images-49.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20192min0

En marge de la célébration de la journée de la base de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, président a.i de l’UDPS et coordonnateur de CACH, est revenu sur le climat d’instabilité qui caractérise la coalition au pouvoir, « FCC-CACH » . Dans sa qualité de coordonnateur de CACH Jean-Marc Kabund déclare que l’UDPS a toujours dit « oui » pour la coalition FCC-CACH mais en étant vigilant sans laisser à une personne de perturber le pouvoir de Félix Tshisekedi.

Pour J.M Kabund, il n’y avait aucune autre solution, si ce n’était que de faire la coalition du faite que le FCC a la majorité parlementaire.

Il met en garde le FCC, qui selon lui, sousestime le CACH.

 »Il ne faut pas nous pousser d’aller fouiner dans le passé, car nous ne pouvons pas accepter qu’un groupe d’individus puissent blaguer avec ce pouvoir », a dit J.M Kabund.

« A partir d’aujourd’hui, si nous voyons que cette coalition n’est plus pour l’intérêt suprême du peuple, nous n’hésiterons pas à mettre fin à cette union », a-t-il ajouté.

Rappelons que la date du 12 novembre a été baptisée « journée de la base » de l’UDPS, par Augustin Kabuya, secrétaire général de ce parti. Cela pour reconnaître le courage de cette base, d’avoir demandé à Félix Tshisekedi de retirer sa signature de l’accord de Genève, qui avait établi Martin Fayulu, candidat commun de l’opposition.


images-45-2.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20192min0

L’UDPS a commémoré ce mardi 12 novembre 2019, la  »journée de la base », baptisée ainsi par Augustin Kabuya, secrétaire général de ce parti. Prenant la parole devant les militants et cadres de ce parti, Jean-Marc Kabund, président a.i de l’UDPS a déclaré du haut de la tribune que l’accord du Genève était un complot pour la division de l’UDPS.

 »L’accord de Genève a été un coup fatal pour la division de l’UDPS après la mort du feu Étienne Tshisekedi », a dit J.M Kabund.

 »Le pouvoir de Félix Tshisekedi est le couronnement de la lutte de 37 ans de l’UDPS, ce n’est pas un pouvoir qui nous a été donné par une personne », a-t-il ajouté.

Et Jean-Marc Kabund d’enfoncer le cloue : « Ceux qui veulent le pouvoir ils n’ont qu’à attendre 2023 », date de la fin du quinquennat du président Félix-Antoine Tshisekedi.

Rappelons que la date du 12 novembre a été baptisée « journée de la base » de l’UDPS, par Augustin Kabuya, secrétaire général de ce parti. Cela pour reconnaître le courage de cette base, d’avoir demandé à Félix Tshisekedi de retirer sa signature de l’accord de Genève, qui avait établi Martin Fayulu, candidat commun de l’opposition.


IMG-20190620-WA0090.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20192min0

Les élus provinciaux du Kongo-Central s’opposent de nouveau contre la construction du
pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa, ces derniers disent avoir appris la signature d’un accord depuis l’Afrique du Sud où se tient le Forum sur l’investissement en Afrique d’un contrat de la construction du pont route-rail signé par la RDC.

Ces députés provinciaux veulent avant tout, la construction du port en eau profonde de Banana. Selon eux, la construction de ce port donnera de l’emploi à plus de 5.000 et 10.000 congolais qui seront engagés.

Depuis la France où il était invité par son homologue Français Emmanuel Macron, le président de la République Félix Tshisekedi dans son speech devant la communauté congolaise vivant en France, le Chef de l’État l’a déclaré que la construction du port de Banana est  »une priorité et les discussions sont déjà avancées avec les différents partenaires pour mettre en œuvre ce projet ».

 »Nous avons très bientôt signé le contrat pour la construction du port en eau profonde de Banana mais aussi les textes et les accords pour la construction du pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa  », a déclaré Félix Tshisekedi.


images-47.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20191min0

Les rebelles Ougandais de l’ADF viennent de tuer 5 civils dans la localité de Kitchanga, près de Mayi-Moya, non loin de la base de la Monusco et du camp militaire de la place, en pleine nuit du lundi à ce mardi 12 novembre 2019.

Cette nouvelle est rapportée par la société civile de cette partie du pays. selon elle, les rebelles sont arrivés dans cette contrée vers de 19 heures et ont tué à coups des armes blanches et à feu les civils innocents.

Ces rebelles sont repartis sans être poursuivis, affirme la société civile. Par ailleurs, elle appelle les autorités militaires à la prise des nouvelles stratégies pour épargner les civils de la barbarie des ADF.

Pour rappelle, il y’a eu des massacre de ce genre, il y’a deux semaines à Eringeti et Kokola où une dizaine des civils a péri toujours dans le groupement Bambuba Kisiki en territoire de Beni.


received_417571738921347-2.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20193min0

Le président de la République démocratique du Congo Félix-Antoine Tshisekedi, avait tenu un meeting à la salle Doc Pullman à Aubervilliers devant plus de cinq mille congolais de la diaspora. Il a saisi cette occasion pour éclairer l’opinion congolaise sur ce nombreux voyages.

« Je ris souvent quand j’écoute la polémique sur le voyage présidentiel. On a ramené plus d’un milliards et demi de dollars grâce à ces voyages, et je vais poursuivre pour ramener les investisseurs au Congo…( )…nous allons continuer à voyager pour aller chercher solutions aux problèmes de notre pays que je me suis engagé à servir. N’en déplaise aux « ba ndoki » qui avaient prédit malheur et troubles pour que les investisseurs ne viennent pas nous aider à développer la RDC« , a déclaré Félix Tshisekedi.

« Je ne voyage pas pour le plaisir de voyager. Le coût de mes voyages n’a même pas atteint 50 Millions USD, mais j’ai déjà ramené 1 Milliard 500 Millions USD au pays. Nous allons continuer à voyager pour aller chercher des solutions aux problèmes de notre pays que je me suis engagé à servir. N’en déplaise aux ba ndoki qui avaient prédit malheurs et troubles pour que les investisseurs ne viennent pas nous aider à développer la RDC », poursuit-il.

Le chef de l’Etat congolais a affirmé que la politique que le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba applique est la sienne.

« Ce qui va se passer dans le gouvernement, se passera selon la volonté du président de la République que je suis« , a-t-il signifié aux Congolais de la diaspora.

« Justice sera faite dans notre pays, mais pas n’importe comment, je veux renforcer un État de droit et justice dans notre pays. Mais je ne suis pas venu pour régler des comptes au gens sinon, il me faudra remonter jusqu’à l’époque de Mobutu« .

Avant son discours, le président de la République a été reçu à l’Elysée sur fond de la fanfare de la garde d’honneur. Son homologue Français Emmanuel Macron l’a personnellement accueilli au perron de l’Elysée.


IMG_20191111_161218.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini11 novembre 20192min0

Les institutions du développement africain se retrouvent en Afrique du Sud pour prendre part à la deuxième édition du Forum sur les investissements qui se déroule du 11 au 13 Novembre 2019 à Johannesburg.

Parmi les nations qui prennent part à cette rencontre, la RDC est représentée par le Directeur du cabinet du Chef de l’Etat Vital Kamerhe et 4 autres membres du gouvernement entre autre les ministres du plan, de l’énergie, des mines et de l’industrie. Plusieurs projets dans le domaine de l’investissement et du développement feront l’objet de discussions au cours de ce forum parmis lesquels, les projets INGA 3, mines et autres infrastructures. Mais aussi dans le domaine de l’énergie et de l’agriculture

Dans sa première édition tenu au pays de l’Arc-en-Ciel en 2018, le forum sur l’investissement en Afrique avait attiré 1 943 participants, représentants 87 pays et a réuni 400 investisseurs de 52 pays Africains. Ce marché de l’investissement innovant rassemble des Chef d’Etats de gouvernement, des promoteurs de projets et d’autres investisseurs institutionnels. Des décideurs, des sociétés de capital-investissement et de hauts responsables des ministères y prennent part.

Ce Forum pourrait être un cadre adéquat pour le repérage de la RDC par des opérateurs économiques, investisseurs potentiels, qui une fois d’accord peuvent s’installer en RDC afin de créer des entreprises en vue de resorber le taux élevé du chômage en RDC.


images-46-1.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini11 novembre 20192min0

Lundi 11 novembre 2018, il y a une année passée à Genève, le 11 novembre 2018, Martin Fayulu Madidi était désigné candidat commun de Lamuka. C’était à l’issue des négociations facilitées par la Fondation KofiAnan, à Genève en Suisse, impliquant Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu, Vital Kamerhe, Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et lui-même Fayulu que ce choix a été opéré. Matungulu, Tshisekedi et Kamerhe étaient également en lice pour la candidature commune. Le reste est secret de Polichinelle. Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe s’étaient retirés de l’accord pour former la coalition CACH, une union impliquant l’UDPS et l’UNC.

Une après, le candidat perdant à la présidentielle du 30 décembre 2018, Martin Fayulu appelle ses partisans à poursuivre le combat de la vérité des urnes, dans son tweet de ce lundi 11 novembre.

« Un an après ma désignation comme candidat commun, je remercie encore les leaders de #Lamuka pour leur confiance et notre peuple pour son soutien permanent. Poursuivons notre combat de la vérité des urnes pour restaurer le peuple dans son statut de souverain. Que Dieu soit loué », a t-il déclaré.

Rappelons que Martin Fayulu se considère toujours comme « le seul président légitime de la RDC » et ne reconnaît pas la légitimité de l’actuel pouvoir. Faisant suite à son combat sur la vérité des urnes, le candidat perdant de Lamuka à la présidentielle venait à peine de proposer un dialogue entre la coalition au pouvoir FCC-CACH et Lamuka afin de mettre sur pied le « Conseil national des réformes institutionnelles (HCNRI) » qui se chargera des réformes urgentes et nécessaires à opérer, notamment au niveau de la CENI, du juge du contentieux électoral, de la défense et sécurité, de la gouvernance ainsi que de des droits humains.


received_417571738921347-1.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini11 novembre 20193min0

Arrivé dimanche dans la soirée à Paris, le président de la République, Felix-Antoine Tshisekedi sera en l’honneur ce 12 novembre 2019. En effet, il faira partie des intervenants qui devront ouvrir la cérémonie du Forum de Paris sur la paix. Il le fera le même jour que son homologue français, Emmanuel Macron, le vice président chinois Wang Qichan et la présidente de la commission européeennne Ursula Von Der Leyen.

Le Forum de Paris sur la Paix est un événement annuel rassemblant tous les acteurs de la gouvernance mondiale lancé à l’initiative du président Emmanuel Macron.

« Le monde dans lequel nous vivons est fragilisé par des crises qui déstabilisent nos sociétés : crise économique, écologique, climatique, défi migratoire. Fragilisé par la résurgence de menaces capables de frapper à tout moment : terrorisme, prolifération chimique ou nucléaire, cybercriminalité. Fragilisé par le retour des passions tristes : nationalisme, racisme, antisémitisme, extrémisme — qui remettent en cause cet horizon que nos peuples attendent. C’est pourquoi nous avons voulu organiser ce Forum de Paris sur la paix qui a vocation à se reproduire chaque année et à rassembler les chefs d’Etat et de gouvernement […] mais également les représentants des organisations internationales, des organisations non gouvernementales, des pouvoirs locaux, des associations, des entreprises, des fondations, des intellectuels, des journalistes, des activistes, […] toutes celles et ceux qui font aujourd’hui le monde et qui peuvent le changer« , disait le président français lors de son discours d’ouverture de l’édition 2018.

Rappelons que ce Forum s’inspire de la Conférence de la paix de Paris de 1919 qui était une conférence internationale, organisée par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale afin de négocier les traités de paix entre les Alliés et les vaincus.

Après Paris, Félix Tshisekedi est annoncé en Allemagne où il sera en tête-à-tête avec la chancelière allemande, Angela Merkel. L’Allemagne compte soutenir l’économie congolaise, selon Nico Kazadi, ambassadeur itinérant de Félix Tshisekedi.


images-45-1.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini10 novembre 20191min0

Jean-Marc Kabund-A-Kabund, premier vice-président de l’Assemblée Nationale et président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a réagi via son compte Twitter a propos de la brûlure samedi dernier, de l’effigie du Chef de l’Etat Félix Tshisekei à Kolwezi, chef-lieu du Lualaba.

Le président ad interim de ce parti présidentiel a donc à cette occasion, annoncé que son regroupement politique Cap pour le changement (CACH) dont il est coordonnateur, met fin aux discussions avec le Front commun pour le Congo (FCC). Ce, jusqu’à l’établissement des responsabilités des personnes qui ont saboté l’effigie de Félix Tshisekedi.

« Brûler l’effigie du Chef de l’Etat dont la personne est inviolable sous la barbe du gouverneur, des responsables de l’ANR et de la police est inacceptable. Par conséquent, Nous avons(CACH), arrêtés toutes discussions avec le FCC, jusqu’à ce que les responsabilités soient établies », peut-on lire sur son compte Twitter.


images-43.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini9 novembre 20192min0

Chose promise chose due, la Nouvelle société civile du Congo (NSCC) et d’autres mouvements de la société civile ont marché ce samedi 09 novembre 2019 pour soutenir la gratuité de l’enseignement primaire appliquée en RDC, grâce aux efforts du Chef de l’Etat congolais, Félix-Antoine Tshisekedi.

A en croire un acteur de la NSCC interrogé par notre reporter, cette marche est organisée pour soutenir l’initiative du président Félix-AntoineTshisekedi et pour décourager les initiateurs des mouvements de grèves dans toute l’étendue de la République.

On pouvait remarquer quelques marcheurs tenant des banderoles marquées « gratuité de l’éducation de base, droit garanti par la constitution ».

A Kinshasa, des élèves de différentes écoles ont été aperçus dans cette marche de soutien à la gratuité de l’éducation de base, des matériels didactiques en mains. Plusieurs manifestants ont répondu présent à cette marche.

La marche s’est clôturée au Ministère de l’Enseignement Primaire, Sécondaire et Technique (EPST), où un mémo a été déposé.

Rappelons que cette marche de soutien à la gratuité de l’enseignement primaire a été organisé pour : – Mettre en garde toute tentative de sabotage et de mise en question des mesures de la gratuité de l’éducation de base en RDC.

– Aussi pour dire non à la discrimination des jeunes filles qui dont certains parents continuent à favoriser l’éducation des jeunes garçons en défaveur des jeunes filles.

Au niveau des provinces également, la marche a également eu lieu.