cia-colloque-diplomatique.jpg

La RédactionLa Rédaction7 août 20171min0

Ils sont accusés d’avoir appuyé les manifestations des mouvements citoyens lors de la marche du 31 juillet en protestation contre la non-publication du calendrier électorale par la commission électorale nationale indépendante (CENI). Des activités jugées contraires au traité de Vienne régissant les relations diplomatiques entre Etats.

Deux européens et un nord-américain seraient visés par cette mesure en étude actuellement dans une cellule stratégique du gouvernement congolais. A en croire une information diffusée par la télévision du cinquantenaire, ces diplomates seraient précisément belge, suisse et canadien.

Pour rappel, le mouvement Lutte pour le changement (LUCHA) avait appelé il y a tout juste une semaine, à une marche pacifique sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo pour réclamer la publication du calendrier électorale. L’opposition politique, plus précisément, le Rassemblement s’était joint à cet appel. Plusieurs interpellations s’en était suivi le jour de la marche à Goma, Kinshasa, Lumbumbashi.



La RédactionLa Rédaction8 mars 20172min0

Dans le cadre du mois de la femme, KINSHASATIMES.CD vous propose en exclusivité une série d’interviews, réalisées avec des femmes évoluant en République démocratique du Congo. Elles sont journaliste, diplomate, banquière, pilote… Et elles parlent de la situation de la femme dans le monde, en RDC et particulièrement dans leur secteur d’intervention.

Pour cet espace, dénommé « 50-50 Horizon 2030», l’ambassadeure du Canada, Ginette Martin, la première à intervenir, a indiqué que la parité entre les sexes est importante pour le développement. « C’est un argument  économique mais aussi de justice».

Selon la diplomate, beaucoup de pays sont avancés significativement vers la parité, mais d’autres ont encore du chemin à faire. «Dans beaucoup de pays, y compris le mien, il y a des femmes qui ne sont pas payées autant que les hommes qui font exactement le même travail qu’elles».

A en croire Ginette Martin, les milieux qui ont connu beaucoup de progrès sont ceux des affaires, et le secteur privé qui affiche un tableau rassurant avec des femmes à tous les niveaux de direction. «Il faut que la jeune fille ait confiance en elle, qu’elle reconnaisse son potentiel », recommande la représentante du Canada en RDC qui précise que cela doit passer par la préparation, la formation.

Pour cette édition, le thème retenu est : « Les femmes dans un monde de travail en évolution : Une planète 50-50 d’ici 2030 ».