e48f6ee9-9330-4681-8c76-f006683815c9-578-0000003f0ed81d0e.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri5 février 20202min0

Le général Fall Sikabwe, commandant de la 3ème zone de défense a renseigné le mardi 4 février 2020, que les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) vont mettre en place une tactique vigoureuse des combats contre les rebelles d’Allied Democratic Force (ADF) afin de lutter contre les massacres qui caractérisent la province du Nord-Kivu.

Nous sommes en train de rencontrer un succès progressif. Mais sur le plan de la protection des personnes civiles, nous avons connu certains lacunes qui nous a fait très mal. Dans la partie Ouest sur l’axe Mbau-Eringeti, nous avons enregistré quelques cas des civils tués. Et ça, ça fait très mal… Et on ne peut pas rester indifférents, c’est pourquoi nous allons planifier des opérations des grandes envergures pour limiter ces atrocités », a déclaré Fall Sikabwe.

Le commandant de la 3ème zone de défense à Beni, affirme par ailleurs que l’ennemi planifie une guerre asymétrie orientée vers les civils, par conséquent, ils sont dans l’obligation de changer la manœuvre enfin de stopper ces navettes sanglantes et de protéger efficacement la population civile. 

Il en appelle cependant, les victimes des atrocités des ADF à faire preuve de confiance à l’armée congolaise qui s’active davantage pour intensifier les opérations militaires visant de contrecarrer les manigances des rebelles et de garantir au maximum la protection des habitants de Beni.

Le dernier bilan des sources locales rapporte qu’aumoins 36 civils ont été tués à l’arme blanche la semaine dernière dans le territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu. avait déclaré l’administrateur du territoire de Beni, Donat Kibwana, à un correspondant de l’AFP.


images-2.jpeg

La RédactionLa Rédaction3 février 20201min0

Six personnes ont été tuées la journée du dimanche 02 février 2020, lors d’une nouvelle incursion des groupes rebelles ADF en territoire de mambasa dans la province de l’ituri.

Selon Kasereka simamwanda, membre de la société civile en territoire de mabamsa, un homme rescapé de cette attaque a affirmé que sa femme et ses trois enfants ont été massacrés devant ses yeux.

<< C’est à 10h que nous avons reçu un rescapé en provenance de ce coin. Il a témoigné que sa femme et ses trois enfants ont été massacrés en sa présence>>, renseigne Kasereka Simamwanda.

Il affirme que jusqu’à l’heure, la situation reste compliquée par crainte des attaques redoublées, et les crépitements des balles ne cessent de retentir aux périphéries de leur chefferie qui est sous menace.

Par ailleurs, la société civile renseigne que la population craint d’être pris en assaut par ces malfaiteurs et appelle le gouvernement à mettre fin à ces atrocités qui prennent un sens d’un jeu des navettes.

Richard Makobo Musafiri


affrontement.jpg

Aimé ZonveniAimé Zonveni20 août 20191min0

L’insécurité à l’Est du pays demeure une situation non maîtrisable, des actes macabres y sont posés du jour le jour. A Beni, les miliciens présumés ADF ont perpétré une nouvelle attaque la nuit du 18 au 19 août.

Le bilan fait état de deux morts et quatre blessés tous habitants de Mbau- Malehe.

Face à cette situation, la population en colère a embrassé la rue ce lundi 19 août pour exiger aux autorités compétentes la pacification de cette zone.

Cette manifestation coïncide avec celle tenue la même date par le mouvement des indignés et ressortissants du Nord et Sud-Kivu, devant le palais de la nation à Kinshasa afin de « solliciter l’implication personnelle du chef de l’État en tant que commandant suprême de l’armée dans la stabilisation de la situation sécuritaire de la partie Est du pays »
Depuis plusieurs années, les miliciens ne cessent de massacrer l’Est de la RDC, les populations sont en effet victimes des viols, vols, meurtres , enlèvements.


FB_IMG_1565764966998.jpg

Aimé ZonveniAimé Zonveni16 août 20192min0

Après une nouvelle série de violences du groupe armé présumé ADF dans la ville de Béni, les ressortissants de ce coin en colère exigent l’évaluation des activités du commandement Sokola 1 visant la traque des groupes armés au Nord-Kivu.

Dans une déclaration faite, ils exigent que la sécurité soit rétablie à Béni de façon urgente et durable.
Cependant ils appellent le chef de l’État à s’impliquer personnellement afin de stabiliser la situation sécuritaire qui prévaut dans cette zone.

« Que le chef de l’État tienne compte des propositions déjà émises pour endiguer les forces démocratiques alliés [ADF] et leurs fameux alliés ; Que les brebis galeuses au sein des forces armées tout comme des personnalités civiles soient sévèrement punies ; Que les enquêtes véritablement indépendantes soient menées pour dénicher et punir conformément à la loi les auteurs de massacres des civils innocents, enfin, Que les fameux termes de malédiction comme : triangle de la mort, la situation est sous contrôle, l’ennemi est en débandade, l’ennemi a malheureusement contourné nos positions, c’est du terrorisme, soient totalement abandonnés » ont-ils écrit.

Depuis plusieurs années la ville de Béni est victime de plusieurs massacres entre autres les viols, tueries, kidnapping, voles de biens de paisibles populations, incendie des écoles et autres bien commun.


kampala-05052016-army.jpg

La RédactionLa Rédaction22 décembre 20171min0

C’est par mesure «préventive» que l’armée régulière de l’Ouganda a lancé une offensive dans des camps des rebelles du groupe armé musulman ADF Nalu, à l’Est de la RDC, à en croire un communiqué publié ce vendredi 22 décembre.

Selon l’armée ougandaise, ces rebelles planifiaient des actions «hostiles» contre Kampala. Cette dernière a affirmé se baser sur des informations partagées avec les autorités congolaises.

Pour rappel, les rebelles ougandais du groupe ADF ont récemment été accusés d’être à la base de l’attaque du 8 décembre dernier, à proximité de Beni, et causé la mort d’une dizaine de casques bleus de l’Onu, de militaires de l’armée congolaise et plusieurs blessés.


monusco.jpg

La RédactionLa Rédaction12 décembre 20174min0

Les corps des 14 casques bleus Tanzaniens tombés le jeudi dernier dans une attaque des présumés rebelles ougandais ADF, près du pont Semuliki au Nord-Kivu ont été rapatriés le lundi 11 décembre 2017 en Tanzanie après la cérémonie d’hommage à Béni.

Un hommage a été rendu le lundi 11 décembre 2017 aux 14 casques bleus tombés le jeudi dernier lors d’une attaque des présumés ADF contre la base de la Monusco sur l’axe Mbau-Kamango.

La cérémonie s’est déroulée au quartier général onusien à Beni. Le représentant adjoint du secrétaire général des nations unies en charge des opérations, l’ambassadeur de la Tanzanie en RDC et le commandant de la troisième  zone de défense des Forces Armées de la République Démocratique du Congo y ont pris part.

Prenant la parole le général Léon Mushale commandant de la troisième zone de défense des FARDC a loué l’engagement des soldats onusiens tués dans la lutte contre les ADF,  en parlant d’un exemple à suivre  par les FARDC.

« Il n’y a pas un amour plus grand que celui de se sacrifier pour le bien-être des autres. Cet instant doit servir d’exemple exaltant à chaque soldat congolais. Cet acte louable sera inscrit dans l’histoire moderne de notre république. Vaillants combattants Tanzaniens et compagnons d’arme, nous n’oublierons jamais votre présence parmi nous et le travail que vous venez d’accomplir », a déclaré le général Léon Mushale.

L’ambassadeur de la Tanzanie a indiqué que la République unie de la Tanzanie reste engagée à travers la Monusco dans la lutte pour la neutralisation des rebelles ougandais des ADF actifs dans le territoire de Beni au Nord-Kivu.

«Nous allons poursuivre nos efforts même si nous avons perdu 14 de nos militaires, et pour cela le travail va se poursuivre normalement et la Tanzanie n’a jamais dit qu’elle se retire», a affirmé Paul Ignace Mella.

A l’issue des hommages rendus à ces soldats onusiens, David Gressly, a indiqué que la MONUSCO va aussi renforcer sa position à Semuliki. Le rapatriement des ces corps est intervenu après cette cérémonie.

Une autre cérémonie d’hommage est prévue le jeudi 14 décembre prochain à Goma. Le secrétaire général adjoint Jean-Pierre Lacroix aux opérations de maintien de la paix des nations unies y est attendu.

Jean-Pierre Lacroix va rencontrer au cours de sa visite les soldats blessés ainsi que le personnel de la Monusco pour le remercier de leur service et leur dévouement  au nom de la paix.

Il se rendra ensuite à Dar-es-Salam en Tanzanie le vendredi 15 décembre pour exprimer personnellement au peuple et au gouvernement tanzanien sa gratitude pour les sacrifices consentis par leurs hommes et femmes ainsi que pour leur contribution continue en faveur de la paix pendant les années en RDC.


8e5f062e9750688c028aaa3058da9ec4_XL-1024x575.jpg

La RédactionLa Rédaction27 octobre 20172min0

Les activités tournent au ralenti depuis la fin des affrontements entre les assaillants ADF et les FARDC, jeudi 26 octobre 2017 dans les quartiers Boyikend et Mayangose dans la commune de Ruwenzori à Beni.

La plupart des habitants qui ont fui  ces quartiers en direction du centre ville hésitent encore à regagner leurs domiciles malgré  une forte présence des forces de l’ordre et des éléments de la Monusco dans ces quartiers.

Certaines personnes trouvées sur le lieu, parlent d’une situation inquiétante. Ils disent avoir entendu des crépitements des balles ce matin vers Ngolobo , une agglomération située à environ deux kilomètres du quartier Boyikend.

«Pour l’instant, la situation est catastrophique, la population n’a pas encore repris son train train quotidien à cause de la peur. Nous demandons à l’armée et la Monusco de  sécuriser le lieu», a déclaré un habitant sur place.

Dans le reste de la ville, les affaires tournent au ralenties. Les boutiques et magasins sont fermés. Les élèves qui se sont rendus le matin à l’école sont rentrés plus tôt que d’habitude.

Jusqu’à présent aucun bilan n’a été établi sur l’attaque du quartier Boyikend.


beni-actu1-1024x700.jpg

La RédactionLa Rédaction26 octobre 20172min0

Les Forces Armées de République Démocratique du Congo (FARDC) ont réussi à repousser les attaques des rebelles des Forces Démocratiques Alliées (ADF) dans la soirée.

La ville de Béni a été secouée ce jeudi 26 octobre 2017 dans l’après-midi par une attaque des ADF. Cette attaque a causé la panique au sein de la population qui s’est vue dans l’obligation de se déplacer vers le centre-ville, fuyant les affrontements entre l’armée et les assaillants.

Grâce à la collaboration des FARDC avec la MONUSCO, les ADF ont été repoussés. Ils ont fui vers le parc de Virunga. Le calme est revenu dans la ville vers 18 heures.

Le maire de la ville de Béni Nioni Buanakwa appelle la population au calme.

« La ville a connu une panique à partir de 16h 30 minutes. Les combats ont failli atteindre la Nationale Numéro 4. Grâce à la collaboration de l’armée avec la Monusco, le calme est revenu dans la ville. J’appelle donc la population au calme puisque l’ennemi a fui vers le parc Virunga » a-t-il déclaré.

Rappelons que les ADF opèrent dans cette partie du pays depuis bientôt vingt ans et sont à la base de beaucoup d’atrocités qui s’y commettent.


CIRGL-BRAZZA-OCT2017-WEB.jpg

La RédactionLa Rédaction20 octobre 20172min0

Les échanges entre les chefs d’États de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) ont tourné notamment sur la situation politique et sécuritaire de la RDC qui est « préoccupante » telle que l’a qualifiée le nouveau président de la CIRGL Denis Sassou N’guesso, au cours du sommet ordinaire de la CIRGL tenu à Brazzaville ce jeudi 19 octobre.

Les participants ont décidé que le gouvernement de la RDC, appuyé par les pays membres de la CIRGL et la Monusco, poursuive « vigoureusement la neutralisation des forces négatives et intensifie les opérations contre ces groupes armés, en particulier les ADF, les FDLR et autres, les Kamuina Nsapu, » signale le communiqué final.

Par ailleurs, la Monusco a été invitée à « accélérer le rapatriement au Rwanda des anciens combattants des FDLR, » actuellement dans des camps de transit.

En présence d’Edgar Lungu de la Zambie, de Faustin-Archange Touadera de la Centrafrique, de Paul Kagame du Rwanda et de Joseph Kabila de la RDC, le nouveau président angolais João Lourenço a passé la main à Denis Sassou Nguesso qui occupe désormais la présidence tournante de la CIRGL.



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter