INONDATIONS-GOMBE-2.jpg

La RédactionLa Rédaction28 novembre 20191min0

Pluies diluviennes à Kinshasa : le gouvernement provincial annonce la prise en charge de familles des victimes

Dans un communiqué lu par le vice-gouverneur de Kinshasa, Néron Mbungu, le gouvernement provincial de Kinshasa a décidé de prendre en charge les frais liés à la conservation des corps des victimes des inondations, dans les morgues avant leurs enterrement.

Pour le cas des blessés, le gouvernement provincial va également prendre en charge les frais des soins médicaux. Le gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila qui sejourne à l’extérieur du pays est appelé d’interrompre ses séjours pour rentrer à Kinshasa afin de compatir avec les familles éprouvées.

Rappelons que la pluie diluviale qui s’est abbatue à Kinshasa dans la nuit du lundi 25 Novembre au mardi 26 Novembre a fait état de plus de 40 morts et a causé plusieurs dégâts matériels.


Screenshot_20191126-140550.png

La RédactionLa Rédaction26 novembre 20191min0

Plus de 30 morts dont 17 dans la commune de Mont-Ngafula, 15 à Lemba, 2 à Makala et 1 dans la commune de Limite. Glissement de terre, des maisons emportées, inondations, tels sont les dégâts causés par la pluie diluvienne qui s’est abattue ce matin du mardi 26 novembre à Kinshasa.

La Police Nationale Congolaise (PNC) confirme trois morts dont une dame et deux enfants dans une maison emportée par le courant d’eau dans la commune de Lemba sur l’avenue Bea-Pumbu, quartier Salongo.

Toujours dans la commune de Lemba au quartier Livulu, plusieurs maisons ont été emportées par la pluie.

La route qui mène vers l’Université de Kinshasa (Unikin) s’est coupée en deux entre les arrêts des bus, Elimo santu et Trinité. Les étudiants de cette université ont du mal à atteindre leur établissement. Les autorités compétentes sont appelées à trouver des mesures qui s’imposent afin de résoudre ce problème.


MAIRIE-DE-BENI-EN-FEU.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini25 novembre 20191min0

En signe de protestation contre les huit civils tués à Beni, dans la province du Nord-Kivu, dans une opération attribuée aux Forces démocratiques alliées (ADF), des habitants en colère ont partiellement incendié la Mairie de cette grande agglomération du Nord-Kivu proche de la frontière avec l’Ouganda.

La police, qui a tiré à balles réelles, est parvenue à disperser les manifestants. Après la mairie les manifestants ont décidé d’attaquer le siège de la MONUSCO, accusée de complicité, le moratoire de 48h donné par la population de Beni à la force onusienne de quitter leur territoire n’a pas été pris en compte par les casques bleus.

Rappelons que les manifestants dénoncent depuis plusieurs jours l’inaction de l’armée congolaise et des casques bleus des Nations unies (ONU), présents dans la région, face aux tueries des ADF.


images-67.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini23 novembre 20192min0

Steve Mbikayi, ministre de la Solidarité nationale et actions humanitaires a reçu le gouverneur de la province de la Mongala Crispin Ngbundu pour une séance de travail en perspective de la descente d’une dans les provinces du Nord-Ubangi, Sud-Ubangi et de la Mongala pour apporter assistance aux victimes de l’inondation de la rivière Ubangi,ce vendredi 22 novembre 2019.

D’après le gouverneur de la province de la Mongala Crispin Ngbundu, plus de 3000 ménages ont été touchés soit 70.000 victimes.

« Au total, nous avons plus de 3 000 ménages en difficulté soit 70 000 personnes sont touchées, c’est quand même un drame humanitaire. La ville de Bumba est la plus touchée dans ma province. C’est pourquoi, nous pensons trouver un réconfort auprès de vous le ministre attitré », a-t-il déclaré.

Après exposition du problème, le ministre de la Solidarité nationale et actionsbhumanitaires, Steve Mbikayi a annoncé l’arrivée d’une demie tonne de vivre en aide aux victimes de l’inondation de la rivière Ubangi.

Ce drame a touché 3 provinces de la République Démocratique du Congo. Je cite la province du Nord-Ubangi, Sud-Ubangi et de la Mongala vue les difficultés, Steve Mbikayi indique que les vivres seront exportés en deux tours. Une partie sera transportée par les airs et l’autre partie par le fleuve.

Les premières aides parviendront en date du 23 novembre. Steve Mbikayi promet de faire d’autres propositions au gouvernement pour faciliter la réinstallation des victimes de l’inondation.


IMG-20191122-WA0004-4.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini22 novembre 20192min0

La Synergie des Mouvements Citoyens Unis (U1) s’attaque à la plainte déposée au parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa contre le professeur DUNIA KILANGA, par le mouvement citoyen Dynamique Congo Prospère (DCP). A en croire « U1 » cette plainte en justice ne favoriserait pas un climat de paix entre la coalition au pouvoir qui est sensé mener le pays à bon port.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la Synergie des Mouvements Citoyens Unis (U1) appelle la DCP à retirer sa plainte dans 48 heures pour favoriser un bon climat des institutions de la RDC.

« Nous invitons la population à la vigilance. Demandons aux camarades du mouvement citoyen, confrère « DCP » au retrait de sa fameuse plainte contre le Secrétaire Général du PPRD dans 48 heures qui suivent afin que vive la stabilité des Institutions établies et la paix sur l’étendue du territoire national », renseigne ce communiqué rendu public ce vendredi 22 novembre 2019.

Ce regroupement des mouvements citoyens appelle également la coalition FCC-CACH à faire montre de la maturité politique pour privilégier l’intérêt suprême de la RDC en adressant un communiqué conjoint de paix et de l’unité de la coalition dans le meilleur délai.

Pour rappel, le mouvement citoyen « DCP » qui a initié la plainte contre le professeur DUNIA KILANGA, lui reproche d’avoir tenu des propos qui constituent l’ouvrage au Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.


images-56.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini18 novembre 20191min0

Ancien de Wenge Musica Maison Mère et actuel patron de l’orchestre ‘’La team Wata’’, Bondongo Kabeya dit Héritier Watanabe sera ce lundi 18 novembre 2019 devant les juges du parquet près le tribunal de Kinshasa-Gombe, pour donner plus de lumière dans l’affaire où il est accusé d’atteinte à la pudeur et de proxénétisme. Cette étape, rappelle-t-on, intervient après sa dernière audition intervenue le week-end dernier.

En effet, des sources proches de l’artiste parlent d’un acte de piratage perpétré par des personnes mal intentionnées.

Dans le volet des réactions, le député national Claudel Lubaya avait appelé les autorités policières et judiciaires à éviter une justice à double vitesse dans cette affaire.

« Sans porter un jugement de valeur sur les faits de mœurs reprochés à l’artiste musicien Héritier Watanabe, je constate néanmoins, non sans regret, la diligence de la justice pour le mettre aux arrêts pendant que la même justice peine à agir sur certaines affaires courantes dont celles de meurtre et autres », pouvait-on lire sur sa page Facebook officielle.


filimbi-1.jpg

La RédactionLa Rédaction15 novembre 20194min0

Le mouvement citoyen « Filimbi » réaffirme son engagement à mener son combat pour déraciner définitivement le « système de prédation », selon Filimbi, installé au Congo, qui se matérialise par des maux et antivaleurs tels que la corruption, le détournement des deniers publics, la violence politique… Au cours d’un point de presse tenu ce jeudi 14 novembre 2019, Filimbi s’inquiète du retard qu’affiche le résultat de l’enquête sur l’affaire « 15 millions de dollars américains » qui seraient disparus du trésor public. Ce mouvement citoyen reconnait que des avancées démocratiques ont été faites depuis le départ de Joseph Kabila à la tête de la RDC mais les vices sont encore visibles.

«Au-delà des quelques avancées, nous constatons avec regret que les principaux maux et antivaleurs que nous combattons pacifiquement sont toujours bel et bien là. Cela est confirmé par l’affaire documentée du détournement présumé de 15 millions de dollars américains, dont nous attendons toujours le résultat de l’enquête, le manque de transparence dans la gestion des marchés publics, l’impunité de ceux qui ont commis des crimes politiques et économiques pourtant bien documentés. Les multiples affrontements violents entre les militants des deux groupes politiques (FCC-CACH) qui forment la majorité politique actuelle renforce également notre constat. Seules les promesses ne permettront pas de mettre fin à ce système destructeur», déclare le communiqué de Filimbi.
Floribert Anzuluni, coordonnateur de ce mouvement citoyen est revenu en RDC, 4 ans après son exil. Il a pris part à ce point de presse.

« Filimbi n’a pas été créé pour mener le combat de l’alternance. Mais plutôt pour conscientiser la population, jeune, à s’engager pour que les dirigeants agissent pour l’intérêt des citoyens afin que la vie des congolais change. L’alternance n’est qu’une phase dans l’engagement de Filimbi. Nous avons également combattu pour que les élections soient bien organisées, ce qui n’a pas été fait malheureusement. Sans une bonne organisation des élections, la paix ne reviendra pas. C’est ce qui fait que depuis une année la légitimité de l’actuel président de la République est contestée, au lieu de construire le Congo. D’où, il faut dépolitiser la CENI », a déclaré Floribert Anzuluni, coordonnateur de Filimbi.

De son côté Carbone Beni, chargé du réseau et déploiement, rassure que Filimbi annonce une série d’activités pour contrôler les actes que posent les dirigeants, en tant que mouvement citoyen, cela au niveau du finance public, des engagements de l’Etat et des promesses faites par le président de la République.

« Nous allons militer pour que la crise de légitimité ne soit plus un fait remarquable en RDC, dans les prochaines élections. Nous allons continuer notre travail de mouvement citoyen », a dit Carbone Beni.

Pour rappel, « Filimbi », qui signifie sifflet en swahili, est un mouvement citoyen créé le 15 mars 2015 qui rêve d’un Congo où chaque citoyen en général, jeune en particulier, est acteur de son avenir en ayant notamment la possibilité de penser et d’agir librement.


IMG-20190620-WA0090.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 novembre 20192min0

Les élus provinciaux du Kongo-Central s’opposent de nouveau contre la construction du
pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa, ces derniers disent avoir appris la signature d’un accord depuis l’Afrique du Sud où se tient le Forum sur l’investissement en Afrique d’un contrat de la construction du pont route-rail signé par la RDC.

Ces députés provinciaux veulent avant tout, la construction du port en eau profonde de Banana. Selon eux, la construction de ce port donnera de l’emploi à plus de 5.000 et 10.000 congolais qui seront engagés.

Depuis la France où il était invité par son homologue Français Emmanuel Macron, le président de la République Félix Tshisekedi dans son speech devant la communauté congolaise vivant en France, le Chef de l’État l’a déclaré que la construction du port de Banana est  »une priorité et les discussions sont déjà avancées avec les différents partenaires pour mettre en œuvre ce projet ».

 »Nous avons très bientôt signé le contrat pour la construction du port en eau profonde de Banana mais aussi les textes et les accords pour la construction du pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa  », a déclaré Félix Tshisekedi.


images-43.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini9 novembre 20192min0

Chose promise chose due, la Nouvelle société civile du Congo (NSCC) et d’autres mouvements de la société civile ont marché ce samedi 09 novembre 2019 pour soutenir la gratuité de l’enseignement primaire appliquée en RDC, grâce aux efforts du Chef de l’Etat congolais, Félix-Antoine Tshisekedi.

A en croire un acteur de la NSCC interrogé par notre reporter, cette marche est organisée pour soutenir l’initiative du président Félix-AntoineTshisekedi et pour décourager les initiateurs des mouvements de grèves dans toute l’étendue de la République.

On pouvait remarquer quelques marcheurs tenant des banderoles marquées « gratuité de l’éducation de base, droit garanti par la constitution ».

A Kinshasa, des élèves de différentes écoles ont été aperçus dans cette marche de soutien à la gratuité de l’éducation de base, des matériels didactiques en mains. Plusieurs manifestants ont répondu présent à cette marche.

La marche s’est clôturée au Ministère de l’Enseignement Primaire, Sécondaire et Technique (EPST), où un mémo a été déposé.

Rappelons que cette marche de soutien à la gratuité de l’enseignement primaire a été organisé pour : – Mettre en garde toute tentative de sabotage et de mise en question des mesures de la gratuité de l’éducation de base en RDC.

– Aussi pour dire non à la discrimination des jeunes filles qui dont certains parents continuent à favoriser l’éducation des jeunes garçons en défaveur des jeunes filles.

Au niveau des provinces également, la marche a également eu lieu.


images-33-2.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini7 novembre 20192min0

Eraston Billy Kambale Tsongo, Ministre de la jeunesse et initiation à la nouvelle citoyenneté est à la recherche du gamin connu sous l’appellation de « Bébé Tshotsha » et de son encadreur. Dans son tweet du jeudi 07 novembre 2019 dit recherché ce gamin qui depuis un temps est retrouvé dans des vidéos à caractère viral sur les réseaux sociaux, entrain de chanter des chansons obscènes.

Ce petit garçon et son encadreur sont recherchés par le Ministre de la jeunesse, pour une probable sortie d’une chanson véhiculant des paroles obscènes. Un cas qui constitue un mauvais exemple pour la jeunesse.

« Pour ceux qui connaissent cet enfant et l’homme qui lui fait faire cette abomination, prière d’entrer en contact avec les services du Ministère de la Jeunesse pour étouffer dans l’œuf cette oeuvre maléfique qui détruit nos enfants« , peut-on lire dans le tweet du Ministre de la jeunesse et de la nouvelle citoyenneté.

Rappelons que depuis un temps on retrouve sur la toile des vidéos montrant ce petit garçon « Tshotsha » entrain de chanter des chansons dans la plupart des cas obscènes. Il est souvent entouré des foules.