BREAKING NEWS
TFM.jpg

La RédactionLa Rédaction22 janvier 20192min00

China Molybdenum Co Ltd, actionnaire chinois de Tenke Fungurume Mining (TFM), a annoncé l’accroissement de son actionnariat à 80% au sein de la société cuprifère mixte dont Gécamines détient désormais 20%. L’annonce a été faite dans une correspondance de Molybdenum à la bourse de Shanghai.

Pour cet accroissement, Molybdenum a acheté au coût de 1.14 milliards de dollars américains BHR Newwood DRC Holdings Ltd, une société holding constituée aux Bermudes par la société d’investissement privée BHR. Le montage financier a consisté en l’achat de 24% des parts de TFM par Newwood avant que Molybdenum ne rachète la société holding.

Molybdenum détenait déjà 56% de TFM après avoir racheté en 2016 toutes les parts de Freeport McMoRan Inc. au coût de 2.65 milliards de dollars américains. Ce qui a permis à Freeport, actionnaire américain de TFM, de s’extraire de la société.

Rappelons que TFM constitue l’une des plus grandes mines de cuivre du monde avec une capacité de production établie et des réserves probables évaluées à 3.8 million de tonnes.


COBALT.jpg

La RédactionLa Rédaction22 janvier 20192min00

Selon les données les plus récentes de la Bourse des Métaux de Londres (LME), le cours du cobalt a dégringolé de 96.000 $ la tonne en mars 2018 à 36.000 $ la tonne en janvier 2019. Le recul moyen sur la période considérée est donc de plus de 60%.

D’après les analystes économiques, cette chute serait attribuable d’une part aux ventes du métal bleu qui ont été en deçà des attentes en 2018 et à la surproduction d’autre part. En effet, depuis plusieurs années maintenant, la production mondiale du cobalt, dont la République démocratique du Congo (RDC) détient plus de la moitié, n’a cessé de croitre. L’utilisation du métal de la fabrication des piles fait du cobalt l’or noir d’un avenir décidément tourné vers les véhicules électriques.

Il est à noter aussi que l’instabilité politique a miné la confiance en l’environnement économique de la RDC sans affecter la capacité de production du pays. En outre, la nouvelle législation minière congolaise qui multiplie par cinq les royalties sur le cobalt et considère ce minerai comme un métal stratégique aura un impact sur le prix du cobalt au niveau mondial. Les analystes estiment que cet état de chose pourrait rapidement pousser les fabricants des piles à explorer d’autres alternatives au cobalt.

Cela pourrait vite faire éclater la bulle cobalt.


Connaissez-vous-le-Nord-Kivu-Un-drame-s-y-joue.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA21 décembre 20181min00

L’agence des Nations Unies World Food Programm (WFP) en RDC a étendu ses opérations sur les provinces de l’Ituri, du Tanganyika, de deux Kasaï et du Nord et du Sud-Kivu dans l’objectif d’éradiquer “l’insécurité alimentaire extrême” dans le pays.

D’après le communiqué du WFP parvenu à Kinshasa Times ce vendredi 21 décembre, un nombre record de ceux qui ont bénéficié de ce programme est de 5 million de personnes en 2018.

Le communiqué renseigne que les chiffres de WFP cette, sont les doubles qu’il avait atteint en 2017. “Une assistance a été fournie sous forme de vivres, d’espèces et d’aliments fortifiés spéciaux pour le traitement et la prévention de la malnutrition aiguë qui touche 4,6 millions d’enfants à l’échelle nationale” rapporte-t-on.

Cette agence des Nations Unies fait  “face à la montée de violence, aux déplacements massifs, aux mauvaises récoltes, à la pauvreté endémique qui ont presque doublé le nombre de personnes en insécurité alimentaire extrême en RDC cette année, atteignant 13,1 millions”.


téléchargement-1.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA18 décembre 20182min00

La direction générale de la telephonie mobile Orange a informé, ce mardi 17 décembre dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, que la société va interrompre d’ici 18 décembre 2018 ses soldes bonus.

“Orange vous informe qu’à compter du 18 décembre 2018, les bonus de nuit et bonus week-end ne seront plus disponibles jusqu’à nouvel ordre”, rapporte-t-on.

Pour plus d’informations les abonnés de Orange devront contacter le service client 1777.

Le premier Ministre Bruno Tshibala avait signé dernièrement un nouvel arrêté sur les taxes des télécommunications en RDC; ces taxes devront causées l’augmentation des unités de la telephonie mobile à  60%.

La direction générale de la téléphonie mobile Orange a informé, ce mardi 17 décembre dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, que la société va interrompre d’ici 18 décembre 2018 ses soldes bonus.

“Orange vous informe qu’à compter du 18 décembre 2018, les bonus de nuit et bonus week-end ne seront plus disponibles jusqu’à nouvel ordre”, rapporte-t-on.

Pour plus d’informations les abonnés de Orange devront contacter le service client 1777.

Le premier Ministre Bruno Tshibala avait signé dernièrement un nouvel arrêté sur les taxes des télécommunications en RDC; ces taxes devront causées l’augmentation des unités de la téléphonie mobile à  60%.


WhatsApp-Image-2017-06-07-at-13.52.18-1024x683.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 décembre 20182min00

C’est ce mardi 11 décembre que le gouvernement congolais à travers le premier ministre Bruno Tshibala, a signé l’arrêté portant création de deux nouvelles taxes dans les télécommunications, la première table sur la gestion des réseaux des services des données et la seconde sur le flux téléphoniques.
Il s’agit d’une surfacturation pour les télécoms de 1,15 cents par appel, 1 cent par SMS, 5% de l’internet sur les revenus bruts générés par le service des données.
Par conséquent, une carte de crédit de 10 USD va passer à 16 USD, soit une majoration de 60%. Le secteur des télécommunications subira une hausse de la pression fiscale d’au moins 27% pour les opérateurs de téléphonie.
La gestion de ce nouveau système de contrôle des flux téléphoniques des réseaux des opérateurs des télécommunications en RDC est gracieusement confiée à AFRICAN GENERAL INVESTMENT LIMETED (AGI), une entreprise protestataire recrutée par le ministère des Postes et nouvelles technologies de l’information et des communications (PNTIC) qui selon les experts n’a aucune référence en la matière.
Ces nouvelles taxes toucheront désastreusement le pouvoir d’achat des congolais qui seront obligé de débourser 30 à 60% plus cher pour se procurer les unités. Elles seront à la base de faillite des plusieurs entreprises des télécommunications qui verront la baisse de l’utilisation de leurs services à cause de la majoration du prix des appels, SMS et internet avec comme conséquence la hausse du taux de chômage. Elles occasionneront la destruction de l’écosystème du numérique en RDC.


carburant-station-service-2508-600px-1132x670.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA19 novembre 20181min00

Pour la cinquième fois depuis le début de cette année, le prix du carburant à la pompe vient de connaitre encore une majoration depuis ce dimanche 18 novembre  2018.

L’arrêté ministériel portant fixation de la nouvelle structure de prix des produits pétroliers  signé par le ministre d’État en charge de l’Économie nationale, Joseph Kapika renseigne  que le   litre du carburant  a subit une augmentation de 130 francs congolais à la pompe soit  6,162%.

Ceci concerne uniquement les zones Ouest et Nord du pays.


100-dollars.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA19 octobre 20182min00

En rapport au rejet de billets de cent dollars américains comportant une étoile à la fin du numéro de série par certains opérateurs et entités économiques en RDC. L’Ambassade des Etats-Unis a indiqué, ce jeudi 18 octobre dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, que les billets de cent dollars américains avec étoile conservent leur cours légal.

Selon le communiqué, L’Ambassade des Etats-Unis encourage les particuliers à se renseigner sur les billets de banque américains dans le Programme d’information sur la monnaie américaine Currency Education Program – CEP.

« Le gouvernement des Etats-Unis continue d’améliorer la sécurité de sa monnaie en introduisant notamment des nouveaux billets de banque périodiquement, et chaque billet a un numéro de série unique. L’Ambassade des Etats-Unis reconnait que certains numéros de série sont suivis d’une étoile », rapporte-t-on.


la-station-essence-total-situee-boulevard-gustave-andre-a-valence-a-ete-attaquee-hier-jeudi-vers-20h30-photo-architotalves-dl-stephane-marc-1508313090-1280x900.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA1 octobre 20181min00

Le prix du carburant à la pompe vient d’être revu à la hausse pour la quatrième fois depuis le début de cette année sur toute l’étendu du territoire national.

Dans un communiqué signé par le ministre de l’économie, Joseph Kapika, ce dimanche 30 septembre, il est indiqué que le prix du litre de l’essence passe de 1980 Franc congolais (F C) à 2110 FC et celui du gasoil de 1970 FC à 2100 FC.

Selon Joseph Kapika, ‘’les prix du baril qui est en augmentation à travers le monde et le taux de change’’ justifient cette majoration.

La population et les conducteurs stupéfaits  espèrent  que le nouveau tarif n’affectera pas encore le prix du transport en commun.


kabila.jpg

Aimé ZonveniAimé Zonveni14 septembre 20184min00

Du 12 au 14 septembre 2018 s’est tenue à Kolwezi, chef-lieu de la province de Lualaba, la troisième édition de la conférence minière de la RDC. Le rendez-vous minier a été inauguré et clôturé par le Chef de l’Etat qui a effectué le déplacement de Kolwezi. L’événement a connu la présence de plus de 2500 participants dont les officiels du gouvernement congolais, les opérateurs miniers, les acteurs de la société civile et des chefs de missions diplomatiques et consulaires ainsi que des représentants des agences des Nations-Unies.

Dans son mot d’ouverture, le Chef de l’Etat a plaidé pour l’application stricte et intégrale du nouveau Code Minier congolais. Il a décliné cette application en quatre points. Premièrement, il a insisté sur “la responsabilité sociale et environnementale des entreprises minières à l’égard des communautés affectées par leurs activités”.

Il par ailleurs rappelé la nécessité du “renforcement  de la responsabilité industrielle du titulaire du droit minier afin qu’aucun produit minier ne soit exporté dans l’état brut”.  L’activité minière étant essentiellement à capitaux étrangers, le chef de l’état est revenu sur l’ouverture de ces capitaux aux nationaux. Il a donc recommandé “la participation des congolais dans le capital des entreprises minières et à la mise en oeuvre effective de l’exclusivité leur reconnue dans la réalisation de la sous traitance”. 

Continuant sur la même lignée, le président a conclu en insistant sur la fiscalité minière en exigeant “un paiement effectif de tous les droits dus à l’Etat et de l’effectivité du contrôle des recettes rapatriées des ventes à l’exportation en vue de leur recyclage dans le développement économique du pays. 

En contrepartie de ces exigences, le président Kabila a demandé que cessent les tracasseries fiscales et administratives qui affectent négativement les opérateurs du secteur minier.

Pour que le Congo tire le maximum de ces ressources minières, en particulier le cobalt et le cuivre, le Président Kabila a proposé trois projets. Il recommandé que soit créée une “bourse de matières premières en RDC”. Il a en outre préconisé la “création d’une zone économique spéciale au profit des utilisateurs finaux des ressources naturelles congolaises”.  Il enfin exigé que soient réalisées “des évaluations périodiques rigoureuses des résolutions des travaux précédents” et la transformation de l’initiative de la conférence minière de la RDC en “une conférence internationale qui bénéficierait des apports et expérience d’autres pays producteurs des minerais à travers le monde”. 

Rappelons que la première édition de la conférence s’était tenue à Lubumbashi et la deuxième à Goma. La tenue de cette troisième édition à Kolwezi se justifie par le fait que le Lualaba, qui détient la quasi-totalité de la production cobaltifère du monde, a été déclaré la capitale mondiale de ce minerais stratégique.


CONFERENCE-MINIERE-1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA12 septembre 20181min00

La société civile du secteur des ressources naturelles en République Démocratique du Congo a indiqué, ce mercredi 12 décembre dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, sa déception sur « l’organisation chaotique » de la conférence minière et du désordre qu’elle a observé. Elle déplore l’exclusion de leurs délégués nationaux, dont les raisons sont « inavouées par les agents de la Présidence de la République ».

La société civile exprime son inquiétude quant à la mise en écart des délégués de la société civile. Selon le communiqué, ces délégués sont toujours victimes de l’exclusion lors des conférences minières organisées par le Gouvernement Congolais.

Par contre, « la société civile demeure une composante importante dans l’amélioration de la gouvernance minière notamment par son implication active dans la reforme minière », a-t-on lu.