images-18.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini6 septembre 20191min0

Début de la cinquième édition du Forum Makutano 2019, ce jeudi 06 septembre à l’hôtel Pullman à Kinshasa. Il est 09h 20, les participants arrivent déjà en masse.

Plus de 500 chefs d’entreprises, leaders d’opinion, institutions, acteurs privés et publics de 20 pays africains et internationaux participent à ce Forum dans l’objectif principal d’échanger sur les leviers innovants nécessaires à la croissance ainsi qu’à la compétitivité de la RDC.

Le président Félix Tshisekedi est également parmi ceux qui doivent participer à ce forum. On aperçoit également la présence de la Star du football, Samuel Eto’o et de Dircab du chef de l’Etat, Vital Kamerhe.


3_zimbabwe-mugabe_1_0.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba6 septembre 20191min0

Robert Mugabe, ancien président du Zimbabwe, a tiré sa révérence à l’âge de 95 ans ce vendredi 7 septembre de suite d’une longue maladie, a informé Emmerson Mnangagwa, Président de la République sur son compte Twitter.

Selon son successeur, Robert Mugabe était gravement  malade, il était hospitalisé depuis plusieurs mois à Singapour.

Robert Mugabe a quitté le pouvoir le 21 novembre 2017 suite aux fortes pressions de l’armée et de ses opposants politiques à cause de l’insuccès économiques de ses gouvernements.

Soit comme premier ministre (1980-1987) ou comme président (1987-2017), Robert Mugabe est le leader politique le plus influent du Zimbabwe depuis son accession à l’indépendance, en 1980.


fayulu-martin.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba4 septembre 20191min0

Martin Fayulu, cadre de la plateforme politique Lamuka, s’est envolé ce mercredi 4 septembre pour l’Afrique du Sud afin d’assister à un atelier sur la démocratie qui aura lieu au Cape Town.

Dans un tweet, Martin Fayulu déclare qu’il condamne les actes xénophobes que subissent les immigrés au pays de Nelson Mandela.

« Je tiens à condamner les traitements xénophobes que subissent plusieurs immigrés africains. Nos destins sont liés et en ces temps de défis majeurs, nous avons besoin de fraternité. C’est aussi ça l’héritage de Madiba », a-t-il affirmé.

A noter que le Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres avait échangé avec les cadres Lamuka le lundi 2 septembre, en fustigeant les élections de décembre 2018, ces derniers ont plaidé pour la réforme de la Cour Constitutionnelle et de la Commission Electorale Nationale et Indépendante (CENI).

Lire aussi : Xénophobie en Afrique du Sud : Félix Tshisekedi se retire du Forum Économique mondial


lohaka.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba3 septembre 20192min0

Les députés nationaux ont auditionné le programme du gouvernement Ilunkamba ce au cours de la session parlementaire.

Dans son allocution, le Chef du Gouvernement Sylvestre Ilunkamba a promis que le gouvernement va travailler pour rendre aux congolais sa justice équitable.

« Votre gouvernement compte œuvrer pour qu’une justice équitable soit garantie à tous les citoyens où ils se trouvent. L’objectif étant de faire de la justice l’épine dorsale de notre gouvernance, pour faire de la RDC un Etat de droit où tous les citoyens seront égaux devant la loi », a-t-il déclaré.

C’est maintenant officiel, Sylvestre Ilunkamba annonce le rapatriement de la dépouille du Marechal du Zaïre, Joseph Mobutu et celle de Moïse Tshombe en République démocratique du Congo.

Par ailleurs, le gouvernement va s’assurer que le petit commerce ne s’exerce que par les nationaux, dit le premier ministre. Il a attesté que son gouvernement va revisiter la loi sur la liberté de la presse en RDC.

La population présent à l’Assemblée Nationale a chahutée certains ministres dont la plus part sont membres de la famille politique de l’ancien président Joseph Kabila.

Parmi les ministres hués par la population lors de la présentation des membres du gouvernement, il y a Steve Mbikayi Ministre des affaires sociales, Azarias Ruberwa de la décentralisation, Thomas Luhaka à l’enseignement supérieur et Germain Kambinga, vice – ministre de la formation professionnelle.


images-16.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini2 septembre 20191min0

Dans un communiqué publié ce lundi 02 septembre 2019, le Bureau de l’Assemblée nationale invite les honorables Députés nationaux à prendre part à la séance plénière de ce mardi 03 septembre 2019 à 12heures.

Deux points sont inscrits à l’ordre du jour ; Adoption de l’ordre du jour et l’audition du programme et investiture du Gouvernement. Le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba va présenter le programme de son gouvernement aux élus nationaux.

A noter que le gouvernement Ilunkamba a vu le jour à la cinquième heure du 26 août dernier. Il comprend 81,82% d’hommes et 18,18% de femmes, essentiellement de nouvelles figures politiques, pas très connues de la population congolaise.


olenghankoy_joseph_18_00001_jpg_640_350_1.jpeg

Stephane NtumbaStephane Ntumba31 août 20192min0

Les uns et les autres se demandent à quand la dissolution du Conseil National du Suivi de l’Accord du 31 décembre 2016 (CNSA), ce 31 août dans un tweet, le président du CNSA Joseph Olenghankoy a affirmé que cette structure sera dissoute après la tenue des élections locales et municipales en République démocratique du Congo.

« Les compatriotes me demandent, à quand la fin de la mission du CNSA? D’après le texte constitutif du CNSA, signé par les composantes au dialogue, adopté à l’assemblée nationale, promulgué par l’ancien président, le CNSA sera dissous après l’organisation des élections locales et municipales », a-t-il déclaré.

Ces élections ont été annoncées en 2015, en suite reportées sine die, puis à nouveau promises pour septembre 2019. Mais aujourd’hui la Commission électorale nationale indépendante (Céni) n’a rien fait, ni convoqué le corps électoral, ni établi les listes des candidats.

A noter que l’Eglise catholique et protestante sont montés au créneau afin d’initier pétition exigeant la tenue de ces scrutins. Renforcer la démocratie locale pour contrebalancer le manque de représentativité et de légitimité des élus nationaux, dit-on.


atou-matubuana.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba30 août 20192min0

Le Gouverneur du kongo Central Atou Matubuana a interdit, ce vendredi 30 août, la marche pacifique de ce samedi 31 août initiée par les jeunes autochtones de cette partie du pays afin d’exiger la démission de l’Exécutif provincial suite au scandale de la Sextape qui a éclaboussé la dignité du vice- gouverneur, Justin Luemba.

Atou Matubuana regrette d’interdire cette marche de protestation compte tenu de la coïncidence des deux marches dont les objectifs sont différents.

« Je suis au regret que je ne pourrais vous signifier en toute responsabilité et objectivité prendre acte de votre intention de marche, en ce que j’ai reçu en ampliation à cette même date du 29 août, deux correspondances adressées au maire de la ville de Matadi, émanant de la Dynamique des sportifs de Matadi et de la ligue des cambistes de Matadi informant ce dernier de leur intention d’organiser une marche, cette fois en soutien à l’exécutif provincial », a-t-il explicité.

Concernant les objets opposés de ces intentions de marche, l’Exécutif provincial rassure que la coïncidence des dates ainsi que la quasi – identité de l’heure et de l’itinéraire à emprunter, il se sent « objectivement contraint de réserver quant à l’approbation de cette marche ».

Notons que les jeunes autochtones avaient indiqués leur désarroi car « déprimés de ses valeurs » à l’humiliation qu’a connu le vice-gouverneur Justin Luemba. Ils ont demandé au Chef de l’Etat Congolais d’exiger la démission du Gouverneur Atou Matubuana sinon dans 48 heures, c’est-à-dire le samedi 31 ils vont se prendre en charge.


kingakati-2.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini29 août 20192min0

Joseph Kabila reçoit les ministres du gouvernement Ilunkamba, issus de sa plateforme Front Commun pour le Congo, ce jeudi 29 août dans sa résidence de Kingakati à l’est de Kinshasa.

Outre les ministres, l’autorité morale du FCC Joseph Kabila a convié d’autres personnalités de sa famille politique à prendre part à cette réunion. Ils sont au total 42 ministres du FCC qui font partie du premier gouvernement sous l’ère Tshisekedi qui compte 66 membres excepté le Premier ministre qui, lui aussi est issu de la famille politique de l’ancien président de la république, Joseph Kabila.