BREAKING NEWS
DGM1.jpg

La RédactionLa Rédaction24 mai 20191min00

La Direction Générale d Migration en République démocratique du Congo a rendu publique, ce vendredi 24 mai au cours d’une conférence de presse, les conditions pour l’octroi des visas d’établissement pour les professions libérales à caractère philanthropique

Pour avoir les visas, selon la DGM, il faut rédiger une lettre de demande au représentant Légal de la communauté, disposer la photocopie de l’agrément de la communauté, avoir l’attestation missionnaire, et une prise en charge légalisé.

Par ailleurs la DGM accorde deux mois de moratoire aux expatriés en situation irrégulière en RDC pour se mettre en ordre.

Cette mesure, rassure le DG Roland Kashwantale Chihoza, est la matérialisation des résolutions prises par « les nouveaux dirigeants afin de moderniser et structurer les services ».



La RédactionLa Rédaction8 mai 20191min00

La ville  commerciale de Butembo est attaquée dans la matinée exécrable de ce mercredi 8 mai aux alentours de 6h par un groupe de rebelle armé qui jusque-là demeure inconnu.

Selon les sources locales, ces sont les rebelles Maï Maï qui ont pris d’assaut la ville.

« il s´agit d´un envahissement de la ville par des rebelles Mai-Mai dans les points chauds de la ville pour divers opérations criminelles», a indiqué un habitant de la ville.

Des échanges de tirs se faisaient entendre dans toute la ville créant  un climat de peur et d´inquiétude énorme chez les habitants, et ces derniers sont restés enfermés dans les domiciles évitant de vaquer à leurs occupations de peur de rencontrer les Maï Maï.

La population espère en l´intervention de la police pour leur sécurité.

 


images-57.jpeg

La RédactionLa Rédaction6 mai 20192min00

Un groupe armé de 100 combattants a surpris les Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dans la soirée du lundi 06 mai dans la province de l’Ituri à Blukwa. Le bilan fait état de deux enfants morts, quatre soldats blessés et cinquante chèvres pillés.
Selon la radio Okapi, l’attaque s’est produite à environ un kilomètre de la base de la MONUSCO. Les casques Bleus de cette dernière l’ont repoussé par des tirs de bal. Notre source renseigne que les Forces Loyalistes étaient en effectif réduit et n’ont pas pu faire face à cette milice.
La source locale interviewé par la radio onusienne signale qu’il venait de se produire ce même lundi une attaque de ce genre vers la colline de Wago dans le territoire de Djugu. A l’issu de cet affrontement, les assaillants ont récupéré sept armes et ont capturé sept militaires dont quatre ont été blessés.
Les porte-parole des FARDC dément ladite nouvelle et qualifie cela d’une campagne de l’ennemi visant à démoraliser les troupes. Le lieutenant Jules Ngongo parle plutôt de quatre militaires blessés. “L’armée est au contrôle de la situation” a-t-il conclu.
Les autorités coutumières demande aux autorités urbaines de prendre au sérieux la situation sécuritaire de leur contrée.
Environ 100 combattants armés ont surpris une position des FARDC vers 19 h locales à Blukwa. Les forces loyalistes qui étaient en effectif réduit n’ont pas résisté à cette attaque.


mushobekwa_marie_ange_17_0002_jpg_640_350_1.jpeg

La RédactionLa Rédaction25 avril 20191min00

La ministre des droits Humains Marie-Ange Mushobekwa a pris part aux assises du Comité des Nations-Unies à Genève ce mercredi 24 avril.

Au cours de la réunion avec les membres du Comité des ONU, Marie-Ange Mushobekwa a présenté le rapport de la RDC sur les mesures conventionnelles applicable contre la contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Dans le rapport, la ministre congolais des droits Humains a indiqué que la torture est perceptible qu’en milieu carcéral.

« Il est important de rappeler que c’est surtout en milieu carcéral que la torture est pratiquée« , a-t-elle rappelé avant d’ajouter que certains détenus infligent des violences physiques à l’encontre de leurs camarades codétenus.

Pour conclure, Marie-Ange Mushobekwa affirme que la seule manière d’éliminer la torture en milieu carcéral, c’est la sanction et la prévention, une sanction sévère, à la hauteur du crime commis. Et la prévention en vulgarisant la loi qui criminalise la torture en RDC.


DAECH.jpg

La RédactionLa Rédaction19 avril 20191min00

L’Etat Islamique vient de revendiquer sa toute première attaque en République démocratique du Congo. L’annonce a été faite sur Amaq News Agency, le site officiel de l’organisation terroriste le 18 avril 2019.

Daech a en effet annoncé avoir attaqué une position des Forces armées de la RDC (FARDC) à Kamango, sur la frontière avec l’Ouganda. Avec cette annonce, le groupe terroriste vient de confirmer les soupçons qui persistaient quant à sa présence sur le territoire congolais. Le mouvement terroriste opérerait en intelligence avec Forces Démocratiques Alliées (ADF), un groupe rebelle ougandais qui sème la désolation dans la partie Est de la RDC depuis plusieurs années.

Rappelons que lors de sa récente visite de travail aux Etats Unis, le Président Félix Tshisekedi avait annoncé que la RDC allait s’engager dans la lutte contre le terrorisme en raison des liens existants entre Daech et ADF.


images-18.jpeg

La RédactionLa Rédaction26 février 20192min00

Emmanuel Shadary, étant originaire de Maniema, aurait sponsorisé le groupe des rebelles Maï Maï Malaïka qui est à la base du carnage  meurtrier à l’Est de la République démocratique du Congo.

Dans un rapport du Groupe d’études sur le Congo parvenu à Kinshasa Times ce mardi 26 février, on rapporte que Emmanuel Shadary, le dauphin de l’ancien président de la République Joseph Kabila à la présidentielle du 30 décembre, aurait participé aux premières étapes de la mobilisation armée en 2016. Il a soulevé “la jeunesse locale et les mineurs artisanaux contre le géant minier Canadien Bantu”, note le rapport.

Ce troupe des rebelles Maï Maï est devenu allié à la Coalition Nationale de Patriotes pour la Souveraineté du Congo (CNPSC) coordonnée par le général William Amuri Yakutumba.

Selon deux sources distinctes, Emmanuel Ramazani Shadary aurait aidé à mettre en contact Sheh Assani avec Sikatenda (deux miliciens influents de Maniema), et aurait joué un rôle déterminant dans la libération des étrangers kidnappés”, renseigne le rapport.

Selon ce rapport, les relations entre Emmanuel Ramazani Shadary et la CNPSC ont pris fin en 2017 suite à l’élargissement d’action de Banro par les Maï Maï Malaïka à l’Etat Congolais.


CENI-NAANGA.jpeg

La RédactionLa Rédaction26 décembre 20182min00

La Commission éléctorale nationale indépendante vient de reporter au mois de mars 2019 les élections dans trois circonscriptions électorale, en l’occurrence Beni, Butembo dans le province du Nord Kivu et Yumbi, dans la province de Mai Ndombe. C’est ce qui ressort d’un communiqué de la centrale électorale parvenu à la rédaction de KINSHASATIMES.CD ce jour.

Pour les circonscriptions de Beni et Butembo, la CENI évoque les raisons sanitaires, notamment l’épidemie d’Ebola qui s’est déclarée dans cette partie du pays depuis aôut et qui continue à y sévir. A ces raisons sanitaires s’ajoute, selon la CENI, l’insécurité qui prévaut dans cette partie du pays.

…la persistance de l’épidemie de la maladie à virus Ebola qui continue de sévir dangereusement dans les circonscriptions électorales de Beni, Beni Ville et Butembo Ville dans la province du Nord Kivu ainsi que la menace terroriste qui plane sur cette région avec des actes criminels perpétrés par des bandes et milices armées, lit-on dans le communiqué de la CENI comme motif du report.

Quant à la circonscription de Yumbi, la CENI justifie le report par « le déplacement massif de la population » suite aux « incidents meurtriers survenus dans la nuit du 14 au 15 décembre 2018 » et la déstruction de tous les matériels électoraux de cette circonscription. Cette situation ne permettra pas la tenue des scrutins apaisés dans les délais impartit, conclut la CENI.

Le vote est toutefois maintenu au 30 décembre 2018 sur le reste du pays selon le calendrier amenagé par la CENI, calendrier qui prévoit la prestation de serment du président élu au 18 janvier 2019.


WhatsApp-Image-2018-08-17-at-6.50.52-PM.jpeg

René BAGALWARené BAGALWA18 août 20181min00

L’après midi du vendredi 17 août n’a pas été joyeuse pour les habitants de la commune d’Ibanda à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu. Un incendie d’origine inconnue a consumé plusieurs habitations, laissant plusieurs familles sans toit.

D’après les informations recueillies auprès du chef du quartier, le bilan matériel et humain est considérable. Une enquête est en cours pour préciser les dégâts causé par le feu.

Selon la même source, les services de la mairie ont tenté de secourir quelques victimes mais sans grand succès étant donné la promiscuité des maisons.

C’est depuis le mois de juillet que la ville de Bukavu enregistre des multiples cas d’incendies notamment dans la commune de Kadutu où trois cas consécutifs ont été enregistrés  avec un bilan se levant à plus de cent maisons.


Joseph-Kabila-avril-2018-1024x512.jpg

La RédactionLa Rédaction15 juillet 20182min00

Dans une des dizaines d’ordonnances présidentielles lues à la télévision nationale, Joseph Kabila rappelle le général John Numbi,nommé inspecteur général des FARDC. Lechef d’État-major, le général Didier Etumba est remplacé par le lieutenant général Mbala Musense Célestin.

Les FARDC ont nouveau chef d’État-major. Il s’agit du lieutenant général Mbala Musense Célestin. Nommé samedi soir, il remplace le général Didier Etumba Longila qui occupait le poste depuis novembre 2008. Ce dernier envoyé à la retraire, a été aussitôt nommé conseiller militaire du chef de l’État en remplacement de François Olenga. Cible des sanctions des États-Unis depuis 2017, François Olenga reste au cabinet du Président de la république où il est désormais chargé des missions. Tandis que Denis Kalume Numbi, nommé ambassadeur en Russie, a été mis à la retraite.

La grande annonce de ces nominations est bien celle du retour aux affaires du général John Numbi. Suspendu depuis 2010, à la suite de l’assassinat de l’ancien directeur de la Voix des sans voix, Floribert Chebeya, alors qu’il occupait les fonctions d’inspecteur général de la police, John Numbi, qui a depuis été réintégré au sein des FARDC en juin 2017, prend la tête de l’inspection générale des FARDC. De son côté, le général Amisi, dit Tango Four, également dans le collimateur des États-Unis, est promu numéro deux des FARDC dont il devient chef d’État-major adjoint chargé des opérations et du renseignement.

À noter aussi que le chef de l’État structure également toute l’architecture du commandement des écoles militaires.


IMG-20180516-WA0016-2.jpg

La RédactionLa Rédaction18 mai 20181min00

La paix est scellée à l’Université pédagogique de Kinshasa après des heurts mercredi 16 mai entre la police et les étudiants qui ont protesté contre la subordination des examens, défense des travaux de fin de cycle et des mémoires aux frais de diplômes.

« Le Comité de gestion de l’Université pédagogique nationale informe toute la communauté estudiantine que la passation des examens et la défense des mémoires pour les finalistes ne sont plus liées au paiement des frais d’entérinement des diplômes », indique le communiqué du Comité de gestion de l’UPN signé le 17 mai.

Par cette décision qui n’est rien d’autre que l’adhésion des autorités académiques de l’UPN aux revendications des étudiants, le secrétaire général académique Ferdinand Kabamba Palata demande à tous les étudiants de reprendre normalement ce 18 mai.