BREAKING NEWS
nehemie-mwilanya_0.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA21 décembre 20181min00

Le coordonnateur du Front commun pour le Congo (FCC) Néhémie Mwilanya regrette le report des élections au 30 décembre, pourtant prévue pour ce dimanche 23 décembre.

Ce vendredi 21 décembre dans une interview accordée à la radio Okapi, Néhémie Mwilanya a déclaré que le report des élections, est une situation regrettable car, poursuit-il, 99% des sociétaires du FCC battent campagne sur toute la RDC pour le candidat président Emmanuel Shadary.

Par ailleurs il affirme que ces sont les circonstances qui ont poussé la centrale électorale a envisagé ce léger report, “c’est un cas de force majeure”a-t-il souligné.

Selon Néhémie Mwilanya, parmi les causes de ce report, les machines à voter brûlées dans l’incendie des entrepôts de la CENI à Kinshasa.

En outre, il appelle la population à se mobiliser pour soutenir le candidat président du FCC Emmanuel Shadary.

La campagne électorale se termine ce vendredi 21 décembre selon le calendrier électoral publié par la commission électorale nationale et indépendante (CENI).


ramazani_shadary_emmanuel_pprd_18_0001_640_350_1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA20 décembre 20182min00

Le FCC consolide les acquis de 17 ans du régime Kabila, et reconnaît l’insécurité dans certains coins de la République démocratique du Congo qui n’est pas encore résolu.

Le porte-parole du candidat président Emmanuel Shadary, Kodjo Ndukuma, a indiqué, ce jeudi 20 décembre sur radio France internationale, que le FCC après 17 ans du règne de Kabila a encore un rêve à partager avec la population Congolaise.

“Les personnes qui sont dans Lamuka aujourd’hui, il y a deux ans seulement, ils étaient avec nous! Ils sont partis de chez nous sur base d’une erreur, laissant penser que Joseph Kabila va se présenter pour un troisième mandat”, a-t-il souligné avant d’ajouter que ces adhérents de Lamuka se sont “agrippés à Étienne Tshisekedi pour se blanchir, et éviter les votes sanctions de la population”.

Selon Kodjo Ndukuma, le candidat président du FCC va gagner non seulement par ce que l’opposition est divisée, mais parce que les signataires de la charte de cette plate-forme de la majorité présidentielle, ont fait l’économie de force.


IMG-20181123-WA0016.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA20 décembre 20182min00

Le “ ticket gagnant” Félix Tshisekedi déclare ce 20 décembre sur radio France internationale que lui et Vital Kamerhe ont fait le cache sur l’ensemble du pays,pendant la campagne électorale des les Provinces de la RDC. “L’engouement est du côté de l’opposition”, a-t-il avertis.

Le candidat président Félix Tshisekedi issue de l’accord de Nairobi affirme que la division de l’opposition est bénéfique, elle prive le candidat du FCC les voix; “il y a rejet du candidat de la continuité Ramazani Shadary, ce rejet est tellement total qu’il y n’a pas photo”.

Les urgences obsolues pour Félix Tshisekedi, admet-il, c’est de raméner la paix sur toute l’étendue du territoire national. Une fois élu, “moi et Vital Kamerhe nous allons nous installer à l’Est jusqu’à ce que la paix soit définitive”.

En outre, il promet de lutter contre les antivaleurs qui gangrènent dans le Pays afin d’assurer le développement de la RDC.

Par ailleurs, le “ticket gagnant” atteste que c’est fallacieux l’argument du FCC contre son programme de gouvernance.


Martin-Fayulu-1-05122018.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA19 décembre 20181min00

Un Meeting populaire de campagne électorale du candidat président de la plate-forme Lamuka Martin Fayulu, devrait avoir lieu ce mercredi 19 décembre, après que le gouverneur de Kinshasa ait suspendu les activités de campagne électorale dans la ville “pour éviter les incidents”. L’équipe de campagne électorale de Lamuka a pu annuler le meeting de son candidat président.

D’après divers sources, Fayulu est empêché d’entrée à Kinshasa. “Le soldat du peuple” déplore, dans un twitte, l’acharnement du régime de Kabila contre sa campagne électorale.

“Après m’avoir empêché d’atterrir à Kindu, après avoir attaqué cortège et tué mes supporters à Lubumbashi & Kalemie…détourné mon avion vers Goma.. Après attaque cortège à Masimanimba, la Kabilie m’empêche de rentrer à Kin. De quoi ont-ils peur?Je n’ai que mon Dieu et mon peuple” a-t-il dénoncé.

La tension bas son plein en RDC avant la tenue tant attendue des élections, provoquant ainsi des suspicions.


fcc-shadary-stade-debout-291018-800px-1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA19 décembre 20182min00

Dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times ce mercredi 19 décembre, les cent neuf (109) jeunes qui ont quitté la plateforme de Ensemble pour le Front Commun pour Congo (FCC), annoncent une « campagne à l’Américaine » le jeudi 20 et vendredi 21 décembre ; dans l’objectif de mobiliser plus des jeunes à l’élection du candidat président Emmanuel Shadary.

Selon le communiqué de ces jeunes du FCC, cette campagne va consister à faire le porte-à-porte, « nous sollicitons l’adhésion des jeunes Kinois selon leur district respectif, pour soutenir bénévolement la candidature à la présidentielle de Monsieur Emmanuel Shadary Ramazani en faisant le porte-à-porte».

Dans l’objectif de donner le point de ralliement des adhérents, le communiqué rapporte que, pour le district de Lukunga, les nouvelles  recrûes doivent contacter monsieur Serge Tshimanga au numéro +243 819574930 ; pour le district de Tshangu monsieur Orly Tombe au numéro +243 971706048 ; pour le Mont-Amba, monsieur Ludovic Kalengayi au numéro +243 828751188, et pour Funa, monsieur Didier Bujitu au numéro +243 816679694.

Rappelons-le, la campagne électorale prendra fin ce vendredi 21 décembre sur toute l’étendue du territoire national d’après le calendrier de la commission électorale nationale et indépendante.


images-6.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA19 décembre 20184min00

Le Front Commun pour le Congo (FCC) s’en tient aux assurances que donnent la CENI sur la tenue des élections le 23 décembre. Comme l’a indiqué ce mercredi 19 décembre le directeur de cabinet du président Kabila et le coordonnateur du FCC Néhémie Mwilanya au cours d’une interview accordée à la radio France internationale, la CENI dit avoir un stock supplémentaire de ce qui a été brûlé dans les entrepôts centraux de kits électoraux à Kinshasa.

Selon Néhémie Mwilanya, le FCC ne craint rien  de l’acceptation conditionnée du candidat commun de Lamuka sur la machine à voter. “Martin Fayulu n’a aucune autonomie, il a été fabriqué dans les laboratoires de la  Genève, et vous savez toutes les contradictions qui ont étaient générées dans le processus de la Genève!” a-t-il affirmé avant d’ajouter que “notre candidat Shadary est le champion de foule! Là où  Martin a passé, il a fait le tiers de ce que notre candidat a fait”.

Comme laisse croire le coordonnateur du FCC, l’opposition congolaise ne peut pas gagner les élections en RDC pour de raison objective, “elle n’a pas fait enrôlée ses militants, elle n’a pas mobilisée l’électorat, elle n’a pas de discours, son seul discours c’est que Kabila doit partir. L’alternance est en vue, mais elle ne peut pas gagner par manque de préparation”.

Le candidat président du FCC Shadary a été désigné dans sa famille politique pour la magistrature suprême pour un mandat; et à la fin, poursuit-il, il y aura une évaluation “il ne pas exclu que notre chef de fil, Joseph Kabila de briguer un nouveau mandat, puisse que la constitution ne lui interdit pas”.

Si jamais Félix Tshisekedi ou Martin Fayulu gagnait les élections du 23 décembre, le coordonnateur du FCC affirme que “si c’est par miracle pourquoi pas? Par ce que dans ce cas ça serait que par miracle! Joseph Kabila qui a installé la démocratie dans ce pays, je ne vois pas des raisons pour lesquelles il n’accepterait pas”.

Rappelons-le, la commission électorale nationale et indépendante avait réceptionné les fiches et procès-verbaux des résultats dernièrement. Et la campagne électorale approche à son dénouement, les électeurs congolais vont aller choisir leurs candidats à la présidentielle et aux législatives ce 23 décembre.


kapiamba.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA14 décembre 20181min00

Le président de l’Association Congolaise d’Accès à la Justice (ACAJ) Georges Kapiamba, a exigé, ce vendredi 14 décembre dans un twitte, la libération de six (6) militants du mouvement citoyen de la Lutte pour le Changement (Lucha) arrêtés dans les avant midi de ce vendredi « pendants qu’ils étaient en pleine sensibilisation électorale ».

Selon Georges Kapiamba, ces militants ont étaient mis aux arrêts par des agents de sécurité au marché de la Liberté dans la commune de Masina à Kinshasa. « Il s’agit de : Albert Kabeya, Felly Kongawi, Urbain Nkosi, Félix Lengo, Benjamin Rabbi et Benjamin Tshikangu », a-t-il cité.

La Lucha poursuit la lutte démocratique en République Démocratique du Congo en défendant les droits de citoyens.

 

 

 


joseph-olenga-nkoy-696x392.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA14 décembre 20182min00

Le président du Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA) , Joseph Olenga  Nkoy,  recommande au ministre de l’intérieur, Henri Mova  de faire appliquer  l’accord de la saint sylvestre, ‘’notamment dans la partie qui lui demande d’instruire les autorités, notamment les gouverneurs, à faire respecter les droits de l’homme, la liberté des mouvements et le processus électoral ‘’.

Au cours d’une conférence de presse animée ce jeudi 13 décembre à Kinshasa,  il a exprimé son indignation face à la situation qui sévit sur terrain pendant cette période de  campagne visant  à perturber le processus électoral.

« La situation sur terrain devient de plus en plus inquiétante, Quand les uns sont interdits de se déployer, d’autres sont accueillis avec des jets des pierres il n y a plus de démocratie » s’est-t-il indigné.

Jeudi 13 décembre, une vive tension a été observé à Mbuji-mayi , où les forces de l’ordre ont tirés sur les militants de l’UDPS qui se rendaient à l’aéroport pour accueillir leur président Félix Tshisekedi et son équipe de campagne. Bilan, un mort et plusieurs et blessés graves. La même situation s’est produite un jour avant à Lubumbashi en défaveur du candidat de Lamuka, Martin Fayulu qui a même insinué la gaze lacrymogène.

 


Franck-DIONGO.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA14 décembre 20182min00

Ce jeudi 13 décembre depuis sa cellule en prison de Makala à Kinshasa, le président du Mouvement Lumumbiste Progressiste Franck Diongo a adressé un message sur le déroulement de la campagne électorale du candidat président Martin Fayulu.

Franck Diongo attesté que l’unique péché que la plate-forme Lamuka a commis, “c’est d’avoir cru que le processus électoral actuel était normal, alors qu’il est biaisé, chaotique, fortement militarisé, injuste, et anti-patrie, car c’est un véritable complot contre le peuple et la nation congolaise”.

Il a fustigé la répression policière pendant la campagne électorale de Martin Fayulu à Kindu et Lubumbashi, “la campagne électorale en cours se transformer en guerre électorale sans merci au vu et au su du monde entier. Dans cette guerre électorale que livre désormais le pouvoir en place, la cible est le peuple acquis au changement autour du candidat commun de l’opposition/LAMUKA, Martin Fayulu, que les ennemis de la démocratie veulent assassiner dans l’unique but de s’éterniser au pouvoir, après avoir plongé le pays dans un chaos indescriptible”.

L’opposant congolais Franck Diongo a été condamné à 5 ans de prison ferme le 28 décembre 2016, accusé pour la « séquestration de trois militaires de la Garde républicaine ».


mbuji-mayi.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA13 décembre 20182min00

Tension à Mbuji Mayi dans la matinée du jeudi 13 décembre,  lors du meeting populaire de la camapgne du candidat président du Cap pour le Changement (CACH) Félix Tshisekedi. Selon l’Union pour la Démocratie Congolaise (UDPS) un combattant est tué par balle.

Par contre, dans son adresse au média, le Gouverneur du Kasaï-Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji demande à toute la population de Mbuji-Mayi de s’apaiser et de ne pas troubler l’ordre public. « Je dis donc aux combattants et militants de l’UDPS que les forces de l’ordre qui sont placées sur les avenues sont là pour leur sécurité. Accueillez démocratiquement votre leader. N’enlevez pas les affiches des autres. J’en appelle aux militants des autres partis politiques de respecter et de préserver la démocratie. La paix ne peut être troublée en aucun moment par les évènements de circonstance. Je demande aux forces de l’ordre de faire preuve de la retenue », a-t-il indiqué.

Le gouvernement provincial accuse l’Union pour la Démocratie Congolaise (UDPS), parti politique de Tshisekedi, de provoquer les désordres dans cette partie du pays.

Selon Alphonse Ngoyi Kasanji, à  Mbuji l’incident, évoque un seul blessé transporté à l’hôpital proche de l’aéroport de Mbuji mayi, c’est « suite à un incident avec des jets de pierre » a-t-il expliqué.