BREAKING NEWS
WhatsApp-Image-2019-04-03-at-04.45.55.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA5 avril 20192min00

En marge de la célébration des droits de la Femme, le Centre Culturel Bel Campus va présenter ce 6 avril une pièce de théâtre actuel « Parole de Femme » produite par le collectif d’Art-d’Art à l’Université Technologique Bel Campus dans la salle Agora sur 8ème rue Limete industriel n°17.

La scène va décrire, rapporte le communiqué du centre culturel, une femme qui surgit de nulle part et prend la parole pour affirmer son autonomie en défendant ses droits et en combattant la violence sexuelle dont elle victime.

A en croire le communiqué parvenu à Kinshasa Times, cette pièce sera un « théâtre total  et libre, celui d’aujourd’hui » qui répond aux exigences de l’art contemporain. Les artistes vont aborder ce théâtre « comme un exercice de vérité dans le dire et dans le faire en puisant dans la bibliothèque de leurs propres vies ».

« Parole de Femme » est l’œuvre d’Annie Leclerc, elle a été adaptée et mise en scène par Michael Disanka, et interprétée par la comédienne Christiana Tabaro.

Notons par ailleurs que le Centre Culturel Bel Campus avait organisé dernièrement une conférence sur les défis que doivent faire face les femmes dans l’entreprenariat.


IMG-20190401-WA0006.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA2 avril 20192min00

INTERKINOIS, une agence d’expertise dans la communication digitale, les médias et le contenu dans sa globalité en RDC, lance pour une première fois le Marché des Arts de Kinshasa (MAKI) du 25 au 28 juillet prochain.
Selon le communiqué de presse parvenu à notre rédaction, cette première édition consistera concrètement à « présenter des nouveaux talents artistiques africains au public kinois, congolais, africain et mondial avec la bénédiction des artistes connus« .
Dans sa mission de promouvoir le potentiel congolais en général et kinois en particulier, INTERKINOIS s’active pour que le MAKI mette la lumière des jeunes artistes talentueux en quête de succès afin « d’encourager l’entrepreneuriat culturel et favoriser les rencontres entres jeunes artistes, faire découvrir les jeunes talents kinois, permettre aux jeunes artistes d’apprendre de l’expérience des aînés et instaurer le partage d’expériences entre les jeunes artistes de Kinshasa, du Congo et de l’Afrique« .
Sur ce, les principales activités qui seront organisées lors du MAKI sont : Ateliers de formation, conférences de Mode, expositions, concerts et bien d’autres.
Cependant, en vu de servir un plat culturel complet et diversifié, plusieurs événements seront inclus dans le MAKI notamment : la littérature, le théâtre, le Design, le cinéma, la cuisine, ect…
Pour y participer les artistes doivent s’inscrire en ligne à partir de ce 1er avril en complétant le formulaire qui apparaît sur le lien ci-après :https://docs.google.com/forms/d/11ItZT7iYtnHbL5yrgg2gWDntlALM0pTWzVGTTwfUJaM ou appeler au +243810000781, +243903217010.


DSC_3743.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA1 avril 20191min00

Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi depuis Sénégal a rendu hommage au sculpteur Alfred Liyolo décédé ce lundi 1 avril suite d’une longue maladie à Vienne, en Autriche à l’âge de 76 ans.

Félix Tshisekedi atteste que le sculpteur Liyolo était une source d’inspiration pour plusieurs générations.

« Je salue la mémoire de Maitre Liyolo qui vient de nous quitter. Il a été une source d’inspiration pour plusieurs générations dans son domaine », a-t-il compatis.

Le chef de l’Etat a en outre exprimé sa compassion et ses condoléances à la famille biologique de l’illustre disparu.

 


Lutumba-Kabila.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 mars 20191min00

Une mort inattendue de l’artiste musicien Congolais Simaro Lutumba ce samedi 30 mars à Paris, l’ancien président de la RDC Joseph Kabila ne cache pas son regret.

Dans un communiqué du Front commun pour le Congo (FCC) parvenu à Kinshasa Times, le coordonnateur de la plate-forme politique pro-Kabila, Néhémie Mwilanya a transmis les hommages de son autorité à la famille de l’illustre disparu.
Lutumba Simaro, un artiste exceptionnellement talentueux qui a su marquer son temps d’une empreinte spéciale. Sincères condoléances à sa famille biologique et à l’ensemble de la communauté artistique, nationale et internationale”, note le twitte du FCC.
Au mois d’avril 2018, à l’occasion de ses 80 ans d’âge, l’artiste compositeur Simaro Lutumba année Simaro Lutumba, avait remis sa guitare à l’ex président, une façon pour l’artiste de signer sa retraite dans la musique.


IMG-20190330-WA0001.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 mars 20191min00

Le virtuose de la guitare de la rumba congolaise Simaro Lutumba a tiré sa révérence ce samedi 30 mars vers 3 heures du matin de suite d’une longue maladie à Paris.

L’artiste musicien Simaro Lutumba rejoint ses ancêtres dans l’au-delà à l’âge de 81 ans.

Il a composé plusieurs chansons, en l’occurrence, le titre “Mokolona nakokufa kake ekobeta” (le jour où je serais mort la tonner va s’abattre). Simaro Lutumba a totalisé 63 ans de carrière d’artiste.


Papy.png

La RédactionLa Rédaction5 octobre 20184min00

Elle a fait ses victimes parmi les musiciens (MJ-30), les politiciens (Bérets rouges), les chroniqueuses (Marlène Kasanga) et la « revenge porn » secoue encore la toile en ce jour avec le même objectif : assassiner l’image, la notoriété, la célébrité de la cible et rependre par terre sa dignité, sa personnalité. Le faire passer de la lumière des caméras à l’obscurité des cachotteries.

Le monde de la culture congolaise a assisté avec stupeur au marathon d’une vidéo du présentateur vedette de l’émission B-One musique Papy Mboma qui ne cesse de courir reliant internaute à internaute. Dans la vidéo, l’homme plonge dans son intimité une femme qu’il désirait dans son lit. Tout le monde peut voir ce qui se cachait sous les beaux habits de l’une des « étoiles stables » de la chronique musicale congolaise. Tout le monde peut s’étonner de voir le contraste qui se dégagerait entre l’apparence calme de cette star de l’espace médiatique congolais et sa vie en privé qui serait celle d’un « coureur de jupon ». Le même côté obscur des hommes publics qui intéresse tant.

L’auteur de la vidéo à qui peut-être Papy Mboma a brisé le cœur, s’est convaincu d’avoir trouvé un moyen de briser sa carrière, de briser aussi son couple à venir avec sa belle Mamie Lola. Au lieu de se cacher, le futur marié a réaffirmé son choix en public. Aux côtés de sa future épouse qui a accepté de soutenir son futur époux dans cette épreuve, un peu comme Hillary Clinton l’a fait pour Bill Clinton lors de l’affaire Monica Lewinsky pour sauver le couple présidentiel et la carrière politique du président. Vantant les mérites et les qualités de sa conjointe, sous une douce mélodie de la chanson « Canne à sucre », le tube en vogue de l’artiste musicien Fally Ipupa, Papy Mboma envoie un message fort à ses détracteurs à travers son compte facebook : « le coup n’a pas porté. J’ai choisi ma ML pour un voyage heureux au pays des amoureux ».

C’est encore une histoire d’amour ayant mal tournée qui finit sur la place public. Sauf que le chroniqueur Papy Mboma pourra avoir  » la dignite sauve » ou « la carrière sauve » grâce à la dynamique du monde. A ce jour, la « revenge porn », ce fait de poster des photos et/ou vidéos intimes d’un ex-conjoint sur internet, est considérée à travers le monde comme une agression de la personne qui l’a faite sur la personne visible dans la vidéo ou sur la photo. Dans des pays comme la France où cet acte est considéré comme un deli et dans certains États des USA où la pratique est interdite, Papy Mboma ne serait pas en train de craindre pour sa carrière ou pour son couple. Il se serait déjà trouvé un avocat pour trouver le coupable.


festival-1280x960.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA28 septembre 20182min00

Un festival de rire fait par les femmes pour les femmes, ce sera une première à Kinshasa avec le centre culturel Guez ARENA qui mettra la femme à l’honneur en novembre prochain. L’initiateur, Rodriguez Vangama et son directeur Didier Besongo entendent donner une place de choix à la femme congolaise dans le monde culturel.

Mais c’est déjà ce dimanche 30 septembre que l’événement va annoncer ses couleurs avec l’organisation en marge d’un autre événement culturel dénommé : « Soirée Bravo ». L’artiste comédienne Abel Bowala va égayer le centre culturel Guez ARENA avec sa Team B ce soir là.

 » Il y aura aussi les humoristes Félix Kisaba, Eugeune Bakombo, César et Benjamin de Lubumbashi qui vont jouer à cette Soirée bravo. La Soirée bravo ouvre la porte du Festival Basi na Basi« , a expliqué l’humoriste après un numéro qui a transformé pratiquement la rédaction de Kinshasa Times en un opéra. Mais le meilleur, elle le garde à ses fans pour ce dimanche 30 septembre.

À la deuxième édition du festival To Seka, en passant par le parlement de rire de Gohou Michel, Mamane, Digbwe Cravate  ou encore à Marrakech avec Jamel Debbouze, Abel Bowal a endommagé les cotes de ses spectateurs.

Vous tenez quand-même à la voir? Rendez-vous au numéro 72 de l’avenue Dibya-Assosa dans la commune de Kasa-Vubu ce dimanche 30 septembre. 5000 Francs congolais pour le billet ordinaire et 20$ pour le VIP. « Je promets de l’humour, rien que de l’humour. C’est ce que je sais faire« , promet Abel Bowala et sa Team B.


IMG_7602-1280x655.jpg

Patrick MbalaPatrick Mbala31 mai 20182min00

Fidèle au rendez-vous, le festival du théâtre « ça se passe à Kin » revient en 2018 pour une semaine kinoise du sixième art. L’annonce a été faite ce mardi lors d’une conférence de presse à Kinshasa animé par le Directeur artistique du festival, Israël Tshimpamba entouré de scénaristes et autres organisateurs.

Pour cette huitième édition, le festival comme à son habitude prévoit des pièces originaux de jeunes auteurs, dont des congolais qui présenteront pour la première fois  des pièces sur différents thèmes. « Les créations constituent notre colonnes vertébrales nous avons toujours fait l’effort d’offrir aux festivaliers des nouveaux spectacles ».

Des pièces abordant la politique telles que « La dernière nuit du guide » retraçant la fin de la vie de Mouammar Kadhafi,  ou « Le jour du massacre » de l’auteur congolais Sinzo Anza. Les représentation de la société avec des pièces comme « Datcha Congo » écrit par Pilipili Bwanga de la RDC et « Les bonnes » mise en scène par Abdoulaye Sow de la Côte d’Ivoire seront au programme durant ces sept jours autour de la thématique « démocratie ».

Quatre sites abriteront cette 8è édition du festival international de théâtre « ça se passe à Kin » : l’Institut français de Kinshasa, le Centre Wallonie Bruxelles, le Tarmac des auteurs et chez les Oblats (Kintambo).


Jossart-Nyoka-Longo_jossart-nyoka_zaïko_ok.jpg

La RédactionLa Rédaction24 mai 20182min00

10 groupes au total et d’autres invités sont attendus ce 25 mai au festival « Mbonda elela » (que le tam-tam résonne, Ndlr) à l’Académie des Beaux-Arts ainsi que  l’Institut Français de Kinshasa.

Du vendredi 25 au dimanche 27 mai au jardin touristique de l’académie des Beaux-Arts, aura lieu la sixième édition de ce Festival international de percussions qui va s’étendre jusqu’au 28 mai avec les activités prévues à l’Institut Français de  Kinshasa.

Les groupes conviés à cette fête de la musique vont donner un spectacle devant le public kinois et les amoureux de la musique et art, tout ça dans le cadre de la fête du tam-tam et autres instruments à percussions.

Les  quatre clubs phares du football de Kinshasa sont les invités de marque de cette sixième édition de Mbonda elela : DCMP, AS V. Club, FC Renaissance du Congo  ainsi que Dragon Bilima.

Les parrains de cet événement sont Jossart Nyoka Longo, patron du groupe Zaïko Langa Langa Nkolo Mboka,  et Casimir Zoba alias Zao du Congo Brazzaville, auteur de la célèbre tube  «Ancien combattant».

Soulignons que l’artiste Eddy Mboyo initiateur et concepteur de ce festival international de percussions avait comme objectif en mettant en place ce festival de promouvoir le tam-tam, cet instrument de la musique très populaire dans la tradition et culture africaines.

Dieudonné Sandeke


DZDYZcPWkAAp16F.jpg

Patrick MbalaPatrick Mbala27 mars 20182min00

Après 60 ans de carrière, l’auteur, compositeur Simon Lutumba Ndomanueno alias Simaro Massiya a rangé sa guitare à l’occasion de l’anniversaire de ses 80 ans d’âge. Lors d’un dernier concert livré  avec son groupe Bana OK à Kinshasa , le poète Lutumba a dit au revoir à ses mélomanes.

Plusieurs invités de marque ont pris part à cet événement et on défilé sur le podium pour rendre un hommage à l’auteur des tubes à succès tels que « mabele », « affaire ya kitikwala », « ebale ya Zaïre« , « eau bénite ». L’artiste musicien Koffi Olomide présent à  son tour  honoré son aîné.

« J’ai du respect, de la reconnaissance et de l’admiration pour ce grand Monsieur. Il m’est arrivé de faire des chansons après avoir écouté ebale ya Zaire, Cedou . Papa, moi ne me lasserai de le dire : nous avons une grande dette envers vous que nous ne pourrons payer de ton vivant », a reconnu le grand mopao.

A la fin de sa prestation, Lutumba Simaro a remis symboliquement sa toute dernière guitare au président de la République Joseph Kabila par l’entremise de son représentant venu apporter les vœux du chef de l’Etat lors de ce live d’adieu, et auprès de qui il a sollicité l’introduction de son instrument au musée nationale.

La présidence a à son tour donné sa parole quant à l’accomplissement du vœu du musicien octogénaire. « La guitare sera exposée au futur Musée de Kinshasa« , a-t-elle écrit dans un tweet.