BREAKING NEWS
IMG-20180827-WA0012.jpg

La RédactionLa Rédaction27 août 20182min00

Ce dimanche 26 août 2018, Ckams Design célèbre son premier anniversaire d’existence à Kinshasa en tant start-up orientée vers la décoration intérieure et l'”africanisation ” des accessoires tels que des bracelets, boucles d’oreilles, babouches et autres, avec le pagne, ou le raphia.

A cette soirée organisée à l’Institut Supérieur des Arts et Métiers, ISAM, “les femmes travailleuses” communiquent par le défilé de mode, l’exposition des articles produits par la jeune entreprise, l’agréable que dégage la combinaison des couleurs pensées par Ckams Design.

Christelle Kamuleta Nkiere, a décidé en août 2017, d’investir dans ce secteur de déco qui est en vogue et intéressé de plus en plus des jeunes entrepreneurs. “Ma motivation première était de montrer aux gens ce qu’était mon métier et aussi d’apporter ma touche de déco, de design dans chaque intérieur, dans chaque espace, dans chaque design créé”, explique la ménagère du cabinet d’architecture intérieure.

Après un an de vie, l’objectif de Ckams Design est de “passer au niveau supérieur en proposant des nouveaux services à notre clientèle déjà fidèle et toucher une autre clientèle par nos créations, nos différentes prestations. Nous ne seront plus figés seulement sur le design. Nous serons aussi dans tout ce qui est événementiel, tout ce qui est changement de décor des différents espaces”, projette-t-elle.


KBM2018-WEB-2.jpeg

Aimé ZonveniAimé Zonveni25 mai 20183min00

Le Katanga Business Meeting (KBM) édition 2018 a été lancé le 24 mai 2018 dans la ville de Lubumbashi par le gouverneur de la province du Haut Katanga, Celestin Pande Kapopo, pour une série de conférences ateliers qui s’étaleront sur trois jours. Le thème principal retenu pour cette édition est solutions innovantes pour le développement de la RDC. L’événement a lieu à a Luano City, le complexe multifonctionnel abritant espaces bureaux et résidences.

Dans son mot d’ouverture devant plus de 500 participants dont un nombre important venus de l’étranger, le gouverneur de la province a indiqué que la troisième édition de s’inscrit dans la vision de la révolution de la modernité du chef de l’état Joseph Kabila.

“Cette édition s’aligne à la vision du chef de l’état, la révolution de la modernité, pour le développement intégral du Congo” a souligné le premier citoyen de la province du Haut-Katanga.

Après avoir officiellement lancé le KBM 2018, le gouverneur accompagné d’autres officiels de la province et les organisateurs ont procédé à la visite de stands où 135 exposants de plusieurs secteurs économiques ont présenté leurs domaines d’activité. Ces domaines vont du secteur minier, secteur de services, l’agriculture, la télécommunication et les sous-traitants.

https://web.facebook.com/KNTimesFR/videos/1907449555940023/?hc_ref=ART0P9_VuK_mcodhoC4DpPiqn2q0byGiM5FWiyH45hK_tphOWXHZL8ujfMLvArzba8A

L’organisateur du KBM, Costas Coursaris, de l’agence MUSAL communication, a souhaité la bienvenue au participants en leur rappelant que l’événement signe son retour après deux d’absence.  Il est suite revenu sur le thème retenu cette année en indiquant son importance pour la prospérité du pays.

“Au-delà des idées reçues et des solutions simplistes ou déjà éprouvées, le KBM a l’ambition de rassembler les acteurs clé des différents secteurs pour proposer de réelles solutions pour une économie plus prospère” a indiqué Costas.

Fondé en 2014, le KBM est le plus grand salon multi-sectoriel de Lubumbashi , mais aussi de toute la province du Haut-Katanga. Après l’édition 2015, il aura fallu attendre 2018 pour organiser la troisième édition, sans doute un indicateur de l’embellie qu’enregistre le secteur minier congolais avec la hausse récente des cours du cobalt et du cuivre à l’internationale.


Patricia-Nzolantima-1.jpg

Aimé ZonveniAimé Zonveni26 janvier 20182min02

Ubizcabs, taxis modernes de luxe à plusieurs avantages de la société Working Ladies Cab Sarl sera en circulation dans la ville province de Kinshasa à partir de 10 février prochain.

 Les Ubizcabs sont des taxis modernes de luxe qui seront mis à la disposition de congolais pour leurs courses express. Ces taxis offriront des plusieurs désavantages à ses utilisateurs. Un paiement sécurisé via la carte visa ou par mobile money, la climatisation, une télévision câblée, de l’eau minérale et une connexion wifi.

Ces avantages ont été possibles grâce à plusieurs partenariats entre la société Working Ladies et la Banque UBA, la BRACONGO, ORANGA RDC, ORION OIL et au soutien de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements à l’entreprenariat des femmes.

« La mise en place des ces véhicules est un message fort pour modifier la perception du transport en RDC, ainsi contribuer aux objectifs durables des Nations Unies », a affirmé la fondatrice, Patricia Nzolantima.

Cent voitures seront mises à la disposition des femmes à crédit pour leur permettre de se lancer dans l’entreprenariat. Les bénéfices auront pour but de pour rembourser le crédit et d’autonomiser celles qui auront souscrit.

Working Ladies est une société congolaise travaillant pour l’autonomisation économique et sociale des jeunes filles et femmes dans l’entreprenariat. Un secteur qui créera une classe moyenne et participera  à l’épanouissement de la RDC en construisant un pont vers le futur.

 


1-MAKUTANO-PIX-WEB.jpg

Aimé ZonveniAimé Zonveni15 septembre 20172min00

Dans son mot d’ouverture  de la troisième édition de la rencontre d’affaires Makutano, le président de la Fédération Congolaise des Entreprises (FEC) Albert Yuma a souligné l’importance de l’industrialisation pour le développement de la RDC.

“Œuvrer pour l’industrialisation de la RDC” est le thème retenu pour cette grande messe de entrepreneuriat congolais. Albert Yuma a indiqué que la RDC regorge des ressources naturelles pouvant permettre au pays de tenir le pari du développement. Pour y parvenir, l’industrialisation n’est pas un choix, mais un passage obligé.

“RDC doit suivre l’exemple des pays asiatiques qui ont connu un développement rapide en partant des petites unités de production qui sont aujourd’hui devenues des grandes industries. Les industries manufacturières sont le moteur de développement”, a noté le patron des patrons congolais.

En connaisseur du secteur minier, Albert Yuma a averti que les mines à elles seules ne pourraient assurer le développement du pays. Ce secteur en effet n’absorbe qu’à peine 10% de la consultance locale. Par contre, le pays doit profiter des revenus générer par les mines pour impulser l’industrialisation de la RDC.

Le MAKUTANO se positionne aujourd’hui comme l’une des rencontres d’affaires déterminantes du pays, avec l’ambition de contribuer au narratif sur un Congo positif. Cette troisième édition a réuni environ 400 participants dont plusieurs venus de l’étranger.


vlcsnap-2017-09-01-16h18m40s164-1024x576.png

Claudia MuleyaClaudia Muleya8 septembre 20172min00

La troisième édition du rendez-vous d’affaires Sultani Makutano s’ouvre du 14 au 16 septembre prochain. Plusieurs personnalités sont conviées à ce forum qui cette année aura pour thème  «œuvrer pour l’industrialisation de la République démocratique du Congo». Entrepreneurs, autorités, investisseurs locaux et internationaux échangeront sur les potentialités du pays en vue de la diversification de son économie dépendant essentiellement sur ses ressources minières.

Médecin Directeur et administrateur associé de la Clinique Médecins de Nuit SARL, basée à Kinshasa, le docteur Holenn Serge Emmanuel pense que «si on s’en tient à la définition classique de l’industrie où il faut produire des biens manufacturés, l’industrie médicale en RDC a connu un ralenti». Pour preuve, le spécialiste en radiologie indique qu’à une certaine période le Congo démocratique pionnier dans la région, était en mesure de produire par exemple des perfusions et des médicaments.

Optimiste, l’ancien boursier de l’université de Leeds en Grande Bretagne estime que l’industrie médicale en RDC est en développement comme le pays, et le Makutano qui est une rencontre des ceux qui «croient fermement en l’avenir de la RDC», peut permettre de saisir l’occasion pour développer ce secteur qui offre beaucoup d’opportunités.

Cliquer sur la vidéo ci-dessous pour suivre l’intégralité de l’interview du Docteur Holenn Serge Emmanuel:

 



Patrick MbalaPatrick Mbala31 mars 20172min00

Convaincue que la femme africaine réécrira une nouvelle page d’histoire, la Directrice de EXP Agency Communicart, Patricia Nzolantima voit l’atteinte rapide de la parité homme et femme selon plusieurs axes.

Parmi ces axes l’entrepreneure voit la femme, la mère comme actrice de l’égalité des genres parce que c’est elle qui éduque les enfants. Elle estime que si cette dernière apprend au garçon qu’il a les mêmes droits que la fille « lorsque ce garçon au sein de la société prendra des responsabilités comme chef d’entreprise, il fera en sorte qu’il ait cette égalité dans l’institution qu’il gérera». A ce rythme nous pourrons atteindre la parité plus tôt que prévu selon elle.

«La working Lady» affirme aussi que l’atteinte de l’objectif 50/50 à l’horizon n’est pas simplement une affaire des Etats :

«Lorsqu’on parle de la parité on a tendance à croire que c’est le gouvernement qui doit donner aux femmes 50% de postes ministériels ou au parlement alors on oubli que les personnes qui créent le plus d’emploi aujourd’hui ce sont les entrepreneurs», a-t-elle dit.

Patricia Nzolantima initiatrice des programmes «élites de demain» et «le monde de Nyota» inscrits dans le cadre de l’épanouissement de la jeune fille insiste par ailleurs que la parité doit se mériter. «Il faut qu’on vise l’excellence pour revendiquer ses droits», souligne t-elle avant d’ajouter que c’est sur base de la méritocratie que doit reposer la recherche de l’égalité entre les sexes.