BREAKING NEWS
she-okitundu-erdogan-110718-800px.jpg

La RédactionLa Rédaction31 octobre 201812min00

Célébrée le 29 octobre de chaque année en guise de commémoration du jour de la procclamation de leur république, la fête nationale turque a vecu. À Kinshasa, cette maniféstation s’est deroulé à Gombe, dans l’enceinte même de l’ambassade de Turquie en RD-Congo en présence de quelques autorirités RD-congolaises. Pour Salim BOĞAÇ Güldere, ambassadeur de la Turquie en RD-Congo, cette fête a été l’occasion pour lui de se dire fière de la coopération qu’il y a entre son pays et la RD-Congo. Selon lui, la Turquie est determiné à renforcer, pour les années qui viennent, cette coopération qu’il estime importante pour ces deux pays et pour le monde. L’ambassadeur turque a commencé son discour par la lecture complète du message de Recep Tayyip Erdoğan, Président de la République turque.

Au cours de cette soirée, Salih BOĞAÇ Güldere a remercié profondément tous les invités pour avoir, reconnait-il, honoré cette réception qu’ils ont organisé pour marquer la 95e anniversaire de la proclamation de leur république. Après son mot de remerciement, l’ambassadeur turque s’est rejouit de partager en premier lieu, a travers la lecture, avec tous les invités à la mannifestation, le message donné a cette occasion par Recep Tayyip Erdoğan, Président de la République turque. « Je célèbre le 29 octobre, Journée de la République de nos citoyens qui vivent dans notre pays et à l’étranger, ainsi que tous nos amis qui nous accompagnent en cette journée étant une source de joie et de fierté. A l’occasion du 95ème anniversaire de la proclamation de notre République, je commémore tous nos héros, en particulier Ghazi Mustafa Kemal Atatürk, nous ayant mené à la victoire lors de la guerre de libération et à la fondation de notre nouvel État », a-t-il lu en pursuivant : « Nous exprimons notre gratitude à nos parlementaires pour tous les efforts qu’ils ont déployés en vue de la libération, du développement, de la croissance et du renforcement de notre pays en tant que représentants de notre volonté nationale, depuis la première Assemblée jusqu’à maintenant. La miséricorde d’Allah à tous nos ancêtres, martyrs et vétérans qui ont versé leur sang et mené de grands efforts pour chaque centimètre du territoire anatolien, notre patrie millénaire. La mémoire sacrée des membres de nos forces de sécurité et des citoyens qui ont perdu la vie pendant la lutte contre le terrorisme et le 15 juillet restera toujours dans le cœur de notre nation et conservera sa place dans l’identité de notre État. Je considère chaque pas que nous avons fait vers une démocratie avancée et une économie forte dans nos efforts pour porter notre pays au-delà du niveau des civilisations contemporaines , comme une lumière allumée pour notre avenir glorieux ». Dans ce même message du président turque lu devant tous les invités par son ambassadeur en RD-Congo, il est souligné également qu’en cette même date du 29 octobre, il y a eu l’inauguration du nouvel aéroport de la Turquie à Istanbul. partant un peu plus loin avec la lecture dudit message, SALİH BOĞAÇ GÜLDERE a par ailleurs fait decouvrir aux invités les ambitions positives de Recep Tayyip Erdoğan.

« Inchallah, nous couronnerons notre grand et éternel voyage, de l’Empire Seldjoukide à l’Empire Ottoman, et finalement à la jeune République de Turquie, avec nos objectifs pour l’année 2023, et le porterons à un niveau supérieur avec nos visions pour les années 2053 et 2071. Chaque succès de la Turquie stimule les espoirs dans la conscience commune de l’humanité, ainsi que dans le cœur des opprimés et des victimes dans notre région et dans le monde entier. C’est pourquoi notre pays se classe au premier rang en matière d’aide humanitaire par rapport à son revenu national, bien qu’il soit la 17ème économie mondiale », a-t-il renchérit. Et de faire savoir : « Alors que tout le monde a fermé ses portes et son cœur aux demandeurs d’asile, la Turquie les a chaleureusement accueillis, étant le seul pays à s’acquitter correctement de ses responsabilités humanitaires.C’est tout un honneur pour nous d’écrire l’histoire en tant qu’une nation qui partage son foyer et son pain avec les opprimés au lieu de leur tourner le dos et qui fait toujours ses choix en faveur de l’équité et de la justice. Nous ne ferons aucune concession à notre position et ne laisserons jamais aucun obstacle, sabotage ou complot nous empêcher d’atteindre nos objectifs.Nous continuerons à travailler de toutes nos forces pour que la République de Turquie soit éternelle, alors que nous célébrons le 95e anniversaire de sa fondation.C’est avec ces considérations que je célèbre une fois de plus le 29 Octobre, la journée de la République ».

après cette lecture du message du président Turque, l’ambassadeur de la Turquie en RD-Congo a indiqué, cette fois à titre personnel que pour lui, cette occasion est à la fois un plaisir et un privilège, mais surtout un honneur de représenter la Turquie auprès d’un pays, considère-t-il, ami comme la RD-Congo. Dans son verbe, l’ambassadeur turque a en outre laissé entendre que dès son arrivée à Kinshasa il a reçu un accueil très chaleureux et bénéficié d’une coopération très étroite de la part des autorités RD-congolaises, et il en est extrêmement reconnaissant. « C’est, bien entendu, grâce à cette disposition positive du gouvernement de la RDC que la Fondation Maarif a pu assumer la direction de l’école turco-congolaise ici à Kinshasa . Cette école que j’ai visité fréquemment, et ma visite la plus récente était ce matin pour participer à la cérémonie qu’ils avaient organisé à l’occasion du 29 octobre. Tout évolue d’une façon parfaite à l’école. Les étudiants, leurs parents, les enseignants sont tous très, très contents comme l’a témoigné votre représentant aussi ce matin. Ce qui reste à voir, c’est les résultats des examens en fin d’année. La réussite académique lors de ces examens relève de votre responsabilité », a indiqué l’ambassadeur tourque. Il a aussi confié que les bourses qu’ils octroyent aux étudiants ainsi qu’aux jeunes fonctionnaires RD-congolais continueront, et il espère qu’avec plus d’envergure. En 2019, indique-t-il, l’académie diplomatique turque organisera pour la première fois un programme de formation particulier pour les jeunes diplomates RD-congolais.

Je suis également, declare-t-il, très content de pouvoir annoncer que deux accords qui fourniront une base juridique solide pour réaliser le potentiel immense de nos deux pays dans les domaines économique et commercial sont en voie d’être conclus dans un proche avenir. « je voudrais brièvement aborder le sujet qui domine l’agenda national congolais depuis un certain temps. Les élections qui vont se tenir dans deux mois sont, sans doute, en mesure de constituer une étape déterminante dans l’histoire de ce pays magnifique. Nous saluons le progrès enregistré dans cette direction et conformément au calendrier, et souhaitons témoigner le déroulement efficace de ce qui reste de ce processus. L’important, c’est que ces élections reflètent la volonté souveraine de la nation congolaise, qui exige le respect de nous tous », a-t-il conclu.

Luc -Roger Mbala 


christian_mwando_chasse_sa_me_1153960561_mwando_christian_17_0002_640_350_1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA15 octobre 20182min00

A Lubumbashi il y a eu la répression policière lors des rassemblements de l’opposition le samedi 13 octobre. Le député national Christian Mwando a déclaré, ce lundi 15 octobre sur Top Congo, que la population doit s’armer du courage pour mener une lutte pacifique contre le pouvoir de la République Démocratique du Congo.

« Pour notre pays, nous devons être courageux ! Malheureusement, nous ne pouvons avoir une lutte pacifique. Et la lutte pacifique c’est les manifestations, c’est les villes mortes ! Et il n’y a pas autre chose que la lutte pacifique. S’il y a une manifestation, nous demandons au peuple de se mettre débout et de suivre, parce que si nous sommes seul à nous battre,  et que le peuple ne nous suit pas, beaucoup des politiciens vont se découragés », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, l’Association Congolaise d’Accès à la Justice (ACAJ) et l’Institut de Recherche en Droits de l’Homme (IRDH) ont épinglé, dans leur rapport, les atteintes majeurs aux droits de l’homme commises par les autorités ce samedi 13 octobre à Lubumbashi lors du meeting interdit de l’opposition.


eleves.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA9 octobre 20181min00

Dans la matinée de ce mardi 9 octobre, les élèves dans certaines écoles à Beni, dans la province de Nord Kivu, ont envahi le boulevard Nyamwisi pour réclamer le changement suite à l’insécurité qui sévit au Nord-Kivu et manifestent contre la violence et les massacres à répétition sur la population de cette province.

Ce sont de jeunes garçons et filles à sac au dos des écoles secondaires et primaires qui se sont accordés pour réclamer la fin des tueries à Beni. La police a contré la marche par gaz lacrymogène sur des élèves dont l’age varie entre 10 et 18 ans.

Dernièrement, la situation sécuritaire à Beni a été alarmante, plusieurs personnes ont péri suite à un carnage perpétré par les rebelles de l’ADF, qui s’affrontaient avec les militaires des FARDC à Mavivi et à Masulukwede.

 


martin-fayulu.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA2 octobre 20182min00

Ce jeudi 4 octobre, la Commission Electorale Indépendante convoque une réunion avec les 21 candidats validés à la présidence de la République à Kinshasa. L’opposant et candidat président de la Dynamique de l’opposition a indiqué, ce mardi 2 Octobre sur Top Congo, que l’opposition est prête à attendre ce que la Centrale électorale va annoncer, et l’opposition va réagir en se basant aux textes légaux.

« On va écouter la CENI pour qu’elle nous dise où est ce qu’elle en est avec le processus électoral ! Qu’elle nous dise exactement ce qui se passe et nous nous allons réagir. Nous, si nous allons là-bas, ce que nous allons avoir comme support, c’est la constitution de la République, c’est la loi électorale et le calendrier. Je crois que la CENI veut faire correctement les choses et elle aussi doit se munir de ces trois documents et nous allons discuter sur les bases légales », a-t-il déclaré.

L’opposition congolaise avait réitérée, dernièrement au meeting du 29 septembre, sa décision de rejeter la machine à voter et la tenue des élections avec le 10 million d’électeurs fictifs sans empreinte digitale.


kabila.jpg

Aimé ZonveniAimé Zonveni14 septembre 20184min00

Du 12 au 14 septembre 2018 s’est tenue à Kolwezi, chef-lieu de la province de Lualaba, la troisième édition de la conférence minière de la RDC. Le rendez-vous minier a été inauguré et clôturé par le Chef de l’Etat qui a effectué le déplacement de Kolwezi. L’événement a connu la présence de plus de 2500 participants dont les officiels du gouvernement congolais, les opérateurs miniers, les acteurs de la société civile et des chefs de missions diplomatiques et consulaires ainsi que des représentants des agences des Nations-Unies.

Dans son mot d’ouverture, le Chef de l’Etat a plaidé pour l’application stricte et intégrale du nouveau Code Minier congolais. Il a décliné cette application en quatre points. Premièrement, il a insisté sur “la responsabilité sociale et environnementale des entreprises minières à l’égard des communautés affectées par leurs activités”.

Il par ailleurs rappelé la nécessité du “renforcement  de la responsabilité industrielle du titulaire du droit minier afin qu’aucun produit minier ne soit exporté dans l’état brut”.  L’activité minière étant essentiellement à capitaux étrangers, le chef de l’état est revenu sur l’ouverture de ces capitaux aux nationaux. Il a donc recommandé “la participation des congolais dans le capital des entreprises minières et à la mise en oeuvre effective de l’exclusivité leur reconnue dans la réalisation de la sous traitance”. 

Continuant sur la même lignée, le président a conclu en insistant sur la fiscalité minière en exigeant “un paiement effectif de tous les droits dus à l’Etat et de l’effectivité du contrôle des recettes rapatriées des ventes à l’exportation en vue de leur recyclage dans le développement économique du pays. 

En contrepartie de ces exigences, le président Kabila a demandé que cessent les tracasseries fiscales et administratives qui affectent négativement les opérateurs du secteur minier.

Pour que le Congo tire le maximum de ces ressources minières, en particulier le cobalt et le cuivre, le Président Kabila a proposé trois projets. Il recommandé que soit créée une “bourse de matières premières en RDC”. Il a en outre préconisé la “création d’une zone économique spéciale au profit des utilisateurs finaux des ressources naturelles congolaises”.  Il enfin exigé que soient réalisées “des évaluations périodiques rigoureuses des résolutions des travaux précédents” et la transformation de l’initiative de la conférence minière de la RDC en “une conférence internationale qui bénéficierait des apports et expérience d’autres pays producteurs des minerais à travers le monde”. 

Rappelons que la première édition de la conférence s’était tenue à Lubumbashi et la deuxième à Goma. La tenue de cette troisième édition à Kolwezi se justifie par le fait que le Lualaba, qui détient la quasi-totalité de la production cobaltifère du monde, a été déclaré la capitale mondiale de ce minerais stratégique.


cohen.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji5 septembre 20181min00

Il est en quelque sorte l’hirondelle qui a annoncé la libération de Jean-Pierre Bemba après 10 ans de détention à la Cour pénale internationale, lorsqu’il a écrit à la procureur Fatou Bensouda, lui signifiant que dans ce contexte préélectoral, la RDC a besoin d’un des ses fils Jean-Pierre Bemba. Mais l’élan de la finalité de sa démarche : “une candidature de Jean-Pierre Bemba à la présidentielle de 2018” a été stoppée nette par la Cour constitutionnelle ce 04 septembre lorsqu’elle a invalidé cette candidature, après que la CENI l’ait déclarée irrecevable.

Ces événements n’ont pas échappé à l’œil de l’un des observateurs de la politique congolaise. L’ancien diplomate américain Herman Cohen dénonce une stratégie du pouvoir en place d’écarter certains leaders de l’opposition pour organiser des fraudes aux prochaines élections.

En RDC, la disqualification “injustifiée” de la candidature à la présidentielle du leader politique de l’opposition “populaire” Jean-Pierre Bemba après l'”exile forcé” de l’ancien gouverneur du Katanga “tout aussi populaire”, Moïse Katumbi est une preuve que “les prochaines élections seront une grande”, réagit-il à son compte twitter.


Dky49TUXgAAdCwn.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA17 août 20182min00

Le président de la République Démocratique du Congo Joseph Kabila a indiqué, ce vendredi 17 août dans son discours au 38ème sommet de la SADC à Namibie, que la démocratie n’est pas juste une réalité, c’est un processus irréversible en RDC.

Le chef de l’Etat congolais, a relevé de chantage sur le processus électoral proposé par la Commission Electorale Nationale et Indépendante (CENI), avant d’affirmer que le gouvernement congolais s’est engagé pour le développement de l’économie national. “La SADC a le devoir de veiller aux principes fondateur de cette structure pour l’intérêt commun des pays de la SADC”a-t-il rappelé.

« Aux anciens présidents de la SADC, merci pour avoir partagé votre sagesse avec moi au cours de ces 20 dernières années. Merci aux actuels chefs d’Etat qui m’ont aidé à me rendre la vie facile. Et à tous ceux qui l’ont compliqué un peu » a-t-il remercié. « A mes collègues merci de m’avoir aidé à rendre ma vie un peu facile. A notre organisation, notre famille je dis simplement soyez forts, n’oubliez jamais le passé de notre région. Je suis très ému, ma préférence n’est pas de dire adieu mais à nous revoir bientôt, »a-t-il plaisanté pendant son discours.


unnamed-1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA13 août 20181min00

Après avoir déposé sa candidature à la présidentielle le 7 août dernier, le président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) Félix Tshisekedi Tshilombo va rendre public son programme électoral ce mercredi 15 août 2018 à Kinshasa au Béatrice Hôtel.

Le candidat à la magistrature suprême et le président du Rassemblement de l’opposition Félix Tshisekedi va exposer devant les militants de l’UDPS et les membres des partis du Rassop son projet de société sur sa candidature à la présidentielle.


y32uDCA9.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA8 août 20181min00

L’ancien secrétaire permanent adjoint du Parti lumumbiste unifié (PALU) Adolphe Muzito a déposé sa candidature à la présidentielle du 23 décembre ce mercredi 8 août 2018 comme indépendant. Il est le 11ème candidat président à la course du 23 décembre prochain, le bureau de réception et traitement des candidatures (BRTC) fermeront les portes ce mercredi 8 août 2018.

Il a été suspendu à une durée indéterminée du PALU pour de raison d’indiscipline et trahison, il était interpelé de son entêtement du non alignement du PALU à l’idéologie politique de la Majorité Présidentielle.

Rappelons qu’il était élu à la législative nationale de 2011 comme député de Kikwit, son fief électoral.  Et il a travaillé comme premier ministre après le départ d’Antoine Gizenga  de l’octobre 2008 en mars 2012.


Des05aAWAAAzGG8-1.jpg

Patrick MbalaPatrick Mbala3 juin 20182min00

L’apôtre Joseph Olangi a été mis sous terre ce samedi 02 juin 2018 les après midi dans une concession du ministère du Combat spirituel/Communauté internationale des femmes messagères du Christ (CIFMC) située dans la commune de la N’sele.

Plusieurs personnalités venues des diverses univers lui ont rendu un dernier hommage depuis le retour de sa dépouille à Kinshasa. Politiciens, chanteurs, représentants de différentes confessions religieuses ont défilé au siège du ministère du combat spirituel  dans la commune de Limete 17ème rue où ils ont salué pour la dernière fois celui qui pendant plusieurs décennies était à la tête de l’une des  plus grande communautés religieuse de la RDC.

Joseph Olangi est né le 14 août 1948 au Congo belge (actuelle RDC)  à Lodja, dans la province de Sankuru, et a rendu l’âme le 1er  octobre 2017 à Johannesburg, en Afrique du Sud à l’âge de 69 ans.

LIRE AUSSI :

La depouille de Papa Olangi déjà à Kinshasa sera inhumée ce 2 juin

Le Ministère chrétien du combat spirituel perd son “Général” Papa Olangi