BCDC.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba19 août 20191min0

Dans la matinée de ce lundi 19 août, les agents de la Banque Commerciale du Congo (BCDC) ont manifesté devant le palais de la nation Congolaise pour exiger le départ du Directeur Général de la BCDC le belge Yves Guypers.

Les employés affirment d’être assainis, ce qui justifie leur colère et demande de voir Yves Guypers évincé.

Peut-on lire le calicot, les agents dénoncent que le DG de la BCDC a « écrasé 959 congolais et reste intouchable ». Et rappel au Chef de l’Etat Félix Tshisekedi son fil conducteur « le peuple d’abord ».

Partager avec :

lubusha_lycee_19_02145_jpg_640_350_1.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini16 août 20194min0

C’est au prix de 1,9 million des dollars américains que l’entreprise chinoise « Excellent Mineral » aurait acheté une partie de la concession du Lycée Lubusha, une des grandes écoles des filles de l’ex-province du Katanga. C’est depuis plus d’une semaine que des informations en notre possession renseignent que quelques périmètres du Lycée Lubusha seraient vendus à une entreprise chinoise d’exploitation minière. Selon des études menées par cette entreprise, nous relate une source, le sous-sol de ce Lycée renferme des minerais de valeurs, c’est ce qui a motivé cette entreprise chinoise à acheter auprès de deux prêtres, cette partie de terre.

Classé parmi les meilleures écoles des filles, dans cette région, ce Lycée va devoir fonctionner avec les bruits des machines à exploitation des minerais. Ce qui représente un grand danger environnemental vue que les minerais dégagent des substances nocives à la santé.

L’archevêque de Lubumbashi a, dans une lettre de mise au point, en date du 13 août, accusé deux prêtres dans cette vente illégale et sans accord. Il a précisé qu’une enquête a été diligentée. Et monseigneur Denis Moto, vicaire général en charge de la pastorale à l’archevêché de Lubumbashi, rassure : « L’école est toujours là, même clôturée. Les élèves vont continuer à étudier normalement comme dans le passé. Mais je crois qu’il y a des portions de terres qui ont été vendues ».

Ces « portions des terres vendues » représentent plus de 1 400 hectares soit une dizaine des carrés miniers. Il y a douze ans, la vente de ce site avait suscité non seulement un débat houleux, mais également des marches de protestation.

Pour des associations de la société civile évoluant dans cette région, il est intolérable de faire disparaitre ce Lycée construit vers les années 1965 et qui constitue un patrimoine à protéger. « Faire disparaitre ces bâtiments, c’est tuer la femme et c’est tuer l’éducation en même temps », déclare Clotilde Mutita, ancienne adjointe au maire Lubumbashi, l’une des initiatrices de ces manifestations.

A Kinshasa, les regards sont tournés ailleurs

Pendant que des affaires sérieuses se passent dans les coins de la RDC, à Kinshasa, siège des institutions de la république, les préoccupations sont tournées vers la sortie éminente du gouvernement Ilunga. Personne ne monte jusque-là au créneau pour défendre les intérêts de ses filles qui risquent de perdre leur école, soit d’étudier dans des conditions nocives. Une société minière ne doit pas élire domicile auprès d’une école.

Partager avec :

IMG-20190815-WA0015.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 août 20191min0

Avocat au barreau de Mbandaka, Me Robert Yada, a procédé le mercredi 14 août dans la salle de conférence de l’ Association National des Établissement Publics et Entreprises du Portefeuille (ANEP) au lancement du Licenciemètre, un logiciel d’assistance juridique en matière de droit du travail congolais préventif des conséquences éventuelles du licenciement tant du point de vu administratif que judiciaire.
Selon son concepteur , la projection de l’impact de l’utilisation du Licenciemètre par les employeurs sur les statistiques du licenciement indique que  » le risque de licenciement abusif pour violation des délais est réduit à 1% tandis-que le risque non valable est réduit de 97%. Le Licenciemètre vient donc répondre à une préoccupation d’intérêt national « .
Ce logiciel a été lancé en présence des Directeurs des Ressources Humaines et les Conseillers juridiques des Entreprises membres de l’ANEP.

Partager avec :

FB_IMG_1565764966998.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 août 20192min0

Après une nouvelle série de violences du groupe armé présumé ADF dans la ville de Béni, les ressortissants de ce coin en colère exigent l’évaluation des activités du commandement Sokola 1 visant la traque des groupes armés au Nord-Kivu.

Dans une déclaration faite, ils exigent que la sécurité soit rétablie à Béni de façon urgente et durable.
Cependant ils appellent le chef de l’État à s’impliquer personnellement afin de stabiliser la situation sécuritaire qui prévaut dans cette zone.

« Que le chef de l’État tienne compte des propositions déjà émises pour endiguer les forces démocratiques alliés [ADF] et leurs fameux alliés ; Que les brebis galeuses au sein des forces armées tout comme des personnalités civiles soient sévèrement punies ; Que les enquêtes véritablement indépendantes soient menées pour dénicher et punir conformément à la loi les auteurs de massacres des civils innocents, enfin, Que les fameux termes de malédiction comme : triangle de la mort, la situation est sous contrôle, l’ennemi est en débandade, l’ennemi a malheureusement contourné nos positions, c’est du terrorisme, soient totalement abandonnés » ont-ils écrit.

Depuis plusieurs années la ville de Béni est victime de plusieurs massacres entre autres les viols, tueries, kidnapping, voles de biens de paisibles populations, incendie des écoles et autres bien commun.

Partager avec :

Pygmees-Congo-manifestation-e1407775387727.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 août 20191min0

En marge de la journée internationale de peuple autochtone célébrée le 12 août de chaque année, la dynamique des groupes de peuple autochtone pygmée a appelé les autorités provinciale à promulguer la loi portant protection de droit des pygmées.
Selon Leonard Lubandu, chef d’antenne de cette dynamique, le peuple autochtone souhaite « voir l’actuel exécutif provincial s’investir dans ce dossier en vue de sa promulgation à leur bénéfice ».
Rappelons qu’un projet d’édit portant protection de droits de peuple autochtone a été adopté par l’Assemblée provinciale sortant mais n’a jamais été promulguée.

Partager avec :

FB_IMG_1565727750544.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA16 août 20191min0

Dans le budget alloué pour l’année 2019, une somme est prévue pour l’achat de 750 bus à donner à la société du Transport au Congo d’ici le mois de décembre prochain. C’est ce qu’affirme le ministre intérimaire du transport et voies de communication, Azarias Ruberwa.

« Il y a plusieurs fournisseurs, nous essayons de voir celui qui offrent le plus et en termes de qualité et technique les bus les plus robustes qui vont coûter un bon prix », a-t-il précisé.

Ceci pour repondre aux problèmes de transport et faciliter la mobilité des populations dans l’ensemble du Pays.

Mardi 13 août, le ministre Ai des transports et voix de communication a remis un lot contenant 65 nouveaux bus à la société TRANSCO.

15 grands bus et 50 « mini bus » forment ce lot, cependant 8 bus vont essentiellement servir le Kwilu, Lwango , Tshikapa et Kongo Central.

Partager avec :

FB_IMG_1565887635255.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA15 août 20191min0

Conformément à sa décision de placer l’épidémie à virus Ebola comme une urgence sanitaire à portée internationale, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préside du mercredi 14 au jeudi 15 août à Goma une réunion transfrontalière entre la RDC, le Rwanda , l’Ouganda, le Burundi et le Sud-soudan.

Le but de cette rencontre est de renforcer la collaboration entre les différents pays afin de lutter contre la maladie à virus Ebola qui fait rage dans la partie Est de la RDC depuis une année.

Cependant la maladie à virus Ebola qui a emporté des vies humaines  à l’Est de la RDC est  une maladie « évitable et traitable », suite aux résultats de deux médicaments testés sur des patients en République démocratique du Congo.

Selon les scientifiques associés avec l’Institut fédéral américain des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID) qui ont coparrainé les opération d’essai. Le taux de survie est de 90% lorsque les personnes infectées se voient administrer tôt  les médicaments les plus efficaces.

Partager avec :

IMG_20190815_143747.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba15 août 20191min0

Au stade Kashala Bonzola dans la province du Kasaï-Orientral, ce jeudi 15 août, il y a eu un soulèvement populaire qui a abouti au pillage et aux casses de chaises et autres mobiliers de ce stade de football.

L’ancien gouverneur de la province Ngoy Kasanji a exprimé, sur son compte twitter, son indignation sur cet acte que certains considèrent “incivique” .

Est-ce qu’il faut laisser piller le stade Kashala Bonzola parce qu’il est construit par Ngoyi Kasanji ?il s’organise un pillage à grande échelle au stade Kashala Bonzolo chaque qu’il s’y organise différentes manifestations,jusqu’où la haine vous conduit ?”, s’interroge-t-il.

Selon les sources locales, la population n’est pas content de la mauvaise gestion de cet ouvrage et des mobiliers.

Partager avec :

images-88.jpeg

Stephane NtumbaStephane Ntumba15 août 20191min0

Le train urbain a repris de desservir les lignes Kinshasa vers Kasangulu, et Kinshasa vers Matadi; c’est depuis plus de trois ans que les habitants ne bénéficient plus de trafic ferroviaire.

La plupart des habitants de la commune de Kisenso ne seront plus contraints de discuter les transports en commun avec ceux de Matete, une reprise qui émerveille.

A noter que la Société commerciales des transports et ports (SCTP), a dans ses services deux trains, l’un va desservir la partie Est de Kinshasa et le territoire de Kasangulu dans le Kongo-Central, et l’autre est un train marchandise qui reprend le trafic Kinshasa-Matadi.

Partager avec :

FB_IMG_1565824520060.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA15 août 20191min0

Le Mouvement des indignés du Nord-Kivu , Sud-Kivu et Ituri, projette un sit-in le lundi 19 août prochain devant le palais de la nation à Kinshasa/Gombe.

L’objectif de cette manifestation vise à obtenir l’implication personnelle du chef de l’État, Félix Tshisekedi, en tant que commandant suprême de l’armée, à s’activer de façon urgente dans la sécurisation de la partie Est du pays de la RDC. Ce mouvement rappelle que « Beni-Ituri-Minembwe » sont à feu et à sang depuis plusieurs années.

Ils ont par ailleurs lancé un appel patriotique à toute personnes indignée de venir participer à cette action. Depuis de décennies, les miliciens ont élu domicile la partie Est du pays, les populations de ces coins sont à plusieurs fois victimes de plusieurs maux notamment, les violences, les vols, les tueries, les incendies des biens privés et publiques, les enlèvements etc…

Partager avec :

Partager avec :