BREAKING NEWS
transco-arret-gare-centrale-250217-800px.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 janvier 20191min00

Vital Kamerhe, le directeur du cabinet du chef de l’Etat Congolais Félix Tshisekedi, joue à l’extincteur sur le feu de la grève des agents de la société Transport Congolais (TRANSCO) qui dure déjà trois (3) jours.

Dans une note adressée au Ministre des finances ce mercredi 30 janvier, Vital Kamerhe demande plus d’un milliards (1 030 000 000) des francs Congolais au gouvernement de Bruno Tshibala pour payer le quatre (4) mois de retard de primes aux agents de TRANSCO.

Ce montant est à domicilier au crédit du compte de TRANSCO à Equity Bank”,a-t-il souligné.

Selon le constat du reporter de Kinshasa Times, les arrêts de bus de transport sont débordés matin comme le soir dans les grands artères à Kinshasa, la population peine pour avoir le transport depuis le début de la grève des agents de TRANSCO.


unnamed2.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 janvier 20192min00

Le Mouvement pour la Libération du Congo (MLC) dément “la folle rumeur” qui circule sur les réseaux sociaux, que le président de ce parti politique, Jean Pierre Bemba soutiendrait le nouveau président de la RDC Félix Tshisekedi.

Dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times ce mercredi 30 janvier, le MLC réitère son appartenance à la Coalition Lamuka, il “demeure constant dans son combat politique”.

Selon le communiqué, le MLC met en garde les auteurs de fake-news qui font la “campagne d’intoxication” contre Jean Pierre Bemba, et contre la plate-forme Lamuka.

Le MLC saisit cette opportunité pour réitérer sa participation aux côtés de tous les leaders de Lamuka au meeting de vérité qui sera organisé ce samedi 2 février 2019 à la place Saint Thérèse de N’djili”, note le communiqué.

La plate-forme Lamuka appelle “massivement” la population à un “meeting de vérité”, quoique le président de la République Félix Tshisekedi avait tendue la main pour la collaboration, au Coordinateur de Lamuka Martin Fayulu.


UNICEF-RDC-2013-Morton-130320-In-the-field1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 janvier 20192min00

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) affirme que la présence de l’épidémie du virus Ebola à l’Est de la  République démocratique du Congo « est le dixième épidémie la plus importante de l’histoire du pays », et « le deuxième la plus grave au monde ».

Dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times ce mercredi 30 janvier, l’UNICEF annonce que depuis le 1er août 2018, plus de quatre cents soixante (460) personnes sont décédées et deux cents cinquante-huit (258) ont survécu à Ebola.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance continue sa lutte pour éradiquer le virus d’Ebola à l’Est de la RDC. “Nous intensifions notre action et déployons du personnel supplémentaire dans les zones de santé de Butembo et Katwa, où 65% des nouveaux cas d’Ebola ont eu lieu au cours des trois dernières semaines”, rapporte-t-on.

Les opérations de riposte de l’UNICEF, pour contrôler Ebola, font face à l’insécurité, aux déplacements fréquents des personnes touchées par le Virus.

Bien que nous ayons pu contrôler largement la maladie à Mangina, Beni et Komanda, le
virus continue de se propager dans la région de Butembo, en grande partie à cause de
l’insécurité et des mouvements de population”, note le communiqué.


DYvWbmzW0AYjchM.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 janvier 20191min00

Le Ministre congolais des Mines Martin Kabwelulu a indiqué, ce mercredi 30 janvier dans une note parvenue à Kinshasa Times, la surséance de l’exécution de l’ordonnance portant nomination du personnel du Centre d’Expertise, d’Evaluation et de la Certification (CEEC) en RDC.

Le Ministère des Mines prévoyait la nomination de membre, président du conseil d’administration, du Directeur Général, du Directeur Général adjoint, et des membres du conseil d’administration du CEEC.

“Je vous adresse la présente pour vous informer que sur instruction de la Haute hiérarchie, il est sursis à l’exécution de ladite ordonnance”, rapporte-t-on.

Rappelons-le le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi avait ordonné la suspension de tous les recrutements et les mises en places dans les entreprises, services et établissements publics “jusqu’à nouvel ordre”.


charles-michel.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 janvier 20192min00


La Belgique rassure son “solide” soutien au Chef de l’État de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi Tshilombo pour son élection.

Dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times ce mardi 29 janvier, le Premier ministre belge, Charles  Michel, a présenté, au nom du gouvernement belge, les vœux de réussite au président de la République Félix Tshisekedi.

Charles  Michel a salué la volonté du changement exprimé en RDC. “Les dernières semaines ont démontré la volonté de changement, de transparence et de démocratie de la population congolaise que nul ne peut ignorer”, a-t-il déclaré.

Néanmoins, le gouvernement Belge reviens sur les doutes engendrés au déroulement du processus électoral, “nous espérons que les prochaines permettront d’avancer sur la voie de l’inclusivité, de la stabilité et du développement pour le bien-être de la population congolaise. C’est dans cet esprit que  nous vous formons nos plus sincères vœux de succès”.

Selon Charles  Michel, la Belgique tient aux liens forts qui les unis avec la RDC, et souhaite renforcer les relations entre le deux pays.


DSC_0066.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 janvier 20192min00

Après prestation de serment du président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, et l’installation de son équipe au Palais de la Nation. Les regards se tournent maintenant à la composition du Gouvernement.

Ce mardi 29 janvier, Justin Bitakwira, Membre du FCC et ancien ministre chargé du Développement Rural, affirme à la radio Okapi que la politique ne doit pas se confondre à l’arithmétique.

“Nous devons capitaliser toutes les intelligences et toutes les énergies politiques qui nous restent. Mais, si c’est de l’égoïsme, alors nous sommes perdus d’avance”, a-t-il souligné.

Cependant, le parti politique Alliance des Forces Démocratique du Congo (AFDC) et alliés a proposé, dans une note adressée au Coordinateur du Front commun pour le Congo ce mardi 29 janvier, le nombre à la baisse des ministres qui doivent entrer dans le gouvernement.

Selon l’autorité morale de l’alliance des Forces Démocratique du Congo, Bahati Lukwebo, trente-six (36) postes ministériels et neuf (9) vice-ministères suffisent pour constituer le gouvernement congolais.

Le FCC compte huit cent trente (830) députés; le FCC est majoritaire dans l’assemblée nationale et provinciale grâce à l’AFDC. Bahati Lukwebo exige une réparation équitable.

Pour l’autorité morale de l’AFDC signataire de la charte du Front commun, cette plate-forme politique de l’ancien président de la République Joseph Kabila, le FCC doit avoir des gouverneurs pour vingt-quatre (24) provinces de la RDC.


IMG_20190129_124955-1280x960.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 janvier 20191min00


Les cadres du Secrétariat Exécutif National de la  Commission électorale nationale et indépendante (CENI) auront une réunion ce mardi 29 janvier à Kinshasa qui sera chapeauté par le président de la centrale électorale Corneille Nangaa.

D’après le communiqué parvenu à Kinshasa Times ce mardi 29 janvier, l’objectif de cette réunion des cadres est le parachèvement des activités du calendrier électoral, “pour un aboutissement heureux de toutes les activités opérationnelles”.

Lors de sa dernière apparition médiatique, Corneille Nangaa avait félicité son équipe de la CENI en particulier et les parties prenantes au processus électoral pour la tenue “paisible” des élections du 30 décembre 2018.


enregistrement_sonore_minaku-n_1239493218_kapiamba-george-interview-acaj_640_350_1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 janvier 20192min00

L’Association Congolais pour l’Accès à la Justice (ACAJ) s’attaque aux auteurs d’incitation à la haine tribale, épinglés à la course électorale de gouverneur dans la province du Haut-Uélé.

Ce lundi 28 janvier au cours d’une conférence de presse à Kinshasa, le président d’ACAJ, Georges Kapiamba, a appelé la Cour de cassation à mener une enquête pénale contre les acteurs de violence tribale.

Nous appelons le procureur près la Cour de cassation à pouvoir lancer une enquête judiciaire pénale contre les auteurs de ces faits. Les auteurs de ces actes sont des autorités politiques bien connues devant être traduites en justice”, a-t-il souligné.

ACAJ dénonce les appelles aux meurtres qui implique “une des autorités importante”, sans citer le nom, de la Ville d’Isiro dans la province du Haut-Uélé. Il a organisé, poursuit-il, plusieurs réunions avec certains motocyclistes de la tribu de Bayogo “afin de les inciter à menacer les membres de la tribu de Bakutu, où est résidé son adversaire principal, à la tuerie”.

L’ACAJ craint que si la Cour de cassation ne rend pas justice, les violences tribales pourrait “plonger encore la RDC dans l’instabilité”.


IMG-20190129-WA0001.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA29 janvier 20191min00

Les agents de la société Transport du Congo ( TRANSCO) ont déclenché un mouvement de grève depuis ce lundi 28 janvier à Kinshasa.
Selon le vice président des syndicalistes du TRANSCO, les grévistes ont protestent contre la mauvaise gestion de leur Directeur Général, Michel Kirumba et exigent le départ de ce dernier ainsi que l’amélioration de leur condition de travail.
Cette situation perturbe le transport en commun , les usagers sont obligé de dépenser plus en faisant le demi terrain afin de vaquer à leurs activités quotidienne.
De ce fait, le numéro un du TRANSCO et le ministre du transport, José Makila , ont été convoqué à la présidence de la république.


Macron.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 janvier 20192min00


Le président de la République Française Emmanuel Macron atteste que l’élection de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême, “est le fruit de la volonté d’alternance et de changement” exprimé aux scrutins du 30 décembre 2018.

Dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times ce lundi 28, le chef d’Etat Français a salué la “première transition pacifique de l’histoire” de la RDC. Emmanuel Macron souhaite que le Chef de l’Etat Congolais Félix Tshisekedi réponde aux attentes des Congolais “dans un esprit de dialogue et de consensus”.

Selon le communiqué, la relation entre la France et la RDC est ancienne, et tient à la renforcer dans tous les domaines. Car, poursuit-il, “vous le savez, la France s’est toujours tenue aux côtés de la RDC pour défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale et pour l’appuyer sur son chemin vers la paix, la stabilité et l’émergence”, note le communiqué.

Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi a nommé son directeur du cabinet, Vital Kamerhe président du parti politique Union pour la Nation Congolaise allié à l’UDPS.