BREAKING NEWS
CC-RDC.jpg

La RédactionLa Rédaction20 janvier 20192min00

La Cour constitutionnelle a confirmé dans la nuit du 19 au 20 janvier 2019 les résultats provisoires donnant Félix Antoine Tshisekedi comme président de la République élu à l’issue de l’élection présidentielle du 30 décembre 2018.

La Cour a en effet considéré que le recours était recevable quant à la forme mais non fondé quant au fond. En effet, la Dynamique de l’Opposition (DO) n’a pas fourni les pièces authentiques signées par toutes les personnes habilitées. Ce qui n’a pas été le cas des tous les documents introduits comme pièces par la coalition politique.

Par ailleurs, la Cour a jugé sans objet le recomptage des voix demandé par la DO car la coalition n’a pas clairement indiqué les bureaux de votes où le candidat Fayulu aurait subi une fraude.

Quant à la non tenue des élections dans les cicroncriptions de Beni, Beni Ville, Butembo, et à Yumbi, la Cour a considère que les raisons du report, en l’occurrence l’épidémie d’Ebola et les violences, consituaient des cas de force majeure. La Ceni était donc fondée de reporter les élections dans ces circoncriptions.

Rappelons que cette haute juridiction congolaise avait siegé en audience publique le 15 janvier 2019 pour écouter toutes les parties impliquées dans le contentieux électoral. Après avoir écouté l’avis du Procureur de la République qui considérait que le recours introduit par Lamuka était irrecevable, la Cour avait pris l’affaire en délibéré pour rendre sa décision dans les délais requis.


nangaaC.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA28 décembre 20181min00

Cette supression se justifie par la carence des machines à voter causé par un incendie des entrepôts de la CENI qui a calciné les kits électoraux de 19 sur 24 communes de la province de Kinshasa le matin du jeudi 13 décembre.
Situation qui a occasionné le report des scrutins d’une semaine pour l’ensemble du teritoire national. Les scrutins initialement prévus le 23 décembre ont été reporté pour le dimanche 30 décembre.
Cependant, suite à la situation sanitaire et sécuritaire qui sevit dans les circonscriptions de Beni, Butembo et les conflits interethniques dans le territoire Yumbi, la centrale électorale a annoncé ce mercredi 26 décembre le report partiel des scrutins dans les zones touchées. Dans ces circonscriptions, la population votera au mois de mars 2019.

Cette décision de la CENI n’est pas salué par les opposants , la socièté civile et la population de cette partie du pays. Une ville morte est ainsi observée ce vendredi 28 décembre à Kinshasa sur ordre de la coalition Lamuka qui soutient la candidature de Martin Fayulu à la présidence.


lamuka.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA27 décembre 20181min00

La coalition Lamuka vient de donner sa position sur le report partiel des élections dans les circonscriptions de Beni, Butembo et Yumbi,  tel qu’annoncé par la CENI.

“Lamuka demande aux congolais de refuser d’obéir à cette décision de la CENI et appelle toute la population à une journée ville morte le vendredi 28 décembre”. A déclaré Pierre Lumbi,  directeur de campagne de Fayulu ce jeudi 27 Décembre lors d’un point de presse

C’est une journée de solidarité avec les populations des contrées qui sont empêchées d’aller aux élections mais aussi c’est une journée où nous voulons interpeller la CENI pour l’adhésion de la population à Lamuka et lui demander de retirer sa décision. Nangaa a l’obligation d’écouter le peuple congolais“,a-t-il souligné.

Lamuka exige par ailleurs à la centrale électorale d’annuler cette décision.


Lamuka.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA27 décembre 20181min00

Le report partiel des élections semble être une pomme de discorde au sein de la coalition Lamuka qui soutient la candidature de Martin Fayulu  à la présidence de la république.

Apres que la CENI ait annoncé le report des scrutins dans les circonscriptions de Beni, Butembo et Yumbi, les leaders de la messe de Genève passent des concertations en concertation. Le Mot d’ordre de Lamuka est toujours attendu tant par la presse que par leurs militants .

Cependant, les avis sont partagés au sein de LAMUKA sur la position à prendre au sujet de ce report. Selon certaines indiscrétions, il y a ceux  qui proposent d’aller aux élections sans ces circonscriptions, d’autres estiment qu’il faut carrément quitter le processus.

 


images-7.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA27 décembre 20182min00

Suite au  report  partiel des élections dans les circonscriptions de Beni, Butembo et Yumbi  annoncé  mercredi 26 décembre par le président de la CENI, le candidat président de la république, Seth Kikuni,  appel  les autres candidats de l’opposition à une bataille collective afin d’en dégager une conclusion  commune à mettre à la disposition du peuple congolais qui est en soif des élections.

« Je demande à tous les candidats de l’opposition de dépasser nos candidatures individuelles et égos pour présenter au peuple une déclaration commune et un mot d’ordre  sans équivoques d’ici vendredi 28.12.2018 il est  temps de penser uniquement RDC ». A-t-il  posté sur son compte.

Apres le report des scrutins dans l’ensemble du pays le 20 décembre,  par le président de la CENI suite à l’incendie qui a calciné près de 8000 machines à voter et kits électoraux qui devraient couvrir la province de Kinshasa, la centrale électorale a encore annoncé un nouveau report des élections dans les circonscriptions de Beni, Butembo et Yumbi.

Selon la CENI, ce report est justifié par  ‘’la présence de l’épidémie d’Ebola et   l’insécurité’’ qui sévit dans la ville de Beni et Butembo . Pour la circonscription de Yumbi, la CENI justifie le report par “le déplacement massif de la population” suite aux “incidents meurtriers survenus dans la nuit du 14 au 15 décembre 2018” et la destruction de tous les matériels électoraux de cette circonscription’’.

Jusqu’à preuve du contraire, les opérations de vote se dérouleront le 30 décembre  dans l’ensemble du territoire national hormis les circonscriptions précitées  où la population devra voter au mois de mars de l’année prochaine.


IMG_20181226_125414_1-1-1280x960.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA26 décembre 20181min00

La maison des élections a servi de cadre pour cette formation qui a réuni une trentaine des journalistes et les experts de la CENI sous l’égide de Jean-Baptiste Itipo , Directeur de communication de cette institution d’appui à la démocratie, ce mercredi 26 décembre.

Il etait question de mettre les professionnels des medias au parfum des grandes informations liées au procedure des opérations de vote.

Après avoir fait etat de lieu du processus en cours, les experts de la centrale électorale,  ont à tour de rôle , expliqué à l’auditoir,  les rôles de journalistes pendant la période électorale,  le déroulement des opérations de vote,  la composition du bureau de vote ainsi que la notion sur les contentieux électoraux.

Cette formation se termine  la matinnée de jeudi 27 Decembre.


CENI-NAANGA.jpeg

La RédactionLa Rédaction26 décembre 20182min00

La Commission éléctorale nationale indépendante vient de reporter au mois de mars 2019 les élections dans trois circonscriptions électorale, en l’occurrence Beni, Butembo dans le province du Nord Kivu et Yumbi, dans la province de Mai Ndombe. C’est ce qui ressort d’un communiqué de la centrale électorale parvenu à la rédaction de KINSHASATIMES.CD ce jour.

Pour les circonscriptions de Beni et Butembo, la CENI évoque les raisons sanitaires, notamment l’épidemie d’Ebola qui s’est déclarée dans cette partie du pays depuis aôut et qui continue à y sévir. A ces raisons sanitaires s’ajoute, selon la CENI, l’insécurité qui prévaut dans cette partie du pays.

…la persistance de l’épidemie de la maladie à virus Ebola qui continue de sévir dangereusement dans les circonscriptions électorales de Beni, Beni Ville et Butembo Ville dans la province du Nord Kivu ainsi que la menace terroriste qui plane sur cette région avec des actes criminels perpétrés par des bandes et milices armées, lit-on dans le communiqué de la CENI comme motif du report.

Quant à la circonscription de Yumbi, la CENI justifie le report par “le déplacement massif de la population” suite aux “incidents meurtriers survenus dans la nuit du 14 au 15 décembre 2018” et la déstruction de tous les matériels électoraux de cette circonscription. Cette situation ne permettra pas la tenue des scrutins apaisés dans les délais impartit, conclut la CENI.

Le vote est toutefois maintenu au 30 décembre 2018 sur le reste du pays selon le calendrier amenagé par la CENI, calendrier qui prévoit la prestation de serment du président élu au 18 janvier 2019.


crash.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA21 décembre 20181min00

Alors que le président de la CENI , Corneille Nangaa, annonçait officiellement ce jeudi 20 décembre le report des scrutins prévus le 23 décembre pour des raisons techniques ,  un avion de la compagnie Gomair , Antonov 26 affrété par la centrale électorale, transportant les matériels électoraux  a fait un crash pendant  qu’il se trouvait à 35 kilomètres de Kinshasa en provenance de Tshikapa dans la province de Kasaï.

Selon nos sources, étant en version cargo, l’avion  n’avait pas de sièges passagers, il avait donc  à son bord trois membres d’équipage, un load master et 400 kilos de charge,  et  une vingtaine des civils qui voyageaient dans des conditions illégales et inhumaines.

Néanmoins,  aucune flamme ni fumée n’était visible, l’appareil a dû s’abîmer dans le fleuve ou dans une rivière. « Il faut surtout imaginer qu’une vingtaine de personnes ont perdu la vie » ont-elles  estimé.

Jeudi 13 décembre, près de 8000 machine à voter ont été calcinées par un incendie des entrepôts de la CENI à Kinshasa. Situation qui a occasionné le  report des élections de 7 jours.


CENI-NAANGA.jpeg

La RédactionLa Rédaction20 décembre 20182min00

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Corneille Naanga s’est adressé à la presse aujourd’hui pour annoncer le report au 30 décembre 2018 du scrutin initialement prévu pour le 23 décembre 2018.

Selon Naanga, l’incendie ayant consumé les matériels électoraux dans son entrepôt de Kinshasa le 13 décembre 2018 a été à la base de ce report. En effet, le chef de la centrale électorale a indiqué que les machines à voter ramenées d’autres provinces pour suppléer à celles incendiées nécessitaient de nouveaux bulletins de vote compatibles avec la province de Kinshasa.

C’est l’impression de ces bulletins en urgence en Afrique du Sud et leur acheminement en RDC qui rendent impossible la tenue de ces élections à la date du 23 décembre. Le dernier lot de bulletins arrive à Kinshasa le soir du 22 décembre d’après Naanga.  Leur configuration pour compatibilité avec les machines à voter de Kinshasa et déploiement nécessitera au moins trois jours.

La CENI se trouvait ainsi face au dilemme d’organiser les élections le 23 décembre sans la province de Kinshasa ou de les différer de sept jours pour intégrer la capitale. La deuxième option l’a emporté.


CENI-NAANGA.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA20 décembre 20181min00

Après l’annonce officielle par le président de la CENI ce jeudi 20 décembre devant la presse nationale et Internationale du report des scrutins initialement prevus le 23 du mois en cours, nombreux sont ceux là qui  ont exprimé leur indignations au micro de Kinshasatimes.cd.

Une partie de la population kinoise qui attendait cette nouvelle juste devant le siège de la centrale électorale enervée, appelle à la démission de Nangaa et du chef de l’Etat,  Joseph Kabila, faute de quoi,  ”il y aura soulèvement populaire d’ici Lundi 24 décembre et le siège de la CENI sera incendié”

Selon le numéro un de la CENI, ce report est justifié par l’incendie des entrepôts de la CENI qui a calciné près de 8000 machines à voter et d’autres kits électoraux la nuit du 13 décembre.

Les élections sont reportées pour le 30 décembre pour des raisons techniques.