BREAKING NEWS
Antonio-guterres-1024x683.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 décembre 20181min00


Les Congolais iront voter ce dimanche 30 décembre, pour le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a indiqué, ce samedi 29 décembre dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, que les citoyens doivent saisir cette occasion historique pour participer à la consolidation des institutions démocratiques de la RDC.

António Guterres atteste que tous les acteurs politiques, renseigne-t-on, ont un rôle crucial à jouer dans la prévention de la violence électorale en s’abstenant de toute forme de provocation.

En outre dans les circonscriptions électorales où sévissent le virus d’Ebola, Guterres indique qu’il est important de “protéger et d’assurer l’accès aux structures sanitaires”.


kikaya-592x296-1504632330.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji9 juillet 20182min00

La visite conjointe du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et du président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki a été renvoyée à une date ultérieure pour des raisons que le conseiller diplomatique du président Joseph Kabila a expliqué à l’AFP :

“Au souhait du secrétaire général de l’ONU d’effectuer une visite en RDC avec le président de de la Commission de l’UA, nous avons pensé qu’elle était inopportune en ce moment, étant donné les urgences au pays et les tractations en cours”, a déclaré Barnabé Kikaya Bin Karubi.

Le premier et le 3 juin, le vice-premier ministre, ministre des affaires étrangères Leonard She Okitundu s’est rendu successivement à New York et à Addis-Abbeba pour transmettre à Antonio Guterres et Moussa Faki Mahamat les lettres du Président de la République Joseph Kabila Kabange leur adressées, confirmant cette visite conjointe sollicité par le secrétaire général de l’ONU depuis février, en juillet 2018.

” Aucune date n’a été annoncée. Pour l’instant il n’y a rien de prévu” a déclaré pour sa part la porte-parole de la MONUSCO Florence Marchal à l’Angence France presse.


Antonio-guterres-1024x683.jpg

Aimé ZonveniAimé Zonveni24 octobre 20172min00

Les Nations Unies célèbrent ce mardi 24 octobre 2017 le 62 ème anniversaire de leur charte sur la paix et le règlement pacifique de différends entrée en vigueur en 1945.

Certaines dispositions de texte de la charte des Nations Unies allant de l’article 39 à 43 relatif à l’établissement de la paix et au règlement pacifique des différends et les actions à prendre en cas des menaces, d’une rupture de la paix ou d’un acte d’agression sont toujours d’actualités dans le monde après plus un demi-siècle après l’ adoption de cet accord.

Dans son discours tenu à l’occasion de la célébration de cette journée, le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres revient sur les défis à relever et les menaces contre la paix dans le monde notamment les armes nucléaires, les phénomènes climatiques.

« J’appelle donc la communauté internationale à dépasser les différences pour transformer notre avenir » a déclaré Antonio Guterres.

Cette année, la commémoration de cette journée est marquée par une série d’événements au siège de l’Organisation de Nations Unies à New York. En République Démocratique du Congo plusieurs activités sont prévues pour la célébrer.

A Kinshasa, la Monusco accompagne le Plan des Nations Unies pour le Développement dans l’organisation de la journée porte-ouverte prévue ce jeudi 26 octobre 2017 à l’institut Lumumba dans la commune de Limete sur les objectifs de développement durable, environ 500 élèves sont associés à cette activité.


SHARP-CATALAN_Web.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya17 août 20173min00

Réagissant aux deux rapports remis au conseil de sécurité des Nations Unies sur l’assassinat de Zaïda Catalán et Michael Sharp, le secrétaire général de cette institution, Antonio Guterres a promis de tout faire pour que les assassins soient identifiés et punis. Il l’a dit le mercredi 16 août lors d’une conférence de presse à New York.

« Il est clair dans ces rapports que les deux experts sont des victimes innocentes. Ils n’ont rien fait qui puissent justifier ce crime intolérable et c’est naturellement mon intention de tout faire dans mes contacts avec le gouvernement de la RD Congo et avec le Conseil de sécurité pour que les criminels soient punis » a-t-il déclaré.

Les deux rapports indiquent que ces meurtres ont été prémédités. Le double assassinat a été commis vers 16h (heure locale) le 12 mars 2017. La veille, les deux experts avaient rencontré un petit groupe de représentants de la milice des Kamuina Nsapu.
C’est à la suite de ce rendez-vous, estiment les enquêteurs indépendants de l’ONU que Michael Sharp et Zaida Catalan avaient décidé de se rendre dans la localité de Bukonde. Mais à 10 kilomètres de leur destination finale, des coups de feu auraient été tirés dans leur direction et leur chauffeur blessé. Les deux experts auraient été assassinés peu de temps après.

Mais, les deux rapports de l’Onu se contredisent sur un point. Celui du groupe d’experts de sur la RDC, auquel appartenait Catalàn et Sharp pointe la responsabilité probable des forces de sécurités congolaises dans ce meurtre. Et le rapport de la commission d’enquête indépendante mise en place par l’ONU reste modeste dans ses conclusions. Il pointe la responsabilité probable de la milice des Kamuina Nsapu tout en estimant « que le manque de preuve ne veut pas dire que d’autres acteurs ne sont pas impliqués ».