BREAKING NEWS

Katumbi sur l’incendie de Bukavu : « au lieu de s’occuper de la population, on s’occupe de Moïse Katumbi »

22 août 20184min0

Après son come-back manqué, le président d’Ensemble pour le changement séjourne à Bruxelles où il a donné sa première conférence de presse depuis les événements de Kasumbalesa au début du mois d’août. Pour commencer, une pensée pieuse aux victimes de l’incendie qui a ravagé plusieurs maisons dans la ville de Bukavu, au Sud-Kivu.

« J’exprime ma compassion à nos frères et soeurs de Bukavu. Ce qui est arrivé à Bukavu démontre déjà qu’on a un gouvernement irresponsable. S’il n’y a même pas des camions anti-incendie dans la ville de Bukavu, c’est vraiment très triste. Au lieu de s’occupe de la population, on est en train de s’occuper de Moïse Katumbi. Nous n’allons pas laisser nos frères et sœurs comme-ça. Nous allons envoyer une délégation de notre regroupement politique sur place », a promis le président d’Ensemble pour le changement.

Pour aborder la politique, la  » victime du régime de Joseph Kabila » s’est placée sur l’offensif, envoyant constamment des flèches dans le camp adverse. « Je suis très heureux parce qu’aujourd’hui le troisième faux penalty n’a pas été marqué. J’ai parlé de ça le 23 décembre 2014 à Lubumbashi et j’étais encore gouverneur. Aujourd’hui, M. Kabila a choisi son Dauphin. Pour moi c’est une grande joie parce qu’il n’a pas pu marquer le troisième faux pénalty », a déclaré Moïse Katumbi.

Comment alors être joyeux, dès lors qu’on est écarté des élections pour lesquelles on a rompu ses relations avec le présidents Joseph Kabila, au prix de l’exile et d’interminables procès ? « Moïse Katumbi est très tranquille. Celui qui passe des moments difficiles, c’est le FCC, c’est M. Kabila, parce qu’ils n’ont pas pu marquer de troisième faux pénalty. Je suis très fort pour le moment et je veux me battre jusqu’à la fin », a rassuré un Moïse Katumbi sourire aux lèvres.

Se battre, contre des affaires judiciaires en chaîne qui enchaînent sa carrière politique au quotidien. Et Moïse Katumbi n’est pas prêt à s’agenouiller :  » Le président Kengo a bien souligné (au cours de son interview accordée à RFI) que c’étaient des procès politiques. Je demanderai à Monsieur Kabila, parce que ce sont ses propres procès, de les abandonner. Moïse Katumbi n’a pas besoin d’être amnistié parce que je n’ai rien fait. Le rapport des évêques sur ces procès lors du dialogue de la Saint-Sylvestre a démontré que c’étaient des mascarades. Moïse Katumbi n’a rien fait ».

Lire aussi : Les victimes de l’incendie à Bukavu appellent aux besoins humanitaires urgents

19,943 total views, 1 views today

Facebook Comments
Jeannot Sheji

Jeannot Sheji

Journaliste politique et sportif


19,944 total views, 2 views today

Facebook Comments