IMG-20190813-WA0012.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA13 août 20191min0

Les activistes du mouvement citoyen ECCHA tiennent un sit-in devant les installations de la Direction Général de Migration (DGM) à Uvira, au Nord-Kivu. Ils  dénoncent et exigent « la suppression de la perception de la taxe illégale lors de l’acquisition de l’autorisation spéciale de circulation ».
Ces manifestants accusent les services de la DGM de « violer intentionnellement et délibérément » l’ordonnance numéro 17/024 du juillet 2019 portant organisation, fonctionnement et modalité de collaboration entre le président de la République et le Gouvernement qui stipule dans son article 19 qu’une « opération financière conclue hors la loi est un abus du pouvoir et de la loi ».

Partager avec :

musulman.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA13 août 20191min0

À l’occasion de la fête de mouton (Tabaski), les musulmans du Sud-Kivu sont montés au créneau au nom de la communauté musulmane de la Rd Congo, pour demander au gouvernement de considérer les fêtes musulmanes comme étant des journées chômées et payées sur toute l’étendue du pays, à l’instar des fêtes chrétiennes de pâques et de Noel.

Ils affirment rencontrer des difficultés de célébrer leur  fête, si celle-ci fête tombe un jour ouvrable, dans différents milieux, professionnel tout comme estudiantin.

La République Démocratique du Congo étant un pays laïc mais avec un penchant pour le christianisme, qui touche une grande partie de la population, la communauté musulmane reste persuader que leur requête n’obtiendra pas gain de cause. De ce fait l’Imam Cheik Ibrahim Issa Magana de la mosquée de Kadutu propose « qu’il soit dans un premier temps permis aux musulmans de prier librement l’avant midi puis l’après-midi d’aller travailler ».

Partager avec :

lisanga-bonganga-micro-150417-800px.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba12 août 20191min0

Plusieurs pays du monde ont célébré ce lundi 12 août la journée internationale de la jeunesse. En RDC, Jean-Pierre Lisanga Bonganga, Ministre intérimaire de la jeunesse et initiation à la nouvelle citoyenneté, a rendu public des stratégies répondant aux besoins et problèmes de la jeunesse congolaise.

Jean-Pierre Lisanga Bonganga indique que le présent plan stratégique de 2019 et 2023, dont il est auteur, vise l’éducation non formelle, l’initiation à la nouvelle citoyenneté, l’emploi et l’entrepreneuriat, la santé et le bien-être, le genre et l’accès à l’égalité chez la jeune fille, la gouvernance et le renforcement des capacités.

Conformément au thème retenu pour cette année,  « transformer l’éducation », le ministre congolais laisse entendre que ce “programme ambitieux” permettra de “rêver d’un Congo de demain qui sera ce que nous aurons fait de sa jeunesse aujourd’hui”.

 

Partager avec :

araphat.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 août 20193min0
Victime d’un accident de moto dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août à Abidjan, l’artiste ivoirien Ange Didier Huon – alias DJ Arafat – est mort des suites de ses blessures dans une clinique d’Abidjan, selon plusieurs sources officielles ivoiriennes, dont Maurice Bandaman, le ministre ivoirien de la Culture.

La star du « coupé-décalé » est décédé lundi 12 août à la Polyclinique des Deux Plateaux, à Abidjan. L’artiste est mort des suites de ses blessures après un grave accident de la route, survenu dans la nuit de dimanche à lundi. Sa moto a percuté une voiture conduite par une journaliste de Radio Côte d’Ivoire. Le chanteur, inconscient, a été rapidement pris en charge et admis en soins intensifs. Il n’a malheureusement pas survécu.

« Il a été admis aux urgences dans un état végétatif. Il avait notamment une fracture du crâne et un œdème », a confié à Jeune Afrique un médecin de l’établissement, sous couvert d’anonymat. Les équipes soignantes ont tenté de le réanimer, « en vain ».

Deux ministres du gouvernement ivoirien, qui se sont rendus au chevet de l’artiste, ont confirmé le décès à Jeune Afrique, de même qu’un haut fonctionnaire en poste à Abidjan. « Je suis à la clinique où DJ Arafat a été admis. Je peux vous confirmer que l’artiste est décédé. Je suis avec le ministre d’État Hamed Bakayoko, pour nous organiser avec la famille », a déclaré Maurice Bandaman, ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie.

L’information a par ailleurs été confirmée sur les antennes de la RTI, la chaîne publique ivoirienne, dans son journal de 13h.

A’salfo, le leader du groupe Magic System, s’est rendu lui aussi à l’hôpital. Selon nos informations, l’entourage de l’artiste, comme les autorités ivoiriennes, s’interrogeaient en fin de matinée sur les modalités de l’annonce du décès au public.

JeuneAfrique

Partager avec :

WhatsApp-Image-2019-08-12-at-2.23.29-PM-1.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 août 20192min0

Le commissariat provincial de la police de Kinshasa a arrêté 5 malfrats ayant excellés dans l’enlèvement des filles ou jeunes femmes à bord de la voiture Toyota IST, appélée communement « ketch », de couleur jaune, immatriculée 7776 BA/01. C’est ce qu’annonce un communiqué du commissariat provincial de la police de Kinshasa, parvenu à la rédaction de Kinshasatimes.cd.

« Pour ce faire, le commissaire provincial de la police prie toute personne victime qui reconnaitra ces criminels dont les photographies sont diffusées, de passer à l’Etat-Major du commissariat provincial de la police ville de Kinshasa, situé sur DRACENA, N°05, en face de l’ISC, dans la commune de la Gombe, pour sa déposition », indique le communiqué portant signature du commissaire provincial de la police ville de Kinshasa.

Ci-dessous, les photographies de malfrats qui sèment la terreur à Kinshasa.

Partager avec :

baleinière.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini12 août 20191min0

Après son dernier bilan du naufrage survenu, le 26 juillet dernier, sur la rivière Lukenye en territoire de Dekese, au village Bisenge, situé à 600 km de Tshikapa, le gouvernement provincial du Kasaï vient de revoir sa version des faits.

Le bilan a été revu à la baisse. Au lieu de onze morts, le gouverneur du Kasaï Dieudonné Pieme Tutokot parle de cinq morts, 50 disparus et 159 rescapés sur un total de 214 à bord de l’embarcation.

C’est à la suite de la mission d’un ministre provincial du Kasaï dépêché au lendemain du naufrage à Dekese que ce décompte a été établi. Le Gouverneur Pieme avait dressé un bilan de 11 morts. La baleinière naufragée était en partance vers Kinshasa. Jusque-là, la version des faits attribue ce naufrage à la surcharge de la baleinière.

 

Partager avec :

WhatsApp-Image-2018-03-05-at-16.20.47.jpeg

La RédactionLa Rédaction5 mars 20184min0

Femme entrepreneure, Brenda Ndaya est une ingénieure informaticienne et patronne de Brexaldie web agency, une agence de communication et de web marketing, agence créée pour booster le secteur de marketing web en apportant des innovations et permettant l’émergence de ce nouveau  métier en République démocratique du Congo.

Depuis son enfance, Brenda Ndaya a toujours eu « envie de quelque chose pour aider les autres« . Informaticienne de formation, en 2015 elle a commencé a travaillé dans le web marketing après plusieurs formations, elle a été sollicitée dans plusieurs entreprises. C’est de là d’où est venue l’idée de créer une entreprise avec des gens qu’elle formerait dans ce domaine qu’elle « maîtrise » en vue de pouvoir « répondre à toutes ses sollicitations ».

Déjà opérationnelle, l’agence Brexaldie Web Agency sera officiellement lancée le 17 mars prochain. Une série d’activités accompagneront cette sortie officielle : marche de santé, expositions des différentes entreprises partenaires et des pitchs  de porteurs des projets.

La marche partira de la place des évolués (Réf. ISP Gombe)pour chuter à la concession Ralph, en face de l’institut Supérieur de Commerce; sur l’avenue de la libération (ex 24 novembre).Un tirage au sort est également prévu à l’issue de la journée pour récompenser les participants.

Ces activités visent selon l’initiatrice  à « créer un climat de collaboration » entre entrepreneurs et partenaires qui seront présent, puis faire connaitre la firme à la population.

En tant que femme, Brenda a connu beaucoup de difficultés pour exceller dans son domaine. Notamment des préjugés sur les femmes qui embrassent le domaine de l’ingénierie.

« Je me suis retrouvé seule parmi plusieurs hommes, et j’ai travailler dur pour atteindre mes objectifs.  Le mois de mars est une occasion pour la femme de se mettre en avant, de sortir tout ce qu’elle a. Et faire connaitre ce qu’elle est », a souligné l’entrepreneure.

Dans son domaine, indique t-elle, le talent de la femme est souvent « minimisé » au profit des hommes. Il n’est donc pas facile de dégoter un marché. Elle reconnait par ailleurs des avancées connues ces dernières années pour favoriser l’intégration de femmes dans le monde professionnel. «Nous voyons cela même dans de différents offres d’emploi avec la phrase: les candidatures de femmes sont vivement souhaitées».

Brexaldie Web Agency  offrira divers services tels que : la création et gestion de site web, création des applications mobiles, gestion des réseaux sociaux d’entreprises, le marketing sur terrain, le consulting en informatique et en management.

Partager avec :

FB_IMG_15200913454472131.jpg

La RédactionLa Rédaction3 mars 20187min0

Thania Lingosa est une congolaise vivant en Belgique. Elle est à l’origine de l’initiative de collecte des fonds pour assister la famille de Rossy Mukendi, initiateur du mouvement citoyen « Collectif 2016 » tué à Kinshasa lors de la marche du Comité laïc de coordination du 25 février 2018. Approchez par KINSHASATIMES.CD, elle révèle les motivations à la base de cette initiative et annonce la création le 10 mars prochain, d’une structure qui viendra en aide aux victimes des marches pacifiques en RDC et à d’autres congolais en cas de nécessité. Sa démarche est apolitique explique-t-elle.

Madame Lingosa Thania, vous êtes l’initiatrice de l’action pour la levée des fonds sur internet en faveur de la veuve et des orphelins de Rossy Mukendi. Qu’en est la motivation ?

Personnellement je suis amoureuse de la liberté, de la démocratie, de l’humain au centre de tout. Ma motivation est partie de la vidéo dans laquelle nous voyons Rossy Mukendi tomber comme-ça par balle. Ensuite il y a cette vidéo de son épouse. Elle s’inquiète de son sort, celui de l’enfant pour qui il faut payer les frais scolaires et du sort de son bébé aussi qui n’a encore que deux mois d’existence.  Je me suis donc dit que nous pouvons essayer d’aider un tout petit peu, dans la mesure de notre possible.

Le 25 février, 2 manifestants sont tombés par balle en RDC dont Eric Boloko à Mbadaka. Pourquoi seulement Rossy Mukendi ?

Comme je vous l’ai expliqué, la décision a été prise suite aux images qui me sont parvenues. La levée des fonds en cours sur Internet est exclusivement réservée à la famille de Rossy : sa veuve et ses orphelins. Rossy avait un bon niveau intellectuel, nous espérons que ses enfants puissent rester dans sa lignée. Mais l’aide de la diaspora congolaise ou même des congolais vivant au pays devra s’étendre à toutes les victimes de la répression policière et militaire en cours en RDC. Le 10 mars, il se tiendra en Belgique une réunion pour créer une structure qui apportera de l’aide aux familles de tous les martyrs. Pas seulement à celle de Rossy. Cette structure accompagnera financièrement et par d’autres actions les familles des martyrs, des victimes de forces de l’ordre. Au cours de la réunion du 10 mars, nous fixerons les conditions d’aide aux familles des toutes les victimes. Ça ne sera plus moi seule mais il s’agira de plusieurs personnes qui allons nous mettre ensemble pour essayer d’apporter du soutien, tant soit peu.

Par cette initiative, n’êtes-vous pas en train de faire le lit à la mort d’autres manifestants au cours des prochaines marches que projette le Comité laïc de coordination ?

Nous ne voulons pas qu’il y ait des martyrs. Ce n’est pas nous qui tirons sur les gens armés des bibles et des rameaux. Ce sont les forces de l’ordre qui tirent sur les personnes armées des bibles et des rameaux. Rien que d’y penser excusez-moi, cela me révolte ! Nous voulons seulement aider ces victimes. Nous ne pouvons pas laisser la petite Rachel dont on voit le bout du sein arraché sans agir. C’est d’une indécence sans nom. Il y a un gouvernement qui a des moyens pour des voitures luxueuses mais qui n’a pas de moyens pour soigner cette petite gamine. Maintenant si cette aide pousse certaines personnes à aller mourir calmement dans les marches parce qu’il y a des gens qui vont prendre en charge leurs enfants et famille, ce n’est pas ce que nous demandons à la population.

Si la crise politique actuelle en RDC prend fin, quelle sera la finalité de votre structure avenir ?

La structure continuera à aider les personnes qui seront en train de passer des temps difficiles. Nous essayons simplement de palier à une absence. Là où le gouvernement ne fait rien, nous ne pouvons pas abandonner nos compatriotes.

Votre envie d’aider d’autres congolais ne peut-elle pas cacher d’autres envies politiques dans ce contexte préélectoral ?

La structure que nous allons créer, nous la voulons apolitique. C’est-à-dire tous les congolais peuvent participer, mettre un peu d’argents pour aider d’autres congolais. Parce que le gouvernement congolais est absent dans bien de domaines. Les victimes des balles, je ne parle même pas des orphelins, des hôpitaux et centres de santé défaillants. Nous essayons en tant que citoyens de palier le manque, l’absence du gouvernement. Il n’y a aucune idée de déstabiliser le gouvernement par rapport à ces actions que nous menons. Il y a zéro objectif dans ce sens là. Nous voulons bien le faire en tant que congolais mais nous ne cherchons pas à déstabiliser le gouvernement. Il se déstabilise tout seul.

La sécurité, le bien-être social de la population est du ressort du gouvernement. Avez-vous des recommandations à faire à l’exécutif congolais ?

En tant qu’humain, dans ce que nous faisons nous devons penser au bien être des congolais. Je n’ai rien à dire à ces gens là. Je ne leur souhaite aucun bien, je ne leur souhaite aucun mal non plus. Je ne soutiens pas ce gouvernement là. Je lance seulement un appel à tous les congolais vivant en Europe de venir à cette réunion là pour aider d’autres congolais.

Madame Lingosa Thania, merci.

C’est moi qui vous remercie.

Partager avec :

images-1-1.jpg

La RédactionLa Rédaction3 mars 20181min0

Le mouvement de solidarité est sans précédent dans les milieux congolais. En trois jours, près de 30 000 dollars américains (22 177 euros) on été levés pour soutenir la veuve et les orphelins de l’activiste Rossy Mukendi Tshimanga tué par balles lors de la marche des catholiques, le 25 février 2018.

L’initiative qui a dépassé le montant attendu au départ, 20.000 euros, est l’œuvre d’une Congolaise de la diaspora installée en Belgique, Thania Lingosa.

J’ai fait ceci en pensant à la veuve et aux enfants »

Rossy Mukendi Tshimanga, 35 ans, enseignants a l’Université, chercheur en relations internationales et activiste pro alternance a succombé de ses blessures quelques minutes après avoir reçu deux balles tirées par les forces de l’ordre.

Sa mort a suscité une indignation au sein de l’opinion après la diffusion sur les réseaux sociaux des films le montrant en train de lutter contre la mort. Il était père d’un garçon (14 ans) et d’une fille (2 mois).

Partager avec :

Partager avec :