drapeau-mlc.jpg

La RédactionLa Rédaction28 novembre 20191min0

Le mouvement pour la libération du Congo , le MLC a pris acte de la nouvelle condamnation de son président national J.P Bemba par la Cour pénale internationale sur l’affaire de subornation des témoins.

Le parti de l’ancien Vice-président congolais promet de soliciter une révision de la condamnation .

 »Nous prenons acte de la décision de la Cour et nous allons continuer comme on l’a fait avant c’est-à- dire, la procédure n’est pas terminée. Nous allons aller jusqu’à la révision  », a dit Jacques N’djoli, cadre du MLC.

Pour rappel, la CPI a rendu son verdict hier Mercredi 28 Novembre en fixant des nouvelles peines pour J.P Bemba sur l’affaire de subornation des témoins.


images-89.jpeg

La RédactionLa Rédaction27 novembre 20191min0

Le Front Commun pour le Congo, est à Kisantu depuis le lundi 25 Novembre pour une retraite d’auto-évaluation présidée par le coordonnateur de cette plateforme, Néhémie Mwilanya.

Dans sa prise de parole, le mercredi 27 Novembre lors du deuxième jour des travaux d’évaluations, le coordonnateur du FCC a rappellé aux chefs des regroupements politiques de cette plateforme présents, à ces assises l’objectif de cette rencontre.

 » En convoquant cette retraite, le camarade Joseph Kabila Kabange, Initiateur et Autorité Morale du Front Commun pour le Congo attend de nous, une réflexion qui va au-delà des victoires d’aujourd’hui. Cela pour permettre au FCC de se hisser à la hauteur des enjeux futurs », a dit Néhémie Mwilanya.

Notons que Joseph Kabila, initiateur du FCC ne prend pas part à cette retraite d’auto-évaluation. Débutée depuis le lundi 25 Novembre, cette retraite va prendre fin le vendredi 28 Novembre.


martin-fayulu-1024x767.jpg

La RédactionLa Rédaction27 novembre 20191min0

En réaction suite à la série des tueries à Beni dans la province du Nord-Kivu, pour l’opposant congolais Martin fayulu, tant que la défense du pays et l’armée seront sous le contrôle de Joseph Kabila et ses « vassaux », les massacres continueront à Beni. Pour lui, le système actuel doit être déboulonné.

“Tant que la défense du pays et l’armée seront sous le contrôle de Joseph Kabila et ses vassaux, les massacres continueront à Béni bien que les solutions existent. Il faut « déboulonner » le système (pour de vrai)”, a écrit Martin fayulu via twitter.

Outre Martin Fayulu, plusieurs voix se sont levées pour condamner les massacres à perpétuité de Béni dont le bilan actuel, depuis le début de ces tueries ,est estimé à plus de 77 morts.

La population de cette partie de l’Est de la RDC continue de manifester contre ces tueries dont elle est de plus en plus exposée. Le lundi, les manifestants ont incendié la mairie de Beni et le même jour ils ont attaqué le siège de la Monusco.


EKPHZRhWsAA1XBz.jpg

La RédactionLa Rédaction26 novembre 20191min0

Le président de la République Démocratique du Congo Félix-Antoine Tshisekedi a tenu d’urgence une réunion du conseil de sécurité ce lundi 25 novembre à la cité de l’OUA.

Consécutivement aux événements tragiques qui se sont déroulés ce derniers jours à Beni dans la province du Nord-Kivu deux principales résolutions ont été prises quant à ce à savoir :

– l’installation d’un quartier général avancé des forces armées à Beni ;

– la mise en œuvre d’opérations conjointes entre l’armée nationale et la Monusco afin d’assurer la paix et la sécurité à la population civile de Beni.

Cette réunion du Conseil de sécurité à la cité de l’OUA était en présence de la représente du secrétaire général des Nations unies en RDC Madame Leila Zirougui.


fcc.jpg

La RédactionLa Rédaction25 novembre 20191min0

Le Front commun pour le Congo est en retraite d’auto-evaluation dès ce lundi 25 Novembre à Kisantu dans la province du Kongo central.

Au cours de ces assises, il sera question d’évaluer les points ci-dessous :

– Les élections de 2018
– Coalition FCC-CACH
– Communication et structuration ;
– Réformes politiques et sociales ;
– Gestions des ambitions
– Financement et
– La ligne idéologique de la plate forme.

En perspective des préparations pour les élections de 2023, la plate forme de Joseph Kabila se prépare déjà pour bien affronter ces prochains scrutins.


tshimanga.jpg

La RédactionLa Rédaction25 novembre 20192min0

Le conseiller spécial du Chef de l’Etat en charge des questions stratégiques, Vidiye Tshimanga a réagi via son compte Twitter suite à la série des événements maccabres qui secouent la RDC, dans sa partie Est.

Vidiye Tshimanga a exprimé sa compassion envers les victimes de ces événements tout en affirmant qu’ils ne tariront pas d’efforts pour endiguer ces fléaux.

 » À nouveau un crash d’avion, des villages incendiés, des enfants abattus. Goma, Béni, Minembwe…Que notre peuple sache que nous ne tarirons pas d’efforts pour endiguer cette spirales infernales. Le sang qui coule à l’Est, à l’Ouest, au Sud ou au Nord, c’est le Nôtre  » , peut-on lire dans le compte Twitter du conseiller du Chef de l’Etat.

La RDC passe à une période très troublante de son histoire. Particulièrement sur le plan sécuritaire, dans l’Est de la République Démocratique du Congo les conflits ethniques de Minembwe, les massacres de Béni et bien d’autres attaques ont déjà coûté la vie des plusieurs congolais restant dans la partie Est de la RDC.

Dans le domaine des transports après le crash de l’Antonov 72 de la présidence de la République, le dimanche 24 Novembre la RDC a enregistré un nouveau crash de l’avion appartenant à la compagnie aérienne Busy Bee, dont le bilan est de 29 morts.


images-67.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini23 novembre 20192min0

Steve Mbikayi, ministre de la Solidarité nationale et actions humanitaires a reçu le gouverneur de la province de la Mongala Crispin Ngbundu pour une séance de travail en perspective de la descente d’une dans les provinces du Nord-Ubangi, Sud-Ubangi et de la Mongala pour apporter assistance aux victimes de l’inondation de la rivière Ubangi,ce vendredi 22 novembre 2019.

D’après le gouverneur de la province de la Mongala Crispin Ngbundu, plus de 3000 ménages ont été touchés soit 70.000 victimes.

« Au total, nous avons plus de 3 000 ménages en difficulté soit 70 000 personnes sont touchées, c’est quand même un drame humanitaire. La ville de Bumba est la plus touchée dans ma province. C’est pourquoi, nous pensons trouver un réconfort auprès de vous le ministre attitré », a-t-il déclaré.

Après exposition du problème, le ministre de la Solidarité nationale et actionsbhumanitaires, Steve Mbikayi a annoncé l’arrivée d’une demie tonne de vivre en aide aux victimes de l’inondation de la rivière Ubangi.

Ce drame a touché 3 provinces de la République Démocratique du Congo. Je cite la province du Nord-Ubangi, Sud-Ubangi et de la Mongala vue les difficultés, Steve Mbikayi indique que les vivres seront exportés en deux tours. Une partie sera transportée par les airs et l’autre partie par le fleuve.

Les premières aides parviendront en date du 23 novembre. Steve Mbikayi promet de faire d’autres propositions au gouvernement pour faciliter la réinstallation des victimes de l’inondation.


IMG-20191122-WA0004-4.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini22 novembre 20192min0

La Synergie des Mouvements Citoyens Unis (U1) s’attaque à la plainte déposée au parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa contre le professeur DUNIA KILANGA, par le mouvement citoyen Dynamique Congo Prospère (DCP). A en croire « U1 » cette plainte en justice ne favoriserait pas un climat de paix entre la coalition au pouvoir qui est sensé mener le pays à bon port.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la Synergie des Mouvements Citoyens Unis (U1) appelle la DCP à retirer sa plainte dans 48 heures pour favoriser un bon climat des institutions de la RDC.

« Nous invitons la population à la vigilance. Demandons aux camarades du mouvement citoyen, confrère « DCP » au retrait de sa fameuse plainte contre le Secrétaire Général du PPRD dans 48 heures qui suivent afin que vive la stabilité des Institutions établies et la paix sur l’étendue du territoire national », renseigne ce communiqué rendu public ce vendredi 22 novembre 2019.

Ce regroupement des mouvements citoyens appelle également la coalition FCC-CACH à faire montre de la maturité politique pour privilégier l’intérêt suprême de la RDC en adressant un communiqué conjoint de paix et de l’unité de la coalition dans le meilleur délai.

Pour rappel, le mouvement citoyen « DCP » qui a initié la plainte contre le professeur DUNIA KILANGA, lui reproche d’avoir tenu des propos qui constituent l’ouvrage au Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.


doct.jpg

La RédactionLa Rédaction21 novembre 20191min0

La Haute Cour Militaire a condamné le ministre provincial de l’intérieur Dolly Makambo à 10 ans de servitude pénale pour incitation des militaires à commettre des actes contraires aux devoirs et à la discipline, dans son arrêt rendu ce jeudi 21 novembre 2019 sur le meurtre de l’administrateur gestionnaire adjoint du Centre de santé de référence Vijana.

Porté disparu, son garde du corps, Gaëtan Ekawa alias « Ekanga nyama », qui a ouvert le feu sur l’AG de Vijana, est frappé de la peine capitale.

Serge Kamanda, son chauffeur, écope de 10 ans de servitude pénale pour meurtre et arrestation arbitraire de Belvis Nkunku Ilo.

Le propriétaire de la parcelle dans l’enceinte de Vijana, au coeur du conflit, Bakachuraki Semeyi, est condamné à 10 ans de servitude pour la même infraction que Dolly Makambo.

La Haute Cour Militaire inflige 2 ans de servitude pénale à Jacques Akilimani (garde de la parcelle en construction de Bakatsuraki Semeyi) pour arrestation arbitraire par aide accessoire.

Le ministre provincial de l’intérieur de la ville de Kinshasa va purger sa peine dans la prison de Ndolo.


images-63.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini21 novembre 20195min0

Le projet de Budget de l’exercice 2020 du Gouvernement Ilunkamba jugé recevable par l’Assemblée nationale, ce mercredi 20 novembre 2019. Bien avant l’approbation de ce projet de loi des finances par les élus du peuple, le Premier Ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, a rencontré les 41 préoccupations des Députés nationaux, lui soumises lors du débat général intervenu à la suite de la présentation dudit projet de budget le lundi 20 novembre 2019.

Le chef du Gouvernement dans sa réplique a fourni des réponses aux questions de la représentation nationale, centrées essentiellement sur les éléments de référence du budget de l’État, le réalisme et l’équité du budget tant en recettes qu’en dépenses, les problèmes sécuritaires principalement liés aux groupes armés nationaux et étrangers, la problématique de la gratuité de l’enseignement de base, la couverture santé universelle, le problème de rémunération spécialement des hommes en uniforme, des fonctionnaires, des enseignants, la budgétisation des élections ; le parachèvement de la décentralisation et la mise en œuvre de la caisse nationale de péréquation ; les infrastructures et la connectivité des provinces ; la desserte en eau et électricité ; la gestion des catastrophes humanitaires ; la problématique du fonctionnement de l’appareil judiciaire.

S’agissant des éléments de référence du budget de l’État , soulevés par les Députés nationaux, INAGOSI, DJOLI, LOKONDO, VUANGA, MONDOLE et NGOYI KASANJI, le prof Ilunga a expliqué que le cadrage macroéconomique se fonde sur le comportement de l’économie à moyen terme tel que présenté par le Ministère du Plan. Ce comportement est perçu en termes d’évolution du taux de croissance, du taux d’inflation, du taux de change et du produit intérieur brut. Les éléments chiffrés liés à l’évolution de ces agrégats sont présentés dans le document n˚2 consacré à l’exposé général du Budget. Le taux de croissance de 5,4% retenu a été estimé sur base des réalisations à fin juin 2019 et sera soutenu par les branches « bâtiments et travaux publics, transport et commerce ». La mission du Fonds monétaire international, en annonçant le taux de 3,2 %, a intégré l’hypothèse de la fermeture de MUTANDA MINING.

Concernant les inquiétudes des élus nationaux LUTUNDULA, LIKINDA, BUANGA, BONANE, NGOY KASANJI et KABANGE NUMBI sur le réalisme du budget, le patron de l’Exécutif a rassuré que les mesures préconisées dans ledit projet de loi des finances pour la mobilisation maximale des recettes feront l’objet d’un suivi régulier et rigoureux par son Gouvernement, et tout incivisme fiscal sera sévèrement sanctionné.
Le Premier Ministre a aussi donné des garanties aux Députés nationaux par rapports aux problèmes posés par la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base. A ce sujet, au cours de la réunion du Conseil des Ministres du 4 octobre 2019, une commission chargée de l’évaluation de cette mesure a été mise en place, afin de réserver une réponse globale et systématique à la problématique. Une ébauche de la feuille de route dans la résolution des problèmes relevés est mis à la disposition du Vice-premier Ministre, Ministre du Budget. Et par ailleurs l’Exécutif central compte également sur quelques partenaires techniques et financiers qui ont exprimé leur engagement à accompagner la RDC dans la réussite de cette réforme.

Sur la question de la non budgétisation des élections, évoquée par les législateurs, Sylvestre Ilunga a affirmé que le projet de loi des finances 2020 présenté à l’Assemblée Nationale, a réservé 220 milliards de francs congolais pour l’organisation des élections urbaines, municipales et locales. Quant aux élections de 2023, les crédits y afférents seront inscrits dans les budgets des exercices des années 2021 à 2023.

Le projet de loi des finances adopté, est renvoyé à la Commission ECOFIN de la chambre basse du Parlement pour amendement, qui présentera son rapport le mardi 03 décembre 2019.