images-63.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini21 novembre 20195min0

Le projet de Budget de l’exercice 2020 du Gouvernement Ilunkamba jugé recevable par l’Assemblée nationale, ce mercredi 20 novembre 2019. Bien avant l’approbation de ce projet de loi des finances par les élus du peuple, le Premier Ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, a rencontré les 41 préoccupations des Députés nationaux, lui soumises lors du débat général intervenu à la suite de la présentation dudit projet de budget le lundi 20 novembre 2019.

Le chef du Gouvernement dans sa réplique a fourni des réponses aux questions de la représentation nationale, centrées essentiellement sur les éléments de référence du budget de l’État, le réalisme et l’équité du budget tant en recettes qu’en dépenses, les problèmes sécuritaires principalement liés aux groupes armés nationaux et étrangers, la problématique de la gratuité de l’enseignement de base, la couverture santé universelle, le problème de rémunération spécialement des hommes en uniforme, des fonctionnaires, des enseignants, la budgétisation des élections ; le parachèvement de la décentralisation et la mise en œuvre de la caisse nationale de péréquation ; les infrastructures et la connectivité des provinces ; la desserte en eau et électricité ; la gestion des catastrophes humanitaires ; la problématique du fonctionnement de l’appareil judiciaire.

S’agissant des éléments de référence du budget de l’État , soulevés par les Députés nationaux, INAGOSI, DJOLI, LOKONDO, VUANGA, MONDOLE et NGOYI KASANJI, le prof Ilunga a expliqué que le cadrage macroéconomique se fonde sur le comportement de l’économie à moyen terme tel que présenté par le Ministère du Plan. Ce comportement est perçu en termes d’évolution du taux de croissance, du taux d’inflation, du taux de change et du produit intérieur brut. Les éléments chiffrés liés à l’évolution de ces agrégats sont présentés dans le document n˚2 consacré à l’exposé général du Budget. Le taux de croissance de 5,4% retenu a été estimé sur base des réalisations à fin juin 2019 et sera soutenu par les branches « bâtiments et travaux publics, transport et commerce ». La mission du Fonds monétaire international, en annonçant le taux de 3,2 %, a intégré l’hypothèse de la fermeture de MUTANDA MINING.

Concernant les inquiétudes des élus nationaux LUTUNDULA, LIKINDA, BUANGA, BONANE, NGOY KASANJI et KABANGE NUMBI sur le réalisme du budget, le patron de l’Exécutif a rassuré que les mesures préconisées dans ledit projet de loi des finances pour la mobilisation maximale des recettes feront l’objet d’un suivi régulier et rigoureux par son Gouvernement, et tout incivisme fiscal sera sévèrement sanctionné.
Le Premier Ministre a aussi donné des garanties aux Députés nationaux par rapports aux problèmes posés par la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base. A ce sujet, au cours de la réunion du Conseil des Ministres du 4 octobre 2019, une commission chargée de l’évaluation de cette mesure a été mise en place, afin de réserver une réponse globale et systématique à la problématique. Une ébauche de la feuille de route dans la résolution des problèmes relevés est mis à la disposition du Vice-premier Ministre, Ministre du Budget. Et par ailleurs l’Exécutif central compte également sur quelques partenaires techniques et financiers qui ont exprimé leur engagement à accompagner la RDC dans la réussite de cette réforme.

Sur la question de la non budgétisation des élections, évoquée par les législateurs, Sylvestre Ilunga a affirmé que le projet de loi des finances 2020 présenté à l’Assemblée Nationale, a réservé 220 milliards de francs congolais pour l’organisation des élections urbaines, municipales et locales. Quant aux élections de 2023, les crédits y afférents seront inscrits dans les budgets des exercices des années 2021 à 2023.

Le projet de loi des finances adopté, est renvoyé à la Commission ECOFIN de la chambre basse du Parlement pour amendement, qui présentera son rapport le mardi 03 décembre 2019.


IMG_20191111_161218.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini11 novembre 20192min0

Les institutions du développement africain se retrouvent en Afrique du Sud pour prendre part à la deuxième édition du Forum sur les investissements qui se déroule du 11 au 13 Novembre 2019 à Johannesburg.

Parmi les nations qui prennent part à cette rencontre, la RDC est représentée par le Directeur du cabinet du Chef de l’Etat Vital Kamerhe et 4 autres membres du gouvernement entre autre les ministres du plan, de l’énergie, des mines et de l’industrie. Plusieurs projets dans le domaine de l’investissement et du développement feront l’objet de discussions au cours de ce forum parmis lesquels, les projets INGA 3, mines et autres infrastructures. Mais aussi dans le domaine de l’énergie et de l’agriculture

Dans sa première édition tenu au pays de l’Arc-en-Ciel en 2018, le forum sur l’investissement en Afrique avait attiré 1 943 participants, représentants 87 pays et a réuni 400 investisseurs de 52 pays Africains. Ce marché de l’investissement innovant rassemble des Chef d’Etats de gouvernement, des promoteurs de projets et d’autres investisseurs institutionnels. Des décideurs, des sociétés de capital-investissement et de hauts responsables des ministères y prennent part.

Ce Forum pourrait être un cadre adéquat pour le repérage de la RDC par des opérateurs économiques, investisseurs potentiels, qui une fois d’accord peuvent s’installer en RDC afin de créer des entreprises en vue de resorber le taux élevé du chômage en RDC.


IMG-20190906-WA0003.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA7 septembre 20193min0

« Booster la croissance et la compétitivité de la RDC. Leviers Innovants ». Tel est le thème retenu pour la 5em édition du forum économique afro-aficain, Sultani Makutano, lancé officiellement par  président de la République Félix Tshisekedi, ce vendredi 6 septembre à Kinshasa.

Au cours de son mot d’ouverture de ces assises, le chef de l’État a annoncé la tenue dans les tout prochains jours d’une table ronde sur l’amélioration du climat des affaires.

« J’annonce la convocation dans les prochains jours d’une table ronde sur le climat des affaires pour vous écouter, et prendre en compte vos doléances, et mettre en place tout un mécanisme de suivi et de réforme du climat des affaires » a-t-il annoncé.
L’amélioration du climat des affaires est l’un de piliers figurant  dans le programme du chef de l’Etat qui a pour but de favoriser la croissance économique durable et restaurer la classe moyenne congolaise.
Il a de ce fait confirmé au monde des affaires, qu’un certain nombre des mesures sont entrain d’être prises pour éviter de tracasseries auxquelles les entreprises font face.
 » Je voudrai rassurer le monde des affaires que j’ai commencé à prendre des mesures pour éviter les tracasseries de tout ordre dont les entreprises font l’objet de la part de certains services de l’État. ». A-t-il rassuré.
Il a par ailleurs promit de veiller personnellement à ce que toutes les convocations intempestives dont font l’objet les opérateurs économiques puissent cesser et que seules celles qui sont légales et régulières soient autorisées.
Créé en 2016, le Sultani Makutano est avant tout un club d’affaires dont l’objectif premier est de « générer des opportunités d’affaires pour et entre ses membres ».
Pour ce faire, le réseau organise un forum annuel de dimension internationale. Il est donc une plateforme collaborative qui « se positionne en force de propositions et de solutions pour faire progresser la RDC sur la voie de l’émergence ».


WhatsApp-Image-2019-09-06-at-15.15.59.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA6 septembre 20191min0

Au cours de la 5 ème édition de Sultani Makutano qui a débuté ce vendredi 6 septembre à l’hôtel du fleuve, Anthony Nkinzo, DG de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissement (ANAPI) a donné son point de vue quant à la politique de local content à mener pour attirer les investisseurs.
À l’en croire, »La qualité de ressources humaines » est l’un des points essentiels afin d’attirer les investisseurs étrangers, car « Les investisseurs ont besoin d’une main d’œuvre qualifiée ».
Pour ce faire il faudrait renforcer la capacité du local content, démontrez aux investisseurs que nous avons de l’expertise puis  mettre en oeuvre une bonne gouvernance du local content.

Lancé officiellement par le chef de l’État, Félix Tshisekedi, Sultani Makutano 5, est un Forum économique afro-africain, réunissant les hommes d’affaires et entrepreneurs venus de différents pays africains qui partagent leurs expériences.


IMG-20190906-WA0007.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA6 septembre 20191min0

Le président de la République , Félix Tshisekedi, va procéder, ce vendredi 6 septembre, au lancement du Forum économique Afro-africain, Sultani Makutano.
« Booster la croissance et la compétitivité de la RDC leviers innovants », est le thème retenu pour la 5eme édition de ce Forum.

Réunissant les hommes d’affaires venus de différents pays africains , ces assises prendront fin demain samedi 7 septembre.


plan-numérique.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba4 septembre 20191min0

Le conseiller du Chef de l’Etat en matière du Numérique Dominique Migisha a annoncé, ce mardi 3 septembre, que le Forum régional sur le Numérique à Kinshasa, dénommé  « African digital story » aura lieu du 16 au 17 avril 2020 après la cérémonie de l’ouverture par le Président de la République Félix Tshisekedi.

Dominique Migisha déclare que ce Forum va contribuer au domaine du numérique en RDC afin de remettre la carte du pays à l’échelle africaine et mondiale.

« Le forum va notamment permettre aux alliances de se former, de continuer des collaborations dans le secteur des télécommunications. Ce sommet s’inscrit dans le cadre d’une ambition nouvelle de la RDC dans le domaine numérique pour finalement remettre la carte de la RDC à l’échelle africaine et mondiale dans ce secteur », a-t-il affirmé.

Notons que le Président Félix Tshisekedi a annoncé le début de la campagne d’identification biométrique de tous les citoyens en vue de doter le pays d’un registre national de la population d’ici à 2020.


félix-tshisekedi-mai-2019-1.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba4 septembre 20191min0

le Président de la RDC Félix Tshisekedi ne rendre pas part au Forum Économique mondial qui se tiendra à Capetown, suite aux actes de la xénophobie constatés en Afrique du Sud, a annoncé la presse Présidentielle ce mercredi 4 septembre.

Félix Tshisekedi n’est pas le seul, le président Rwandais Paul Kagame, et Peter Mutharika Président du Malawi se sont aussi retirés de ce Forum Économique.

Le Forum Économique mondial en Afrique est une réunion annuelle qui réunit les Chefs d’Etats afin d’évaluer l’économie du contient, les perspectives de croissance des revenus et les principales opportunités et défis auxquels les entreprises sont confrontées.

Suite à la violence qu’a subit les étrangers en Afrique du Sud, la Zambie vient aussi d’annuler son amical de football contre Bafana Bafana.


plan.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba3 septembre 20192min0

Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi  a procédé, ce mardi 03 août, à l’ouverture des travaux du Plan National du Numérique – Horizon 2025 en présence de plusieurs personnalités Politiques, en l’occurrence, la Présidente de l’Assemblée Nationale, le Président du Senat, le Premier Ministre.

La cérémonie de l’ouverture de ces travaux a eu lieu à Kinshasa au Pullman Hôtel.

Dans son allocution, le Président Félix Tshisekedi  rassure son engagement sur la transition du Numérique en République démocratique du Congo.

« J’ai tenu à engager la Nation toute entière dans la transition numérique. …j’ouvre ici la voie de notre souveraineté numérique. Ma volonté est de voir la culture du numérique gagner toutes les couches de notre population et…de nos administrations », a-t-il déclaré

Les techniques de l’information et communication font désormais parti de notre quotidien dont le numérique est la résultante technique le plus avancé »

Ce Plan National du Numérique, comme rassurait Dominique Migisha, conseiller du Chef de l’Etat en matière du Numérique, est fonder sur quatre principaux piliers, à savoir : les infrastructures ; la production et l’hébergement du contenu ; les usages applicatifs ; et la gouvernance et la régulation. Ces différentes thématiques feront l’objet de partage et d’approfondissement dans les panels pour validation et surtout appropriation par les parties prenantes.


félix-au-japon.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba28 août 20191min0

Le Chef de l’Etat Congo Félix Tshisekedi prend part à la septième édition de la TICAD (Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique ou Tokyo International Conference on African Development) qui se déroule au Japon.

Ce mercredi 28, selon la presse présidentielle, Félix Tshisekedi s’est entretenu avec le responsable de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) sur divers sujets qui concerne la RDC notamment, l’évolution de la riposte contre la maladie à virus Ebola, la construction d’infrastructures, la télédétection, le corridor nord, les prêts concessionnels, les investissements.

« La télédétection permettra par exemple à la RDC de connaître avec précision ses potentialités hydrique, minière, pétrolière et gazière, de parvenir à quantifier le degré de la déforestation. Une telle précision lui servira à bien préparer la planification et l’utilisation efficiente de ses ressources naturelles », renseigne la Présidence.

Félix Tshisekedi a aussi rencontré au Japon les dirigeants de la Japan Oil, Gas and Metals National Corporation  (JOGMEC).

 


fatshi-matadi-1.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba20 août 20192min0

Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi a pris part, ce mardi 20 août,  au lancement du Forum sur l’énergie électrique en RDC à Matadi au Kongo Central.

Dans son adresse, le président de la République a indiqué que la RDC est dans l’obligation de vaincre le paradoxe d’un pays aux potentiels électriques parmi les 5 premiers au monde « mais qui se trouve au dernier rang dans le taux d’accès à l’électricité ».

« L’évaluation  peu reluisante du secteur de l’énergie électrique traduit la faiblesse de capacité de gestion de planification en la matière. Un seul projet a été mené jusqu’au bout, c’est celui de Zongo sur les 3 derniers projets de génération électrique en RDC », a-t-il déclaré.

Le Chef de l’Etat a tenu à rassurer que sans l’énergie électrique en République Démocratique du Congo aucun développement n’est possible.

« C’est pour moi un honneur de participer à ce Forum sur l’énergie en RDC. L’accès à l’électricité est au cœur de nos enjeux économiques… Le développement de notre potentiel minier dépend de l’offre en énergie électrique. Il en est de même pour le port de Banana », a-t-il martelé.

Sur le plan social, Félix Tshisekedi affirme que l’absence de l’énergie électrique affecte le confort de vie de ménage où les femmes et enfants font des kilomètres à la recherche du bois. L’Afrique perd chaque année 600 mille habitants qui succombent suite à l’intoxication liée à l’utilisation du charbon de bois.

La RDC dispose de deux grands barrages en activité dont Inga I inauguré en 1971 et Inga II inauguré en 1982.