mabunda.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba20 août 20191min0

Réunis en session extraordinaire, la présidente de l’Assemblée Nationale Jeannine Mabunda a déclaré, ce lundi 19 août, que les députés se trouvent dans « l’obligation de fructifier l’acquis » de l’alternance pacifique du pouvoir entre le président sortant Joseph Kabila et le président entrant Felix Tshisekedi, « pour que celle-ci devienne une habitude ».

« Nous sommes tenus à tirer le profit le plus large de cette coutume, aussi bien pour la cohésion nationale, que pour la planification de la construction et le développement du pays au bénéfice de tous nos compatriotes », a-t-il dit aux députés.

Jeannine Mabunda a appelé les élus du peuple à  voter les lois et contrôler la gouvernance de l’Etat en préservant l’acquis de l’alternance, car ajoute-telle, « Notre mandature est celle qui a vécu et qui continue à vivre l’expérience de la toute première passation pacifique de pouvoir dans notre pays, grâce aux 80 millions de congolais ».

Partager avec :

800px-Delly_SESANGA.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA20 août 20191min0

Après concertation, le bureau politique du parti Envol de Delly Sessanga a décidé de déposer un projet de loi portant révision de la constitution au deux chambre du parlement.
Ledit projet a été physiquement déposé ce lundi 19 août par le secrétaire général du parti,Jean-Marc Mambidi, cette proposition de loi vise « la révision de quelques articles de la législation congolaise afin de s’adapter à la situation politique du pays ».
Notamment, la disposition sur l’élection présidentielle, le parti de sessanga propose que ce type de scrutins « revienne à deux tours pour éviter toute crise de légitimité de l’institution président de la république » mais aussi la disposition sur « l’exclusivité de la nationalité que Envol estime être dépassée et propose la double nationalité ».

Partager avec :

FB_IMG_1565848605111.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA19 août 20191min0

C’est au cours d’un tête-à-tête qu’a eu lieu ce lundi 19 août entre le premier ministre entrant, Sylvestre Ilunga et le président de la république, Félix Thsisekedi à la Cité de l’OUA, que le nouveau chef du gouvernement a « rassuré de remettre au chef de l’État les listes de ministrable au courant de la semaine ».
Il a  affirmé avoir retourné au deux dépositaires , FCC et CASH les listes de ministrables, déposées le dimanche 11 août dernier à l’hôtel du gouvernement  pour que chaque regroupement fasse le toilettage.
Selon l’accord qui lie les deux regroupements , le gouvernement en cours de formation sera composé de 65 membres dont 42 du FCC vu sa majorité parlementaire et 23 du CACH.
Cependant, les listes de ministrables doivent comporter trois noms pour chaque poste.

Partager avec :

clément-Musa.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini19 août 20192min0

La session extraordinaire qui va investir le gouvernement Ilunga s’ouvre ce lundi 19 août 2019 au Palais du peuple, siège du parlement de la République Démocratique du Congo. Les élus nationaux validés par la Cour Constitutionnelle ont été notifiés pour prendre à cette séance extraordinaire.

N’ayant pas été validé par la Cour Constitutionnelle dans sa dernière liste, après rectification des erreurs matérielles, le député de l’opposition Clément Muza Kayembe affirme avoir reçu la notification pour participer à la séance plénière de ce lundi 19 août 2019.

« Je suis encore député, mon mandat est en cours. La preuve est que j’ai reçu le message de notification comme député pour prendre part à la session extraordinaire convoquée », a déclaré Clément Muza à la rédaction de Kinshasatimes.cd.

A en croire cet élu de la Tshangu invalidé, les arrêts rendu par la Cour Constitutionnelle sont des « arrêts iniques et de la honte ».

« Lorsque la loi parle de l’inattaquabilité des arrêts de la cour, ce sont des arrêts rendus conformément et aux lois de la république et à la constitution certes ces arrêts sont une décision inique et de la honte », poursuit-il.

A noter que la Cour Constitutionnelle a déjà rendu publique sa liste définitive reconnaissant les députés validés qui doivent siéger à l’Assemblée Nationale. Ces derniers, validés par la Cour Constitutionnelle seront officiellement établis au cours de cette session extraordinaire.

Partager avec :

Ngobila1.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini19 août 20193min0

Le directeur de Cabinet du gouverneur de la ville de Kinshasa, Freddy Bonzeke vient de couper court aux rumeurs circulant sur les réseaux sociaux faisant état des permutations et des nominations des bourgmestres. Il a précisé que l’arrêté en circulation sur la toile est un faux document. « Le Gouverneur de la ville de Kinshasa n’a pas pris un arrêté qui permute et nomme les bourgmestres », a précisé Freddy Bonzeke, sur les ondes de la radio Top Congo.

De son côté, Me. Georges Kapiamba, président de l’Association pour l’accès à la justice (ACAJ), a appelé à la justification, tous ceux qui ont donné du crédit à ce faux arrêté en circulation sur les réseaux sociaux. « Le cabinet du gouverneur de la ville de Kinshasa vient de nous notifier que l’arrêté, que ns avons dénoncé, « est un faux ». Ceux qui l’ont soutenu jusqu’à présenter « de nouveaux nommés » en public doivent se justifier. Il reste celui de la province de Lomami qui doit être annulé », indique un Tweet de Me Georges Kapiamba, du dimanche 18 août à quelques heures du démenti de l’Hôtel de ville.

Le samedi dernier, le président national de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) avait indiqué sur Twitter que cette organisation allait « demander formellement au gouverneur de la ville de Kinshasa de revenir sur son arrêté dit ‘permutation de bourgmestres », reprochant de ne pas en avoir la « compétence légale ».

Pour l’ACAJ, « seul le ministre de l’intérieur peut les nommer à titre provisoire ». Alors qu’un arrêté circulant sur les réseaux sociaux faisait état des nominations et des permutations des bourgmestres et bourgmestres adjoints, Me Freddy Bonzeke affirme que « le cabinet aussi a été surpris comme tout le monde de voir un arrêté sans date, sans numéro et sans sceaux circuler sur les réseaux sociaux ».

Partager avec :

lubaya.png

Stephane NtumbaStephane Ntumba19 août 20191min0

Le cabinet du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila a démenti d’être auteur de l’arrêté portant permutation et nomination des bourgmestres des communes de la capital de la république démocratique du Congo.

Le député national Claudel Lubaya revient sur le fait, ce lundi 19 dans un twitte, qu’il revient au Ministre de l’intérieur d’ouvrir une action disciplinaire contre le Gouverneur de la Ville de Kinshasa, et « de la clôturer ne serait-ce que par un  blâme ».

Le Ministre de l’intérieur ne devrait pas garder silence, soutient-il, car « Ne rien faire, c’est continuer à dépouiller l’Etat de toute sa substance ».

A noter que le cabinet du gouverneur de la ville de Kinshasa a rendu public un communiqué datant de 18 août pour porter à la connaissance du public que l’arrêté en circulation dans les réseaux sociaux est un faux.

Partager avec :

félix-1280x849.png

Stephane NtumbaStephane Ntumba17 août 20191min0

Le chef de l’Etat s’est envolé, ce vendredi 16 août, pour la capital Dar-es-Salaam où il prend part au 39ème sommet de la Communauté de développement d’Afrique Australe (SADC) qui se tient en Tanzanie.

Dans son adresse devant les Chefs d’Etats Africains et gouvernements, le président de la RDC a souhaité plein succès aux travaux de délibération du 39ème sommet de la SADC.

« Félicitons-nous de l’adoption du swahili comme quatrième langue du travail », a-t-il déclaré.

Ce sommet ordinaire des chefs d’État et des gouvernements s’est ouvert ce samedi 17 août et va se clôturer le 18 août. Le thème retenu pour ce 39ème sommet c’est « Un environnement propice pour un développement industriel et durable à l’accroissement du commerce intra régional et à la création ».

 

Partager avec :

gentiny.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba17 août 20191min0

Le Gouverneur de la Ville province de Kinshasa Gentiny Ngobila a décidé, ce samedi 17 août,  de permuter les différents bourgmestres et leurs adjoints dans les 24 communes de la capitale de la RDC, afin de « redynamiser la gouvernance des Entités Territoriales décentralisées ».

Cette décision survient conformément « aux dossiers personnels des bourgmestres des Communes de la Ville de Kinshasa »

Parmi les bourgmestres permutés, peut-on citer à titre illustratif : Douglas Nkulu nommé bourgmestre de Limete, et  Godet Gabama comme adjoint ; Nsaka Bekedwe nommé bourgmestre de Lemba, et Wawa Mukuna comme adjoint ; Tele Mukwanga nommé bourgmestre de Ngaba suivi par Sophie Mambu ; Anto Longange nommé bourgmestre de Matete suivi par Raphaël Kasonga.

Partager avec :

shadary.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba17 août 20191min0

Le secrétaire permanent du parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD) Emmanuel Shadary a confirmé, ce vendredi 16 août dans un twitte, que la liste des Ministrables de son parti sera dominée de jeunes et femmes pour la formation du gouvernement Ilunkamba.

« J’ai confirmé au cours de la fin de formation des membres du PPRD aujourd’hui à la fédération de Kinshasa-Funa, que le Parti, au prochain gouvernement annoncé, aura plus de nouvelles figures; soit 80% dont les jeunes et les femmes », a-t-confirmé.

A noter que la Présidence de la République avait demandé, jeudi 15 août, au Premier Ministre Sylvestre Ilunkamba d’harmoniser la liste des candidats Ministres du Front Commun pour le Congo en tenant compte des équilibres régionaux et du genre.

Partager avec :

FB_IMG_1565941239603.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 août 20191min0

La fédération provinciale de l’AFDC-A, parti propre à Bahati Lukwebo, demande au chef de l’État , Félix Tshisekedi à arbitrer toute querelle visant à les exclure du gouvernement en cours de formation.
Dans un mémorandum adressé au chef de l’Etat , ils ont salué l’invalidation par Félix Tshisekedi de la première monture du gouvernement Ilunga et ont  appelé le président de la République à « déduire le quota de l’AFDC-A , de celui du Front Commun pour le Congo (FCC) car ayant été négocié avant son autonomisation ».

Après don exclusion indéterminée au sein du FCC, Bahati Lukwebo revendique 5 portefeuilles dont une vice-primature et un ministère d’État.

Partager avec :

Partager avec :