BREAKING NEWS
Antonio-guterres-1024x683.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 décembre 20181min00


Les Congolais iront voter ce dimanche 30 décembre, pour le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a indiqué, ce samedi 29 décembre dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, que les citoyens doivent saisir cette occasion historique pour participer à la consolidation des institutions démocratiques de la RDC.

António Guterres atteste que tous les acteurs politiques, renseigne-t-on, ont un rôle crucial à jouer dans la prévention de la violence électorale en s’abstenant de toute forme de provocation.

En outre dans les circonscriptions électorales où sévissent le virus d’Ebola, Guterres indique qu’il est important de “protéger et d’assurer l’accès aux structures sanitaires”.


Joseph-Kabila-avril-2018-1024x512.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 décembre 20182min00

A quelques heures du début des scrutins tant attendu, le chef de l’Etat Joseph Kabila fait une sortie médiatique ce samedi 29 décembre dans la soirée à la Radiotélévision nationale congolaise, les uns et les autres ne s’y attendait pas.

Dans son adresse, le chef de l’Etat a indiqué que la RDC a fait face aux ingérences étrangères susceptibles de contrarier la volonté d’auto détermination de la population Congolaise.

Joseph Kabila appelle la population à préserver l’unité et la liberté de la RDC, “Il n’y a pas de doute que la RDC est aujourd’hui, non seulement, une République, mais une démocratie, c’est le deuxième  acquis à préserver”, a-t-il souligné.

Dans son discours, il a rassuré le peuple que ce processus électoral est véritablement le sien, partant de l’adoption des dispositions nécessaires du processus à la tenue des élections. “Le peuple congolais est demeuré maître de son processus! Ainsi il aura prouver à la face du monde, qu’il connaît les vrais enjeux de ces élections, ceux de l’affirmation de sa dignité et de la consolidation de sa souveraineté”, a-t-il déclaré.

Sur le plan sécuritaire, le président de la République, admet que les dispositions ont été prises avec le gouvernement congolais pour sécuriser toutes les parties prenantes au processus, candidats comme électeurs et les observateurs.


IMG_20181229_082903.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 décembre 20182min00

Le président de la CENI Corneille Nangaa affirme que la centrale électorale n’a pas diminué le nombre des bureaux de vote dans la ville province de Kinshasa.

Le numéro un de la commission électorale nationale et indépendante Corneille Nangaa a souligné, ce samedi 29 décembre, que l’information sur la diminution d’au moins mille bureaux de vote sont fausses.

A en croire Corneille Nangaa la cartographie électorale de la capitale Kinshasa n’a pas changé.

« Les éléments qui circulent maintenant dans la presse en disant qu’on a diminué les bureaux de vote à Kinshasa, nous disons que la cartographie électorale n’a pas changé, elle est restée la même… », a-t-il démenti.

Ce vendredi 28 décembre,  Corneille Nangaa avait confirmé la tenue des élections présidentielle et législatives nationale et provinciale ce dimanche 30 décembre en RDC sauf à Beni, Butembo et Yumbi.


Martin-Fayulu-1-05122018.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA29 décembre 20181min00

Le suspens sur un autre report des scrutins a été levé ce vendredi 28 décembre. A l’issue d’une réunion avec   les candidats président du Cash, Fcc et Lamuka dirigée par la SADC, le président de la CENI, Corneille Nangaa a confirmé que « nous allons voter ce dimanche »
Cette confirmation a sans doute apaisé les esprits qui s’agitaient déjà.
Rassurés, les candidats à la course se préparent moralement et spirituellement pour affronter la bataille électorale c’est dans cette optique que Martin Fayulu, candidat président soutenu par la coalition Lamuka a demandé aux congolais d’observer une attitude de prière en vue de préparer la journée du dimanche 30 décembre.
« En ce jour de samedi 29/12/18, je recommande à tous les congolais d’observer le jeûne et d’être dans l’attitude de prière afin d’implorer l’Eternel Dieu Tout-Puissant pour que les élections du 30 décembre se tiennent dans la paix et la sérénité Méditons Esther 4:1-17« , a-t-il recommandé.


IMG-20181228-WA0029.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA28 décembre 20181min00

Une tripartite urgente CENI-FCC-CACH-Lamuka piloté par la SADC a pris fin dans la soirée de ce vendredi 28 décembre, ils ont échangés sur les élections de ce dimanche 30 décembre.

La CENI confirme la tenue des élections ce dimanche
À l’issue de cette rencontre,  le numéro un de la centrale électorale vient de lever le suspens « Nous allons voter ce dimanche 30 décembre » a-t-il confirmé à la presse.


UE-1-1280x998.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA28 décembre 20182min00


Le gouvernement congolais avait donné à l’Ambassadeur de l’Union Européenne Bart Ouvry quarante-huit heures (48h) pour qu’il quitte le sol de la RDC. En réaction, le Conseil de l’Union Européenne a déclaré, ce vendredi 28 décembre dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, que “rien ne saurait justifier cet acte arbitraire”du gouvernement congolais vis-à-vis de Bart Ouvry.

Selon ce communiqué, l’UE rappelle que ces mesures contre le gouvernement congolais, sont liées aux violations des droits de l’homme et aux obstacles créés à une sortie pacifique de la crise en RDC.

L’UE est un partenaire de premier plan de la RDC et de sa population, en y maintenant une coopération importante. A la veille d’élections cruciales pour le pays, elle estime que cette décision est totalement contre-productive, nuisant aux intérêts de la population”, rapporte-t-on.

Par ailleurs, l’UE partage la préoccupation manifestée par les Chefs d’Etats de la SADC et CIRGL réunis en urgence au sommet à Brazzaville ce 26 décembre. “L’UE appel à l’apaisement et la retenue en vue de la tenue des scrutins dans la sérénité”, avons lu.


martin-fayulu.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA28 décembre 20182min00


L’expulsion de l’Ambassadeur de l’Union Européenne (UE) Bart Ouvry par le gouvernement congolais, a suscitée la réaction du candidat président Martin Fayulu qui considère que cet acte est une preuve de la fin du régime du président Kabila.

Pour le candidat président de Lamuka, lu dans un twitte ce vendredi 28 décembre, cette décision d’expulser le chef de la Délégation Européenne dans quarante-huit heures est en “dérapage complet”.

“L’expulsion de Bart Ouvry est une preuve de plus que le régime finissant de J. Kabila est en dérapage complet. Après les grotesques manipulations qu’il a opérées à travers la CENI ces jours-ci, il s’apprête maintenant à massacrer les congolais à l’abri des regards gênants”.

Le gouvernement congolais n’as pas voulu resté inerte face aux sanctions de l’UE, avait annoncé jeudi 27 décembre par son chef de la diplomatie Léonard She Okitundu que une série des mesures sont prises à l’endroit de l’Union Européenne, la première a était l’expulsion de monsieur l’Ambassadeur Bart Ouvry.


felix.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA28 décembre 20182min00


Le candidat président Félix Tshisekedi a attaqué, ce vendredi 28 décembre, la série des mesures que le gouvernement congolais a pris à l’endroit de l’Union Européenne (UE), dont la première oblige l’expulsion dans quarante-huit heures (48h) de l’Ambassadeur de l’UE Bart Ouvry.

Selon le candidat de la Coalition UNC-UDPS, il va rappeler le chef de la Délégation de l’UE une fois élu président de la République.

“Cette expulsion de l’Ambassadeur de l’UE illustre bien la nervosité et l’incertitude qui règnent dans le camp sortant. Je présente, au nom de la RD Congo, mes excuses à Bart Ouvry et à l’UE, et m’engage à le rappeler à Kinshasa et à rouvrir la Maison Schengen dès mon élection prochaine”,a-t-il déploré.

L’UE avait prolongé pour une année les sanctions contre 14 hauts fonctionnaires de l’Etat Congolais. Le Conseil des ministres de l’Union Européenne a décidé de géler les avoirs et interdir le visa aux personnes concernées.


IMG_20181228_1436419-1280x960.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA28 décembre 20181min00

Arrêt sur image, l’appel par Lamuka de la ville morte ce vendredi 28 décembre n’est pas observé. Il est 12 heures à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, plus précisément sur le rond-point Ngaba, et les magasins sont ouverts, les activités commerciales se déroulent comme d’habitude, les vendeurs et Chauffeurs de taxi bus poursuivent leurs activités comme à l’accoutumé.

Cependant, la plate-forme Lamuka qui est derière le candidat à la présidentielle Martin Fayulu avait appelé la population à observer une ville morte comme expression de leurs opposition à la décision de la CENI du report partiel des élections, notamment à Beni et Butembo, dans la province du Nord Kivu, et aussi à Yumbi, dans la province de Maï Ndombe.


KABILA-KASAI-WEB.jpg

La RédactionLa Rédaction28 décembre 20182min00

Le chef de l’Etat Joseph Kabila a indiqué, au cours d’une interview accordée à la radio BCC mercredi 26 décembre, que le report partiel des élections à Beni, Butembo et Yumbi a un soubassement juridique, “ne vous inquiétez pas, la loi prend en compte de tels problèmes”.

Selon le président de la République, les personnes en charge des élections font tout ce qui est à leur pouvoir.

Les électeurs mécontents à la décision de la CENI sur le report partiel des élections au mois de mars 2019, “ont vandalisé des installations situées à l’intérieur de l’enclos du Centre de Transit de Beni où sont traités les cas suspects en attente des résultats du test de laboratoire. Ce n’est pas le Centre de Traitement d’Ebola où sont traités les cas confirmés” s’est inquiété le Ministère de la santé en RDC dans un twitte ce vendredi 28 décembre.

Les protestations contre la décision “politique” ont commencé dans la matinée du jeudi 27 décembre dans certains coins de la ville de Goma, la population n’accepte pas les raisons sanitaires et sécuritaires que la CENI soutien pour reporter partiellement les élections à Beni, Butembo et Yumbi.

Dans deux jours, se tiendront les élections présidentielle et législatives nationale et provinciale sur toute l’étendue du territoire national sauf Béni, Butembo et Yumbi comme l’avait annoncé le président de la CENI Corneille Nangaa dernièrement.