera l’actuel Président de la République à son Challenger de dernières élections présidentielles.

« Le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et Martin Fayulu Madidi sont des frères », a-t-il rappelé aux journalistes. Pour ce désormais opposant, rapprocher ces deux personnalités ne serait pas synonyme d’un partage de pouvoir.

« Martin Fayulu connaît bien Félix Tshisekedi et celui-ci le connaît bien. Nous ne sommes pas des ennemis. Je crois que dans notre opposition républicaine nous allons trouver une solution, nous allons mettre les deux frères ensemble. Mettre les deux personnes ensemble ne veut pas dire entrer au gouvernement. Nous pouvons être du côté de l’opposition et faire avancer le pays », a-t-il poursuivi.

Le coordonnateur de Ensemble pour le Changement ne jure que sur le progrès et l’avancement de la RDC : « Moi je suis un homme du progrès poursuit Katumbi, la population va nous juger sur ce que nous sommes en train de faire sur cette terre ».

Notez que les autres leaders de Lamuka ne se sont encore prononcés par rapport aux allégations de leur président du moment.