kapiamba-500x228.jpg

don du ciel tolengadon du ciel tolenga26 février 20182min0

L’Association Congolaise pour l’accès  à la justice (ACAJ) condamne « avec la dernière énergie » le meurtre de l’activiste, coordonnateur du Collectif 2016,   Rossy Mukendi Tshimanga par des agents de  sécurité le dimanche 25 février 2018 devant la paroisse Saint Benoît à Kinshasa, au moment où il participait à la marche pacifique organisée par le Comité Laïc de coordination (CLC). 

C’est par un communiqué de presse que cette ONG a exprimé son indignation face à cet acte commis par des agents de l’ordre lors de la marche pacifique des catholiques.

D’après les allégation de l’ACAJ, l’activiste recevait « régulièrement des appels téléphoniques l’invitant à se rendre soit au commissariat provincial de la police de Kinshasa ou au Ministère de l’intérieur pour une communication lui concernant« .

Partant de ce qui précède, l’ACAJ présidée par Georges Kapiamba considère que cette exécution sommaire est le « résultat d’une préparation minutieuse de services de sécurité« , donc un « assassinat avec préméditation« .

L’organisation de la société civile exige donc au gouvernement d’ouvrir une enquête pour  sur cette situation macabre et recommande par ailleurs à la communauté internationale en particulier le Conseil de Sécurité de Nations Unies qui devrait:

« Imposer des sanctions ciblées contre les responsables gouvernementaux, militaires et policiers qui ordonnent et encouragent la répression sanglante des manifestations pacifiques et commettent des graves violations des Droits de l’homme, faisant obstacle à la mise en oeuvre de l’Accord de la Saint Sylvestre signé le 31 décembre 2016 », souhaite l’Ong congolaise.


IMG_20180222_213407-1.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji22 février 20183min0

Le 22 février 2018, le président du Gabon Ali Bongo a répondu à l’invitation de son homologue Joseph Kabila à Kinshasa, pour une séance de travail sur la préparation du sommet des chefs d’État du Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale prévu en mars prochain; la situation générale en Afrique centrale et les relations bilatérales entre la RDC et le Gabon

Évoquant la question des élections en RDC et au Gabon, Ali Bongo a félicité Joseph Kabila pour le processus électoral en cours en RDC, devant aboutir à des élections démocratiques, transparentes et apaisées, alors que Joseph Kabila a rendu l’ascenseur à son visiteur pour l’issue « heureuse » du dialogue politique nationale qui sera couronné par la tenue prochaine des élections législatives au Gabon.

Le Gabon traversant une crise postélectorale depuis 2016 et la RDC étant plongée dans une autre crise due au manque d’organisation des élections dans le délai constitutionnel depuis 2016, les deux chefs d’États ont lancé « un vibrant appel à tous les acteurs politiques et de la société civile de la RDC et du Gabon à se mobiliser en de la concrétisation des agendas électoraux de leurs pays respectifs dans l’unité, le calme et la paix ».

Au Gabon, la réélection d’Ali Bongo en août 2016 a été rejetée par son challenger Jean Ping qui revendique la victoire jusqu’à ce jour. Une bonne partie de l’opposition rangée derrière Jean Ping a boycotté le dialogue politique convoqué pour dissiper cette crise.

En RDC, le second mandat du président Joseph Kabila a expiré en décembre 2016 sans que les élections pour sa succession ne soient organisées. L’accord politique conclu le 31 décembre 2016 avec l’opposition n’a pas permis l’organisation de ces élections en 2017 comme prévu et ces élections en question sont renvoyées au 23 décembre 2018, selon le calendrier électoral de la CENI.

Les deux chefs d’États devront se rencontrer à nouveau du 5 au 6 mars lors de la deuxième session extraordinaire des Chefs d’État du Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique central, COPAX.


IMG-20180219-WA0005.jpg

Patrick PN MbalaPatrick PN Mbala19 février 20181min0

Une embuscade tendue par des  rebelles ADF a  fait plusieurs victimes  le week end dernier en territoire de Beni, à l’Est de la République démocratique du Congo.

Sur la route Eringeti-Oïcha, deux hommes et trois femmes ont été trouvés sans vie, les corps percés par des balles en début de matinée samedi dernier, d’autres personnes encore gravement  blessées.

D’après les témoignages des autorités locales, ces passagers ont vu leur véhicule intercepté dans son parcours par des rebelles qui ont tué et blessé certains parmi eux. 

« Les forces de sécurité sont intervenues rapidement pour secourir et sécuriser les autres passagers jusqu’à destination », a affirmé le chef de la localité d’Eringeti à l’AFP.


img_2914.jpeg

Patrick PN MbalaPatrick PN Mbala16 février 20181min0

Après plus de deux ans de vacance, le poste de conseiller spécial du président de la République en.matière de sécurité a dorénavant un titulaire. Jean Mbuyu Luyongolo a été nommé par Joseph Kabila par ordonnance présidentielle ce jeudi 15 février 2018. 

Expert en droit et ancien militant des droits de l’homme, Jan Mbuyu a déjà servi à ce même poste lesimilaire Kabila  père et fils fin années 90 et début 2000, avant d’intégrer le gouvernement.

Il remplace à ce poste Pierre Lumbi Okongo passé à l’opposition au deuxième semestre de 2015, dans un mouvement de départ des 7 anciens partis alliés de la Majorité présidentielle qui ont  formé le regroupement politique G7, pour soutenir la candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle.


Gecamines.jpg

La RédactionLa Rédaction2 février 20181min0

A en croire la société de recherche et d’analyse des marchés macroéconomiques BMI Reserach, la République démocratique du Congo, devrait bénéficier d’un taux de croissance plus élevé au monde durant l’année 2018. 

Les experts de BMI qui s’appuient sur la hausse prix de matière première attendue cette année, confirme la longueur d’avance de la RDC avec la réouverture des mines de cuivre et de cobalt de la compagnie  Glencore PLC dans l’ex Katanga, en plus de l’expansion par Rangold Resources de sa mine de Kibali.

Par ailleurs la société de recherche prévient que nonobstant ces prévisions, cette croissance de 17% risque d’être atténuée pour plusieurs motifs dont  la crise politique qui va crescendo avec la non tenue de la présidentielle à l’issue du second et dernier mandat de Joseph Kabila en 2016, mais aussi  la charte minière nouvellement adoptée qui implique une augmentation des taux de redevances pour les sociétés minières.

 


o-CHILD-HUNGER-facebook-1280x640.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji25 janvier 20181min0

« La RDC fait face à l’une des plus grandes crises de déplacement d’enfants dans le monde » s’est alarmé l’UNICEF dans un communiqué. Sur au mois 1,3 millions de personnes déplacées en 2017 suite aux violences interethniques et aux affrontements entre l’armée régulière, les milices et les groupes armés au Tanganyika et au Sud-Kivu, 800 mille sont des enfants.

3 mille enfants ont été recrutés par des milices et des groupes armés, 800 cas d’abus sexuels ont été également identifiés, indique le communiqué. Mais aussi, les provinces de Tanganyika et Sud-Kivu sont frappées par d’épidémies. 18 mille 250 cas de choléra, soit deux fois plus qu’en 2016, 18 mille cas suspects de rougeole ont été relevés.

Pour aider les enfants touchés par les crises dans les provinces du Tanganyika et du Sud-Kivu, l’UNICEF a besoin de 65 millions de dollars américains pour les 6 prochains mois.


2015-01-21T074153Z_239320831_GM1EB1L17C901_RTRMADP_3_CONGODEMOCRATIC-POLITICS-PROTESTS_0-1.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji19 janvier 20182min0

La Dynamique de l’opposition organise une conférence débat ce vendredi 19 janvier 2018 de 14 heures à 16 heures 30 à la paroisse Fatima dans la commune de la Gombe, à l’occasion du troisième anniversaire des massacres du 19 au 21 janvier 2015, indique son communiqué parvenu à notre rédaction ce 19 janvier.

Cette conférence sera directement suivie d’une messe d’action de grâce à 17 heures, toujours à Notre Dame de Fatima en mémoire des martyrs de la démocratie.

Ce 19 janvier 2015, les partis politiques de l’opposition réunis au sein de la plateforme Dynamique de l’opposition mobilisent des centaines des congolais à Kinshasa et dans plusieurs province du pays
pour faire barrage au projet visant à modifier la loi électorale, qu’ils estimaient  estimaient qu’il permettrait au président Joseph Kabila de rester en fonction au-delà de la limite de deux mandats consécutifs que lui impose la constitution.

La répression a fait 36 morts, dont au moins 21 ont été tués par balles par les forces de sécurité congolaises selon Human Right Watch. C’est plutôt 27 morts dont 4 à Goma, 23 à Kinshasa parmi lesquels deux policiers, affirme le gouvernement congolais.

Au moins cinq cents personnes ont été arrêtées à la suite de ce soulèvement, parmi lesquelles l’activiste de la société civile Christopher Ngoy Mutamba, qui ne recouvrira sa liberté qu’en 2017, à la faveur du dialogue politique du centre interdiocésain.


images-34.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji23 décembre 20171min0

Les soutiens à la marche de ce 31 décembre 2017 qu’a lancée le Comité laïc de coordination de l’église catholique vont croissant. « Tout en soutenant l’appel du Comité Laïc de Coordination « CLC », le mouvement IL EST TEMPS demande à l’ensemble de la population congolaise : Jeunes et Vieux, Hommes et Femmes, de se mettre debout comme un seul individu et de marcher main dans la main, ce dimanche 31 décembre 2017. »

C’est un moyen « d’exiger le départ de Mr Joseph KABILA pour recouvrer notre dignité, notre honneur entant que peuple et, de souffler un nouvel air qui imposera un nouvel ordre citoyen, » soutient le communiqué de ce 23 décembre 2017.

Dans un communiqué du 22 décembre 2017, la Police nationale congolaise a annoncé que ces éléments « seront déployés et visibles dans toutes les artères principales et point chauds de la ville (de Kinshasa) du 24 au 25 décembre 2017 et du 31 décembre 2017 au premier janvier 2018.« 


police-nationale-deploiement-1024x578.jpg

La RédactionLa Rédaction22 décembre 20172min0

La division urbaine de la police de Kinshasa réunie autour de son numéro un le général Sylvano Kasongo à l’inspection provinciale, a pris des décisions  exceptionnelles pour la sécurisation de la population les jours de réveillon et de fête de fin et nouvelle année. 

Un déploiement « visible » des agents de l’ordre sera exécuté. Une présence « remarquée » de la police avec pour  mission de « dissuader les potentiels malfaiteurs qui dérangent les paisibles citoyens qui vont ou reviennent des réveillons de Noël ou de nouvel an, et d’assurer, comme d’habitude, la sécurité des personnes et de leurs biens en ces jours festifs »

Rassurant la population de vaquer « sans inquiétude » à ses occupations, la Police de Kinshasa indique que les agents de l’ordre rempliront leur mission « dans le respect des droits humains », et des « lois du pays ».

« La population est appelée à dénoncer tout policier qui se rendrait coupable des actes illégaux. », précise le communiqué de la police rendu public ce 22 décembre. 


unnamed-2.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji19 décembre 20172min0

Le diagnostic de la marche de ce 19 décembre 2017 intervient tôt que prévu, de la bouche même du président du Rassemblement et secrétaire général adjoint aux relations extérieures de l’UDPS Félix Tshisekedi.

La Police nationale congolaise a réussi une fois de plus à étouffer la marche de l’opposition ce 19 décembre 2017. Si l’ambiance à Kinshasa et dans plusieurs villes de la RDC a été moyenne, les marches quant à elles n’ont presque pas eu lieu

Cela explique entre autre la présence du leader du Rassemblent au siège social de l’UDPS à la onzième rue au milieu de la journée, alors que le début de la marche était prévu à 9 heures à la place échangeur.

Selon Félix Tshisekedi qui s’est adressé à la presse après une altercation avec la police, Seules les villes de Goma et Mbuji mayi ont suivi le mot d’ordre de ce jour. « Je félicite les peuples (habitants) de ces deux villes et je crois que c’est un message qu’ils nous envoient à tous, » pense-t-il.

Il avait promis la victoire du peuple sur le pouvoir de Joseph Kabila ce 19 décembre, date qui marque une année de plus du président au pouvoir après l’expiration de son mandat à la même date en 2016. Se rendant à l’évidence, Félix Tshisekedi ne s’est pas gardé de reconnaître l’échec du jour : « Nous avons perdu la bataille mais la guerre continue. »

Comment alors sortir de cet engrenage : « annonce de la marche-interdiction des autorités provinciales-reppression de la police ? » Du courage selon Fatshi. « Il y a moyen de se prendre en charge. N’attendez pas seulement les leaders. Prenez courage et soutenez-nous. Sans vous nous n’y arriverons pas. Nous libérerons notre pays grâce à votre courage, » a exhorté Félix Tshisekedi.