images-40.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini8 novembre 20191min0

Les députés provinciaux du Haut-Lomami ont voté ce vendredi 8 Novembre 2019 pour la motion de defiance, initiée par leur collegue Samuel Yumba contre le gouverneur de cette province. 25 députés sur les 28 que compte cette hémicycle étaient présents à cette plénière convoquée après réception le mercredi dernier de la motion de défiance par le bureau de l’organe délibérant.

Il est reproché à M. Lenge de n’avoir pas déposé son programme d’action depuis son investiture, et détournement des deniers publics.

Outre Marcel Lenge, Mande Mutombo alors commissaire spécial et Célestin Mbuyu Kabangu ancien gouverneur du Haut-Lomami, cadre du gouvernorat de cette province, sont aussi victimes de cette motion de défiance.


images-27.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini6 novembre 20192min0

Martin Fayulu Madidi, candidat perdant à la présidentielle du 30 décembre 2018 en République démocratique du Congo propose un dialogue entre la coalition au pouvoir FCC-CACH et Lamuka, plateforme ayant soutenu sa candidature aux élections. Celle-ci fait suite à son combat de la lutte pour la vérité des urnes après son échec électoral proclamé par Corneille Nangaa, président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Dans son plan, seules les parties concernées prendront part à ce dialogue afin de mettre sur pied le
« Conseil national des réformes institutionnelles (HCNRI) qui se chargera des réformes urgentes et nécessaires à opérer, notamment au niveau de la CENI, du juge du contentieux électoral, de la défense et sécurité, de la gouvernance (lutte contre la corruption) ainsi que des droits humains ».

Le président de l’ECIDE appelle également à l’organisation de nouvelles élections générales à tous les niveaux «de nouvelles élections qui seront ouvertes à tout le monde conformément à la loi».

En outre, Martin Fayulu propose une période de transition de 18 mois pendant laquelle « la coalition CACH/FCC dirigera le pays et la coalition LAMUKA dirigera le HCNRI ».


images-26.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini6 novembre 20191min0

Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) avait annoncé lors de son concret de Lubumbashi, par le biais de son secrétaire permanent, Emmanuel Ramazany Shadari, le retour à la scène politique de l’ancien président de la République Joseph Kabila.

Ce dernier, autorité morale du Front Commun pour le Congo (FCC), pour mieux préparer son retour politique, son parti politique PPRD vient d’instituer une commission qui sera dirigée par Nehemie Mwilanya, l’ancien directeur de cabinet de Joseph Kabila.

Cette commission sera chargée de travailler sur le come-back du président du Sénateur à vie Joseph Kabila.

Après son échec à la présidentielle de décembre 2018, le PPRD travaille peaufine déjà des stratégies pour remporter la présidentielle de 2023.

Rappelons que les travaux sur l’autoévaluation du PPRD effectués lors du congrès de Lubumbashi ont été organisés en l’absence de Joseph Kabila. Ce dernier jusque-là ne s’est pas encore prononcé sur son fameux retour dont commentent ses proches collaborateurs.


images-6-1.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini4 novembre 20192min0

Sur invitation du président du Chef de l’Etat, le sénateur à vie Joseph Kabila a échangé, hier dimanche 03 novembre 2019 pendant près de 4 heures avec Félix Tshisekedi sur plusieurs sujets. Entre autres, les tensions FCC-CACH aussi étaient à l’ordre du jour, a en croire nos sources.

Cet échange a eu lieu entre ce deux personnalités politiques alors que le débat sur le possible retour de l’ancien Président Joseph Kabila au sommet de l’Etat prend une toute autre tournure en RDC. Professeurs, analystes et acteurs politiques, et bien d’autres ont avis divergents.

D’ailleurs André Alain Atundu, ex porte-parole de l’ancienne Majorité Présidentielle a d’ailleurs estimé que ce débat autour de l’impossibilité de Joseph Kabila à se représenter l’élection présidentielle de 2023 est créer par les ennemis de la République dans le but de déboucher à un dialogue pour parvenir au pouvoir.

«Sans entrer dans les détails, il me paraît évident qu’aucune disposition n’empêche un ancien président de la République à briguer la présidence après avoir passé le relais à son successeur. Le débat précoce sur la présidentielle de 2023 est une recette remise au goût du jour de la volonté des ennemis de la démocratie de créer une situation inédite susceptible de déboucher sur un dialogue politique dans le but inavoué d’entrer au pouvoir par infraction », a fait savoir André Alain Atundu, au cours d’un point de presse.

Rappelons que rien n’a fuité lors du tête-à-tête Tshisekedi-Kabila à la cité de l’UA.


IMG_20191102_125927_1-1280x960.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini2 novembre 20193min0

A l’occasion de la journée africaine de la jeunesse, célébrée le 02 novembre, le Ministre de la jeunesse et initiation à la nouvelle citoyenneté, Billy Kambale s’est adressé aux jeunes en plein centre culturel YMCA, situé dans la commune de Kalamu. Axée sur le thème ; « Engagement civique des jeunes pour le développement de la RDC », cette activité a connu la participation de plusieurs jeunes de différentes communes de la ville de Kinshasa.

Au cours de son adresse à la jeunesse, le ministre Billy Kambale a condamné les 3 assassinats des civils, jeunes, tués par des éléments de la police.

« Je condamne les actes des policiers qui ont tués les civils. Je demande aux policiers congolais de respecter les civils et de se contrôler. Ils doivent soutenir le chef de l’État Félix Tshisekedi à réussir à sa mission« , a déclaré Billy Kambale.

Le ministre Billy Kambale a également appelé les politiciens à contrôler leur langage quant il faut s’adresser aux chef de l’État, Félix Tshisekedi.

« Je demande aux politiciens de ne plus insulter les gens. Apprenez à respecter le chef de l’État. Aidons le président à réussir. Tous les politiciens qui refuseront de respecter le président de la République vont croiser la jeunesse dans leur chemin« , a-t-il insisté.

Il a par ailleurs rappelé l’initiative qu’il a prise, celle de remettre le salut au drapeau et la conscientisation des élèves avant le début des cours, dans toutes les écoles de la RDC.

« J’ai demandé au ministre de l’enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Willy Bakonga, de remettre le salut au drapeau et la conscientisation des élèves avant le début des cours parce qu’on apprend à vivre dans la société dès les bas âges. Ensemble avec le ministre de l’EPST, nous avant instruit les chefs d’établissements pour matérialiser cette belle initiative« , a-t-il poursuivi avant de demander à la jeunesse de s’impliquer dans la réalisation de Kin Bopeto.


images-6.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini1 novembre 20191min0

Dans l’optique de dissiper les malentendus causés par le congrès du PPRD tenu à Lubumbashi, le président Félix Tshisekedi pourrait rencontrer son partenaire politique Joseph Kabila, autorité morale du Front Commun pour le Congo, ce dimanche 03 novembre.

Rappelons qu’au cours du congrès du PPRD à Lubumbashi, son secrétaire permanent Emmanuel Ramazani Shadary avait annoncé le retour de Joseph Kabila à la scène politique. Il est allé plus loin jusqu’à annoncer la candidature de J. Kabila à la présidentielle de 2023 pour le compte du PPRD. Des déclarations qui alimentent aujourd’hui le débat politique en RDC. Les réactions fusent de partout quant à ce.

Afin de dissiper ce climat de mésentente qui compte caractérisé la coalition FCC-CACH, un tête-à-tête Tshisekedi-Kabila serait possible ce dimanche. « Il sera question de dissiper les malentendus causés par le congrès de Lubumbashi », nous raconte nos gorges profondes de la présidence.

Jordan Mayenikini


FB_IMG_1572607161699.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini1 novembre 20191min0

Le comité d’organisation du 1er forum sur l’énergie électrique a remis officiellement au président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, le jeudi 30 octobre au Palais de la nation les recommandations du 1er forum sur l’énergie électrique tenu du 20 au 22 août dernier à Matadi au Kongo Central.

Au sortir de l’audience Michel Eboma Ablavi, conseiller du chef de l’État en matière de l’énergie et membre du comité d’organisation du 1er forum sur l’énergie, a fait savoir que le chef de l’État a rassuré de son implication pour le suivi et l’exécution de ces recommandations pour un accès à l’électricité pour tous.

Le président Félix Tshisekedi s’engage à redorer le secteur de l’énergie en RDC afin de permettre aux congolais de bénéficier des ressources énergétiques de la RDC.


FB_IMG_1565427988784.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini1 novembre 20191min0

Le président Félix Tshisekedi Tshilombo effectuera prochainement une visite officielle du 11 au 13 novembre en France et en Allemagne. En France, il participera au 2ème forum de Paris sur la paix.

Ce forum qui réunit plusieurs personnalités du monde a pour objectif de faire avancer des solutions concrètes autour de la paix, le développement, l’environnement, les nouvelles technologies, l’économie inclusive, la culture et l’éducation.

Après Paris, Félix Tshisekedi s’envolera, selon nos sources de la présidence de la République, pour Berlin en Allemagne. Son agenda à Berlin prévoit un tête-à-tête entre le président congolais Félix Tshisekedi et la chancelière allemande Angela Merkel.

Rappelons que depuis son accession au pouvoir l’avion présidentiel battant pavillon congolais ne cesse sillonner le monde, à la recherche des investisseurs afin d’apporter le changement tant attendu par la population congolaise, celui du bien être social. Félix Tshisekedi applique une diplomatie économique très active depuis son accession au pouvoir.

CNL


FB_IMG_1572273694276.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini28 octobre 20194min0

Le coordonnateur national de la Dynamique des Politologues (DYPOL), Christian Ndombo Moleka affirme que Kabila ne peut pas faire un retour dans la scène politique congolaise, parce qu’il n’a jamais connu un repos, il a toujours été là. Au micro de Kinshasatimes.cd ce politologue analyse les propos du secrétaire permanent du PPRD, Emmanuel Ramazany Shadari tenus lors du mini-congrès de ce parti à Lubumbashi, annonçant le retour de Kabila dans la scène politique.

« Kabila est parti sans partir, tout le monde le sait que le président sortant n’est jamais parti de la scène politique, parce que de tous les enjeux politiques, il a toujours été là. Que ce soit pour recevoir les députés, les gouverneurs et les membres du gouvernement, pour recevoir les sénateurs, il a toujours été là », déclare Christian Ndombo Moleka.

Pour notre politologue maison, le retour de Kabila serait peut-être dans sa famille politique où il y a un poste vacant, à la tête Partie du Peuple pour la Réconsteuction et la Démocratie (PPRD).

« Ce qui est intéressant dans la communication du PPRD, ce que probablement, il va assumer la fonction du président du parti. Il ne faut pas oublier que le PPRD a modifier ses Statuts avant les élections de 2018. Et qu’il a été créé spécialement un poste de président du Parti. Ce qui n’existait pas. Avant il y avait un secrétaire général avec un comité exécutif. Mais avec la modification du Statuts, le PPRD aura un président et secrétaire permanent. Donc, il y a un poste vacant du président du PPRD qui a toujours été créé avant les élections vraisemblablement à sa taille et qui n’était pas occupé officiellement. Et que Joseph Kabila va peut-être occupé, c’est-à-dire que nous aurons un ancien président qui va jouer un rôle actif probablement pour 2023« , poursuit-il.

Pour Christian Ndombo Moleka, la coalition FCC-CACH présente des signes de malaise, un climat de méfiance règne entre les deux parties.

« Mais là où l’enjeu deviens intéressant, ce que nous sommes à quelques mois seulement d’une alliance avec un président qui vient d’entrer. Donc cette sortie médiatique annonçant un grand retour laisserait penser que la coalition ne marche pas très bien. Parce que si la coalition marche très bien, le PPRD ou le FCC calmerait le jeu, en laissant la possibilité à son allié de travailler sereinement pour se positionner à l’approche des enjeux. Cette sortie médiatique faite à Lubumbashi veut dire, nous sommes la première force et nous comptons le rester jusqu’en 2023 et nous sommes vos potentiels adversaires. Or on ne peut pas être alliés au gouvernement, partenaires dans la gestion et en même temps potentiels adversaires. Cela voudrait dire que le gouvernement devient un lieu où chacun regarde l’autre avec méfiance. C’est la conséquence de la guerre qu’on a aujourd’hui autour de la gratuité où chacun réclame sa paternité pour se positionner en fonction de 2023« , conclut-il.


FB_IMG_1571852356654-1.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini24 octobre 20191min0

Félix Tshisekedi a invité Vladimir Poutine à venir en RDC à l’horizon 2021 lors de son tête-à-tête avec le président russe en marge du sommet Russie-Afrique qui se tient à Sotchi du 23 au 24 octobre 2019.

Outre, le tête-a-tête Tshisekedi-Poutine, le président russe ainsi que les dignitaires russes ont visité le stand de l’Agence Nationale pour la promotion des investissements (ANAPI), une rencontre au cours de laquelle, le sujet économique Congo-Russie a été abordé et a fait également l’objet de l’entrevue, notamment à travers le partenariat public-public ; public-privé et privé-privé dans les secteurs tels que le transport, l’agro-industrie, l’infrastructure, la santé, les mines et les hydrocarbures.

Dans l’optique de renforcer ses relations avec la Russie, le président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi a officiellement invité le président russe Vladimir Poutine a venir en RDC d’ici 2021, affirme nos sources de la présidence.