Kinshasa : les policiers « Udjana », maltraitent, pillent, volent… dans la commune de Kalamu

21 janvier 2020
Partager avec :

Les troupes des policiers déployées la nuit dans les rues congolaises, surnommés « udjana », dérangent la population de la ville de Kinshasa pendant leur patrouille. Dans une mini enquête faite à Kinshasa, le lundi 20 janvier, au rond-point victoire, situé dans le plein cœur de la commune de Kalumu, plusieurs résidents de ce périmètre ont indiqué à la rédaction de Kinshasatimes, que ces troupes des policiers se transforment en malfaiteurs la nuit au cours de leur patrouille.

Ces « Ujana » qui opèrent dans les rues de la ville pendant la nuit, décrient du type sans remords, patrouillant en file indienne, armée, malveillants et surtout doués d’incompréhension, saisissent tout ce qui se pointe sur leur chemin.

A en croire quelques usages nocturnes de cette partie de Kalamu et les résidents du coin traînant à des heures tardives, ces policiers profitent de leur service de patrouille sensé initialement avoir pour mission la protection des individus et leurs biens, d’une part, mais également les personnes en danger face au banditisme des jeunes appelés communément Kulana, en une occasion de rançonner l’argent et quelques biens des valeurs des nobles citoyens.

« La police de nuit est sensée avoir pour seule mission, la protection des personnes et des leurs biens, surtout face au phénomène kuluna. Mais les Udjana, ne protègent personne. S’ils tombent sur vous, vous perdez tout », déplore un vendeur du coin et résident du quartier.

Accusés d’agresseurs, ils orchestrent des lourds propos pour accuser leurs victimes dès qu’ils les saisissent en vue de les empêcher de s’expliquer. Ils utilisent souvent cette phrase : « C’est vous qui complotez contre le chez de l’Etat, C’est vous qui tuer les gens dans ce pays… », renseigne un habitant de Kalamu.

Après avoir arrêté un passant, ils exigent trois ou deux casiers de bière pour obtenir la relaxation. Ils emploient des fois les fouets pour menacer la victime à se conformer à leurs règles.

Les habitants du coin déplorent ces actes et font appellent au commissaire général provincial de Kinshasa, Sylvano kasongo, à une rénovation et perfectionnement des ses agents de terrain.

« Nous sommes désolés, mais il faudrait vraiment une réforme de mentalité pour changer ce fléau qui nous mettent en danger alors qu’on devrait se sentir en sécurité à côté de ces gens-là », s’exclame un usagé de la commune de Kalamu.

Et d’ajouter : « Le général Kasongo doit obligatoirement changer son équipe de terrain ».

Rappelons que ces policiers sont appelés « Udjana » (jeunes en Swahili) car la plupart parmi eux sont de nouveaux recrus et jeunes en terme d’âge.

Richard Makobo Musafiri

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Partager avec :

A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter