BREAKING NEWS
images-43.jpeg

La RédactionLa Rédaction22 mai 20192min00

L´Association Congolaise d´Accès a la Justice(ACAJ) accuse le gouvernement de l´ex Premier ministre Bruno Tshibala «d´enrichissement illicite, de corruption et du vol du dernier public». Et demande une mise en place d´un programme d´audit par le nouveau gouvernement chapeauté par Sylvestre Ilunga.

«Le gouvernement de Bruno Tshibala s´est caractérisé par des actes de corruption de mauvaise gouvernance, d´enrichissement illicite, de répression systématique dirigée contre les opposants des membres de la société civile, » rassure Georges Kapiamba.

Selon cette association congolaise de justice, le gouvernement Tshibala a instrumentalisé les services de sécurité à la justice pour restreindre les services de toutes les libertés publiques.

Les membres de son gouvernement ainsi que certains mandataires de l´État, poursuit-elle, ont détourné et volé les biens de l´État tout en bénéficiant de l´impunité.

ACAJ appelle le nouveau gouvernement à mettre en place un programme d´audit de l´ensemble de ses ministres ainsi que les entreprises afin d´établir ceux qui sont impliqué dans ce dossier.

Signalons que Bruno Tshibala a déposé sa démission depuis lundi 20 mai, une démission qui a été suivie d´une publication officielle du cabinet présidentiel annonçant la nomination du premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba.


Moise-katumbi.jpg

La RédactionLa Rédaction22 mai 20192min00

Moise Katumbi a annoncé ce mercredi 22 mai lors d’un point de presse depuis sa résidence à Lubumbashi qu’il rapprochera l’actuel Président de la République à son Challenger de dernières élections présidentielles.

« Le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et Martin Fayulu Madidi sont des frères », a-t-il rappelé aux journalistes. Pour ce désormais opposant, rapprocher ces deux personnalités ne serait pas synonyme d’un partage de pouvoir.

« Martin Fayulu connaît bien Félix Tshisekedi et celui-ci le connaît bien. Nous ne sommes pas des ennemis. Je crois que dans notre opposition républicaine nous allons trouver une solution, nous allons mettre les deux frères ensemble. Mettre les deux personnes ensemble ne veut pas dire entrer au gouvernement. Nous pouvons être du côté de l’opposition et faire avancer le pays », a-t-il poursuivi.

Le coordonnateur de Ensemble pour le Changement ne jure que sur le progrès et l’avancement de la RDC : « Moi je suis un homme du progrès poursuit Katumbi, la population va nous juger sur ce que nous sommes en train de faire sur cette terre ».

Notez que les autres leaders de Lamuka ne se sont encore prononcés par rapport aux allégations de leur président du moment.


images-20.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA22 mai 20192min00

Dans une conférence de presse ce mercredi 22 mai, le Coordonnateur de la plateforme politique Lamuka Moïse Katumbi a attesté que l’élu chef de l’Etat Félix Tshisekedi et le candidat président malheureux  Martin Fayulu entretiennent des relationnelles fraternelles.

« Fayulu et Tshisekedi sont des frères. Ils se connaissent. Nous ne sommes pas des ennemis », a-t-il souligné.

Après une longue période à l’extérieur du pays, Moïse Katumbi affirme que les leaders de Lamuka iront rencontrer le président Félix Tshisekedi pour un entretien. « Je serai avec Martin Fayulu et tous les autres pour donner notre point de vue. On fera une opposition républicaine et non radicale », a-t-il souligné.

L’ancien gouverneur de l’ex Katanga laisse croire que son action politique ne vise pas la vengeance vue sa croyance et sa sincérité.

« Je ne cherche pas la vengeance. Je suis un Chrétien et je suis sincère : je suis venu pour la Paix. Si j’ai la haine contre quelqu’un, le bon Dieu écoutera-t-il mes prières ? Je ne suis pas le Christ mais je suis un de ses fils », a-t-il martelé.

Rappelons que Moïse Katumbi séjourne à Lubumbashi depuis le 20 mai  dernier. Il avait affirmé que son retour en RDC vise la réconciliation afin d’assurer le développement du pays.


katumbi.jpg

La RédactionLa Rédaction22 mai 20191min00

L’opposant politique Moise Katumbi a promis d’aller voir le président de la République Felix Tshisekedi au grand jour. Il a dit lors d’une interview accordée  la ce mercredi 22 mai à la presse Luchois.

« L’opposition Lamuka aura le temps de le voir. Nous partirons ensemble avec mes frères Martin Fayulu et Jean-Pierre Bemba. Nous n’irons pas la nuit. Moi je ne suis pas un politicien de nuit », a-t-il déclaré.

Répondant à la question sur sa sécurité, le coordonnateur de la plateforme Lamuka exhorte de ne pas encourager le mal. « S’il m’arrivait quelque chose, la population saura qui c’est », a-t-il ajouté.

L’ancien gouverneur de Katanga est jusque-là le seul leader de la plateforme Lamuka à louer les prouesses de l’actuel Président à la magistrature suprême. Leur candidat aux dernières élections de la République est encore, lui, en train de réclamer la vérité des urnes. Martin Fayulu se considère comme le président véritablement élu au détriment de Felix Tshisekedi.


img_20190206_120447.jpg

La RédactionLa Rédaction21 mai 20192min00

Des nouvelles figures viennent s’ajouter à équipe présidentielle ce mardi 21 mai, révèle une série d’ordonnance présidentielle lue à Radiotélévision nationale congolaise.

Le président de la République Félix Tshisekedi a nommé le Général Mbala Munsense chef d’État major général des Forces Armées de la République Démocratique du Congo et promu Général d’armée.
Mgr Gérard Mulumba, Évêque Émérite de Mweka est nommé Chef de la maison civile du Chef de l’Etat.
Le Général François Kabamba est nommé Conseiller militaire du Chef de l’Etat. Il est diplômé du collège des Hautes études de stratégie et de défense, il a un master en Gestion des crises internationales Génie civil et militaire à l’Ecole Royale Militaire.

En outre, le Général major Yav est nommé Chef de la Maison militaire du Chef de l’Etat, et le Général Mudiayi, est le premier adjoint chargé des OPS et renseignements.

Notons que Sylvestre Ilunga a été nommé dernièrement premier ministre du gouvernement congolais dont les membres sont encore de composition.


seth_kikuni-640x320-1538019690.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA21 mai 20191min00

L’ancien candidat président Seth Kikuni a indiqué, ce mardi 21 mai dans un twitte, que la République Démocratique du Congo « cherche » des dirigeants au pouvoir qui ont « les mains propres ».

Selon Seth Kikuni, les opposants et ceux qui prétendent être au pouvoir que les peuples applaudissent ont « les mains sales ».

« Au pouvoir, nous cherchons les mains propres, mais ceux que nous applaudissons dans l’opposition et prétendant au pouvoir ont eux aussi les mains sales. Certains sont même complices des crimes, détournements, tricheries et corruption. Soyons cohérents dans notre quête du salut,» a-t-il avertis.

Après les concertations entres les partenaires de la coalition du Front Commun pour le Congo et du Cap pour le Changement, détenant la majorité parlementaire, la République Démocratique du Congo sous le règne de Félix Tshisekedi, Chef de l’Etat, a depuis ce mardi 20 mai son nouveau premier Ministre, Sylvestre Ilunga.


kabila-et-FCC.jpg

La RédactionLa Rédaction21 mai 20191min00

Le Front Commun pour le Congo (FCC) a félicité, ce mardi 21 mai dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times.cd, le choix du président Félix Tshisekedi porté sur le Docteur en Sciences économique Sylvestre Ilunga Ilunkamba en qualité de premier ministre.

La plate-forme politique pro-Kabila salut la « contribution et le soutien» de son autorité morale Joseph Kabila Kabange sur le choix de Sylvestre.

«Ce choix républicain couronne une expertise avérée au service de l´État Congolais et permet  à la coalition FCC/CACH de concrétiser ses engagements en mettant programme un gouvernemental consensuel au bénéfice du peuple,» rapporte-t-on.

Par ailleurs, le FCC encourage le nouveau Premier ministre à poursuivre le processus de finalisation de la mise en place de toutes les institutions. Il a ensuite promis de réitérer son appel  en faveur d´un accompagnement responsable pouvant préserver la démocratie.

A noter que Bruno Tshibala avait remis le lundi dernier au Chef de l’Etat Félix Tshisekedi sa demission et celle de membres de son gouvernement, afin de permettre la nomination et l’installation du nouveau gouvernement.


Jeannine-MABUNDA-LIOKO.jpg

La RédactionLa Rédaction21 mai 20193min00

La présidente de l´Assemblée Provinciale Jeanine Mabunda a demandé des sanctions contre les interpellateurs du ministre honoraire de la communication et député du Sankuru Lambert Mende Omalanga.

Jeanine Mabunda affirme que les auteurs de ces actes n´ont pas tenu comptent de l´immunité dont Lambert Mende jouit selon les articles 107 de la Constitution et 101 du règlement intérieur de l´Assemblée Nationale.

«L´Assemblée Nationale a immédiatement saisi les autorités compétentes aux fins d´obtenir la libération sans condition de notre collègue Lambert Mende. Notre  bureau à son tour a aussi saisi le gouvernement et les autres autorités compétentes pour que les auteurs de ces actes répréhensibles soient sanctionnés,» a-t-elle déclaré.

Avant la plénière, Jeanine Mabunda s´est entretenu avec le Ministre de l´intérieur Basile Olongo qui a été cité par Lambert Mendé comme auteur de son interpellation de dimanche 19 mai dans son domicile. Cet échange a permis à la présidente de l´Assemblée Nationale d´être éclairé sur cette affaire.

«Nous avons aussi été informé au cours de notre entretient avec le ministre Olongo que la hiérarchie de la police a adressé une demande de suspension à certains éléments de sécurité ayant été impliqués dans l´affaire. Le bureau veillera qu´à l´avenir les actes posés par les autorités judiciaires  ainsi que la Police Nationale ne portent aucunement atteintes aux immunités accordées aux députés nationaux par la constitution et par le règlement intérieur,» a-t-elle clarifié.

Rappelons que le député de Sankuru Lambert Mende a été interpellé pour une affaire d´un diamant de 87 carats ramené par des creuseurs du Sankuru dont il a pris de façon illégale.

 


assemblee-nationale-de-la-rdc.jpg

La RédactionLa Rédaction21 mai 20191min00

La Présidente de l´Assemblée Nationale, Jeanine Mabunda a annoncé ce lundi 20 mai lors de la plénière, la constitution des groupes parlementaires de l´Assemblée Nationale. Lors de la séance, un tableau reprenant la répartition des groupes parlementaires a été dressé.

De ce fait, déjà 15 groupes Parlementaires ont déposé les listes de leurs membres parmi lesquels 10 sont en conformités avec le règlement intérieur. Les 10 groupes représentent 391 députés nationaux et ils en résultent alors 109 députés ne faisant pas partie des groupes parlementaires régulièrement constitués.

Notons que le bureau de l´Assemblée Nationale a accordé un délai de 48 heures aux groupes n´étant pas en conformité fin de mettre un point final dans la constitution de ces groupes.


IMG-20190520-WA0074.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA21 mai 20192min00

Afin de relancer la coopération bilatérale entre la RDC et la France, le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves le Drian a effectué une visite de travail ce lundi 20 mai à Kinshasa.
Reçu en audience par le chef de l’Etat , Félix Tshisekedi à la cité de l’OUA, ils ont échangé sur les priorités de la coopération franco-congolaise qui sont entre-autre le secteur de la santé, de l’éducation ainsi que celui de la sécurité durable.
Après ce tête-à-tête, le chef de la diplomatie française a tenue une conférence au Centre des Hautes Études de Stratégie et de Défense (CHESD) sur la situation sécuritaire qui prévaut à l’Est du pays.
Dans son exposé adressé aux officiers militaires congolais, Jean-Yves le Drian a fait savoir que « la France est déterminée à renforcer la coopération militaire avec la RDC en vue d’une paix durable dans la zone de turbulence ».
De ce fait, il est envisagé plusieurs projet afin de relancer la coopération militaire entre les deux pays à l’occurrence :  » la formation militaire de haut niveau, la formation aux opérations de maintien de la paix ainsi que la création du collège interarmée de défense « .