Code-minier.jpg

La RédactionLa Rédaction5 mars 20181min0

Dans une lettre datant du 2 mars, le ministre des mines, Martin Kabwelulu a saisi les patrons des entreprises minières pour les informer de l’acceptation de leur demande d’audience par le président de la République, Joseph Kabila.

Les responsables de MGM Limited, Ivanhoe Mines, Gold Mountain International, Anglo Gold Ashanti, CMOC International, Glencore et Rangold Resources sont appelés à prendre des dispositions en vue de participer « personnellement » à cette séance de travail. Le lieu desdits travaux n’a pas été révélé dans la correspondance.

Pour rappel, les 7 majeurs patrons des société s minières en RD Congo ont récemment saisi le chef de l’État en vue de dénoncer les nouvelles taxes instaurées avec la nouvelle loi régulant le secteur, particulièrement ses dispositions portant sur le prélèvement d’une taxe fixée au taux 10% sur les métaux dits stratégiques, ainsi que 50% sur les super bénéfices.

La loi votée par les deux chambres du parlement a été soumise au président de la République pour une promulgation encore attendue jusqu’à présent.

Partager avec :

Gecamines-copper-mine-Katanga-Congo-by-David-Lewis-Reuters-2.jpg

La RédactionLa Rédaction22 février 20181min0

Les patrons des compagnies oeuvrant dans le secteur minier en République démocratique du Congo ont adressé une correspondance au chef d’Etat Congolais, Joseph Kabila. Dans cette lettre, ils souhaitent faire part de leurs souhait quant au code minier révisé et voté par le parlement.

Ces principaux sociétés sortent du silence et sollicitent une rencontre avec le président congolais qui a depuis quelques temps sur sa table la loi sur le nouveau code minier à promulguer. Ils veulent dénoncer ensemble les changements formulés par le législateur parmi lesquels 10% de taxe à prélever sur les métaux stratégiques (à définir) et une autre taxe de 50% sur les super bénéfices.

Les barons miniers congolais parmi lesquels Glencore :International AG, Randgold Ressources, CMOC
International, Ivanhoe Mines, Gold Mountain International, MMG Limited et Anglogold Ashanti déplorent que la Fédération des entreprises du Congo (FEC) n’ait pu faire entendre leur voix pendant l’examen de la nouvelle loi, et veulent dorénavant batailler avant la promulgation de ce qu’ils considèrent comme « problème d’importance fondamentale pour l’avenir de l’industrie minière en RDC ».

Partager avec :

Partager avec :