image012-8-3acnqig6psdaznhd4xbxmy.jpg

josue kashamajosue kashama19 février 20202min0

Le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a reçus, hier mardi 18 février, une délégation conduite par le ministre de Santé docteur Eteni Longondo, pour un entretien sur le renforcement de la vaccination et l’éradication de la poliomyélite en RDC.

Cette délégation était constituée des représentants de la fondation Bill et Mélinda Gates, l’alliance Gavi pour les vaccins, des représentants des gouvernements américains et britanniques et du Rotary International.

A l’issue des entretiens, le docteur Christian Elias, président développement global de la fondation Bill et Mélinda Gates, a fait savoir que les échanges ont porté sur les progrès réalisés par rapport au renforcement de la vaccination et l’éradication de la poliomyélite.

Selon lui, certaines provinces ont réalisées de réels progrès et ont amélioré leur systèmes de vaccination et d’autres ont fait moins de progrès. D’où la nécessité d’en faire une évaluation avant le prochain forum sur la vaccination et la poliomyélite qui devra réunir les gouverneurs des provinces et les partenaires sur cette question.

Signalons que cette épidémie causé par la polio-virus est l’une de cause de la mortalité infantile en République démocratique du Congo malgré les efforts de vaccination.


ERG-2w6WAAAqOJe.jpeg

sarah MUKUNDIsarah MUKUNDI19 février 20201min0

Le président du comité des sages de l’Assemblée Provinciale de Kinshasa, Paul-Gérard Sapu a rendu l’âme mardi 18 février dans la soirée , à la clinique Ngaliema, dans la commune de la Gombe suite à une courte maladie.

À en croire le rapporteur de l’Assemblée Provinciale de Kinshasa, Junior Nembalemba, l’ancien président du Bureau provisoire de l’organe délibérant de la capitale, Sapu Kalimasi était admis aux cliniques depuis le vendredi 14 février 2020, pour recevoir les soins médicaux dont il avait besoin.

Sapu Kalimasi était nommé par Ordonnance présidentielle, Bourgmestre de la Commune de Kinshasa en 2008, le poste qu’il a occupé jusqu’en 2018 avant d’être élu Député Provincial et au même moment, il a occcupé aussi le poste de Président du bureau provisoire. Il était assisté par Nembalemba Léon Junior.


d21140c0-4dc3-4f6a-8447-0c86dbdf2779-566-0000003ee4bf3cbd.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri19 février 20202min0

L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), a affirmé dans un communiqué officiel qu’elle détient des documents qui attestent que le contrat de prêt, entre Gécamines et Ventora (Ex Fleurette Mumi), a bel et bien existé.

Selon ce communiqué officiel signé par le coordonnateur de l’ACAJ, Georges Kapiamba, la hiérarchie de la Gécamines avait sollicité et obtenu de la part de son partenaire Fleurette Mumi, plusieurs aides financières pour la mise en œuvre de ses projets dont, la somme de 128 millions d’euros dans le cadre d’une ligne de prêt sans garantie de 200 millions d’euros.

Selon l’Acaj, « le 4 octobre 2017, sur demande écrite de Gécamines datée du 2 octobre 2017, Fleurette Mumi a transféré à la Gécamines la somme de 128 millions d’euros. Cette somme a été virée sur le compte n°05101-01002300022-05/EUR ouvert le 02 octobre 2017 sous l’intitulé : Gécamines Développement auprès de la RawBank ».

L’accord signé à la même date, renseigne que Monsieur Kintaleg Alain Mukonda, a signé pour le compte de Fleurette Mumi Limited; et Monsieur Jacques Kamenga Tshimuanga pour la Gécamines.

A la recherche de complément d’informations sur certaines imprécisions dudit dossier, l’ACAJ a adressé des lettres aux deux sociétés citées ainsi qu’à la RawBank. Seule Fleurette Mumi/Ventora a fourni des éléments d’informations à l’ONG.

Georges Kapiamba, recommande à ces sociétés à adhérer au « dialogue social ».


IMG-20200205-WA0002.jpg

sarah MUKUNDIsarah MUKUNDI19 février 20202min0

L’ONG de droits de l’homme, Convention pour le développement des peuples forestiers CODEPEF a dénoncé la libération du chinois auteur du viol d’une mineure de 14 ans à Mambasa, ce mercredi 19 février 2020, du cachot du Parquet Général Près la Cours d’Appel de l’Ituri.

Selon un activiste de cette ONG, maître Laurent Kyeya, le présumé violeur nommé, Wang était passé aux aveux devant l’officier de la police judiciaire(OPJ).

A l’en croire, il existe des preuves irréfutables de culpabilité de viol de ce sujet chinois sur la jeune fille, comme le PV fait par l’OPJ ainsi que les déclarations de la victime qui incriminent le chinois.

De ce fait, la CODEPEF condamne cette libération qui serait le fruit d’un arrangement de l’incriminé avec la justice et promet de s’investir pour que la justice soit faite et respectée.

Pour rappeler, une mineure de 14 ans a été abusée sexuellement par un sujet chinois, après que ce dernier l’ai drogué et emmené dans une brousse. Le fait s’est produit le 01 février dernier, dans le village de Muchacha Mavuvu, chefferie de Bombo en territoire de Mambasa dans la province de l’Ituri.


62570108.jpg

sarah MUKUNDIsarah MUKUNDI18 février 20203min0

Le mouvement citoyen Lutte pour le changement(Lucha), section Kasaï oriental exhorte le chef de l’État, Félix Tsisekedi, à réformer la Société minière de Bakwanga, après la signature de l’ accord avec une société Roumaine, AM Développement international pour le relèvement de cette société.

Ce financement vient d’un accord signé entre la Miba et la société Roumaine Am, spécialisée en construction et exploitation minière. Il va servir au payement des dettes des cotisations à la caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), des agents et cadres mises en retraite par la MIBA depuis 2012 ainsi que les arriérés de salaire des agents et travailleurs en exercices, renouvelé son outil de production et améliorer la desserte en énergie électrique au niveau de la centrale Hydro-électrique de Tshiala.

De ce qui précède, la reforme sollicité par la Lucha consiste à changer les directeurs (Directeur Général, directeur administratif, directeur des Ressources humaines, etc. ) à cause de leur mégestion de cette société minière.

Selon Nicolas Mbiya, membre de la Lucha, la gestion de ces fonds est remise aux dirigeants actuels de la Miba, mais « cela est fait sans le résultat de l’audit provisoire ».

Il estime que ces fonds de relevement de la Miba sont tombés entre les mains des prédateurs financiers. Ainsi il demande au Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi et de nommé les nouveaux mandataires afin de permettre à la société autre fois abandonné, de se développer.

Par ailleurs, Mbiya propose que le diamant de la Miba soit investi dans d’autres domaines d’interventions urgentes, afin de permettre aussi à la province oriental de sortir de la pauvreté dont elle fait face.


1def2904-014b-4db0-9aa7-92391ec380f4-1854-000000fdad4e7391.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri18 février 20202min0

Charles Mbuta Muntu, ministre provincial près le gouverneur, et porte-parole du gouvernement provincial de Kinshasa, a réitéré lundi 17 février, la décision du gouverneur de province, Gentiny Ngobila interdisant l’usage des emballages plastiques sur toute l’étendue de la capitale.

Il existe, selon le porte parole du gouvernement provincial, un arrêté interministériel signé par le Ministre de l’Economie nationale, le Ministre national de l’industrie, ainsi que le Gouverneur de la ville-province de Kinshasa, qui interdit l’utilisation des emballages plastiques.

Il affirme que le gouverneur n’invente rien quant à la mise sur pieds de cette décision et cela va dans le cadre de lutte contre la pollution environnementale en vue de faciliter l’opération ‘’Kin bopeto’’ qui lutte contre l’insalubrité à Kinshasa.

Le porte-parole de l’exécutif provincial de Kinshasa, rassure que la brigade d’hygiène va essentiellement veiller à la mise en application de cette mesure. 

‘’Il y’a déjà un arrêté signé qui interdit l’utilisation des emballages plastiques, donc, plus question de vendre l’eau en sachet qu’on appelle vulgairement ” eau pure” et également pour d’autres produits. Nous allons privilégier l’utilisation des emballages biodégradables », a-t-il déclaré.

A l’en croire, cette mesure va résoudre de manière durable les problèmes d’inondation, d’insalubrité, des déchets plastiques que l’on trouve partout et qui ne se dégradent pas. « Donc, le Service d’hygiène aura également comme responsabilité de veiller à l’application de ces dispositions, de constater les infractions, de constater la non-application et de tirer les conséquences », conclut-il.


1eac3c83e46d62e540878a11dd4564c3.0-1024x576-1.jpg

josue kashamajosue kashama18 février 20202min0

Le mouvement citoyen, Forces spéciales pour la République, s’insurge contre le message de haine à l’égard du directeur de cabinet du président de la République, Vital Kamerhe.

Cette déclaration a été faite lundi 17 février, à l’issue d’une réunion d’évaluation de l’actualité politique du pays par le comité exécutif de cette structure, présidé par Yannick Bongibo Mankiem.

Dans sa déclaration le mouvement citoyen, fustige le comportement de certains leaders politiques qui lancent, selon lui, des messages de haine et de stigmatisation à l’endroit de Vital Kamerhe. Et condamne avec force, ce qu’elles qualifient de complot, les attaques contre vital Kamerhe.

Par ailleurs, les FSR réitèrent leur confiance indicible et inconditionnel au directeur de cabinet du chef de l’Etat et invitent la coalitions « Cach » à vivre en parfaite communion

Les membres des FSR projettent d’organiser des manifestations publiques pour soutenir les actions du président de la République et son directeur de cabinet.

Pour rappel le directeur de cabinet du président de la République, vital Kamerhe, a été traîné dans la bout par des cantiques que scandaient la foule lors de la visite du président de la République aux différents chantiers de Kinshasa, notamment à l’Université de Kinshasa ainsi les lieux de construction des saut-de-mouton.


b83cdea3-c156-4605-90b0-119b6bb9d85b-1289-000000cf468f3fdf-1.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri17 février 20202min0

Le député national, Ados Ndombasi a déploré le manque de réglementation des circuits routiers qui selon lui est à la base du tragique accident survenu le dimanche 16 février sur la route bay pass dans la commune de Ngaba.

Dans une intervention faite à Kinshasa, l’élu national qualifie cet accident d’un choc qui brise les cœurs et déplore la négligence du gouvernement congolais paradoxalement le ministère de transport qui n’ont pas su fixer une véritable réglementation des voies routières dans la capitale.

‘’Nous déplorons plusieurs morts par négligence. Négligence bien sûr des institutions qui sont obligées de réglementer les circuits routiers dans le pays. Là, nous pensons bien sûr au ministre des transports. Et en tant que député national, nous nous rendons dans quelques heures qui viennent sur les lieux où se trouvent les différents malades et nous allons aussi rencontré le ministre des transports pour avoir les plus amples explications’’ a-t-il déclaré.

Il a également indiqué que le manque des contrôles techniques favorise de tels type de calamité et appelle cependant à une revitalisation de ce secteur.

Pour lui, la RDC fait face à un sérieux problème de reconstruction et au surplus, de l’ensemble du périple routier dans la ville.

Le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi et plusieurs hommes politiques ont adressé leur messages de condoléances depuis cet événement tragique pour compatir avec les familles éplorées.

14 personnes ont succombé et 60 ont été blessées dans cette accident survenu le dimanche 16 février dans la commune de Ngaba. Les corps ainsi que les blessés ont été dépêchés aux cliniques universitaires.


downloadfile-6.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya17 février 20203min0

Consternée par l’accident de circulation qui a causé la mort d’au moins 14 personnes, l’Association Congolaise pour l’accès à la Justice (ACAJ) demande la démission du ministre de transport qui devait être tenu pour responsable de ce drame.

 » L’ACAJ recommande la démission immédiate du Ministre des Transports et Voies de Communication pour négligences coupables dans l’exercice de ses fonctions, ayant entrainé mort d’homme » ainsi que  » l’ouverture d’une action en justice à l’encontre du chauffeur et de la firme propriétaire du véhicule incriminé, civilement responsable« , recommande le président de l’Acaj, Georges Kapiamba dans un communiqué rendu public ce lundi 17 février.

Par ailleurs , l’Acaj promet de rendre publiques, dans les tous prochains jours, des informations fiables concernant les documents de sécurité et sûreté délivrés, « au mépris de la loi, aux exploitants d’autres modes de transport ».

« Dans le cas d’espèce, il est injustifiable qu’un gouvernement responsable tolère et encourage que les véhicules affectés aux chantiers publics soient illégalement exonérés des pertinentes prescriptions du code de la route« , peut-on lire dans le communiqué.

L’accident s’est produit dimanche 16 vers midi, sur l’avenue Bypass vers le point Ngaba. Selon des sources policières, un camion qui venait de Mont Ngafula, transportant des caillasses, a percuté plusieurs voitures, des motos ainsi que des piétons.

Le Chef de l’Etat a annoncé qu’une enquête sera ouverte afin de déterminer les causes de cet accident.

Selon l’hôtel de ville, le bilan provisoire fait Etat de 14 morts et 60 blessés.


psx_20200216_222635.jpg

sarah MUKUNDIsarah MUKUNDI17 février 20203min0

Quelques heures après, l’accident qui a endeuillé plusieurs familles kinoises dimanche 16 février, le Gouverneur de la ville de Province Kinshasa, Gentiny Ngobila est allé aux cliniques universitaire le même dimanche dans la soirée, pour s’enquérir personnellement de la situation.

Il était accompagné d’ une délégation composée du vice-premier Ministre et Ministre de l’intérieur et sécurité et le ministre de la Santé.

Le gouverneur de la ville a donné le bilan provisoire qui fait état de 14 morts et plus de 60 blessés dont 30 déjà stabilisés.

Selon le Medecin Directeur des CUK, le Docteur Malulo, 38 blessés en vie dont une quinzaine déjà opérés au bloc pour traumatismes crâniens, abdominaux, thoraciques ou maxillo-facial. Les 22 cas restant sont des fractures, des plaies suturées, des parages.

La délégation a visité les blessés internés avant de faire un tour à la morgue, où les corps sont gardés. Seuls 9 décès ont été identifiés par les familles.

Aux urgences, les autorités se sont imprégnées de la situation des victimes ainsi que des difficultés auxquelles sont confrontés les médecins pour leur prise en charge.

Rappelons que l’accident a été provoqué par un camion de marque Ben dont les mécanismes de freinage étaient défaillants. Ce camion a tout ramassé sur son passage : véhicules et piétons, depuis l’arrêt armée à Mont-Ngafula pour finir sa course dans un bar au niveau de triangle.



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter