unnamed-3.jpg

Josue KashamaJosue Kashama7 avril 20202min0

Le Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS), Tedros Adhanom, a fustigé ce lundi les « propos raciste » tenus par les scientifiques français sur l’essai, en Afrique, du vaccin contre le covid-19. Pour lui « Ce genre de propos racistes ne font rien avancer. Ils vont contre l’esprit de solidarité » 

C’était au cours d’une conférence virtuelle, tenue au siège de l’OMS à Genève que le numéro de l’oms a réagit sur ces propos qui défraient la chronique

« L’héritage de la mentalité coloniale doit prendre fin. L’Afrique ne peut pas et ne sera un terrain d’essai pour aucun vaccin » a-t-il indiqué

Il stipule par ailleurs que l’Afrique va suivre les même règles et les même protocoles pour les essaie de vaccin ou de thérapie comme partout dans le monde

Sans remettre les deux scientifiques français en cause, le patron de l’OMS a condamné ce genre de propos tenus en plein 21e siècle

« Il est honteux et horrifiant d’entendre des scientifiques tenir ce genre de propos au 21e siècle. Nous les condamnons dans les termes les plus forts » a-t-il conclut

Rappelons que c’était lors d’un échange, diffusé le 1er avril sur la chaîne LCI, entre un chercheur de l’institut français de la recherche médicale et un chef de service d’un hôpital parisien, que ces scientifiques français avaient émis, avec un ton moqueur, les vœux de faire de tests de vaccin contre le covid-19 en Afrique

Cet échange a suscité une vive polémique en Afrique en France et en RDC, poussant ainsi les deux scientifiques mis en cause a présenté leurs excuses


78f12f56-aac8-4fb1-99b8-5b1067e60ed3-3190-000002bb191d5ce1.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri7 avril 20202min0

le Premier Ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, a tenu dans son cabinet de travail le lundi 06 avril 2020, en présence du Gouverneur de la ville, et certains membres du gouvernement, une réunion d’évaluation de la première journée de confinement de la commune de la Gombe.

Selon une source gouvernementale, le chef du gouvernement a indiqué qu’il va suivre méticuleusement l’ensemble des stratégies et opérations de riposte contre le COVID-19 pour stopper sa chaîne de contamination.

De son côté, le Gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila, a affirmé que de manière générale, la mesure de confinement de la commune de Gombe, a été respectée.

Il a tout de même relevé quelques difficultés d’accès rencontrées par plusieurs détenteurs des badges délivrés par l’hôtel de ville au niveau certaines barrières.

A ce sujet, ce dernier a rassuré que les dispositions sont prises pour y remédier, car ces badges de l’HVK sont officiels et ont valeur d’accès à la ville.

Dans la même journée, le gouvernement a à travers son ministère de l’Environnement procédé à la désinfection de l’hôtel du Gouvernement.

la Gombe, classée par l’INRB, ‘’épicentre’’ de la maladie à Coronavirus sera en confinement total pour une durée de 14 jours


d3dce2a9-66dc-48fc-a757-881f5c6fb5c9-2973-000002aa6400db3c-1.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri7 avril 20204min0

Apres avoir reçu constamment des piques sur des réseaux sociaux comme partout ailleurs, Le Secrétaire technique du Comité multisectoriel de la riposte Covid-19 en République démocratique du Congo, Jean-Jacques Muyembe Tamfum, a répondu dans l’après-midi du lundi 06 avril 2020, à certaines reproches mesquines des internautes sur son compte tweeter.

Dans une réponse adressée à une critique d’un internaute, le professeur Muyembe Tamfum demande à ce dernier de ne pas politiser la lutte contre le Covid-19, il indique que le chef de l’état lui a confié une mission qu’il est entrain d’être réalisée.

Par ailleurs, il réplique un tweet qui remet en cause sa stratégie de la lutte contre le coronavirus en République démocratique du Congo. ‘’la RD Congo enregistre 154 cas par mois alors qu’ailleurs où la stratégie marche on a des milliers des cas par jour’’ dit-il

Une erreur qui change la donne

Ce n’est pas un hasard si toutes ces personnes ont commencé à pointer des doigts le virologue Jean-Jacques Muyembe, directeur général de l’Institut national de recherche biomédicale de la République démocratique du Congo.

Dans la soirée du 03 avril 2020, le docteur Muyembe avait annoncé que dans une vidéo officielle, ‘’que le vaccin produit aux États-Unis où au Canada, sera testé en République démocratique du Congo au mois de mai 2020’’, propos qui ont provoqué la polémique auprès des compatriotes congolais.

Un jour après, Le Secrétaire technique du Comité multisectoriel de la riposte Covid-19, avait fixé l’opinion sur ses propos. ‘’Je viens d’apprendre qu’une vidéo circule à travers les réseaux sociaux. Mon message de ce soir est d’apaiser la tension que j’observe dans la population. Mon intention en parlant de vaccin Covid-19, n’était pas d’affirmer que nous allons commencer la vaccination en RDC sans qu’il soit auparavant testé en Amérique, en Chine et ailleurs, où des essais de vaccins ont déjà commencé’’ Jean-Jacques Muyembe.


EUxpjo6WAAE0GoJ.jpg

Josue KashamaJosue Kashama6 avril 20202min0

La première dame de La RDC, Denise Nyakeru a offert, ce samedi 4 avril à travers sa fondation(FDNT), en partenariat avec UNPA et avec l’appui du Canada et de la Suède, 2 cliniques mobiles, des kits d’accouchement et des kits de réponse aux viols au Comité Multisectoriel de Riposte au COVID-19.

Ces équipements médicaux  ont été remis entre les mains du professeur Steve Ahouka en presence du ministre de la santé, Eteni Longondo. La cérémonie a eu lieu au siège de la fondation qui porte le nom de l’épouse du chef de l’Etat Felix Tshisekedi.

Ces cliniques multifonctionnelles permettront, en ce temps de crise sanitaire, de suivre des personnes asymptomatiques testées positives au covid-19, d’évacuer les malades même lorsqu’ils sont dans des coins reculés, ainsi que  les prélèvements ou des soins à domicile.

Dans sa mission de protéger  les femmes enceintes et les nouveau-nés face à cette maladie, La FDNT  a également remis, de manière anticipative, 5 kits d’accouchements individuels hygiéniques pour 1000 femmes enceintes.

Comme si cela ne suffisait pas, des Kits post viols capables de prendre en charge 152 survivantes, 5 kits de prise en charge des IST pour 1250 patients et 200 kits de dignité ont été offerts, en cette période ou une recrudescence de cas de violences sexuelles est constatée.

Prenant la parole, Denise Nyakeru Tshisekedi n’a pas manqué des mots pour remercier ses partenaires par qui est venu ce don. Elle appelle la population au strict respect des règles d’hygiène et promet de multiplier des actions pour lutter contre cette pandémie qui se vit dans le monde entier.


EU3eoG8WAAAu4UN.jpg

Josue KashamaJosue Kashama6 avril 20201min0

L’ambassade de la Chine a remis  dimanche 05 avril à l’Institut national de recherche Biomédical (INRB), une cargaison des équipement médicaux donnés par la fondation Jack Ma du groupe Alibaba pour aider la RDC dans la Riposte contre le covid-19.

Cette cargaison contient 100 000 masques, 20 000 kits de test, 1000 combinaisons de protection ainsi que 1000 masques de protection. Ceci pour renforcer cette lutte que la RDC a déjà commencé contre le coronavirus.

Signalons que la RDC compte 18 décès pour un cumul de 161 cas confirmés. Cinq personnes sont guéries et 54 patients sont en bonne évolution.

 


daa41214-901b-4b38-a374-3c82b8990a00-2319-0000022b8ec7285f.png

Richard MusafiriRichard Musafiri6 avril 20203min0

Le gouvernement de la République démocratique du Congo, l’un des pays touché par le coronavirus en Afrique depuis le 10 mars 2020, a édicté les mesures préventives (barrières) que devrait s’imprégner la population congolaise. Objectif, freiner voir stopper une éventuelle propagation et contamination du Covid19 dans les territoires du pays.

Ces mesures barrières, sont-elles véritablement appliquées et respectées par les citoyens congolais ? Il s’avérait que la gravité de la pandémie de pneumonie à coronavirus soit minimisée, voir même que son existence soit totalement remis en cause.

Face à cette pandémie qui a déjà tué des milliers des personnes dans le monde, seule la population kinoise reste atypique et douteuse quant aux réalités y relatives, tergiversant entre la croyance et le boycotte, seul le risque d’une erreur funeste se laisse présager.

Croise à l’existence de la pandémie en République démocratique du Congo, particulièrement à Kinshasa, foyer du Coronavirus, ne serait-elle pas la première défensive ? Alors que le pays compte actuellement 161 cas confirmes, 18 décès, 5 guéries et 7 nouveaux cas confirmés a Kinshasa, Ne pas en croire ne favoriserait pas une flambée dramatique de son expansion dans le pays ? Par exemple, il a été dénoncé par les autorités provinciales, que des voyageurs continuent des navettes entre les provinces notamment sur la route numéro 1, Kinshasa-Kongo-central. Malgré l’interdiction du gouvernement et l’installation du Check point mis en place par le ministre provincial de l’intérieur et de la Santé du Kongo-Central
Nestor Mandiangu Mankita.

Si passer d’une province à une autre nécessite une petite paie d’argent, n’est-ce pas un moyen d’engloutir tout un territoire par faute d’une prise de conscience ?
L’application des gestes barrières contre le coronavirus qui jusque-là semble être difficile à respecter malgré sa promotion pour enrayer la diffusion du virus, ne doit-elle pas être premièrement une question de fond avant que celle-ci soit une application au forme ? Certainement, autant des questions doivent être étudiées pour que les mesures préventives édictées par le gouvernement soient effectivement mises en applications comme il se doit afin d’anéantir le fléau du virus.


WhatsApp-Image-2020-04-05-at-9.25.19-PM-678x381-1.jpeg

Sarah MukundiSarah Mukundi5 avril 20202min0

Le directeur de cabinet du Chef de l’État, Vital Kamerhe est convoqué au Parquet Général de Kinshasa/Matete ce lundi 06 avril 2020. Cette convocation est pour son parti politique Union pour la Nation Congolaise (UNC), un archarnement et une campagne de diabolisation de son leader. Ils se sont réunis pour statuer sur la question, ce dimanche 5 Avril 2020.

De ce fait, l’UNC dit avoir noté avec regret ce qu’elle qualifie “d’acharnement et de campagne de diabolisation” à l’égard de la personnalité de leur président national.

«L’UNC note avec regret, l’acharnement et la campagne de diabolisation par certaines officines en mal de positionnement sur la personnalité de Vital Kamerhe aussi bien sur les médias que sur les réseaux sociaux, et ce, depuis plusieurs jours», tel indiqué dans leur déclaration politique rendue publique après cette rencontre.

Cependant, malgré cette convocation mal vue aux yeux de ces derniers, l’UNC salut l’État de droit dans le pays.

Signalons que ce parti cher à Vital Kamerhe dit être déterminé à mettre hors d’état de nuire, par toutes les voies de droits, quiconque qui est impliqué dans cet acharnement et diabolisation de leur Chef.


IMG-20200318-WA0042.jpg

Sarah MukundiSarah Mukundi5 avril 20202min0

Le directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe est invité à se présenter au parquet général près la Cours de Kinshasa-Matete, ce lundi 6 avril 2020 dans la matinée pour un bon suivi de l’enquête sur les travaux de 100 jours instaurés par le président de la République Félix Tshisekedi.

Cette convoquation est pour une communication relative à l’instruction du dossier judiciaire ouvert au sujet des travaux de 100 premiers jours du président de la République Félix-Antoine Tshisekedi.

Signalons que le service de courrier de la présidence de la République a accusé réception de la correspondance portant invitation de Vital Kamerhe, le samedi 4 avril 2020.

De ce fait, le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi est accusé notamment des présumés détournements des fonds alloués dans le cadre des dits travaux dont la construction des Sauts-de-moutons et maisons pour les militaires.


eeb86b30-d905-4f80-b8a2-a945c75763b7-1342-00000140d1eef4f5.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri5 avril 20203min0

Alors que la pandémie de pneumonie à coronavirus continue de progresser dans l’Europe comme partout ailleurs, le porte-parole du gouvernement de la République démocratique du Congo, David-Jolino Makelele, a révélé dans l’après midi du 04 mars 2020, devant la presse, qu’il est d’une immense difficulté pour le gouvernement congolais d’organiser en cette période, un rapatriement pour les compatriotes congolais bloqués à l’étranger.

Faute de conjoncture, et en raison de leur représentation dans divers pays et du nombre des concernés, le porte-parole du gouvernement a avoué que le pays n’a pas pour l’instant le moyen d’affréter un ou des avions pour la diaspora congolaise.

« J’avoue que nous n’avons pas les moyens pour l’instant de rapatrier les ressortissants Congolais bloqués à l’étranger, révèle le porte-parole du gouvernement.

‘’S’il faudrait organiser cette évacuation, en rassemblant tous les congolais bloqués à extérieur, il se poserait un problème de logistique extraordinaire’’, a-t-il poursuivi

Il a cependant indiqué que la la priorité reste les traitements des personnes locales touchées par le virus, qui jusqu’à ce stage manquent les respirateurs. » cette maladie qui ne nous a pas averti, nous a fait retrouver dans une situation où tout devient prioritaire. Et l’État doit faire un choix. Le choix d’avoir un respirateur plutôt que d’affréter un avion ».

Il rassure toute fois que le gouvernement a statué sur les cas des personnes qui ont été dans des missions en provinces qui ont des difficultés pour regagner Kinshasa, par exemple, « d’ici très peu de temps, une solution pourra être trouvée pour leur situation ».


IMG-20200318-WA0042.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya4 avril 20201min0

Dix présidents africains dont Félix Tshisekedi, et le président français Emanuel Macron se sont réunis vendredi 03 avril en conférence téléphonique pour discuter de la réponse sanitaire et économique à apporter contre l’épidémie de coronavirus en Afrique.

Outre, les présidents congolais et français, ont participé à cette réunion les présidents Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Abiy Ahmed (Ethiopie), Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud), Paul Kagamé (Rwanda), Macky Sall (Sénégal), Félix Tshisekedi (RDC), Abdel Fattah al-Sissi (Egypte), Uhuru Kenyatta (Kenya), Emmerson Mnangagwa (Zimbabwe) et Moussa Faki, président de la Commission de l’Union africaine.

La France a évoqué jeudi une prochaine «initiative consacrée à la réponse sanitaire et économique au Covid-19 à l’échelle du continent Africain» , rapporte l’AFP.



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter