christian-nsengi-biembi-678x381.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA14 août 20191min0

Christian Nsengi est officiellement seléctionneur national du football congolais.
C’est au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi 13 août, à Kinshasa par la Fédération Congolaise de Football (FECOFA) que le nouveau coach a eu le bâton de commandement de l’équipe Nationale qu’il va coacher pendant une année avec une évaluation à mi-parcours.
Nommé le 8 du mois en cours, le remplaçant de Florent Ibenge accompagné des ses adjoints , devra coacher les pros et locaux lors des prochaines compétitions africaines et internationales.


christian-nsengi-biembi-678x381.jpg

La RédactionLa Rédaction12 août 20191min0

Le nouveau sélectionneur des Léopards séniors, Christian N’sengi Biembe sera présenté ce mardi 13 août 2019 au siège national de la Fédération Congolaise de Football Association-FECOFA.

C’est une annonce faite le dimanche 11 août par la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA).

Pour sa première fois, le successeur de Florent Ibenge va se prononcer devant la presse dans sa casquette d’entraineur ad intérim.

A noter que Christian Nsengi Biembe, nommé pour les six mois prochains, sera accompagné de Christopher Oualembo, Zahera Mwinyi, Robert Kidiaba et Trésor Lualua dans le désormais nouveau staff technique de l’équipe nationale senior de la RDC.

 


ibenge.jpg

La RédactionLa Rédaction12 août 20198min0

C’est devenu officiel au siège de la fédération congolaise de football (FECOFA). Florent Ibenge, 57ans a déposé sa lettre de démission du poste de sélectionneur de l’équipe nationale mercredi 7 août 2019. Un poste qu’il a occupé depuis août 2014. Il a créé une division au sein de l’opinion sportive congolaise ces dernières années. Notre blogueur donne son avis sur le départ du désormais ex-sélectionneur des Léopards.

C’est comme le Soleil qui se lève à l’Est et se couche à l’Ouest. A l’annonce de la démission de Florent Ibenge à la tête des Léopards, j’ai parcouru les titres de certains pureplayers. Et ce n’est pas une surprise. Je n’ai pas vu des titres pompeux, du genre « coup de tonnerre, Florent Ibenge a quitté les Léopards ». La nouvelle paraît tant attendue, au point qu’elle se chuchotait de bouche à l’oreille.

Tout le monde ou presque s’attendait à cette départ de Flo. Déjà que son interview au micro de CANAL+, après l’élimination de son équipe à la CAN (Par Madagascar aux tab) en disait long. L’homme était au bout de ses forces. Il ne pouvait plus espérer grand-chose. Ce soir-là, je l’ai vu passer de « la coqueluche des footeux congolais » à l’homme qu’il fallait absolument abattre. Certains après ces lignes ont déjà conclu que je fais une fixette. voici mes cinq arguments sur le départ de Florent Ibenge

Flo n’avait jamais eu une équipe

Les grandes sélections au monde ont eu un beau parcours en ayant tiré de leurs sélections, une équipe. Un entraîneur ou sélectionneur bâtit sa philosophie et sa stratégie autour d’une équipe. Qui dit équipe, dit hommes. Les exemples sont légions. Löw avec l’Allemagne (2014), Renard avec la Cote d’Ivoire (2015), Deschamps avec la France (2018). Ces sélectionneurs sont arrivés à la consécration en ayant basé leur confiance dans un effectif qui se connait bien. Florent Ibenge pendant cinq ans nous a montré combien on peut reconstruire, construire puis déconstruire. La même ritournelle : A chaque regroupement, sa sélection. A chaque match, son onze.

Flo est un coach pragmatique qui n’aimait pas le jeu

La base du football est l’efficacité offensive et l’efficacité défensive. Mais avant tout, le foot reste un jeu qui plus est passionnant pour les spectateurs et téléspectateurs. J’ai toujours été convaincu d’une chose : certaines victoires des léopards cachaient de gigantesques angles morts. L’équipe jouait très mal. Même face aux équipes supposées inférieures aux Léopards, la vision de Florent Ibenge était toujours de mettre un bus. J’ai vu Mbemba positionné au milieu de terrain. J’ai vu Florent Ibenge aligner Bope, Bompunga et Mbemba au milieu de terrain dans un même match. Flo était plus un Mourinho qu’un Guardiola. Son aversion pour le jeu se motivait par sa peur de perdre. Et pourtant, il en perdait autant de matches.

Flo a toujours écouté ses fans dans les médias

Florent Ibenge pendant ses cinq années passées à la tête des Léopards, n’a pas eu des fans que dans les stades. Dans les médias, il s’était fait beaucoup d’amis. On m’a dit qu’il ne faut jamais critiquer le travail des autres journalistes. Ce n’est pas confraternel. Mais les confrères de tous les médias confondus ont passé beaucoup de temps à comparer Florent Ibenge avec ses prédécesseurs.

Dépireux, Neveu, Leroy, Nouzaret, ces pauvres étaient assassinés à longueur d’émissions et de papiers. Leur seule faute : Ils étaient expatriés. Ils ont laissé l’équipe au fond dans le classement Fifa. En fait, il signifie quoi le classement FIFA ? Usant de la toute-puissance des médias, les confrères savaient faire de lobbys en faveur de certains joueurs. Florent les écoutait. Mbokani a joué la CAN 2015 et 2017 sans faire les éliminatoires. Mputu a été amené à la CAN 2019. Et après les amis ? Il y a un certain corporatisme à déraciner dans ce pays qui consiste à justifier des choses par le simple « fils du pays ».

Flo veut léopards et V.Club

Quand il arrive à la tête des Léopards, Florent Ibenge est pioché par la FECOFA pour ses belles prestations avec l’A.S V.Club. Cette même année-là, il disputera une finale de Ligue des champions africaine avec l’équipe de la capitale. Dans ses fonctions d’entraîneur-sélectionneur, Florent Ibenge n’a jamais trouvé de temps libre. On a voulu robotiser son travail. Entre V.Club et les léopards, on a toujours demandé des résultats. Du coup, dans l’exigence de l’urgence, il a toujours déçu. On peut être le plus surdoué tactiquement comme Bielsa, Cruyff ou Guardiola, dans le haut niveau, ce cumul est insupportable et intenable.

Flo n’aime pas les jeunes

Je n’aimerai pas inventer des choses. Tout le monde qui suit au moins le football congolais sait qu’il y a un management mou à la FECOFA. C’est une organisation rempli de tonnes de personnes qui servent à rien. Le football de jeunes est tué à petit feu par la même fédé. A défaut de s’exprimer dans les U17, U20, U23 où l’amateurisme se mue en roi, nos pépites sont souvent passées à la trappe. Florent Ibenge les a souvent rangées dans la partie la plus sombre de sa mémoire. Zola, Kayembe, Muzungu, Malango, Muleka , ils sont déjà à combien de sélection chez les A ?

Cédric Bakambu, un des cadres de cette sélection a réagi juste aprçs la démission du sélectionneur pour dire « qu’il y avait un avant et il y aura un après Ibenge ». Mais si on relativise, le départ de Florent Ibenge arrange tout pour le décollage attendu de cette équipe nationale ? D’autres démissions sont surtout aujourd’hui obligatoires pour le football congolais en commençant par monsieur Omari n’est-ce pas ?

Chronique de BM


rdc-basket-team.jpg

La RédactionLa Rédaction31 décembre 20171min0

Alors que la flamme d’espoir des congolais d’aller à la Coupe du Monde de football  Russie 2018 venait de s’éteindre le 5 septembre 2017,  les yeux de congolais se sont tournés vers l’équipe nationale de basket qui s’est qualifiée pour l’Afrobasket masculin (compétition continentale de Basket) 2017 après 10 ans d’absence.

Après une entrée avec une défaite contre le Mali le 8 septembre, les léopards se sont relevés de la plus belle manière en battant les éléphants de la Cote d’Ivoire 81-60 en match de la 2e journée du groupe A.

Face au Nigeria, grand favori du tournoi et tenant du titre, la RDC surprend et s’impose sur le score de 83-77. Une victoire historique  qui restera longtemps gravée dans la mémoire des amoureux de la balle au panier.

La joie des congolais s’achève en quarts de finale. Les léopards se sont inclinés devant les aigles de Carthage de la Tunisie.


MAZEMBE1.jpg

La RédactionLa Rédaction31 décembre 20175min0

L’équipe nationale séniore devait disputer la CAN 2017. Elle était également engagée dans les éliminatoires du mondial Russie 2018. Celle des Léopards locaux pouvait se faire une place au CHAN 2018. L’As V-club et le TP Mazembe avaient la possibilité d’offrir une finale 2017 de la ligue des champions 100% congolaise. Le FC Renaissance et Sanga Balende croyaient peut-être se hisser en finale de la coupe de confédération. La moisson s’annonçait abondante pour le football congolais. Mais hélas ! Que des ratés !

Dès janvier 2017, le sélectionneur national Florent Ibenge se présente au Gabon avec un effectif qui a l’étoffe de champion. Il en donne la preuve lors de son premier match face à un des favoris de la poule B, le Maroc d’Hervé Renard qu’il bat 1-0. Le champion en titre, la Côte-d’Ivoire ralentit l’ascension congolaise avec un nul de 2 buts partout. Les togolais conduits par Claude Le Roy ne font pas le poids face aux Léopards de la RDC qui les dominent 3-1 en dernière journée delà phase des pools.

Premier du groupe B avec 7 points, devant le Maroc qui en compte 6, les Léopards tombent sur les Black Stars du Ghana des frères Ayew qui vont régler l’affaire en famille en quarts de final : 62e minute, le petit frère Jordan Ayew ouvre la marque pour le Ghana. 67e minute, Paul José Mpoku égalise pour la RDC. 75e minute, le grand frère André Ayew arrête l’aventure congolaise au Gabon. Florent Ibenge perd son premier pari de donner une Coupe d’Afrique des nations à la RDC. Mais il en reste un deuxième.

A cet instant, l’équipe congolaise vient d’infliger un 4-1 à Libye et un 2-1 à la Guinée. Grâce à la puissance de son attaque, la RDC est devant la Tunisie qui compte aussi 6 points. Les deux confrontations en allée retour entre ces deux poids lourds tournent en faveur de la Tunisie. Elle emporte le match allée à Tunis 2-1 et arrache un nul 2-2 au stade des Martyrs. La RDC perd le match et n’a plus son destin en main. Les Léopards finissent deuxième avec 10 points derrière les aigles du Carthage qui se qualifient avec 11 points. Bien avant cette élimination, les Léopards locaux sont tombés face à l’équipe congolaise en tenant les diables rouges en échec 0 buts partout à Brazzaville et concédant par la suite un nul 1-1 à Kinshasa.

En coupe de la Confédération de la CAF, le Fc Renaissance franchit le tour préliminaire face a Akanda du Gabon avant de quitter la compétition en 16e de final contre Mouloudia Club d’Alger. Sa Majesté Sanga Balende se fait éliminer au même niveaux de compétition après sa victoire à domicile (1-0), et sa défaite sur le même score au Soudan face à Al Hilal Obeid, avant de perdre aux tirs au but (3-5).

L’As V-club a réussi à intégrer les quarts de finale dans un groupe composé de Mamelodi Sandanws, Espérance de Tunis et Saint Georges. Avec 3 défaites, deux matchs nuls et une seule victoire, V-club est éliminé en quarts de finale de la ligue des champions de la CAF. Le Tout Puissant Mazembe se réjouira longtemps sans doute  de son élimination en Champions ligue. Renversé Coupe de confédération, le club lushoi gravit toutes les marches jusqu’à atteindre le summum de la compétition en remportant pour la deuxième fois consécutive. C’est le seul trophée international enregistré en 2017 en RDC.


images-131-1024x682.jpg

La RédactionLa Rédaction22 décembre 20171min0

Après son élection, le nouveau gouverneur du Kasaï Denis Kambayi a étalé son programme qui va le guider dans son mandat à la tête de la province du Kasaï central. C’est un programme qui tourne autour de 7 axes principaux :

« La sécurité, l’autosuffisance alimentaire, l’eau et l’électricité, le désenclavement du Kasaï central, l’environnement de la ville de Kananga et des territoires, la sécurisation des personnes et de leurs biens, » a-t-il révélé. Dans sa peau de sportif, l’ancien ministre de sport et loisir Denis Kambayi a promis également de relancer « la politique sportive et encadrement de la jeunesse, » durant son règne.

Le football de cette province du pays peine  à rayonner tant sur le plan national qu’international. Le dernier titre national remporté par un club du Kasaï date de 2011. L’Us Tshikunku sacré  champion du Congo a affronté le club de la Swaziland Royal Leopards qui a débarqué le club congolais dès le premier tour de la compétition par un score de 2-1, après un nul vierge arraché par l’Us Tshinkunku à l’extérieur.


WEB-LUPOPO.jpg

La RédactionLa Rédaction24 septembre 20171min0

La Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA) a levé ce samedi 23 septembre la mesure d’interdiction de la participation à la Coupe du Congo qui frappait le FC Saint et Eloi Lupopo.

La décision est prise au cours de la séance extraordinaire du comité exécutif de l’institution directrice du football congolais.

Pour rappel, la FECOFA avait annoncé que les cheminots lushois et quelques cadres du club ne devraient pas participer à la coupe du Congo qu’après 5 ans. C’était suite aux incidents malheureux intervenus au stade Joseph Kabila Kabange de Kindu lors de la finale de la dernière Édition de la dite compétition.


WEB-MAZEMBE.jpg

La RédactionLa Rédaction24 septembre 20171min0

Le Tout Puissant Mazembe s’est qualifié ce dimanche 24 septembre à Lubumbashi pour la prochaine demi-finale de la coupe de la confédération de la CAF.

Ils se sont imposés largement et sans pression devant les soudanais d’Al Hilal El Obied sur le score de 5 buts à 0. La rencontre s’est jouée dans le cadre de la phase retour des quarts de finale.

Les protégés de Pamphile Mihayo Kazembe affronteront le club marocain de Fus Rabat en demi-finale de cette compétition.

Pour rappel, il y a une semaine les corbeaux lushois avaient dominé Al Hilal El Obied au Soudan par score de 2 buts à 1.


KKKKK-1024x512.jpg

La RédactionLa Rédaction14 septembre 20171min0

Les léopards de la République démocratique du Congo croisent ce jeudi 14 septembre à 18 heures, les aigles de Carthage de la Tunisie. Match comptant pour les quarts de finale du Championnat d’Afrique des nations masculin de basket-ball (Afrobasket 2017).

Ayant fini deuxième du groupe A, avec deux victoires, dont celle face au Nigéria, champion en titre, Les congolais vont défier l’équipe tunisienne qui joue devant son public à Radès à Tunis.

A cet effet le Coach de l’équipe nationale congolaise de basket-ball Papy Kembe sollicite le soutient de tout le peuple Congo. « Nous croyons en nous, nous croyons en la RDC, nous croyons dans notre Basket. Nous allons tout faire pour hausser le niveau de ce basket », a-t-il déclaré.

Ce sera la première fois que la République démocratique du Congo et la Tunisie seront opposées au FIBA AfroBasket. Les vainqueurs accéderont aux demi-finales et conserveront leurs chances de remporter le titre continental.


basket.jpg

Avatar7 septembre 20174min0

C’est haut la main que les jeunes de Bc Favelas ont remporté, le samedi 2 septembre dernier, le tournoi de basket-ball organisé depuis le 6 août dernier au terrain de Salongo Centre, dans la commune de Lemba. Talentueux, ces athlètes du camp des officiers de Salongo se sont imposé sur le score de 40 à 27 face à leurs adversaires de Bc Biso na biso de Lemba Terminus.

Pour arracher cette victoire, les jeunes de Favelas n’ont pas eu la tâche facile. Ils ont dû batailler dur pour arriver à bout de leurs concurrents, triés parmi les 18 équipes qui se sont enregistrées à cette compétition consacrée aux vacanciers. Selon Jean Tutu Muhammad Lumpungu, le président du comité organisateur de ce tournoi, la compétition était ouverte aux jeunes du district de Mont-Amba.

“Au départ, nous prévoyions à peine 16 équipes. Nous nous attendions à recevoir des compétiteurs venant des communes de différents quartiers de Lemba (Salongo, Righini, Plateau des professeurs, Lemba Terminus, Lemba Super…), de Limete, de Matete… ”, nous confie Jean Tutu. Mais au finish, on s’est retrouvé avec 18 équipes au total, commente à ce propos un jeune de Salongo.

300 dollars en jeu

‘‘Tous les dimanches, le comité organisateur du tournoi prévoyaient des matchs amicaux entre basketteurs vétérans, et des rencontres entre les équipes des jeunes compétiteurs, âgés de 18 à 28 ans. Mais, les compétiteurs avaient, eux, à livrer des matchs tous les jours, à partir de 15h00, à raison de deux rencontres par jour’’, nous explique Jean Tutu.

“Prévu jusqu’au 2 septembre, le tournoi avait comme enjeu une cagnotte de 200 $ pour l’équipe championne et de 100$ pour les vice-champions. Des sommes mobilisées parM. Pierre Ngandu,  le ministre provincial du Kasaï, qui a longtemps résidé au quartier Salongo”, nous souffle un membre du comité organisateur, fier de voir attribué le premier prix au Bc Favelas de Salongo Sud et le deuxième prix aux brillants athlètes de Biso na biso, déjà actifs au championnat local de basket-ball.      

Une compétition juste avec un seul anneau

“Initiative du Collectif Salongo, une association sans but lucratif constituée des résidents des quartiers Salongo de Lemba, ce tournoi n’est pas le premier du genre. Nous avions pris l’habitude de l’organiser chaque année lors de grandes vacances pour canaliser utilement les énergies de nos jeunes, afin qu’ils ne puissent céder aux dérapages”, nous fait remarquer Jean Tutu.    

Très animée, cette compétition drainait du monde tous les après-midi au terrain des playgrounders de Salongo centre. Au rendez-vous, une société brassicole de la place a accepté d’appuyer les organisateurs, en leur accordant des chaises en plastique, de la boisson et de la musique, sous l’impulsion d’un disc jockey (DJ). Mais, contrairement au terrain de basket traditionnel, les compétiteurs n’avaient qu’à se contenter que d’un seul anneau. Un univers que ne peuvent comprendre que les playgrounders !