RDC-24 janvier : Une année après l’alternance pacifique au sommet de l’Etat, plusieurs Kinois déplorent le social

24 janvier 2020
Partager avec :

Un a passé depuis l’accesion à la magistrature suprême de Félix Tshisekedi. A Kinshasa, la question du social continue à inquiéter la population. Dans un baladeur réalisé ce vendredi 24 janvier par Kinshasatimes, la population kinoise se déchaîne.

Les commerçants déplorent la hausse du taux de dollars, la hausse des prix, le manque de circulation d’argent…

« Aveuglement, on ne sentirait pas la différence comparativement à l’ancien régime, sous Kabila », s’est exclamé un commerçant.

Pour ce groupe des commerçants, ce qui importe d’abord, c’est l’impact du changement social qui devait être célébrer en ce jour d’alternance. Un changement social qu’ils souhaiteraient être « ressenti et reconnu », par tous les congolais.

« Nous devrions célébré le changement social aujourd’hui. Un changement ressenti et reconnu par tous les congolais. Si le taux du marché n’est pas revu à la baisse, le social des congolais serait une histoire à dormir debout », à indiquer un commerçant du centre ville.

Du côté des étudiants, ils jugent non contribuable cette première année du président de la république relativement à son apport sur le phénomène de majoration des frais académiques dans différents établissements publics, notamment l’Université de Kinshasa (UNIKIN), et l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication (IFASIC).

« Il y a des tueries, des dégâts, des blessés, des tensions continuent chez les étudiants au sujet de cette majoration des frais académiques dans certains établissements publics etc… En somme, nous n’avons pas senti l’implication du chef de l’Etat sur ce sujet », se plaint Merveille Moteyi étudiante à l’IFASIC.

« Comment allons-nous juger son bilan d’après-vous ? Est-ce qu’à l’UNIKIN, les étudiants suivent les cours ? Nous sommes très déçus, l’enseignement est par terre, les portent sont fermées, pas d’activité, les parents regrettent du comportement de notre gouvernement, incapable de résoudre un problème dans un court délai, il le voit tout ça, mais il fait quoi ? Vous voulez un bilan avec tout ça ? », s’interroge Bweta junior, étudiant à l’UNIKIN.

Certains Kinois estiment que la coalition FCC-CACH serait à la base du bilan « mitigieux » de Félix Tshisekedi, une année après à la magistrature suprême.

« Que Le chef de l’Etat n’espère pas d’un bilan louable maintenant et dans des années avenirs tant que cette fusion dont plusieurs traînent, infernale sera à l’heure. C’est une réalité qui continuera à étouffer le développement de la RDC », déclaré une trentaine révolu.

« 80% des gens qui nous gouvernent sont ceux qui ont travaillé avec Kabila. Il y a une réalité au fond, tant qu’il y a toujours ces gens là, que Félix oublie un bilan louable aujourd’hui et dans des années avenirs », ajoute Carolle mbombo, agent de l’Etat.

Pour rappel, le 24 janvier symbolise la première alternance pacifique au sommet de l’Etat qu’a connu la RDC, entre un président de la république entrant et un autre sortant.

Richard Makobo Musafiri

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Partager avec :

A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter