Screenshot_20190911-1231032-1280x777.png

Stephane NtumbaStephane Ntumba11 septembre 20192min0

Alors que des allégations nuisantes contre l’assemblée provinciale de Kinshasa circulent sur les réseaux sociaux voire d’autres médias, ce mercredi 11 août, le président de l’assemblée provinciale de Kinshasa, Godefroid Mpoy a déclaré que ceux qui soutiennent la suppression de l’Assemblée provinciale en RDC sont ceux-là qui ont échoué aux élections.

« Les apôtres de la suppression de l’Assemblée provinciale, sont ceux qui ont échoué aux élections. Ce sont des bêtises. Ils soutiennent la suppression de l’Assemblée provinciale après avoir échoué aux élections…”, a-t-il souligné.

Le président Godefroid Mpoy a indiqué qu’il était cible sans succès d’un assassinat à trois reprises dernièrement en RDC.

« On a cherché à m’abbatre à trois reprises. Un commando a été envoyé une fois à l’église, mais Dieu me défend…c’est depuis que j’ai commencé à traquer ceux qui ont détourné, que je suis sous menace« , a-t-il déclaré.

A entendre le pasteur Godefroid, il ne pas prêt à lâcher prise dans sa lutte pour le changement.

« Je ne peux pas m’opposer à la justice. J’ai un appétit d’ordre. Je vais moraliser la vie publique. Je ne vois pas pourquoi je dois attendre. Pour moraliser, c’est toujours urgent. Le changement dont on a besoin dans ce pays, c’est le changement des mentalités« , a-t-il attesté.

Godefroid Mpoy appelle le gouvernement provincial de Kinshasa à utiliser le décibelmètre pour mieux mener la campagne contre la nuisance sonore.


images-21.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini9 septembre 20196min0

Le mariage est certainement le plus beau jour de notre vie. C’est ce que rêvent plusieurs jeunes kinois mais pour arriver à ce stade, il y a des étapes à franchir. La plus importante d’entre elles, la dot. Aimer une femme de nos jours en RDC, notamment dans la capitale congolaise Kinshasa est autorisé à « Monsieur tout le monde » mais arriver à l’épouser légalement est synonyme à avoir les poches pleines. Il s’observe depuis un temps à Kin, une pratique tant décriée par les jeunes kinois, « la vente de jeunes filles ».

En effet, l’argent de la dot qui établit le lien du mariage entre familles africaines est devenu une nouvelle forme de commerce. Le prix de la dot ne cesse d’aller crescendo à Kin. Si, hier un sac de seul suffisait pour épouser sa femme, à l’ère des Smartphones, une somme d’au-moins 2 000 dollars américains voire plus suffit pour marier une femme légalement.

Et surtout lorsqu’il s’agit d’une fille qui a un cursus universitaire, là il y a deux cas, soit tu acceptes les conditions, soit tu vas voir ailleurs. Pour ce cas, certaines familles montent les enchères comme qui dirait ; « remettez-nous nos frais académiques et dépenses investis dans la fille ». Alors que sous d’autres cieux, le mariage n’exige pas toutes ces dépenses, il suffit que le couple décide de se mettre la bague au doit et le tour est joué.

Au par-dessus de toutes ces dépenses exorbitantes, la robustesse pécuniaire s’avère un atout pour pouvoir acheter des biens coutumiers demandés. Entre autre un bouc ou une vache, plus ou moins 2 wax hollandais (pagnes), deux foulards de tête, un sac de sucre, un sac de sel, un carton des poissons salés, deux lampes, un costume de haute couture plus une chaussure de marque etc. Certaines familles vont plus loin jusqu’à demander des groupes électrogènes, des télévisions en écran plasma, des laptops, décodeur canal + voire des appareils électroniques du dernier cri. La plupart de ces biens demandés n’ont rien avoir avec les coutumes africaines.

A Kinshasa, se marier est synonyme à avoir les poches pleines

Ces moyens dispendieux qu’il faut dépenser pour la dot a pour corollaire l’abondance des célibataires et la continuation du phénomène « yaka tofanda » (union de fait) à Kinshasa. C’est-à-dire, je ne suis pas riche pour épouser madame par conséquent je l’engrosse pour qu’elle devienne, malgré tout, ma femme. Dans ce cas la facture est clémente car lorsque le pire arrive, seul l’honneur de la famille mérite d’être sauvé.

A Kinshasa, se marier est aussi synonyme à plusieurs années d’épargne de ses revenus pour réunir l’argent de la dot et tout ce qui va avec (vêtements des parents, vache ou bouc etc.). Qui veut se marier à Kin doit certes posséder aussi une robustesse mentale pour ne pas s’évanouir devant la facture provenant de la belle famille car vous vous croirez dans un magasin à femme sauf si vous tombez dans les bonnes mains.

Plusieurs jeunes kinois animés par la volonté de se marier font face à « l’achat d’une épouse ». La dot à Kin est dépourvue des valeurs traditionnelles, la façon dont on l’applique aujourd’hui s’associe au marchandage des femmes. Or ces dernières ne sont pas des objets à acheter ; ce sont les femmes, nos femmes ! Il est temps que les familles congolaises, kinoises surtout apprennent à apprécier les efforts que fournissent les jeunes couples pour se donner les moyens d’accomplir leurs rêves.

Faut-il maintenir ou supprimer la dot ?

D’aucuns estiment que lorsque deux partenaires s’aiment, on ne doit pas facturer l’un ou l’autre pour leur mariage, surtout dans le contexte de l’égalité du genre tant revendiquer par la gent féminine. Le mari tout comme la femme peuvent se cotiser de l’argent pour tenir leur mariage. Est-il nécessaire de facturer l’homme qui veut épouser une femme, comme une marchandise ? Soit, il faut lui laisser le libre choix de se facturer, selon son propre gré ? Le débat est lancé.


IMG-20190909-WA0006-1280x853.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba9 septembre 20192min0

Le président du Sénat Alexis Thambwe Mwamba a effectué, ce lundi 9 septembre, la visite de différentes installations de la Chambre haute du Parlement, dont les travaux ont été lancé dernièrement afin de mettre cette institution dans le bonne condition du travail.

Alexis Thambwe Mwamba a, de ce fait, exprimé son satisfecit quant au bon déroulement de cette réhabilitation et s’est dit rassuré que lui et ses collègues sénateurs travailleront dans les bonnes conditions, dès la rentrée parlementaire prévue le 15 septembre”, renseigne le communiqué parvenu à Kinshasa Times.

Alexis Thambwe a été élu président du Sénat de la RDC au cours de la plénière organisée ce samedi 27 juillet.

Il a réuni 65 voix sur les 108 votants. Le candidat du Front commun pour le Congo, plateforme de l’ancien président Joseph Kabila a battu Modeste Bahati, dissident de la même plateforme et qui a raflé 43 voix. Il avait ainsi succédé à Léon Kengo wa Dondo.


félix.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba8 septembre 20191min0

Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi a rendu hommage, ce dimanche 8 septembre, à l’ancien Président du Zimbabwe, Robert Mugabe, décédé à l’âge de 95 ans le vendredi 6 septembre de suite d’une longue maladie.

Surpris de la nouvelle, le Président de la RDC, exprime sa « grande émotion » sur la disparition de Robert Mugabe. « Je présente mes condoléances les plus attristées à sa famille biologique ainsi qu’au peuple zimbabwéen » indique le tweet de la Présidence.

Félix Tshisekedi salue le combat mené par Robert Mugabe dans le panafricanisme et l’Indépendance du continent Africain.

« Nous garderons en mémoire le souvenir d’un Panafricaniste et d’un Combattant de l’indépendance africaine. Que Son âme repose en paix », renseigne-t-on.

Le président Africain qui a battu le record de l’ancienneté, Robert Mugabe avait quitté le pouvoir le 21 novembre 2017 suite aux fortes pressions de l’armée et de ses opposants politiques à cause de l’insuccès économiques de ses gouvernements.


KAMERHE-WEB-upload.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba8 septembre 20192min0

Dans l’affaire du détournement de près de 15 000 000 dollars du trésor public, Vital Kamerhe, Dircab du Chef de l’Etat, a instruit la suspension de l’audit qu’entreprenais l’Inspection Générale des Finances (IGF).

Il a déclaré ainsi au cours d’une interview accordée au Jeuneafrique parue ce dimanche 8 août.

J’ai demandé la suspension de l’audit et ai écrit en ce sens au ministère des finances, parce que si l’ANR ( agence nationale de renseignements) avait besoin d’éclaircissements, elle aurait dû les demander au ministère des finances ou du budget”, a-t-il confirmé.

Le directeur du cabinet du chef de l’Etat Félix Tshisekedi admet que l’ANR et IGF dépendent de la Présidence, et ne peuvent pas prendre de décision sans l’aval de cette dernière.

Cette usurpation, d’après Vital Kamerhe, “c’est de la rébellion administrative. Tout cela se résume en un petit complot inutile et mal monté”.

Notons que la mission avait renseigné la perte d’environ 15 millions USD de bonus de l’Etat, au terme d’une opération de remboursement de la créance de 100 millions USD, par le trésor public aux sociétés pétrolières. Cela pour compenser le manque à gagner des sociétés pétrolières réclamés résultant du gel des prix des produits pétroliers par le Gouvernement entre 2017 à juillet 2019.


denise-tshisekedi-micros-8mars-110319-800px.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA8 septembre 20191min0

C’est à l’occasion de la table ronde de l’autonomisation de la femme aux affaires organisée le samedi 7 septembre dans le cadre du Forum économique afro-africain, Sultani Makutano 5 que la première Dame de la RDC, Dénise Nyakeru a lancé un vibrant appel à toutes les femmes congolaises de créer un leadership congolais capable d’impacter le monde dans son entièreté.
Selon Dénise Nyakeru,  » Toute femme est une guerrière en hibernation d’où il faut qu’elle se réveille pour activer ses potentiels afin de relever les défis qui s’imposent à elle ».
Plusieurs personnalité ont pris part à cette table ronde mettant la femme au centre, entre autres, la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda qui a exhorté les femmes à « se positionner là où se prennent de grandes décisions ».
La présidente honoraire du Libéria et prix Nobel de la paix, Ellen Johnson Sirleaf a quant à elle a raconté son expérience comme première femme présidente africaine pour booster les femmes leaders àtravailler dur et contribuer au développement de la société.


ETOO-780x440-1.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA7 septembre 20191min0

L’international camerounais Samuel Eto’o a annoncé la fin de sa carrière sportive ce samedi 7 septembre à Kinshasa.
C’était au cours du panel business sport au forum Sultani Makutano 5 qu’il annoncé le début de sa retraite.
« J’ai besoin de me reposer j’ai couru pendant 24 ans , et je dois profiter avec mon épouse et mes enfants  »
À l’âge de 38 ans, Eto’o laisse le sport pour des nouveaux défis.  » vous me verrez faire autres choses dans les mois qui viennent » a-t-il ajouté.
Né le 10 mars 1981 à Duala, Samuel Eto’o est un footballeur international camerounais qui a évolué au poste d’attaquant, dans différents club internationaux notamment, le club espagnol, l’Inter Milan, le FC Barcelone et autres.
Pendant sa carrière, il a marqué 130 buts en cinq saisons avec le FC Barcelone. Il est donc considéré comme le meilleur numéro 9 de l’histoire du Barcelone


IMG-20190906-WA0003.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA7 septembre 20193min0

« Booster la croissance et la compétitivité de la RDC. Leviers Innovants ». Tel est le thème retenu pour la 5em édition du forum économique afro-aficain, Sultani Makutano, lancé officiellement par  président de la République Félix Tshisekedi, ce vendredi 6 septembre à Kinshasa.

Au cours de son mot d’ouverture de ces assises, le chef de l’État a annoncé la tenue dans les tout prochains jours d’une table ronde sur l’amélioration du climat des affaires.

« J’annonce la convocation dans les prochains jours d’une table ronde sur le climat des affaires pour vous écouter, et prendre en compte vos doléances, et mettre en place tout un mécanisme de suivi et de réforme du climat des affaires » a-t-il annoncé.
L’amélioration du climat des affaires est l’un de piliers figurant  dans le programme du chef de l’Etat qui a pour but de favoriser la croissance économique durable et restaurer la classe moyenne congolaise.
Il a de ce fait confirmé au monde des affaires, qu’un certain nombre des mesures sont entrain d’être prises pour éviter de tracasseries auxquelles les entreprises font face.
 » Je voudrai rassurer le monde des affaires que j’ai commencé à prendre des mesures pour éviter les tracasseries de tout ordre dont les entreprises font l’objet de la part de certains services de l’État. ». A-t-il rassuré.
Il a par ailleurs promit de veiller personnellement à ce que toutes les convocations intempestives dont font l’objet les opérateurs économiques puissent cesser et que seules celles qui sont légales et régulières soient autorisées.
Créé en 2016, le Sultani Makutano est avant tout un club d’affaires dont l’objectif premier est de « générer des opportunités d’affaires pour et entre ses membres ».
Pour ce faire, le réseau organise un forum annuel de dimension internationale. Il est donc une plateforme collaborative qui « se positionne en force de propositions et de solutions pour faire progresser la RDC sur la voie de l’émergence ».


images-92.jpeg

Stephane NtumbaStephane Ntumba6 septembre 20192min0

La session extraordinaire de l’Assemblée Nationale Congolaise s’est clôturée ce vendredi 6 septembre sans la présence des députés nationaux élus de l’opposition lesquels on boycotté la plénière.

Au cours de la plénière, l’Assamblée Nationale a investi les membres du gouvernement IIlunkamba à une large majorité des députés nationaux proches du Front commun pour le Congo et du Cap pour le changement.

Le programme du Gouvernement a suscité des discussions entre les parlementaires de l’opposition et ceux de la majorité au pouvoir.

Sylvestre Ilunga, premier ministre, rassure qu’il prendra compte des observations faites sur son programme d’actions.

Les orientations reçues de l’assemblée nationale seront :traduites en action secteur par secteur, circonscription par circonscription par les ministres juste après l’investiture”, a-t-il déclaré.

Parmi les députés de l’opposition qui ont claqué la porte de l’assemblée nationale figure ceux de la plate-forme politique Lamuka et ses alliés.


WhatsApp-Image-2019-09-06-at-15.15.59.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA6 septembre 20191min0

Au cours de la 5 ème édition de Sultani Makutano qui a débuté ce vendredi 6 septembre à l’hôtel du fleuve, Anthony Nkinzo, DG de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissement (ANAPI) a donné son point de vue quant à la politique de local content à mener pour attirer les investisseurs.
À l’en croire, »La qualité de ressources humaines » est l’un des points essentiels afin d’attirer les investisseurs étrangers, car « Les investisseurs ont besoin d’une main d’œuvre qualifiée ».
Pour ce faire il faudrait renforcer la capacité du local content, démontrez aux investisseurs que nous avons de l’expertise puis  mettre en oeuvre une bonne gouvernance du local content.

Lancé officiellement par le chef de l’État, Félix Tshisekedi, Sultani Makutano 5, est un Forum économique afro-africain, réunissant les hommes d’affaires et entrepreneurs venus de différents pays africains qui partagent leurs expériences.