57c2e489-3cc5-4296-acfe-822ec0e448ea-892-0000008ee920680c.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri1 avril 20202min0

Cinq otages des forces démocratique alliées (ADF), enlevés depuis plusieurs mois en territoire de Beni ont été libérés dans la journée du mardi 31 mars 2020 dans les brousses de Kamungu par les forces assaillantes.

C’est ce qu’annonce la société civile dans un très bref communiqué adressé à l’administration provinciale du Nord-Kivu.

D’après Baraka Bin Mwaka Bienfait, président des forces vives de Banande- kainanama, ces otages étaient au nombre de cinq, dont l’un a été retrouvé malade suite à la fatigue après avoir marché plusieurs kilomètres à pied dans la brousse, ont passé nuit à Kamungu, village situé à beni, et se rendront ce mardi à Eringeti une autre village situé à quelque mettre de Kamungu.

Les circonstances de leur libération n’étant pas clairement établies, des informations préliminaires indiquent qu’ils ont réussi à s’enfuir grâce aux assaillants.

Dans la nuit du dimanche 29 mars, au moins 38 personnes ont été libérées à Kisiki-Mayimoya, et dans la partie ouest de la localité de Mayimoya, après affrontement entre les forces armées de la République démocratique du Congo, (FARDC) et les forces démocratiques alliées (ADF).


b8fc7372-d0ff-4532-9d60-6949b3b0fa22-462-0000005e1016b174.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri1 avril 20203min0

Dans une correspondance datée de ce 01 avril 2020, adressée au président de la République Félix-Antoine Tshisekedi, le chef du parti de l’opposition des Conservateurs de la nature et démocrates (CONADE), Moïse Moni Della, demande la libération des prisonniers qu’il considère emblématiques, détenus dans le centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa (CPRK), dans ville province de Kinshasa.

‘’Le moment est venu de libérer ces prisonniers emblématiques. Surtout ceux qui ont déjà purgé leur peine ou sont incarcérés depuis sans jugement’’, peut-on lire dans son correspondance.

Il justifie sa demande en évoquant un extrait de l’article 17 de la constitution. ‘’La liberté individuelle est garantie. Elle est la règle, la détention l’exception’’.

Selon lui, pour des raisons sanitaires, Il évoque en outre, l’état de la cohabitation des détenus observé dans cette maison carcérale qui peut favoriser une grande contagion qui serait catastrophique.

Parmi les prisonniers à libérer, Mike Mukebay déjà acquitté par la Cours constitutionnelle, Nono Lutula, Leta Mangasa, Roger Nsingi, Eddy Kapend et tous les détenus dans l’affaire de l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila.

De ce fait, sur base de l’article 87 de la constitution, donnant autorité au président de la République d’exercer le droit de grâce aux prisonniers, Moïse Moni Della, sollicite pour certains détenus politiques, la grâce présidentielle.

Il demande au chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi d’emboiter le pas de son homologue Nigérien Mahamadou Issoufou qui a gracié le 30 mars dernier l’opposant Hama Amadou pour des « raisons humanitaires et pour désengorger les maisons d’arrêt au vu de l’avancée fulgurante de la pandémie du coronavirus » .


img_4552.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri31 mars 20203min0

Le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a ordonné l’arrestation immédiate de Gédéon Kyungu, chef de la milice Bakata Katanga, en fuite après sa tentative insurrectionnelle manquée dimanche dernier a Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga.

C’est ce que rapporte le ministre de La Défense nationale, Aimé Ngoy Mukena à la sortie de la réunion du conseil supérieur de la défense, animée le 30 mars 2020, à la Cité de l’Union Africaine par le chef de l’Etat.

Le chef de l’État a ordonné non seulement l’arrestation de Gédéon Kyungu, mais a également demandé une mission d’enquête à l’immédiat afin d’établir les responsabilités de tout un chacun après les violences du weekend dernier dans plusieurs villes et cités du Haut-katanga.

Pour le ministre de La Défense nationale, l’adhésion de tout le monde serait d’une importance nécessité pour découvrir la cachette de ce chef rebelle et ses combattants.

‘’Nous avons besoin de l’adhésion de tout le monde pour dénoncer la cachette de ce récidiviste », déclare le ministre de La Défense Aimé Ngoy Mukena.

Un bilan de 32 morts a été enregistré dans les affrontements qui ont opposé, samedi 28 mars 2020, dans le Haut-Katanga et dans une partie de Lualaba, les éléments Bakata Katanga aux forces de l’ordre de la police provinciale.

Outre le sujet Gédéon Kyungu, le chef de l’Etat s’est aussi mécontenté de l’incident crée ce lundi à Kinshasa par les adeptes de Ne Muanda Nsemi, chef de la secte mystico- religieuse Bundu Dia Mayala.


67360fbd-58b8-4943-a5d4-7df2dbbd723c-608-000000472b76d10e.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri30 mars 20202min0

C’est lors d’un affrontement entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), et le groupe armée Forces démocratiques alliées (ADF), dans la soirée du dimanche 29 mars 2020, que 38 otages congolais détenus par les combattants ont pris fuite pour se réfugier au camp de la MONUSCO dans la localité de Mayimoya

C’est dans la localité de Mayimoya, dans le territoire de Beni (Nord-Kivu), que ces affrontements ont eu lieu.

Détenus pendant plusieurs semaines par les combattants du groupe armé ougandais, les otages ont profité du combat pour se sauver en se rendant à la base de la MONUSCO situé dans la même ville de Mayimoya.

Parmi ces otages figurent les hommes, les femmes, et les enfants, tous ressortissants de Mamove et de Biakato.

La société civile annonce pour l’instant, qu’ils sont entendus par l’armée congolaise en attendant qu’ils soient remis à leurs familles respectives.

Le bilan reste cependant non connu. Les forces armées de la République démocratique du Congo comptent zéro mort et zéro blessé.


bcbe7229-8f46-4b0d-a60a-09d78def8cf5-497-00000058a3837eaf.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri29 mars 20203min0

Le ministre provincial de l’Intérieur et de la Santé du Kongo-Central, Nestor Mandiangu Mankita a procédé à l’installation d’un point de contrôle entre la ville province de Kinshasa et la province du Kongo-central, le 28 mars 2020, pour lutter contre la propagation du coronavirus en intensifiant le contrôle des transports qui font incessamment des navettes entre les deux villes.

Selon lui, si la ville de Kinshasa est la plus touchée, la province du Kongo-Central peut être atteinte. C’est pour cette raison qu’il y’a eu installation de ce check point pour chucker toute personne qui quitte Kinshasa vers le Kongo-Central.

Par conséquent, il est appelé à tous les transporteurs de se soumettre à cette exigence des autorités du pays pour tenter de contenir la pandémie du coronavirus et d’empêcher sa propagation dans d’autres provinces.

Pour les personnels de santé, le check point suit soigneusement les indications sanitaires édictées par le gouvernement.

‘’On aligne les passagers tout en respectant la distance d’un mètre, il se lave les mains, on prélève la température, ils entrent dans la tente qu’on a installé pour le remplissage de la fiche sanitaire du voyageur. On prend le nom de la personne, l’adresse, le numéro de téléphone éventuellement pour la traçabilité’’, explique Dr Judith Mwaka chef du site.

Pour le colonel Lady Mukuna, commissaire adjoint en charge de la police administrative, la police nationale congolaise (PNC), présente dans la zone, assure l’application des mesures préventives adoptées par le chef de l’Etat.


40e42572-d1c5-4fe6-a51f-bcead1db6302-668-00000081a74cfbc5.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri27 mars 20203min0

La décision du gouverneur de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka portant sur le confinement total par intermittence de la capitale est annulé. Cette révision se justifie pour raison de la flambée exagérée et inexpliquée des prix des biens sur le marché qui menaces les questions d’ordre sécuritaire.

C’est dans la soirée du 27 mars, à la vieille de l’application du confinement, que cette dernière a été revue.

Plusieurs raisons ont été évoquées. Selon une source provinciale, les kinois n’étant pas bien préparé, la fin du mois pour la paie de plusieurs n’étant faite, le flux des personnes au 5ème jour du ravitaillement semble être d’une extrême difficulté à gérer.

Selon la cellule de presse de Hôtel de Ville, c’est pour des raisons de spéculations de prix des biens de première nécessité sur le marché et la prévention des actes susceptibles de créer l’insécurité, que les mesures de confinement sont reportées.

Charles Mbutamuntu, porte-parole du gouverneur provincial, réitère à son tour que ce report du confinement total de ce samedi à Kinshasa se justifie pour raison de flambée exagérée et inexpliquée des prix des biens sur le marché

‘’ il était question que les kinois puissent d’approvisionner, mais ils se sont trouvés dans l’incapacité de s’approvisionner parce que les gens ont doublé, triplé et voir même quadruplé les prix. Alors, on se dit que les gens qui devaient faire le stock se retrouvaient dans l’incapacité de faire des provisions. Donc en toute responsabilité, nous sommes appelés à ramener les prix à la normale. Il y avait également des soupçons des certains actes susceptibles de créer l’insécurité des personnes et de leurs biens.’’ A justifié le porte-parole du gouverneur provincial Charles Mbutamuntu.

« Ngobila n’avait pas avisé sa hiérarchie sur la décision de mettre Kinshasa sous confinement« , dévoile une source du gouvernement central, qui ajoute que, cette décision ne « sera pas appliquée« 


590c4584-7665-40fb-89ef-88531536723b-602-00000066fcfbe7ae.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri27 mars 20202min0

Le gouvernement de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka a décrété un confinement total de trois semaines dans la soirée du 24 mars 2020, dans toute l’étendue de la ville, qui sera d’application d’une manière intermittente dès ce samedi 28 mars 2020.

‘’Je décrète un confinement total intermittent de trois semaines qui prendra effet à dater du samedi 28mars 2020 et se prolongera le dimanche, lundi et mardi 31 mars’’, a annoncé le gouverneur de la ville.

‘’Le mercredi 01 avril et jeudi 02 avril, les kinois seront autorisés à circuler afin de s’approvisionner, puis s’en suivre encore 04 jours de confinement total. ’’ a-t-il poursuivit

Il indique que cet alternat sera observé pendant trois semaines, et seuls les agents de l’administration publique désignés pour assurer le service ainsi que le personnels soignant seront autorisés à se rendre à leur lieu de travail pendant cette période de confinement total.

Il ajoute en outre, pendant le deux jours d’approvisionnement, les mesures prises précédemment par le Président de la République et soi-même, sont des strictes application.

La police veillera à ce fait, rigoureusement au respect de toutes ces mesures et à la sécurité de chaque citoyen de la ville


8304f235-a458-49ec-acf7-5c144d77e138-749-0000008b6bc0c627.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri24 mars 20204min

Le président de la République Félix Tshisekedi s’est adressé à la nation ce 24 mars 2020. Il a annoncé le renforcement des mesures préventives à propos de la pandémie du Coronavirus qui a touché le pays depuis le 10 mars dernier.

Le chef de l’Etat a au prélude de son allocution indiqué que les mesures qu’il a édictées à la suite du conseil des ministres du 18 mars dernier, ne sont pas suffisamment suivies par la population.

Il a exhorté la population de s’armer d’un solide esprit de résignation et d’abandonner toutes activités opposées aux mesures et recommandations du Gouvernement qui ne doivent en aucune occasion se trouver ruinées.

Cependant, pour renforcer les mesures prises le 18 mars 2020 tout en intensifiant les campagnes de sensibilisation, le chef de l’État a décidé de prendre les mesures complémentaires ci-après :

  • La ville de Kinshasa est dorénavant sous confinement, les voyages Kinshasa vers les Provinces et des Provinces vers Kinshasa, sont interdits
  • Tous les vols des passagers dans les deux sens, Kinshasa – Provinces sont interdits à l’exception des avions transportant du fret et dont les équipages seront soumis à un contrôle d’usage strict au départ comme à l’arrivée ;
  • Toutes les frontières du pays sont fermées aux passagers, sauf pour les camions, navires, avions cargos avec fret ;
  • Il est d’une obligation pour le Gouverneur de la Ville Province de Kinshasa d’instruire tous les Bourgmestres de chaque commune de la Ville d’éviter tout attroupement, et de placer plusieurs points de lavage des mains avec désinfectant ou savon, surtout dans des agglomérations à grandes affluences où le manque d’eau et d’électricité est quasi permanent.
  • Un service minimum au sein du gouvernement et des institutions est mis en place pour palier au confinement, à leurs domiciles des autres agents de l’État.

Ces mesures indique-t-il, sont d’application immédiate.

Au terme de son discours, le chef de l’Etat a décrété l’état d’urgence tenant compte de la situation sécuritaire qui prévaut en ce moment dans le pays en rapport avec la pandémie à Coronavirus.


IMG-20200320-WA0028.jpg

Sarah MukundiSarah Mukundi20 mars 20201min

Un grand incendie s’est déclaré dans la matinée de ce vendredi 20 Mars 2020 dans le bâtiment abritant le Secrétariat général du Ministère de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST), dans la Commune de la Gombe. Les témoins trouvés sur place signalent d’importants dégâts matériels.

L’origine de cette incendie n’est pas encore connue. Cependant Pour le professeur et Député National ,Tony Mwaba, cet incendie est d’origine criminelle avec comme but d’effacer certaines traces qu’il qualifie de scandale dans ce secteur.

« EPST scandale d’État !, Je suis convaincu que l’incendie des locaux abritant certains bureaux du ministère de l’EPST est d’origine criminelle. Cet acte a été commandité pour effacer certaines traces du scandale que nous dénonçons dans ce secteur. Vivement une enquête judiciaire», a-t-il indiqué dans son message sur tweeter.


img_3860.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri19 mars 20202min

Les chefs des confessions religieuses ont annoncé à travers un communiqué lu ce jeudi 19 mars à la primature, qu’ils s’engagent activement dans la lutte contre la pandémie à Coronavirus afin d’arrêter sa propagation à travers la République démocratique du Congo(RDC), l’Afrique et le monde entier.

Le coordonnateur des chefs des confessions religieuses, Delphin Elebe a indiqué qu’ils suivent méticuleusement et avec beaucoup d’inquiétude la progression fulgurante de la pandémie à travers le pays ainsi que dans le monde.

Il a exhorté la population à suivre scrupuleusement les mesures prescrites par le gouvernement afin d’arrêter la progression de cette maladie tant au niveau national qu’international.

Outre, Delphin Elebe a invité les responsables de chacune de leurs composantes à prendre des mesures spécifiques en rapport avec leurs pratiques et rituels pour protéger au mieux les fidèles.

‘’Nous nous engageons activement dans la lutte contre cette pandémie et invitons les responsables de chacune de nos composantes à prendre des préoccupations en rapport avec nos pratiques et rituels afin de protéger au mieux les fidèles. Enfin, nous invitons tous à ne pas céder au désespoir et à garder confiance en Dieu. Que Dieu protège la RD Congo et l’indemnité de ses mal’’, a exhorté Delphin Elebe, coordonnateur des chefs des confessions religieuses en RDC.



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter