67360fbd-58b8-4943-a5d4-7df2dbbd723c-608-000000472b76d10e.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri30 mars 20202min0

C’est lors d’un affrontement entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), et le groupe armée Forces démocratiques alliées (ADF), dans la soirée du dimanche 29 mars 2020, que 38 otages congolais détenus par les combattants ont pris fuite pour se réfugier au camp de la MONUSCO dans la localité de Mayimoya

C’est dans la localité de Mayimoya, dans le territoire de Beni (Nord-Kivu), que ces affrontements ont eu lieu.

Détenus pendant plusieurs semaines par les combattants du groupe armé ougandais, les otages ont profité du combat pour se sauver en se rendant à la base de la MONUSCO situé dans la même ville de Mayimoya.

Parmi ces otages figurent les hommes, les femmes, et les enfants, tous ressortissants de Mamove et de Biakato.

La société civile annonce pour l’instant, qu’ils sont entendus par l’armée congolaise en attendant qu’ils soient remis à leurs familles respectives.

Le bilan reste cependant non connu. Les forces armées de la République démocratique du Congo comptent zéro mort et zéro blessé.


IMG-20200318-WA0042-1.jpg

Sarah MukundiSarah Mukundi30 mars 20202min0

Quatre personnes sont mortes ce lundi 30 mars, lors des affrontements entre les adeptes Ne Mwanda Nsemi et la Police nationale , dont un motocycliste et trois adeptes du mouvement politico-religieux Bundu Dia Mayala, au niveau de la station ML dans la commune de Kintambo.

Cette information a été confirmée par le chargé de communication de la secte BDM, maître Philippe Kibangu.

« le nombre des adeptes rassemblés portant l’effigie de Né Mwanda Nsémi était inférieur à 20 personnes, selon le strict respect des mesures d’hygiène édictées par le chef de l’Etat, et en distance d’un mètre.», a indiqué Maître Philippe Kibangu.

Il a ajouté que depuis la mise en résidence surveillée de leur leader, la plupart de leurs adeptes errent aux alentours de sa maison puisqu’ils ont été interdits d’y accéder.

Il sera important d’indiquer que jusque là, la police n’a pas encore donné le bilan officiel de ces affrontements.


IMG_20200330_085458-1024x670-1.jpg

Sarah MukundiSarah Mukundi30 mars 20202min1

Les partisans de Ne Muanda N’semi manifestent depuis la matinée de ce lundi 30 mars 2020, dans la commune de Ngaliema sur l’avenue Benseke, dans le quartier Ma Campagne (Kinshasa), après s’être dispersé par la Police nationale congolaise.

Des tires de balle de la police pour disperser les adeptes de Ne Muanda N’semi, et les gaz lacrymogènes ont éclaté pour disperser ses adeptes qui manifestaient à la gloire de leur chef.

‘’Ils étaient arrivés jusqu’à la station ML. Il y a eu affrontement avec les éléments de la Police. Les adeptes de Ne Muanda Nsemi ne voulaient pas quitter le lieu malgré les instructions de la Police. Celles-ci a utilisé les gaz lacrymogènes et ils se sont dispersés’’, a expliqué un témoin de l’événement.

Après dispersion, sans avoir vu les victimes, les traces des sangs ont été retrouvés sur la chaussée où se tenait les adaptes du Ne Muanda N’semi.

C’est alors que le pays fait face à une crise sanitaire qui interdit tout rassemblement de plus de 20 personnes, que ces partisans du mouvement mystico-politique de Bundudia mayela ont décidé de manifesté à un nombre allant au-delà de cents personnes.

Rappelons que Ne Muanda Nsemi s’est autoproclamé président de la République démocratique du Congo au mois de janvier dernier.


bcbe7229-8f46-4b0d-a60a-09d78def8cf5-497-00000058a3837eaf.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri29 mars 20203min0

Le ministre provincial de l’Intérieur et de la Santé du Kongo-Central, Nestor Mandiangu Mankita a procédé à l’installation d’un point de contrôle entre la ville province de Kinshasa et la province du Kongo-central, le 28 mars 2020, pour lutter contre la propagation du coronavirus en intensifiant le contrôle des transports qui font incessamment des navettes entre les deux villes.

Selon lui, si la ville de Kinshasa est la plus touchée, la province du Kongo-Central peut être atteinte. C’est pour cette raison qu’il y’a eu installation de ce check point pour chucker toute personne qui quitte Kinshasa vers le Kongo-Central.

Par conséquent, il est appelé à tous les transporteurs de se soumettre à cette exigence des autorités du pays pour tenter de contenir la pandémie du coronavirus et d’empêcher sa propagation dans d’autres provinces.

Pour les personnels de santé, le check point suit soigneusement les indications sanitaires édictées par le gouvernement.

‘’On aligne les passagers tout en respectant la distance d’un mètre, il se lave les mains, on prélève la température, ils entrent dans la tente qu’on a installé pour le remplissage de la fiche sanitaire du voyageur. On prend le nom de la personne, l’adresse, le numéro de téléphone éventuellement pour la traçabilité’’, explique Dr Judith Mwaka chef du site.

Pour le colonel Lady Mukuna, commissaire adjoint en charge de la police administrative, la police nationale congolaise (PNC), présente dans la zone, assure l’application des mesures préventives adoptées par le chef de l’Etat.


2e50eaf7-4e38-4240-b4f6-9548ba3b413d-238-0000001cf2ee6dbc.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri29 mars 20203min0

Le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque métropolitain de Kinshasa, s’est mécontenté lors d’une conférence de presse animée le samedi 28 mars, du tâtonnement des autorités congolaises quant à la question relative à la gestion de la riposte contre la pandémie Covid-19.

Dans ses mots, il a demandé aux autorités d’éviter la stigmatisation, et de ne pas jouer avec la vie du peuple, car ces hésitations décisionnelles ont un impact sur l’être congolais en général, et celui de Kinshasa en particulier.

Quant au report du confinement par intermittence lancé par le gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila Mbaka, l’archevêque métropolitain de Kinshasa, estime que ce recul donne l’impression que le pouvoir en place tâtonne, en effet, sur une question délicate qui est la santé publique de la population congolaise.

Pour lui, ces incertitudes laissent le peuple dans un flou total.

‘’Le gouverneur de la ville province de Kinshasa avait décidé un confinement par intermittence qui devrait entrer en vigueur le vendredi soir. D’emblée, nous apprenions que ces mesures sont reportées. Ce qui laisse le peuple qui s’y était pourtant préparé, dans un flou total. Ce recul donne l’impression que le pouvoir tâtonne dans la gestion d’une matière aussi délicate que la santé publique de notre peuple en ce contexte grave d’épidémie”, a déclaré F. Ambongo.

Par ailleurs, le cardinal note qu’un confinement intégral capable de ralentir et riposter l’expansion du virus serait propice que s’il est assortie des mesures d’urgences humanitaires.

“A notre avis, seul le confinement intégral serait plus indiqué à ralentir l’expansion de cette terrible épidémie. Il doit impérativement être accompagné par des mesures d’urgence humanitaires”, a-t-il précisé.

Il a à l’issue de son intervention exhorté la population, à prendre au sérieux les mesures préventives édictées par les autorités compétentes et manifester la solidarité les uns pour les autres pour riposter avec optimisme contre cette pandémie mortelle qui tourmente le monde.


86a8490d-0c65-4ae4-947e-fd4b973eec0b-238-00000004efeb673c.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri29 mars 20204min0

L’artiste musicien congolais, Fally Ipupa a annoncé au cours d’une intervention faite à Kinshasa ce 29 mars 2020, avoir récolté quelques semaines après le lancement de son appel de fonds, plus de 10.000 dollars américain et plusieurs biens en nature qu’il distribuera par le baie de l’église catholique au plus démunis de la capitale Kinshasa, afin de surmonter la crise sanitaire Covid19 qui a touché la République démocratique du Congo.

Il a indiqué qu’à ce jour, son appel semble trouver un échos favorable au près des donateurs et qu’un paquet de 2.484 euros est prêt à être donné au plus défavorables pour une assistance financière et alimentaire à la population kiniose qui fait face à cette pandémie depuis le 10 mars 2020.

 »Nous sommes en ce jour à 2484 euros, en tout cas, il y’à beaucoup des gens de bonne volonté qui ont réagi, les gens sont déterminés, ils ont la volonté de nous aider et d’aider surtout nos frères et soeurs qui sont au Congo à Kinshasa », à indiqué l’artiste Fally Ipupa.

‘’Et puis sur le compte de la fondation, Fally Ipupa fondation, nous sommes actuellement à 10.000 dollars américains’’, A-t-il poursuivi.

Satisfait de cet élan de solidarité, l’artiste musicien a remercié tous les volontaires qui jusqu’à ce stade, ont contribué à la réalisation de cette campagne caritative.

 » je dis merci à tout le monde, à tout les donateurs et je les invite encore à continuer et à ne pas se lasser d’être une main de Dieu sur terre en aidant les plus nécessiteux » remercie Fally Ipupa.

Après la collecte finale, l’ensemble de la récolte sera transmis à l’église catholique qui sera en charge de la distribution de ce don dès le début du mois d’avril.

Les vieillards et les orphelins, Indique-t-il, sont plus concernés par ce don.

L’Artiste musicien Fally Ipupa avait invité toute personne de bonne volonté à faire ce geste de cœur pour aider les congolais en extrême nécessité qui n’ont pas les moyens de survivre tous les jours en cette période de crise sanitaire qui touche tant soit peu l’économie du pays.

Rappelons que l’objectif de cet appel de fonds a été de venir en aide aux familles dépourvues de moyens de subsistance et qui vivent au jour le jour.


IMG_20200327_224813_608.jpg

Sarah MukundiSarah Mukundi27 mars 20201min1

Un nouveau cas de décès causé par le covid-19 dans la ville de Kinshasa, ce vendredi 28 Mars 2020. Il s’agit de Mr Jacques Ilunga, chargé des missions du président de la République, Felix Tshisekedi. Cette mort fait encore grimper le nombre des morts dans la ville de Kinshasa qui passe de 6 à 7 morts enregistré en RDC.

Cette information a été livrée par le directeur de la presse présidentielle, Abraham Luakabwanga sur son compte Facebook.

Rappellons que Jacques Ilunga, était le deuxième proche du chef de l’Etat Félix Tshisekedi qui perd la vie à cause de cette pandémie , Après celui du bâtonnier Jean Joseph Mukendi, un autre cadre de l’UDPS et proche du chef de l’État, qui a succombé au debut de cette semaine.


40e42572-d1c5-4fe6-a51f-bcead1db6302-668-00000081a74cfbc5.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri27 mars 20203min0

La décision du gouverneur de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka portant sur le confinement total par intermittence de la capitale est annulé. Cette révision se justifie pour raison de la flambée exagérée et inexpliquée des prix des biens sur le marché qui menaces les questions d’ordre sécuritaire.

C’est dans la soirée du 27 mars, à la vieille de l’application du confinement, que cette dernière a été revue.

Plusieurs raisons ont été évoquées. Selon une source provinciale, les kinois n’étant pas bien préparé, la fin du mois pour la paie de plusieurs n’étant faite, le flux des personnes au 5ème jour du ravitaillement semble être d’une extrême difficulté à gérer.

Selon la cellule de presse de Hôtel de Ville, c’est pour des raisons de spéculations de prix des biens de première nécessité sur le marché et la prévention des actes susceptibles de créer l’insécurité, que les mesures de confinement sont reportées.

Charles Mbutamuntu, porte-parole du gouverneur provincial, réitère à son tour que ce report du confinement total de ce samedi à Kinshasa se justifie pour raison de flambée exagérée et inexpliquée des prix des biens sur le marché

‘’ il était question que les kinois puissent d’approvisionner, mais ils se sont trouvés dans l’incapacité de s’approvisionner parce que les gens ont doublé, triplé et voir même quadruplé les prix. Alors, on se dit que les gens qui devaient faire le stock se retrouvaient dans l’incapacité de faire des provisions. Donc en toute responsabilité, nous sommes appelés à ramener les prix à la normale. Il y avait également des soupçons des certains actes susceptibles de créer l’insécurité des personnes et de leurs biens.’’ A justifié le porte-parole du gouverneur provincial Charles Mbutamuntu.

« Ngobila n’avait pas avisé sa hiérarchie sur la décision de mettre Kinshasa sous confinement« , dévoile une source du gouvernement central, qui ajoute que, cette décision ne « sera pas appliquée« 


9921ce3f-12f3-4731-9e35-136dd759a407-534-000000504fb609d5.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri27 mars 20203min0

Le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu a visité ce vendredi 27 mars 2020, les installations d’un laboratoire de l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB), prêt à être ouvertes à Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu à l’Est de la République démocratique du Congo.

Ce laboratoire va non seulement être en mesure de surveiller les malades mais aussi de diagnostiquer les éventuelles échantillons de Covid19 dans cette région.

Dans sa visite, le gouverneur de la ville a prôné les efforts fournis par le docteur Jean-Jacques Muyembe dans sa sensibilisation de protéger la population congolaise en renforçant le système de santé.

Au-delà des diagnostics, ce laboratoire permettra de ne pas stagner sur la navette des échantillons qui selon lui, ralenti les démarches médicaux au moment d’une prise en charge idoine que doit recevoir un cas après confirmation de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB).

Ce laboratoire va à ce fait, sursoir les difficultés temporaires liées au transport des échantillons, la rapidité d’examen aussi tôt qu’un cas sera annoncé, et va permettre également la couverture sanitaire de la province du Nord-Kivu, sud-Kivu et l’Ituri.

Pour le professeur Kavunga, médecin biologiste a l’INRB, il ne sera plus question d’envoyer les échantillons au central de l’INRB à Kinshasa, mais les cas seront pris en charge et diagnostiqués instantanément une fois que ce laboratoire sera ouvert.

‘’C’est une extension de notre laboratoire de Kinshasa. Nous avons un laboratoire PII et PIII où on peut manipuler des organismes hautement pathogènes. Une fois installé, plus question d’envoyer les échantillons à Kinshasa “, a indiqué le Prof Kavunga.


e05474eb-aeef-4d50-a511-fb5fac55ab65-392-000000302dc53342.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri27 mars 20202min0

Le docteur Jean-Jacques Muyembe, chef de la riposte, a affirmé au cours d’un message officiel lancé à la communauté congolaise que le cas de Coronavirus précédemment annoncé, ne vient pas du Nord Kivu, mais plutôt de la province d’Ituri.

Il s’agit d’un homme de 35 ans, un congolais exploitant minier de profession résidant dans le village Mbadi à nyakunde dans la province de l’Ituri.

Le docteur Muyembe indique que les investigations sont en cours, pour déterminer si c’est un cas autochtone ou importé.

Le cas a été isolé précise-t-il, et l’échantillon a été prélevé puis envoyer à l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) qui l’a confirmé comme cas de Covid19.

Au total 23 personnes ont été pré-listé comme contacts autour de ce cas dont 8 collègues de service, 7 co-malades, 7 prestataires de soins et 1 taximan, a renseigné le chef de la riposte. 

Pour sa part, Carly Nzanzu, gouverneur du Nord-Kivu, appelle la population à s’apaiser du fausse alerte qui à stigmatiser sa juridiction en début de la journée.

‘’J’informe la population du Nord-Kivu qu’il n’y a pas encore eu de cas de Coronavirus dans ma juridiction. Il y a eu confusion des noms des échantillons envoyés à Kinshasa. Le cas testé positif est plutôt de la province voisine de l’Ituri.’’ A-t-il affirmé.



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter