Changement climatique : La Commission Mondiale sur l’Adaptation appelle les dirigeants mondiaux à investir dans les mesures de résilience

12 septembre 20194min
Partager avec :

Dans son rapport intitulé « Adaptez maintenant »,  la Commission Mondiale sur l’Adaptation au Climat (CMAC) a appelé ce mardi 10 septembre, les dirigeants mondiaux à investir dans les mesures d’adaptation au changement climat.

« Les changements climatiques ne respectent pas les frontières , c’est un problèmes international qui ne peut être résolu que par la coopération et la collaboration , au delà des frontières et dans le monde entier . Il devient de plus en plus évident que, dans de nombreuses régions du monde, notre climat a déjà changé et nous devons nous adapter à celui-ci « .A déclaré Ban Ki-Moon , huitième Secrétaire Général de l’ONU et président de la Commission Mondiale sur l’adaptation.
Invoquant de toute urgence divers impératifs, notamment le taux de rendement élevé de ces investissements qui rendent les pays résilient, la recherche a révélé qu’investir 1,8 billion de dollars dans le monde en cinq ans entre 2020 et 2030 pourrait générer des avantages nets de 7,1 billions de dollars.
Ce rapport cite trois raisons importantes pour lesquelles le monde doit se préparer à s’adapter au changement climatique. « Sans adaptation, le changement climatique pourrait freiner la croissance des rendements agricoles, le nombre de personnes qui risquent de manquer d’eau , au moins un mois par an, passera de 3.6 milliards à plus de 5 milliards d’ici 2050 et la montée des eaux pourrait contraindre des centaines de millions de personnes des villes côtières à quitter leur domicile, avec un coût total de plus de 1 billion de dollars par an d’ici 2050 ».
Notons aussi que selon les estimations dudit rapport, les changements climatiques pourraient également pousser plus de 100millions de personnes dans les pays en développement sous le seuil de pauvreté d’ici 2030.
Ce rapport indique de ce fait, des systèmes d’alertes précoce, des infrastructures pouvant résister à la montée du niveau de la mer et aux conditions météorologiques extrêmes, tout en encourageant l’agriculture à faire face aux sécheresses, en renforçant la rareté des ressources en eau et tout en améliorant les forêts de mangrove, la protection essentielle des virages vulnérables des pays en développement constituera la plus importante des stratégies d’adaptation.

« Le moment est venu de s’adapter et de protéger ce que nous avons. La restauration des terres dégradées aidera les moyens de subsistance et l’économie. C’est une bonne adaptation et un moyen d’atténuation à long terme ». A déclaré , Nicholas Stern, économiste spécialiste du climat lors du lancement dudit rapport.

Ce rapport poursuit que l’utilisation efficace de l’eau sera vitale pour la croissance économiques face au changement climatique, car si l’eau n’est pas gérée, les PIB de l’Inde , de la Chine et de l’Asie central seraient réduits de 7 à 12% et une grande partie de l’Afrique serait réduite d’environ 6% d’ici 2050.

« Les pays qui font de la gestion de l’eau une priorité nationale, soutenue par des changements majeurs dans la gouvernance et des investissements, sont plus susceptibles de s’adapter et de prospérer , ceux qui ne le feront pas connaitront de sérieux défis « . Indique le rapport.

Don Du Ciel TOLENGA

Don Du Ciel TOLENGA


Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Partager avec :