BREAKING NEWS
18. juin 2018 ConnexionFrKT SERVICES
Kinshasa20/30°C
WhatsApp-Image-2018-06-14-at-15.12.58.jpeg

Patrick MbalaPatrick Mbala14 juin 20182min00

Dans un arrêté ministériel signé par le ministre de la communication et médias, Lambert Mende Omalanga et publié ce jeudi 14 juin 2018, le gouvernement de la République démocratique du Congo soumet les fonctionnent des médias en ligne à un enregistrement préalable au ministère de l’information.

Un registre de déclaration préalable à l’exploitation des médias en ligne est dorénavant ouvert au ministère ayant pour charge la gestion des médias en RDC. “Les médias d’information générale, spécialisé ou d’opinion en ligne existant à la date d’entrée en vigueur du présent arrêté on un délai de 30 jours pour se conformer aux dispositions du présent arrêté“.

Conformément à la loi de juin 1996 fixant les modalités de l’exercice de la liberté de presse, les sites internet d’informations œuvrant en RDC vont devoir soumettre auprès du secrétariat général à la communication et medias entre autres : un  numéro du nouveau registre de commerce ; nom et adresse du propriétaire ; adresse principal du siège ; le certificat de nationalité et casier judiciaire chef d’entreprise ; l’extrait de Casier judiciaire propriétaire , un statut de la société notarié.

Par ailleurs ce même arrêté indique que les messages publicitaires diffusés sur les médias en ligne devront dorénavant passer “auprès des institutions chargées du contrôle de la publicité“.

 


images-10.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA13 juin 20182min00

Le monde célèbre la journée internationale de la sensibilisation de l’albinisme ce Mercredi 13 juin 2018 initiée par l’Organisation des Nations Unies. A cette occasion, le Secrétaire Général de l’ONU a recommandé au reste du monde à formaliser la gestion de la question d’Albinisme comme l’a fait l’Afrique.

« L’adoption d’un plan d’action régional sur l’albinisme en Afrique par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples et par le Parlement panafricain constitue un grand pas en avant, mais beaucoup plus peut être fait à l’échelle mondiale pour faire connaître le sort des personnes atteintes d’albinisme », a déclaré Antonio Guterres.

L’Union Africaine a adoptée des résolutions qui visent la prévention des agressions et de la discrimination à l’encontre des personnes atteintes d’albinisme vu le mauvais traitement des personnes atteintes d’albinisme dans certains pays d’Afrique qui s’avère inquiétant. Le plan d’action soumet les Etats africains à mener des enquêtes diligentes et efficaces sur l’atteinte aux droits de l’albinisme, et sont dans l’obligation d’éliminer tout type de discrimination à l’égard des personnes atteintes d’albinisme.


bemba-1.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA12 juin 20181min00

C’est ce mardi 12 juin que la chambre de première instance de la CPI  va rendre le dernier verdict de Jean-Pierre Bemba sur sa libération ou sa détention en prison.

Apres avoir être acquitté vendredi 8 juin par la CPI dans la principale affaire des crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis en République Centrafricaine  entre 2002 et 2003, l’ancien vice président congolais demeure encore dans la geôle de la Haye en raison de sa condamnation pour atteintes à l’administration de la justice.

C’est à l’issue de la conférence de mise en état que les juges qui s’occupent de cette affaire décideront du maintien ou non en détention de JP Bemba.


IMG_20180610_131040.jpg

La RédactionLa Rédaction12 juin 20181min00

“Les cimetières de  SEP-CONGO et Kanyamuhanga sont fermés”, c’est en ces mots que la marie de la ville de Goma a fait savoir  aux camarades du militant de la Lucha mort dans un incendie la nuit du dimanche au lundi dernier, l’impossibilité d’enterrement de l’un de leur dans ce lieu de sépulcre choisi pour son inhumation.

Alors que ce lundi nous venions de trouver un endroit convenable pour notre illustre camarade au cimetière Kanyamuhanga, à la mairie on nous oppose un arrêté signé le même jour, déclarant ce cimetière fermé“, déplore le mouvement citoyen.

Dans un arrêté publié le 11 juin 2018, le maire de Goma annonce la fermeture d’un deuxième cimetière, SEP-CONGO et suspend “jusqu’à nouvel ordre” les enterrements dans un autre cimetière de la ville, l’ITIG. “Seul le cimetière JOLIS BOIS/GABIRO reste ouvert aux inhumations“, fait savoir par ailleurs la mairie dans sa décision.


moni.png

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA11 juin 20182min00

Le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’homme / BCNUDH/ MONUSCO a organisé une formation de renforcement de capacité focalisée sur le suivi-plaidoyer et rapportage des incidents de protection des civils et gestion des cas de protection individuelle.

Cette formation vise à  améliorer le rendement et la capacité de travail avec les organisations locales de défenses des droits de l’homme car n’étant pas présente dans certaines localités à risque pour les civils, la MONUSCO travaille étroitement avec des organisations locales en ce qui concerne la collecte et l’analyse des informations, leur documentation, l’évaluation du système sécuritaire et la mise en place de mesures adéquates pour la protection.

« La question de protection des civils est une priorité pour la Monusco. Plusieurs organisations locales participent à cette mission à travers les alertes et monitoring qu’elles partagent avec le BCNUDH. Mais dans leur travail, certaines lacunes sont observées. La formation organisée est une opportunité pour améliorer ce travail. » A expliqué Solange ONDOLO, officiel du BCNUDH.

Plus de 50 activistes membres de réseau de protection venus du territoire de kabare, Shabunda,Kalehe, Idjwi, Mwenga , Walungu et de la ville de Bukavu ont participé à cet atelier de formation.


Les-eleves-de-lecole-primaire.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA7 juin 20181min00

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) Gaston Musemena vient d’annoncer que dès l’année scolaire prochaine,  les études primaires en RDC passent de 6 à 8 ans.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de ‘’la réforme pour améliorer l’enseignement de base en RDC. Sur ce,  Il n’y aura plus de 1ère et de 2ème secondaire. On parlera désormais de 7e et de 8e’’.

Pour ce faire, une charge horaire sera formalisée dans un document qui sera publié d’ici là.


IMG_20180529_1257115-1280x741.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA5 juin 20183min00

A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, à Kinshasa, le Gouverneur de la ville  André Kimbuta a procédé à la plantation symbolique de quelques arbres sous les yeux de quelque kinois présents à cette sensibilisation, manifestation symbolique de la volonté de la capitale-province à préserver la nature en cette journée qui a pour thème “combattons la pollution plastique”.

Depuis quelques années, plusieurs associations congolaises prônant la bonne gouvernance en matière de gestion des déchets, les plastiques plastiques principalement œuvrent pour la mise en place des politiques qui permettront de mieux gérer ces objets polluants qui à la base de l’insalubrité décriée dans la capitale congolaise et qui constituent 10% des ordures ménagères en République démocratique du Congo.

C’est dans la même optique que Konnect une association des jeunes travaillant sur le numérique, a lancé avec l’appui du programme des Nations Unies pour pour le développement (PNUD) ce lundi 4 juin  un Hackaton axé sur l’apport des technologies numériques dans la gestion des déchets plastiques dans les milieux urbains en RDC.

Selon le Secrétaire Général de l’ONU Antonio Guterres, pour la journée mondiale de l’environnement, “chacun de nous a un rôle à jouer pour protéger notre planète, qui est la seule que nous ayons”. Ainsi pour cette année 2018, un seul mot d’ordre  pour le monde entier : vaincre la pollution liée aux déchets plastiques.

L’Organisation des Nations Unies a mis en place il y a 71 ans  cette journée mondiale devenue une plateforme mondiale qui vise la sensibilisation de la population du monde pour la protection de l’environnement, dans le but d’encourager les gouvernements, les communautés, les industries, les individus à réduire de toute urgence la production et l’utilisation excessive de plastiques à usage unique responsable de la pollution de nos océans et représentant une menace pour la santé.

 


133DACE3-C4C0-4565-BD1A-CF3A94CE51BA.jpeg

Patrick MbalaPatrick Mbala5 juin 20182min00

La triste nouvelle s’est confirmée ce mardi matin. Elisabeth Wosho Onyumbe dite Maman Olangi, du son de son époux inhumé le samedi dernier, est morte d’une crise la nuit du lundi à mardi. Elle était à la tête de l’une des grandes communautés religieuses  en République démocratique du Congo depuis plus de 40 ans.

Selon son conseiller en communication interrogé par TopCongo, elle n’a pas surmonté les six mois de deuil de son défunt mari qu’elle a eu à porter pendant plus de six mois alors que son corps était gardé en Afrique du Sud en attente des arrangements concernant les conditions de son inhumation.

 


Des05aAWAAAzGG8-1.jpg

Patrick MbalaPatrick Mbala3 juin 20182min00

L’apôtre Joseph Olangi a été mis sous terre ce samedi 02 juin 2018 les après midi dans une concession du ministère du Combat spirituel/Communauté internationale des femmes messagères du Christ (CIFMC) située dans la commune de la N’sele.

Plusieurs personnalités venues des diverses univers lui ont rendu un dernier hommage depuis le retour de sa dépouille à Kinshasa. Politiciens, chanteurs, représentants de différentes confessions religieuses ont défilé au siège du ministère du combat spirituel  dans la commune de Limete 17ème rue où ils ont salué pour la dernière fois celui qui pendant plusieurs décennies était à la tête de l’une des  plus grande communautés religieuse de la RDC.

Joseph Olangi est né le 14 août 1948 au Congo belge (actuelle RDC)  à Lodja, dans la province de Sankuru, et a rendu l’âme le 1er  octobre 2017 à Johannesburg, en Afrique du Sud à l’âge de 69 ans.

LIRE AUSSI :

La depouille de Papa Olangi déjà à Kinshasa sera inhumée ce 2 juin

Le Ministère chrétien du combat spirituel perd son “Général” Papa Olangi


george-kapia.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA1 juin 20182min00

L’Association Congolaise pour l’accès à la Justice (ACAJ) monte au créneau et exige la libération de 12 activistes du Collectif d’Action de la Société Civile (CASC) arrêtés « arbitrairement » par les forces de sécurité alors qu’ils prenaient part à une marche pacifique.

«Ces activistes ont été arrêtés à l’occasion d’une marche pacifique organisée par CASC, après avoir informé par écrit l’Administrateur du Territoire, pour protester contre les enlèvements répétés et l’insécurité qui règnent dans le territoire de Ruthuru et ses environs notamment à Kiwanja sur ce, l’ACAJ condamne fermement cette arrestation arbitraire et demande au Gouvernement de les faire libérer sans condition, car le droit de manifester pacifiquement est garanti par l’article 26 de la Constitution.» a écrit Georges Kapiamba, président de l’ACAJ dans un communiqué de presse.

Jeudi 31 mai, l’administrateur du territoire de Rutshuru Justin Mukanya Kasombo a interdit la tenue de la marche pacifique organisée par la population qui visait à dénoncer et à exiger la libération d’au moins vingt personnes kidnappées depuis samedi 26 mai par des présumés miliciens dans les chefferies de Kasenyi et Kibututu.

« J’informe le public qu’au regard de la situation qui prévaut en ce moment dans notre juridiction où tous les services de sécurité s’emploient à restaurer la sécurité sociale, aucune activité louche tendant à perturber ces efforts ne peut être tolérée ni acceptée. Ceci dit, aucune marche de quelle que nature que soit n’est permise ni autorisée » a-t-il interdit avant d’ inviter tous les services de sécurité à ‘’veiller scrupuleusement à l’observance strict de cette recommandation  afin de garantir et de promouvoir l’ordre publique et la tranquillité sociale’’.