BREAKING NEWS
images-35.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA19 avril 20192min00

Alors que Global Witness dévoile le Général Gabriel Amisi Kumba comme auteur de commerce des permis forestiers « illégaux » dans les forêts de la RDC, pour l’avocat de Amisi « Tango Four » ce n’est qu’un « un acharnement et diffamation » à l’encontre de son client.Ce jeudi 18 avril au cours d’une conférence, Maître Liévin Ngondji a indiqué que ces accusations « gratuite » de Global Witness sont des « motifs inavoués ».

Pour cet avocat du chef d’état-major général adjoint des Forces armées de la RDC (FARDC), le rapport de Global Witness a des contradictions et des approximations « qui frisent l’amalgame », suscitant ainsi le trouble dans l’opinion.

« Le général n’a pas à répondre des attaques concernant le rapport entre l’administration de la République et les administrés, que ce soit les personnes physiques ou morale, notamment la société Maniema Union 2, » a-t-il souligné.

Maître Liévin Ngondji affirme que c’est la fréquence du communiqué de Global Witness qui témoigne de l’acharnement en la personne d’Amisi Kumba, général de son état.Dans un communiqué de Global Witness du 16 avril dernier, avons noté que la famille d’Amisi a obtenu cinq concessions forestières en juin 2018, en violation du moratoire établi de longue date par la RDC sur l’attribution de concessions forestières industrielles, qui visait à protéger la biodiversité et les forêts tropicales critiques du pays.


fb_img_1555501674284-638332211.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA18 avril 20191min00

Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi vient de décréter ce jeudi 18 avril une journée de deuil national après son atterrissage dans le territoire de Kalehe dans la province du Sud-Kivu.

Selon la presse présidentielle, Félix Tshisekedi a demandé que les drapeaux soient en mis en berne pour honorer la mémoire des victimes du naufrage.

Près de 150 personnes sont portées disparues lors du naufrage de la pirogue motorisée sur le Lac Kivu dernièrement.

C’est dans le village Mukwidja que la société civile de la province a noté plus des victimes du drame


cenco_eveques_16_0001_640_350_1.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 avril 20192min00

La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) à travers son Projet d’Education Civique et Electorale (PECE/CENCO) a lancé une nouvelle campagne intitulée « Il faut les élections locales« .
Cette campagne a pour objectif de sensibiliser la population sur l’importance des élections locales qui sont prévues par la constitution et le calendrier électoral de la CENI afin que « les populations se mobilisent pour la tenue effective de ces élections et qu’elles soutiennent les candidatures de femmes et d’hommes honnêtes« . Conformément au calendrier électoral, les élections locales sont fixées au 22 septembre prochain.
Pour vulgariser le message véhiculé par cette campagne, des séances de formation sont entrain d’être organisées dans tous les diocèses du pays. Les formateurs diocésains forment les animateurs qui eux à leur tour mèneront des sessions d’animation auprès de la population d’ici le lundi 22 avril prochain.

Organisées depuis 2006, cette catégorie d’élections est souvent placée dans les oubliettes, les dirigeants locaux sont donc généralement nommé, cependant cette campagne permettra à la population de faire élire les dirigeants de son choix  qui  » comprennent que leur travail est de servir leurs administrés et non leurs intérêts , de se soucier du bien public et du développement local« .
Il faut rappeler que le PECE/CENCO est un programme lancé par les évêques en 2016, afin de préparer les populations à la ténue des élections et accroître l’engagement des citoyens au processus électoral et à la vie démocratique du pays.


IMG-20190405-WA0019.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA5 avril 20191min00

En vue de soutenir la formation professionnelle de la jeunesse de Kisangani, François Pujolas, ambassadeur de France accrédité en RDC, a posé ce jeudi 4 avril, la première pierre de construction du centre de formation professionnelle de Kisangani en présence des autorités provinciales.
La jeunesse de la Tshopo est la première bénéficiaire de cette démarche de soutien à la formation et au développement économique qui contribue à la vision du président français, Emanuel Macron, d’aider « la jeunesse africaine à construire son propre avenir« .


IMG_20190403_145910_3-1280x960.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA4 avril 20192min00

Un atelier de mise à niveau en faveur des acteurs des médias sur le processus du Global Finacing Facility (GFF) et l’engagement de de la société civile en RDC a été organisé par l’ONG internationale PATH du mardi 2 au mercredi 3 avril au Pullman Hôtel à Kinshasa Gombe.

Il etait donc question de former les professionnels des médias sur le processu GFF qui est « un nouveau mécanisme de financement mondial sur la santé de reproduction de la mère, de l’enfant et de la lutte contre la malnutrition ».
Selon Dr Garyn de PATH, il était impératif « de former les journalistes pour qu’à leur tour ils contribuent à sensibiliser sur la réduction de la mortalité maternelle et infantile car ils sont directement en contacte avec les membres de la communauté et les décideurs politique ».
Il a par ailleurs appelé les professionnels des médias à jouer un grand rôle dans l’influence des partenaires et l’orientation des politiques gouvernementales dans le secteur de la santé de manière générale et particulièrement dans la santé reproductive de la mère et de l’enfant en RDC.
Il faut donc signaler que le programme GFF ne concerne que les pays où le taux de mortalité maternelle et infantile et de la malnutrition est élevé.
Vivant des fonds fiduciaires des partenaires, des ressources nationales, des financements extérieurs alignés et des ressources du secteur privé, le GFF aide ces pays à l’identification des priorités dans ce secteur et à l’élaboration des politiques, des programmes ainsi que des plans pour améliorer la santé reproductive de la mère , de l’enfant et luter contre la malnutrition.


IMG-20190401-WA0006.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA2 avril 20192min00

INTERKINOIS, une agence d’expertise dans la communication digitale, les médias et le contenu dans sa globalité en RDC, lance pour une première fois le Marché des Arts de Kinshasa (MAKI) du 25 au 28 juillet prochain.
Selon le communiqué de presse parvenu à notre rédaction, cette première édition consistera concrètement à « présenter des nouveaux talents artistiques africains au public kinois, congolais, africain et mondial avec la bénédiction des artistes connus« .
Dans sa mission de promouvoir le potentiel congolais en général et kinois en particulier, INTERKINOIS s’active pour que le MAKI mette la lumière des jeunes artistes talentueux en quête de succès afin « d’encourager l’entrepreneuriat culturel et favoriser les rencontres entres jeunes artistes, faire découvrir les jeunes talents kinois, permettre aux jeunes artistes d’apprendre de l’expérience des aînés et instaurer le partage d’expériences entre les jeunes artistes de Kinshasa, du Congo et de l’Afrique« .
Sur ce, les principales activités qui seront organisées lors du MAKI sont : Ateliers de formation, conférences de Mode, expositions, concerts et bien d’autres.
Cependant, en vu de servir un plat culturel complet et diversifié, plusieurs événements seront inclus dans le MAKI notamment : la littérature, le théâtre, le Design, le cinéma, la cuisine, ect…
Pour y participer les artistes doivent s’inscrire en ligne à partir de ce 1er avril en complétant le formulaire qui apparaît sur le lien ci-après :https://docs.google.com/forms/d/11ItZT7iYtnHbL5yrgg2gWDntlALM0pTWzVGTTwfUJaM ou appeler au +243810000781, +243903217010.


WhatsApp-Image-2019-04-01-at-12.28.17.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA1 avril 20191min00

Une vingtaine des cantonniers impayés de l’Hôtel de Ville de Kinshasa sont en grève ce lundi 1 avril devant le bureau du gouverneur André Kimbuta Yango.

Ces agents, en colère, lancent des cris, des chants pour réclamer 21 mois des arriérés « détourné » par l’Hôtel de Ville. « Kimbuta nous a volés notre maigre salaire », confie un agent au reporter de Kinshasa Times.

« Nous agents des station de transfert (Fulu) nous réclamons nos 21 mois de salaire détourné à l’Hôtel de ville de Kinshasa », peut-on lire le cri d’alarme des agents.

Notons c’est eux qui balaies les routes pour la lutte contre l’insalubrité dans la Ville province de Kinshasa.

 

 


FB_IMG_1554112948281.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA1 avril 20191min00

La RDC vient de perdre encore un autre grand esprit.

Après le poète Lutumba décédé le samedi 30 mars dernier à Paris, la nouvelle de la disparition de Maître Alfred Liyolo vient de tomber.

Selon un membre de sa famille, le sculpteur congolais Alfred Liyolo est décédé ce lundi 1 avril en Autriche de suite d’une longue maladie.

Né en 1943, il laisse plusieurs oeuvres notamment « Les deux mains », à la place des artistes (Rond-Point Victoire) à Matonge dans la commune de Kalamu.

 


FB_IMG_1552457901705.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA27 mars 20192min00

Lors de la clôture de Africa CEO Forum à Kigali capitale Rwandaise ce mardi 26 mars, le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi a souligné que l’eau et l’électricité restent une bataille à gagner par tous les moyens disponibles en RDC.

Pour y arriver, “si Inga se développe dans toutes ses phases, donc jusqu’à la phase 8, nous aurons 44 000 mégawatts à fournir de capacité”, a-t-il déclaré.

Selon le président Congolais, la RDC a plus de 200 sites à l’intérieur du pays qui peuvent également fournir de l’énergie, à peu près mis ensemble, “on arriverait à 60 000 mégawatts”,a-t-il relevé.

Il y a moyen de capter, rassure Félix Tshisekedi, l’eau du fleuve congo et de l’envoyer via des pipelines à des pays qui en ont besoin. “Plutôt que d’aller dans ce qu’on a proposé, à un moment donné, au Tchad, c’est-à-dire le fait de dévier le fleuve Ubangi, ce qui va avoir des conséquences”, a-t-il expliqué.

Notons que après Kigali, Félix Tshisekedi se rend aux États-Unis d’Amérique pour une visite officielle du 3 au 5 avril.


FB_IMG_1553518761440.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA25 mars 20191min00

C’est depuis la nuit de ce dimanche 24 mars que le chef de l’Etat , Félix Tshisekedi séjourne à Kigali, la capitale Rwandaise, dans le cadre du 7eme Forum de l’AFRICA CEO organisé par les différents acteurs pour relancer l’économie en Afrique.
Il a ainsi profité de son séjour pour visiter le mémorial du génocide qu’a eut lieu du 7 avril 1994 jusqu’au 17 juillet 1994 au Rwanda.
Ce génocide s’inscrit historiquement dans un projet génocidaire latent depuis plusieurs décennies, à travers plusieurs phases de massacres de masse et stratégiquement dans le refus du noyau dur de l’État rwandais de réintégrer les exilés Tutsis, objet de la guerre civile rwandaise de 1990-1993.
Selon le rapport de l’ONU, environ 800 000 Rwandais, en majorité tutsis, ont perdu la vie durant ces trois mois.