BREAKING NEWS

Noel Tshiani sur le programme de Katumbi : «si quelqu’un emprunte mes idées il doit indiquer la référence»

14 mars 20188min1

Dans un entretien exclusif accordé à KINSHASATIMES.CD, le candidat à la future élection présidentielle en République démocratique du Congo, Noel Tshiani est revenu sur les échos d’un éventuel plagiat par l’opposant Moise Katumbi de son ouvrage-programme sur la RDC, La force du changement  publié en 2O16. Il exige que lumière soit faite à ce sujet, demandant d’entrer en possession du texte de l’ancien gouverneur du Katanga, avant sa vulgarisation, pour “vérification”. L’économiste craint à l’en croire un plagiât de sa vision de développement de la RDC. Il dresse par ailleurs le profil selon lui du candidat idéal à la prochaine présidentielle congolaise.

LIRE AUSSI : Noël Tshiani : « Le plan Marshall, un plan fait par un Congolais, pour les Congolais et pour développer la RDC »

Pourquoi mener une telle démarche sachant qu’au vu de l’état actuel de la RDC, nul ne doute que plusieurs programmes allant dans le sens du changement pourraient converger  

J’ai des indications claires qu’il y a eu plagiat. Mais avant d’aller trop loin, je demande simplement la vérification de ce soupçon. Si l’allégation s’avère correcte, l’opinion publique devra en être informée et on déterminera au moment approprié ce qu’il faut faire dans l’intérêt de la République Démocratique du Congo et de son peuple.

Vous parlez clairement de « plagiat », quel entendement avez-vous de cet acte ?

Le plagiat est un état d’esprit qui reflète un manque d’intégrité ou d’honnêteté intellectuelle. J’ai publié ma vision de développement de la RDC depuis 2016 dans un livre intitulé “La Force du Changement”. Le livre est couvert de copyright. Si quelqu’un y emprunte des idées, il doit indiquer la référence pour que tout le monde sache d’où vient cette idée.

Les partis politiques se préparent les élections futures élections. Vous êtes candidat à la présidence, vous êtes un homme seul?

Je ne suis membre d’aucun parti politique. Les partis politiques en RDC ont une  histoire derrière eux. Il y en a plusieurs qui sont animés par des individus responsables de la situation catastrophique que connaît le pays aujourd’hui. Les congolais doivent être lucides pour savoir qui a fait quoi dans le passé et sa part de responsabilité dans la décadence du pays. Si on prend les mêmes et on recommence, ce que nous n’avons rien compris. Il faut que le peuple congolais ne se laisse pas tromper par des slogans creux et ne se laisse pas acheter avec de l’argent volé.

Que voulez vous dire par là 

Par là je veux dire que si quelqu’un et un groupe de personnes étaient parmi les prédateurs hier, ils ne seront pas des agents du changement demain. Les prédateurs continueront à être des prédateurs et ne mèneront pas le genre de changement que nous voulons pour notre pays. Que ces gens soient dans la majorité ou dans l’opposition, ils continueront à être des prédateurs qu’il faut tenir responsables de la situation catastrophique actuelle du pays.

Qui selon vous sont ces «agents du changement» de demain ?

Le véritable changement viendra avec des hommes nouveaux qui n’ont jamais trempé dans la corruption, la prédation des ressources naturelles, les détournements des fonds publics et dans la mauvaise gouvernance du passé. Il est difficile de trouver ce genre d’hommes nouveaux dans les partis politiques qui sont entrain de s’attrouper pour continuer leur boulot de défendre des intérêts privés au détriment du bien public.

Comment jugez-vous l’opportunité de présenter un  candidat unique de l’opposition lors de la prochaine présidentielle ?

Je pense que l’opposition doit s’unir pour présenter un candidat unique qui rassemble. Le choix de ce candidat unique doit tenir compte d’un certain nombre des critères afin que nous puissions maximiser les chances de succès. Il faut qu’on se mette à l’esprit qu’il s’agit de choisir un futur Président de la République. Ce dernier devrait avoir à mon avis un niveau d’études adéquates ; une expérience professionnelle solide de gestion dans une institution nationale ou internationale ; un projet de société qu’il peut défendre ; être de moralité irréprochable ; N’avoir jamais été au service de la Majorité présidentielle dont la gouvernance est décriée aujourd’hui ; être Congolais d’origine et cent pour cent loyal à la RDC ; constant dans ses convictions ; rassembleur et non conflictuel ; avoir un réseau de contacts dans le pays et à l’étranger pouvant être utiles au développement de la RDC…

Un profil taillé sur mesure…

Nous devons être rigoureux dans le choix de futurs dirigeants pour éviter la catastrophe  qui nous est arrivée en tant que pays. Sortir de la situation actuelle exige un dépassement de soi pour que nous ayons le meilleur leadership possible pour rassembler tous les congolais afin de remettre ce pays au travail et de cesser d’être la risée du monde.

Les avancées du processus électoral démontrent qu’il y aura  élections cette année. Comment présagez-vous ce moment ?

Les élections à venir vont être l’occasion de remettre le pays sur la voie de la paix, de la réconciliation nationale et du développement économique et social durable et partagé. Elles seront le moment de voter un Président de la République qui représente tous les congolais et symbolise le pays.  87 millions de congolais et congolaises que nous sommes, nous nous devons de faire preuve de dépassement pour choisir la meilleure personne possible pour gérer le pays sans vengeance et tribalisme, mais avec méritocratie pour bâtir un pays stable, qui crée des opportunités pour tout le monde sans exception et sans exclusion. Ressaisissons-nous pour remettre le pays sur la voie de la stabilité, de la paix et du développement.

2,142 total views, 3 views today

Facebook Comments
Patrick Mbala

Patrick Mbala

Rédacteur en chef


2,143 total views, 4 views today

Facebook Comments