images-58.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini18 novembre 20194min0

La série des massacres perpétrés par des rebelles ADF à Beni, n’a pas encore dit son dernier mot dans la zone. Dans la nuit du dimanche à ce lundi 18 Novembre 2019, ces rebelles ougandais ADF, ont de nouveau signé une nouvelle incursion à Oicha-Pakanza en territoire de Beni, au lendemain d’une autre incursion des mêmes rebelles à Mbau la nuit du vendredi au samedi 16 Novembre 2019.

Des informations à notre possession, rapportent un bilan lourd provisoire de 5 civils tués par ces rebelles ADF dans cette nouvelle attaque.

D’après la société civile, qui nous livre la nouvelle, ces rebelles se sont infiltrés dans cette partie dans les heures vespérales, avant de s’apprendre aux civils par armes à feu.

Le rescapés de cette nouvelle attaque sur place à Pakanza, rapportent que n’eut été les alertes des jeunes qui faisaient la patrouille dans cette partie, les rebelles auraient exécutés plusieurs civils.

« C’est vrai ce sont des ADF, qui sont arriver ici vers 23 heure, pendant que les jeunes pratiquait la patrouille, sont ces jeunes qui se sont croisés à ces ADF, avant qu’ils ne tire sur eux. Ces jeunes ont directement pris fuite entrain d’alerter » Explique à laprunellerdc. Info, un rescapé.

A ces derniers d’ajouter que les rebelles ADF ont incendiés 3 maisons avant de piller plusieurs autres.

« A peine arriver ces rebelles ont pillés plusieurs maison des civils. Je me suis cacher dans une petite brousse non loin de ma résidence, j’ai vu ces rebelles tirés plusieurs coups de balles, entrain de s’exprimer dans une langue que je n’ai pas pu comprendre. Ils étaient nombreux des hommes et des femmes confondus. Ce sont les femmes qui portaient des butins » ajoute un autre rescapé.

Suite à ce nouveau massacre les habitants de la ville de Beni sont descendus dans la rue et ériger des barricades dans les artères publiques bloquant ainsi la circulation sur la Route Nationale Nº4, mais déjà vers 8 heures locales ce lundi, les barricades érigées par les habitants ont été évacuées par les forces de l’ordre.

Disons que la commune rurale d’Oïcha (Beni-territoire) fait actuellement face à la menace rebelle. Des ADF y intensifient des attaques contre les paisibles citoyens, et cela, depuis le lancement des opérations de « grande envergure », lancées le 30 octobre dernier, par les forces loyalistes dans l’Est de la RDC.

Dans seulement 10 jours, on peut compter déjà une cinquante de morts dans cette seule partie de la province du Nord-Kivu.

La Société Civile comme des habitants de la ville et territoire de Beni, demandent à l’armée de lancer les opérations dans tous les rayons de ce territoire pour sécuriser les agglomérations.


images-56.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini18 novembre 20191min0

Ancien de Wenge Musica Maison Mère et actuel patron de l’orchestre ‘’La team Wata’’, Bondongo Kabeya dit Héritier Watanabe sera ce lundi 18 novembre 2019 devant les juges du parquet près le tribunal de Kinshasa-Gombe, pour donner plus de lumière dans l’affaire où il est accusé d’atteinte à la pudeur et de proxénétisme. Cette étape, rappelle-t-on, intervient après sa dernière audition intervenue le week-end dernier.

En effet, des sources proches de l’artiste parlent d’un acte de piratage perpétré par des personnes mal intentionnées.

Dans le volet des réactions, le député national Claudel Lubaya avait appelé les autorités policières et judiciaires à éviter une justice à double vitesse dans cette affaire.

« Sans porter un jugement de valeur sur les faits de mœurs reprochés à l’artiste musicien Héritier Watanabe, je constate néanmoins, non sans regret, la diligence de la justice pour le mettre aux arrêts pendant que la même justice peine à agir sur certaines affaires courantes dont celles de meurtre et autres », pouvait-on lire sur sa page Facebook officielle.


73780153-898D-4CF1-9BA1-9CA2B8E9E529-1280x1066.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini16 novembre 20191min0

Le Ministère de Culture et Arts organise un concours de peinture ayant pour thème: « le Congo dans l’Afrique ».

Pour participer à ce concours, les artistes peintres sont priés de déposer leurs œuvres au cabinet du ministre ou aux divisions provinciales jusqu’au dimanche 24 novembre 2019.

 »La meilleure œuvre sera sélectionnée par le jury et sera achetée par la République » peut-on lire dans le communiqué joint ci-dessous.


images-54.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini16 novembre 20192min0

Félix Tshisekedi, président de la République Démocratique du Congo, s’est entretenu avec la diaspora congolaise en Allemagne à l’hôtel Maritime. Dans son discours le chef de l’État congolais confie à la diaspora que sa mission est de ramener le Congo à la place qui est la sienne.

« Le Congo a trop souffert de ses divisions, le Congo a injustement souffert d’une guerre qu’il n’a jamais choisi, le Congo a souffert des crises qu’il n’a jamais choisi. Mais aujourd’hui, je peux vous dire que le Congo est entrain de se débarrasser de tous ses vieux démons », a-t-il déclaré.

 »Si l’Allemagne a décidé de franchir ses pas pour accompagner le Congo dans son développement par la coopération bilatérale, mais également par ses investisseurs qui se bousculent pour l’intérêt qu’ils ont à venir chez nous, ça veut dire que l’avenir de notre pays est à espérer meilleur et radieux« , poursuit-il.

 »Je me suis engagé en leurs disant, venez avec nous et je vous promets de faire du Congo l’Allemagne d’Afrique », Tshisekedi à la diaspora congolaise en Allemagne.

Le garant de la nation congolaise Félix Antoine Tshisekedi a exposé la raison de sa présence en Allemagne.

 » En faite je suis venu ici parce que l’Allemagne n’est pas n’importe quel pays, c’est le moteur de l’Europe », conclut-il.


images-53.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini14 novembre 20191min0

Dans une interview accordée à Jeune Afrique, l’ancien premier ministre de la RDC, Adolphe Muzitu affirme que la proposition de Martin Fayulu ne veut pas dire que Lamuka a reconnu le pouvoir de Félix Tshisekedi.

On ne reconnaît pas le pouvoir en place parce qu’il est illégitime. Nous disons qu’il faut sortir de cette illégitimité et qu’il faut retourner aux urnes mais pour ce faire il faut des réformes. Et pour obtenir ces réformes il faut instaurer un Haut conseil national des réformes institutionnelles (HCNRI) pour une période de dix-huit mois”, déclare-t-il.

Il poursuit en disant “l’intérêt supérieur de la nation exige que l’on travaille ensemble pour améliorer les choses”. Les autres leaders de Lamuka, jugés plus modérés, ne semblent pas en phase avec cette proposition.

Aucun leader de Lamuka n’a contredit cette proposition. “À partir du moment où les leaders de Lamuka n’ont pas dénoncé cette proposition, c’est qu’ils sont d’accord”, affirme-t-il.


images-50.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini13 novembre 20192min0

Les propos tenus par Jean-Marc Kabund, dans sa qualité de président a.i de l’UDPS et coordonateur du CACH au cours de la commeration de la journée de la base au siège de l’UDPS n’ont pas laisser tranquille leur allié du FCC.

La plateforme de Joseph Kabila n’a pas tarder à répondre au président a.i de l’UDPS, dans un communiqué rendu public après la conférence des présidents de regroupements politiques du FCC. Ce dernier condamne les propos tenus par Jean-Marc Kabund qu’il qualifie comme provocateurs, injurieux et diffamatoires à l’égard de Joseph Kabila.

Pour le FCC, ces propos peuvent plonger le pays dans une grave crise politique et institutionnelle dont Jean-Marc Kabund ne mesure pas les conséquences par sa manque de maturité politique.

 »Le FCC reste attentif à la suite des événements et répondra de façon active et militante à touteprovocation d’où qu’elle vienne », peut-on lire dans cette déclaration

Rappelons que Jean-Marc Kabund, a profité pour faire son speech, au cours de la commémoration de la journée du 12 Novembre décrétée par le secrétaire général du parti, Augustin Kabuya en souvenir du jour ou Félix Tshisekedi avait retiré sa signature à la conférence de Genève qui avait réuni l’opposition congolaise pour désigner un candidat commun.


images-49.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20192min0

En marge de la célébration de la journée de la base de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, président a.i de l’UDPS et coordonnateur de CACH, est revenu sur le climat d’instabilité qui caractérise la coalition au pouvoir, « FCC-CACH » . Dans sa qualité de coordonnateur de CACH Jean-Marc Kabund déclare que l’UDPS a toujours dit « oui » pour la coalition FCC-CACH mais en étant vigilant sans laisser à une personne de perturber le pouvoir de Félix Tshisekedi.

Pour J.M Kabund, il n’y avait aucune autre solution, si ce n’était que de faire la coalition du faite que le FCC a la majorité parlementaire.

Il met en garde le FCC, qui selon lui, sousestime le CACH.

 »Il ne faut pas nous pousser d’aller fouiner dans le passé, car nous ne pouvons pas accepter qu’un groupe d’individus puissent blaguer avec ce pouvoir », a dit J.M Kabund.

« A partir d’aujourd’hui, si nous voyons que cette coalition n’est plus pour l’intérêt suprême du peuple, nous n’hésiterons pas à mettre fin à cette union », a-t-il ajouté.

Rappelons que la date du 12 novembre a été baptisée « journée de la base » de l’UDPS, par Augustin Kabuya, secrétaire général de ce parti. Cela pour reconnaître le courage de cette base, d’avoir demandé à Félix Tshisekedi de retirer sa signature de l’accord de Genève, qui avait établi Martin Fayulu, candidat commun de l’opposition.


images-45-2.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20192min0

L’UDPS a commémoré ce mardi 12 novembre 2019, la  »journée de la base », baptisée ainsi par Augustin Kabuya, secrétaire général de ce parti. Prenant la parole devant les militants et cadres de ce parti, Jean-Marc Kabund, président a.i de l’UDPS a déclaré du haut de la tribune que l’accord du Genève était un complot pour la division de l’UDPS.

 »L’accord de Genève a été un coup fatal pour la division de l’UDPS après la mort du feu Étienne Tshisekedi », a dit J.M Kabund.

 »Le pouvoir de Félix Tshisekedi est le couronnement de la lutte de 37 ans de l’UDPS, ce n’est pas un pouvoir qui nous a été donné par une personne », a-t-il ajouté.

Et Jean-Marc Kabund d’enfoncer le cloue : « Ceux qui veulent le pouvoir ils n’ont qu’à attendre 2023 », date de la fin du quinquennat du président Félix-Antoine Tshisekedi.

Rappelons que la date du 12 novembre a été baptisée « journée de la base » de l’UDPS, par Augustin Kabuya, secrétaire général de ce parti. Cela pour reconnaître le courage de cette base, d’avoir demandé à Félix Tshisekedi de retirer sa signature de l’accord de Genève, qui avait établi Martin Fayulu, candidat commun de l’opposition.


IMG-20190620-WA0090.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20192min0

Les élus provinciaux du Kongo-Central s’opposent de nouveau contre la construction du
pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa, ces derniers disent avoir appris la signature d’un accord depuis l’Afrique du Sud où se tient le Forum sur l’investissement en Afrique d’un contrat de la construction du pont route-rail signé par la RDC.

Ces députés provinciaux veulent avant tout, la construction du port en eau profonde de Banana. Selon eux, la construction de ce port donnera de l’emploi à plus de 5.000 et 10.000 congolais qui seront engagés.

Depuis la France où il était invité par son homologue Français Emmanuel Macron, le président de la République Félix Tshisekedi dans son speech devant la communauté congolaise vivant en France, le Chef de l’État l’a déclaré que la construction du port de Banana est  »une priorité et les discussions sont déjà avancées avec les différents partenaires pour mettre en œuvre ce projet ».

 »Nous avons très bientôt signé le contrat pour la construction du port en eau profonde de Banana mais aussi les textes et les accords pour la construction du pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa  », a déclaré Félix Tshisekedi.


images-47.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20191min0

Les rebelles Ougandais de l’ADF viennent de tuer 5 civils dans la localité de Kitchanga, près de Mayi-Moya, non loin de la base de la Monusco et du camp militaire de la place, en pleine nuit du lundi à ce mardi 12 novembre 2019.

Cette nouvelle est rapportée par la société civile de cette partie du pays. selon elle, les rebelles sont arrivés dans cette contrée vers de 19 heures et ont tué à coups des armes blanches et à feu les civils innocents.

Ces rebelles sont repartis sans être poursuivis, affirme la société civile. Par ailleurs, elle appelle les autorités militaires à la prise des nouvelles stratégies pour épargner les civils de la barbarie des ADF.

Pour rappelle, il y’a eu des massacre de ce genre, il y’a deux semaines à Eringeti et Kokola où une dizaine des civils a péri toujours dans le groupement Bambuba Kisiki en territoire de Beni.