monusco.jpg

Patrick PN MbalaPatrick PN Mbala5 mars 20182min0

La représentante du secrétaire général de l’Onu en République démocratique du Congo, Leïla Zerrougui a vivement condamné la série de meurtre depuis janvier dans la province de l’Ituri, et annoncé par la même occasion l’intensification des patrouilles de la Monusco depuis près d’un mois dans la localité de Djugu.

Dans une déclaration publiée le 4 mars 2017, sur la récente tuerie qui a eu lieu le 1er mars dernier, Leila Zerrougui s’est dit profondément choquée par le meurtre ciblé des femmes et des enfants majoritairenent, et a tenu exprimer sa compassion aux proches des victimes, mais aussi tous ceux qui « cet acte horrible » a affecté.

Elle a également signalé le déploiement de 3 bases militaires temporaires dans trois localités (Djugu, Fataki, Blukwa) de la province de l’Ituri, ce « en soutien aux efforts du gouvernement Congolais pour faire face à la détérioration de la situation sécuritaire« .

La Monusco par sa cheffe appelle également le gouvernement de la RDC à ouvrir une enquête rapidement sur la dernière attaque pour que les auteurs de ces meurtres soient « tenus responsables« . Elle a aussi indiqué que des échanges avec les communautés (Lendu et Hema) en conflit avaient été entamés dans le but de prévenir d’autres attaques dans l’avenir et ainsi pacifier la région.


Beni-Morts.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya5 mars 20182min0

Erengeti, une localité située dans le territoire de Béni, au nord-est de la République démocratique du Congo a été le théâtre d’une incursion des présumés rebelles ADF Nalu dans la soirée du week-end dernier.

Au total 7 personnes ont été tuées le samedi dernier dont 6 par balles 1 découpée à l’arme blanche d’après les témoignages des sources administrative locales. On compte parmi les victimes une fillette. D’autres sources renseignent des enlèvements dans cette même localité.

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) on tenté de
poursuivre les rebelles ougandais qui se sont enfuis dans la forêt.

« Inconcevable » selon le président de la société civile de Beni qui signale un état de « psychose permanente » dans la population « rabattue » dans une crainte indescriptible. Il en appelle au renforcement de la brigade d’intervention de la Monusco et des FARDC pour contrer ces massacres répétitifs.

Béni est depuis plusieurs année la scène de crimes odieux commis par différents groupes armés basés dans cette partie de la RD Congo. Des affrontements entre miliciens et armée régulière ont lieu quasiment tous les jours dans cette contrée à en croire un officier de l’armée c’est congolaise.


Emmanuel-Macron.jpg

La RédactionLa Rédaction1 mars 20182min0

L’ambassade de France en République démocratique du Congo a réagi en réponse aux questionnements de certaines ONG sur ses rapports quant à la coopération militaire avec les services de sécurité congolaise.

La représentation diplomatique française en RD Congo affirme que ses relations en ce qui concerne la défense et la sécurité a été « adaptée » en fonction de l’évolution de la situation interne, se limitant dans la formation des cadres de l’armée « en dehors de toute activité opérationnelle ».

« La France n’a pas autorisé depuis novembre 2016 d’exportation de matériel de guerre, létal ou non létal, à destination de la RDC », avance une mise au point de l’ambassade de France à Kinshasa parvenue à la rédaction de KINSHASATIMES.CD, précisant que la France applique en ce qui concerne la RD Congo les restrictions sur le commerce des armes telle que définies par l’ONU et l’UE.

Dans cette même communication, la France a rappelé son attachement à l’esprit de l’accord du 31 décembre 2016 et au respect du calendrier électoral publié par la Ceni en novembre dernier, pour la tenue effective des élections le 24 décembre 2018.

Par ailleurs elle condamne les violences commises par les forces de l’ordre et les invite à faire « un usage proportionné de la force dans le cadre du maintien de l’ordre. »


monusco-forces-drc.jpg

La RédactionLa Rédaction1 mars 20181min0

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) a fait le point sur la situation sécuritaire qui a prévalu lors de la troisième marche organisée par le Comité laïc de coordination (CLC) dans plusieurs villes de la RDC Congo. C’était au cours de sa conférence de presse hebdomadaire.

Selon le rapport lui parvenu de ses observateurs déployés sur terrain le dimanche 25 février 2018, le dispositif sécuritaire des forces de l’ordre déployé était « plus allégé » que lors des deux manifestations précédentes.

D’après ce même rapport, souligne la porte parole de la Monusco, Florence Marshall, à plusieurs endroits, les marches ont pu se dérouler sans incidents, résultats à l’en croire des bons offices menés par la nouvelle cheffe de l’Onu en RDC auprès des autorités congolaises.

Elle déplore par ailleurs la mort de deux manifestants à Kinshasa et à Mbandaka. La Monusco a pour sa part indiqué qu’elle a ouvert une enquête pour élucider les conditions de meurtre de ces manifestants et invite les autorités congolaises à en faire autant.


28535526_1689311781107204_1045148253_n.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji26 février 20188min0

Le 25 février, la police congolaise a tiré sur un manifestant, Rossy Mukendi, à la paroisse Saint Benoît de Lemba. Une balle dans l’abdomen, une autre dans les côtes droites ont suffi à l’étaler par terre. Petit effort pour se relever et enlever le t-shirt qui devenait de plus en plus encombrant pendant ce moment d’étouffement où l’hémorragie interne bouchée progressivement les voies respiratoires et le cœur en manque de sang perdait lentement mais sûrement sa puissance. Avec cet effort, si quelqu’un s’est fait l’illusion que « ça ira bien », il avait tord. Rossy Mukendi était agonisant.

Ses proches qui l’entourent à cet instant précis où Rossy lutte contre la mort, entendront longtemps sa voix qui leur demandait secours, raisonner dans leurs pensées sous forme d’un discours d’adieu. Mais ils n’entendront plus la même voix les commander à s’engager sur la voie de la lutte contre le « non-respect des normes constitutionnelles ». Pandanjila (leader en tshiluba) le Vaillant, comme il s’identifie sur facebook, a passé l’arme à gauche. La police a rependu le sang d’un militant. C’est dans ce sang que plus d’un congolais plonge sa plume pour inscrire en rouge le nom de Rossy Mukendi au rand de « héros ».

Son nom est sur les lèvres de tous ceux qui racontent la marche du 25 février 2018. Sa figure figure sur les profils facebook, twitter, watsapp de ceux qui s’identifient à son combat, le rendant un peu immortel alors qu’il se glace dans la morgue. La police nationale congolaise a créé un autre héro, symbole de la troisième du Comité laïc de coordination à l’instar de l’aspirante Kapanga lors de la deuxième marche des Laïcs.

Il était instruit

L’identité de ceux qui marchent en RDC est souvent assimilée aux « délinquants, terroriste… ». Le parcours de Rossy MUKENDI montre qu’il a axé son combat à la fois sur le patriotisme et l’intellect. C’est avant tout un internationaliste formé à l’Université Nationale pédagogique où il a obtenu une licence en relations internationales. Un titre plus que suffisant pour comprendre les dynamiques du monde et les phénomènes internationaux qui expliqueraient la situation politique congolaise telle quelle et telle qu’elle devrait-être.

Présenté par ses proches comme assistant de recherche dans le temps et assistant d’enseignement l’UPN à l’UPN avant sa mort, Rossy Mukendi s’est donné à analyser les relations entre la RDC et les organisations internationales telles que l’ONU et la CIRGL en griffonnant quelques articles scientifiques comme « l’ONU aujourd’hui : la perception des actions des agences du système des nations-unis en RDC ; De la CEPGL à la CIRGL : La souveraineté de la RDC à travers le prisme de la géopolitique institutionnelle dans la Région des grand-lacs africains » qu’il partage avec la communauté scientifique sur son blog rossymukendi.unblog.fr.

Rossy n’avait pas seulement des prédilections mentales pour son combat, mais il en avait aussi physique acquises par la formation et la pratiques aux arts martiaux dans la discipline de Ju-Jitstu. Ce qui peut expliquer parfois son discours martial à la veille de la marche du CLC du 21 janvier 2018 « Nous allons colorer le sol congolais rouge de notre sang, pourvu que nos enfants ne vivent pas esclaves demain… quand la mort viendra, je partirai fier d’avoir défendu un idéal ».

Ses relations avec les forces de l’ordre

Rossy Mukendi Tshimanga s’est révélé peu à peu aux yeux des congolais lorsqu’il affiché son engagement politique en créant le mouvement citoyen « Collectif 2016 » en 2016 alors que le second mandat du président Joseph Kabila expirait et l’organisation des élections pour sa succession restait incertaine.

Il tombe dans les filets des forces de l’ordre 10 avril 2017, lors de la marche pacifique organisée par le Rassemblement de l’opposition qui réclamait la publication du calendrier électoral. Il sera détenu au secret au cachot du camp militaire Kokolo pendant 3 jours. Selon l’Association congolaise pur l’accès à la justice, Rossy a « fait l’objet des menaces de mort, torture et mauvais traitements pour le contraindre à abandonner son engagement citoyen ».

Le 17 mai, Rossy Mukendi a été arrêté, avec 13 de ses collègues, par la police lors d’une marche pacifique qu’ils avaient organisée, dans la commune de Ngaba, pour réclamer la réhabilitation de l’avenue de l’Université et l’amélioration de fourniture d’eau et d’électricité. 48 heures après la police avait libéré ses 13 collègues ; et lui « fut remis au service de renseignement militaire ex DEMIAP où il sera détenu jusqu’au 16 juin 2017 sans droit de visite, d’assistance de conseil, ni d’être présenté devant un juge ».

Le 28 juillet, le porte parole de la police avait annoncé publiquement qu’ « un avis de recherche était lancé contre Rossy MUKENDI au motif fallacieux qu’il serait membre de la milice Kamwina Nsapu. Depuis lors, il était âprement recherché par les services de sécurité et sa vie était réellement en danger », fait remarquer l’ACAJ.

Selon cette même ONG des droits de l’homme, le 28 août, le Collectif 2016 avait publié un communiqué de presse s’inquiétant pour sa vie étant donné qu’il recevait régulièrement des appels téléphoniques l’invitant à se rendre soit au Commissariat provincial de la police de Kinshasa (IPKin), soit au Ministère de l’Intérieur pour « une communication le concernant ».

Dans son communiqué, la Police nationale congolaise a laissé entendre que Rossy Mukendi était un « fauteur des troubles » qu’un de ses éléments a neutralisé. Dans les médias, sur la toile, les sympathisants pleurent un « martyr de la démocratie », « un héros » qui a sacrifié sa vie pour « la justice et le bonheur de tous » comme il l’a écrit le 30 décembre 2017, à la veille de la première marche du Comité laïc de coordination.


cathop-1280x720.jpg

La RédactionLa Rédaction26 février 20182min0

Membre du comité laïc de coordination (CLC) et professeur des Universités, Thierry N’landu Mayamba a dénoncé ce dimanche après la marche du 25 février qui a fait 3 morts et plusieurs blessés selon un bilan provisoire, « l’immobilisme » de la communauté internationale face à la situation qui prévaut en République démocratique du Congo.

Ce professeur de littérature anglaise et américaine lance une alerte à l’endroit de l’Afrique, du monde. Selon lui il n’est question aujourd’hui de négocier avec l’actuel régime, il faut s’en de Kinshasa. Il faut s’en débarrasser il ne respectant aucunement la vie humaine.

« Aujourd’hui si on dit au monde on a tué 100 bonobos dans les forêts du Congo, je suis sûr que l’humanité entière se mettra debout parce que c’est le patrimoine mondial qui serai très démoli. Mais quand il tue six millions de congolais, malheureusement le congolais ne représente pas ce patrimoine Universel parce que quand on parle de ce pays on n’en parle qu’en termes de richesses. De son son, son sous sol. On ne parle pas des habitants qui meurent chaque jour de faim, de malaria, de misère, de balles… », s’est-il indigné lors de son passage dans un média francophone.

Thierry Landu et plusieurs de ses compères du Comité laïc sont activement recherchés par les services de sécurité depuis les évènements qui ont suivi leur première action le 31 décembre 2017 pour interpeller le pouvoir à respecter les clauses de l’accord du 31 décembre 2016. Nombreux d’entre eux vivent dans la clandestinité depuis près de deux mois.


manif-1280x720.jpg

Patrick PN MbalaPatrick PN Mbala26 février 20182min0

La représentante du secrétaire général de l’Onu en République démocratique du Congo, Leila Zerrougui a publié un communiqué dimanche dans la soirée, en réaction aux manifestations qui ont eu lieu dans plusieurs villes de la RDC, suivant l’appel lancé par le comité laïc de coordination (CLC) de marcher en vue de réclamer l’application intégrale de l’accord du 31 décembre.

Dans sa communication, la numéro un de la Monusco déplore les morts tombés encore une fois lors des marches à Kinshasa (2) et Mbandaka (1), malgré les garanties données par les autorités de la police d’inviter les forces de l’ordre à la « plus grande retenue ».

Leila Zerrougui signale par ailleurs que les missions de la l’Onu déployées lors de cette journée de manifestation ont répertorié 47 cas de blessés et 100 arrestations. Elle en appelle pour cela aux différentes parties à éviter toute sorte de violence, et aux autorités particulièrement à « respecter les droits du peuple congolais à s’exprimer librement et à manifester pacifiquement ».

Elle exhorter notamment la classe politique à tout faire pour participer de manière »constructive » à l’application de l’accord de la Saint Sylvestre qui d’après elle reste la « seule voie » qui pourrait conduire la RD Congo à une alternance pacifique.


kimbuta1.jpg

Patrick PN MbalaPatrick PN Mbala24 février 20182min0

Dans une lettre adressée aux membres du comité laïc de coordination (CLC) ce samedi 24 février en fin de matinée, l’autorité de la ville de Kinshasa informe aux organisateurs de la marche de ce dimanche 25 février 2018 qu’il ne saura prendre acte de cette manifestation car n’étant pas en mesure de lui « garantir un encadrement efficient ».

Cette réponse d’André Kimbuta intervient à l’en croire après une lettre d’information lui adressée par le CLC en perspective la tenue de ladite marche. Le gouverneur de la ville affirme avoir invité les laïcs catholiques pour une réunion d’étude des conditions de faisabilité de l’activité pour laquelle il a été saisi, invitation qui est restée sans suite.

« N’ayant pas donné suite à mon invitation, vous avez privé les services compétents en charge de maintien de l’ordre public des informations nécessaires pour une évaluation et un encadrement conséquent de votre manifestation », argumente le numéro un de l’exécutif provincial de Kinshasa.

Pour rappel le comité laïc de coordination a lancé un appel à l’endroit de l’ensemble de la population pour une manifestation publique ce 25 février, en vue de réclamer l’application intégrale de l’accord de la Saint Sylvestre. Appel suivi par plusieurs mouvements citoyens et partis politiques de l’opposition qui à leur tour sensibilisent leurs militants pour adhérer à cette marche, une troisième après celles du 31 décembre 2017 et 21 janvier 2018.


le_chef_rebelle_sheka_ntabo_ntaber1.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya14 février 20181min0

Le chef rebelle Tabo Taberi dit Sheka sera bientôt face à la justice militaire de Goma pour répondre de ses crimes. C’est le Chef de bureau de la Monusco au Nord-Kivu, Daniel Ruiz qui l’a déclaré la semaine dernière au cours d’une conférence de presse à en marge du Festival Amani.

Sheka s’était rendu à la Monusco en juillet 2017, après avoir été impliqué dans plusieurs violations des droits humains à l’Est de la République démocratique du Congo.

Sa reddition a permis d’espérer que la justice soit rendue et que les violences cessent.

Selon l’Ong de droits de l’homme, Human Rights Watch, les autorités congolaises avaient émis en 2011, un mandat d’arrêt à l’encontre de Sheka pour crime contre l’humanité et viol massif.

Mais il est resté en fuite pendant plus de six ans, tandis que son groupe armé Nduma Defense of Congo (NDC) continuait de commettre de graves crimes.


pasteur-Ekofo.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya9 février 20181min0

Alors qu’elle était sans nouvelle de son pasteur François David Ekofo en début de semaine, L’Eglise du Christ au Congo (ECC) confirme le voyage de ce dernier avec l’aide de la Monusco.

Dans un communiqué, l’ECC indique que la Monusco a déclaré avoir reçu la demande de titre de transport du pasteur Ekofo pour voyager. « Elle lui a répondu positivement et le pasteur a pris place à bord d’un avion Monusco le 03 février dernier pour Entebbe », souligne le communiqué.

Suites aux menaces des services de sécurité congolais qu’il a subit après son homélie du 16 janvier dernier lors la messe en mémoire de Laurent Désiré Kabila, le pasteur Ekofo a décidé de partir en exil avec sa famille.