félix-à-lunda.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba21 août 20193min0

Le Chef de l’Etat Congolais Felix Tshisekedi a pris part, ce mercredi 21 août en Angola, dans un mini-sommet des Chefs de l’Etats de l’Afrique Central, notamment, le Président Rwandais, Angolais, Congo Brazza et Ougandais ; ce sommet a eu lieu dans l’objectif de concrétiser l’entente entre le Rwanda et l’Ouganda.

Dans son adresse au cours de la conférence de presse, le Président Felix Tshisekedi a justifié le sept mois passé sans la sortie du Gouvernement après son investiture à la magistrature suprême.

« Le temps qui s’est passé, à peu près 7 mois  qui se sont écroulés pour former le gouvernement, ce n’est pas un temps que l’on peut considérer  comme ayant été gaspillé », a-t-il indiqué.

Selon Félix Tshisekedi, c’est un temps qui a était mis à profit pour que le Front Commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph et le Camp pour le Changement, puisse se connaitre d’abord étant en coalition.

« Jusqu’à avant les élections le camp sortant avec qui nous allons en coalition était un camp avec qui nous nous regardions en protagoniste. Il fallait mettre de coté cet antagonisme entre nous et accepter de mettre nos énergies nos intelligence, nos forces ensemble. D’autant plus que nous avons une même fibre idéologique la sociale, démocratie », a-t-il explicité.

Les discutions entre le FCC-CACH a porté, comme laisse croire le Chef de l’Etat Congolais, sur le programme du gouvernement, et la composition du gouvernement Sylvestre Ilunkamba.

« C’est une première expérience en RDC je demande l’indulgence de toute l’opinion tant nationale qu’internationale vis-à-vis de ce qui est apparu comme tergiversation. C’était une façon de se connaitre et d’aller ensemble en confiance et en partenariat », a-t-il affirmé.

A noter qu’après les échanges entre Chefs de l’Etats, chacun a posé sa signature sur un Mémorandum d’entente de Luanda.

 

Partager avec :

mwilanya.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba21 août 20192min0

Le coordonnateur du Front Commun pour le Congo (FCC) Néhémie Mwilanya a déclaré, ce mardi 20 août au cours d’une conférence de presse,  que sa plateforme politique a tenu compte de l’aspect du genre et de la jeunesse dans les choix des ministrables.

« Vous allez vous en rendre compte lorsque l’équipe gouvernementale sera rendue publique, que le FCC a joué la carte du genre. Un quota significatif, important et surtout qualificatif a été attribué à la jeunesse mais également à la femme », a-t-il déclaré

Selon Néhémie Mwilanya, le FCC a joué la carte de la régénérescence, du renouvellement de la classe politique.

Le Coordonnateur du FCC indique que la sortie retardée du gouvernement Ilunkamba est la preuve que le FCC veut s’éprouver mêmes pour savoir si l’ancien gouvernement était si engagés que ça afin d’aller loin.

« Arriver à mettre toutes les institutions ensemble, c’est quand-même un grand défi relevé. Il ne reste qu’à les faire fonctionner. Et le faire rationnellement et à atteindre les objectifs », a-t-il affirmé.

Néhémie Mwilanya atteste s’ils assument la coalition Cap pour le Changement et le Front Commun pour le Congo c’est parce que, la première fondation et la plus solide demeure la proximité idéologique. « Il reste à savoir si nous nous sommes trompés ou pas. Je pense que jusqu’à preuve du contraire nous nous définissons comme même bord idéologique de la gauche. Nous en avons parlé », admet-il.

Partager avec :

sylvestre-ilunga.jpeg

Stephane NtumbaStephane Ntumba20 août 20191min0

Au sortir d’un long échange avec le président Félix Tshisekedi, le premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a remis, ce lundi 19 août à la cité de l’Union Africaine, la mouture de son gouvernement.

Le Chef de l’Etat avait demandé au premier Ministre d’harmoniser la première mouture du gouvernement en tenant compte du genre et des équilibres régionaux.

A noter que parmi les points de la session extraordinaire de l’Assemblée Nationale figure l’investiture de l’équipe gouvernementale ; de ce fait, tout porte à croire que la sortie du gouvernement approche à grand pas.

Partager avec :

félix-tshisekedi-mai-2019-1.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA20 août 20191min0

Sur ordre du président de la république, Félix Tshisekedi, tous les ministres sortants seront audités.
Dans un document signé par son Administrateur Général, Inzun Kakiak, l’Agence National de Renseignements (ANR) requiert l’inspection Général des Finances (IGF) pour auditer « tous les décaissements des fonds du trésor public en faveur de tous les ministres du gouvernement depuis l’investiture du chef de l’État jusqu’à ce jour »
L’inspecteur général des Finances doit de ce fait saisir tous les bons de retrait de fond ainsi que tous les dossiers initiés pour sortir les fonds par les différents ministres.
Pour boucler la boucle, l’IGF devra faire les rapports circonstanciés sur lesdits dossiers.

Partager avec :

mabunda.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba20 août 20191min0

Réunis en session extraordinaire, la présidente de l’Assemblée Nationale Jeannine Mabunda a déclaré, ce lundi 19 août, que les députés se trouvent dans « l’obligation de fructifier l’acquis » de l’alternance pacifique du pouvoir entre le président sortant Joseph Kabila et le président entrant Felix Tshisekedi, « pour que celle-ci devienne une habitude ».

« Nous sommes tenus à tirer le profit le plus large de cette coutume, aussi bien pour la cohésion nationale, que pour la planification de la construction et le développement du pays au bénéfice de tous nos compatriotes », a-t-il dit aux députés.

Jeannine Mabunda a appelé les élus du peuple à  voter les lois et contrôler la gouvernance de l’Etat en préservant l’acquis de l’alternance, car ajoute-telle, « Notre mandature est celle qui a vécu et qui continue à vivre l’expérience de la toute première passation pacifique de pouvoir dans notre pays, grâce aux 80 millions de congolais ».

Partager avec :

800px-Delly_SESANGA.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA20 août 20191min0

Après concertation, le bureau politique du parti Envol de Delly Sessanga a décidé de déposer un projet de loi portant révision de la constitution au deux chambre du parlement.
Ledit projet a été physiquement déposé ce lundi 19 août par le secrétaire général du parti,Jean-Marc Mambidi, cette proposition de loi vise « la révision de quelques articles de la législation congolaise afin de s’adapter à la situation politique du pays ».
Notamment, la disposition sur l’élection présidentielle, le parti de sessanga propose que ce type de scrutins « revienne à deux tours pour éviter toute crise de légitimité de l’institution président de la république » mais aussi la disposition sur « l’exclusivité de la nationalité que Envol estime être dépassée et propose la double nationalité ».

Partager avec :

FB_IMG_1565848605111.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA19 août 20191min0

C’est au cours d’un tête-à-tête qu’a eu lieu ce lundi 19 août entre le premier ministre entrant, Sylvestre Ilunga et le président de la république, Félix Thsisekedi à la Cité de l’OUA, que le nouveau chef du gouvernement a « rassuré de remettre au chef de l’État les listes de ministrable au courant de la semaine ».
Il a  affirmé avoir retourné au deux dépositaires , FCC et CASH les listes de ministrables, déposées le dimanche 11 août dernier à l’hôtel du gouvernement  pour que chaque regroupement fasse le toilettage.
Selon l’accord qui lie les deux regroupements , le gouvernement en cours de formation sera composé de 65 membres dont 42 du FCC vu sa majorité parlementaire et 23 du CACH.
Cependant, les listes de ministrables doivent comporter trois noms pour chaque poste.

Partager avec :

clément-Musa.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini19 août 20192min0

La session extraordinaire qui va investir le gouvernement Ilunga s’ouvre ce lundi 19 août 2019 au Palais du peuple, siège du parlement de la République Démocratique du Congo. Les élus nationaux validés par la Cour Constitutionnelle ont été notifiés pour prendre à cette séance extraordinaire.

N’ayant pas été validé par la Cour Constitutionnelle dans sa dernière liste, après rectification des erreurs matérielles, le député de l’opposition Clément Muza Kayembe affirme avoir reçu la notification pour participer à la séance plénière de ce lundi 19 août 2019.

« Je suis encore député, mon mandat est en cours. La preuve est que j’ai reçu le message de notification comme député pour prendre part à la session extraordinaire convoquée », a déclaré Clément Muza à la rédaction de Kinshasatimes.cd.

A en croire cet élu de la Tshangu invalidé, les arrêts rendu par la Cour Constitutionnelle sont des « arrêts iniques et de la honte ».

« Lorsque la loi parle de l’inattaquabilité des arrêts de la cour, ce sont des arrêts rendus conformément et aux lois de la république et à la constitution certes ces arrêts sont une décision inique et de la honte », poursuit-il.

A noter que la Cour Constitutionnelle a déjà rendu publique sa liste définitive reconnaissant les députés validés qui doivent siéger à l’Assemblée Nationale. Ces derniers, validés par la Cour Constitutionnelle seront officiellement établis au cours de cette session extraordinaire.

Partager avec :

Ngobila1.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini19 août 20193min0

Le directeur de Cabinet du gouverneur de la ville de Kinshasa, Freddy Bonzeke vient de couper court aux rumeurs circulant sur les réseaux sociaux faisant état des permutations et des nominations des bourgmestres. Il a précisé que l’arrêté en circulation sur la toile est un faux document. « Le Gouverneur de la ville de Kinshasa n’a pas pris un arrêté qui permute et nomme les bourgmestres », a précisé Freddy Bonzeke, sur les ondes de la radio Top Congo.

De son côté, Me. Georges Kapiamba, président de l’Association pour l’accès à la justice (ACAJ), a appelé à la justification, tous ceux qui ont donné du crédit à ce faux arrêté en circulation sur les réseaux sociaux. « Le cabinet du gouverneur de la ville de Kinshasa vient de nous notifier que l’arrêté, que ns avons dénoncé, « est un faux ». Ceux qui l’ont soutenu jusqu’à présenter « de nouveaux nommés » en public doivent se justifier. Il reste celui de la province de Lomami qui doit être annulé », indique un Tweet de Me Georges Kapiamba, du dimanche 18 août à quelques heures du démenti de l’Hôtel de ville.

Le samedi dernier, le président national de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) avait indiqué sur Twitter que cette organisation allait « demander formellement au gouverneur de la ville de Kinshasa de revenir sur son arrêté dit ‘permutation de bourgmestres », reprochant de ne pas en avoir la « compétence légale ».

Pour l’ACAJ, « seul le ministre de l’intérieur peut les nommer à titre provisoire ». Alors qu’un arrêté circulant sur les réseaux sociaux faisait état des nominations et des permutations des bourgmestres et bourgmestres adjoints, Me Freddy Bonzeke affirme que « le cabinet aussi a été surpris comme tout le monde de voir un arrêté sans date, sans numéro et sans sceaux circuler sur les réseaux sociaux ».

Partager avec :

lubaya.png

Stephane NtumbaStephane Ntumba19 août 20191min0

Le cabinet du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila a démenti d’être auteur de l’arrêté portant permutation et nomination des bourgmestres des communes de la capital de la république démocratique du Congo.

Le député national Claudel Lubaya revient sur le fait, ce lundi 19 dans un twitte, qu’il revient au Ministre de l’intérieur d’ouvrir une action disciplinaire contre le Gouverneur de la Ville de Kinshasa, et « de la clôturer ne serait-ce que par un  blâme ».

Le Ministre de l’intérieur ne devrait pas garder silence, soutient-il, car « Ne rien faire, c’est continuer à dépouiller l’Etat de toute sa substance ».

A noter que le cabinet du gouverneur de la ville de Kinshasa a rendu public un communiqué datant de 18 août pour porter à la connaissance du public que l’arrêté en circulation dans les réseaux sociaux est un faux.

Partager avec :

Partager avec :