La toute récente élection du successeur de Mgr Marini Bodho ne se serait pas passée de manière orthodoxe. En témoignent deux correspondances coupe-gorges adressées au ministre d’Etat en charge de la Justice, au lendemain du scrutin ayant porté le pasteur Bokundoa à la tête de l’Eglise du Christ au Congo. Révélations.

De mauvais esprits se seraient-ils introduits par effraction dans le saint des saints de l’ECC le jour du scrutin ? La tentation de répondre à cette interrogation par l’affirmative est grande. Car, des sources croisées font état de la présence de deux lettres sur la table du ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des sceaux. L’une et l’autre correspondance portent sur les irrégularités ayant entaché l’élection du Président de l’ECC. En l’occurrence, la 45ème CEP comme la CCCA dénoncent, chacune de leur côté, la participation des personnes sans qualité au scrutin ayant sanctionné l’avènement du pasteur André Bokundoa à la tête de l’ECC.

Si ces accusations s’avéreraient fondées, l’élection du nouveau patron des églises protestantes et réformées s’en trouverait invalidée. Ce n’est pas tout.
Une autre source fait état de l’absence , lors de l’élection, d’un délégué du ministère de la Justice. Au cas où cette observation serait vraie, cela énerverait les dispositions légales en vigueur concernant les ASBL confessionnelles. Comme quoi, les débuts de l’ère Bokundoa ne s’annoncent pas sous des meilleurs auspices. Aux sociétaires de l’ECC de lier cette « tentation du diable » et de la jeter dans des lieux arides.


Pour rappel, le samedi 19 août 2017, le synode électif national de l’ECC a organisé l’élection. Il était question de voter pour élire le successeur à Monseigneur Marini Bodho. Face à Monseigneur Milenge Mwenelweta, avec ses 57 % des voix, le pasteur André Bokundoa-Bo-Likabe a été élu donc pour présider aux destinées de l’Eglise du Christ au Congo.

3ème président de l’ECC, André Bokundoa assumait jusqu’à son élection, la fonction de secrétaire général et représentant légal à la Communauté Baptiste du Fleuve Congo (CBFC).

Professeur des universités, le nouveau président de l’ECC est appelé à diriger la plus grande église unie du monde, avant l’Eglise évangélique d’Allemagne (EKD). Cette union comprend 62 communautés des réformées protestantes et évangéliques. 
On y trouve des églises luthériennes, des réformées anglicanes, mennonites, presbytériennes, méthodistes, baptistes et pentecôtistes… Non seulement ces communautés ont chacune leurs statuts et leurs rites, certaines pratiques les divisent … La plus grande difficulté cependant, c’est de continuer à gérer certains regroupements qui prennent de plus en plus l’option de quitter la grande ECC. Comme l’a fait l’Armée du salut. Et, ces deux lettres des deux communautés différentes, la 45ème CEP et la CCCA, soulignent le malaise qui couve dans la communauté protestante.

LE PASSE D’UN PASTEUR
Originaire de la Province de la Mongala, le pasteur André Bokundoa-Bo-Likabe a fait ses études secondaires en option biologie chimie de la section scientifique. Il a embrassé les études universitaires en théologie à Kinshasa à l’Université protestante au Congo (UPC). Sa licence, il l’obtient avec la mention distinction.
Il poursuit sa formation en théologie à l’Ecole biblique et archéologique de Jérusalem (Israël). C’est après qu’il est allé à l’Université de Sheffield en Grande Bretagne où il a été reçu docteur en théologie avec comme spécialité la théologie de l’Ancien testament.
Depuis 2014, il est professeur ordinaire à la faculté de théologie de l’UPC et chef de département de l’Ancien Testament à la Faculté de Théologie à l’UPC.
Marié et père de six enfants, le pasteur Bokundoa appartient à la Communauté Baptiste du Fleuve Congo CBFC). Sa consécration à la vie pastorale au sein de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) date du 23 décembre 1990 à Kinshasa. Pasteur titulaire de l’Eglise locale de la CBFC de la commune de la Gombe à Kinshasa. Il le sera jusqu’à son élection à la tête de l’ECC.
En 2005, il est nommé président continental de la Fraternité baptiste de toute l’Afrique (FBTA), une organisation regroupant des commissions spécialisées telles que commissions Doctrines et héritages Baptistes, commissions Formation théologique et commission éthique chrétienne.
A son actif, plusieurs réalisations dont l’assistance aux victimes des inondations à Kinshasa et à Kisantu (Kongo-central) ainsi que l’assistance aux victimes des tempêtes à Yumbi dans l’ex Bandundu.
Troisième président après le pasteur Jean Bokeleale et Monseigneur Marini Bodo, André Bokundoa-Bo-Likabe ouvre une nouvelle ère dans l’église réformée, protestante et évangélique.

KT/FDA

LEAVE A REPLY