BREAKING NEWS
reseaux_sociaux_-1-1024x683.jpg

La RédactionLa Rédaction20 janvier 20193min00

C’est dans la nuit du 19 au 20 janvier 2019 que la majorité des internautes congolais accédant à Internet via terminaux mobiles ont constaté le rétablissement d’Internet. Ils en ont été privé pendant 20 jours, la plus longue coupure que la RDC ait jamais connue.

C’est au lendemain de la tenue des élections que les autorités congolaises ont décidé de couper le signal vers les terminaux mobiles afin, selon elles, de « préserver l’ordre public ».  Les procès-verbaux photographiés des différents bureaux de vote et circulés sur les réseaux sociaux présentaient chaque campa comme ayant gagné le scrutin. Ce qui présentait le potentiel de violence. L’ambassadeur américain Mike Hammer est monté au créneau hier pour exiger un rétablissement immédiat d’Internet.

Notons que pour contourner la mesure, certains internautes se sont procuré des cartes SIM des pays voisins et se sont connectés par raoming data aux réseaux en dehors des frontières nationales. D’autres ont simplement squatté la connexion via VSAT des personnes qui leur sont proches. Les sociétés de télécommunications ont toutefois continué à fournir la connexion corporate à ceux qui en formulaient la demande.

Les pertes économiques subies par les pays se chiffreront à plusieurs millions de dollars, d’après les analystes économiques.


Nangaa-Jpg-1.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20182min00


Les élections ont eux lieu ce dimanche 30 décembre, le président de la CENI Corneille Nangaa  a souligné, ce dimanche 30 décembre dans la soirée à la Radiotélévision nationale congolaise, que “ça n’a pas été facile, j’ai eu les cheveux blancs que je n’avais pas il y a trois ans”.

Corneille Nangaa a appelé la population au calme, les résultats provisoires, poursuit-il, seront donnés que par la CENI ce samedi 6 janvier 2019. “La CENI nous sommes les assermentés, resté calme, la CENI va donner les résultats en toute transparence”.

“Avant comme après les élections, le Congo va demeurer”, a-t-il souligné avant d’ajouter que la CENI n’a pas l’impression de dire que tout à était parfait.

Élections ténues comme l’a prévu la CENI, “la question de la machine à voter est derrière nous”, a-t-il assuré.

Selon la CENI, les élections municipales et locales seront organisées à la fin de l’année 2019, “on en a marre de voir des burgmestre nommés”.

Le numéro un de la CENI, a affirmé que le report des élections à Beni, Butembo et Yumbi n’était pas par guetter de cœur, au mois de mars 2019, rassure-t-il, les élections seront organisées.


DvrF68pUwAI3HH2-450x300.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20182min00

Le candidat président Félix Tshisekedi a voté dans le centre de vote de collège Bonsomi dans la commune de N’djili. Le candidat du CACH est accompagné d’une foule en ébullition et la presse nationale et Internationale.

A en croire Félix Tshisekedi, la Commission CENI est responsable du “désordre” aux centres de vote, “ est-ce que ce désordre est organisé par la CENI, pour que la Cour Constitutionnelle annule le vote?…nous n’accepterons pas,”a-t-il avertis.

Félix Tshisekedi fustige l’organisation de la CENI “juste à 15 heures dans certains centre de vote à Kinshasa les électeurs n’ont pas encore commencé à voter”.

Selon le “ticket gagnant” la communauté internationale à travers la MONUSCO avait proposé le soutien au gouvernement congolais “mais ils n’en ont pas ténu compte”.

Le parti politique de l’opposant historique Étienne Tshisekedi l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), avait déclaré qu’il va aller aux élections avec où sans la machine à voter, un point de vue dont pour certains été sujet de mépris.


SYMOCEL.jpeg

La RédactionLa Rédaction30 décembre 20182min00

La Mission d’Observation Electorale de la Synergie des Missions d’Observation Citoyenne des Élections (MOE-SYMOCEL) vient de livrer les tendances majeures de son observation du vote du 30 décembre 2019.

La MOE-SYMOCEL indique que ses observateurs ont rélevé quatre irrégularités majeures. Ses irrégularités portent sur les machines à voter, les centres de vote, les témoins et des incidents divers.

Quant aux machines à voter, les observateurs de la MOE-SYMOCEL ont observé des cas de pannes, d’absence d’éléments de sécurité et l’absence des machines dans plusieurs centres de vote. Par rapport aux centres de vote, cette mission d’observation a constaté l’existence des non-répertoriés, la fermeture des centres répertoriés et la délocalisation d’autres centres de vote. La mission a en outre constaté l’interdiction des certains témoins aux bureaux de vote ou le favoritisme d’accès. La mission a finalement rélevé des incidents, notamment des tentatives de remplacement des machines à voter ou des remplacements illégaux des machines à voter.

La MOE-SYMOCEL craint que ces irrégularités puissent affecter les résultats qui seront issus des urnes.


IMG_20181230_0859397-1280x960.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20181min00

Les bureaux de vote dans le centre de la CENI à Kinshasa dans la commune de Lemba-salongo, sont ouvert depuis 7 heures sous la pluie dans la matinée de ce dimanche 30 décembre.

Les électeurs congolais appelés à voter en ce jour des scrutins, doivent d’abord chercher leurs noms dans les listes de la CENI, mais ce défi reste difficile à relever pour les personnes âgées. “J’ai fais une heure sans succès entrain de chercher mon nom dans les listes”, s’indigne une femme.

Le vote se déroule dans une atmosphère d’inquiétude, il y a déjà ceux qui ces sont acquittés de leur devoir civique, mais par contre certains électeurs, dans ce centre, attestent qu’ils n’ont par voter car “la plupart des bureaux de vote manque des machines à voter”.


Antonio-guterres-1024x683.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 décembre 20181min00


Les Congolais iront voter ce dimanche 30 décembre, pour le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a indiqué, ce samedi 29 décembre dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, que les citoyens doivent saisir cette occasion historique pour participer à la consolidation des institutions démocratiques de la RDC.

António Guterres atteste que tous les acteurs politiques, renseigne-t-on, ont un rôle crucial à jouer dans la prévention de la violence électorale en s’abstenant de toute forme de provocation.

En outre dans les circonscriptions électorales où sévissent le virus d’Ebola, Guterres indique qu’il est important de “protéger et d’assurer l’accès aux structures sanitaires”.


SHEKOMBA-371a9l7yya3q779xxncky2.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA27 décembre 20181min00

Ce jeudi 27 décembre dans son compte twitter, le candidat président Alain Daniel Shekomba s’est auto exclut de la course électorale de la magistrature suprême en République Démocratique du Congo, il n’est pas content du déroulement du processus électoral piloté par la Commission Electorale Nationale et Indépendante (CENI). “Les élections avec la machine à voter, c’est planté le décor du chaos aux conséquences graves“,a-t-il avertis

« Il m’est très irresponsable de continuer avec un processus électoral dont le seul but est de plongé notre pays dans la confusion et le chaos », a-t-il déclaré.

la CENI a reportée les élections générales à Beni, Butembo et Yumbi pour des raisons sanitaires et sécuritaires, cette décision est contestée par certains membres de l’Opposition congolaise à l’occurrence la plateforme de Lamuka, qui appel à la ville morte ce vendredi 28 décembre.


Olenghankoy2.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA21 décembre 20182min00

Le Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA) recommande à la commission électorale nationale et indépendante (CENI) d’autoriser les candidats aux élections du 30 décembre à poursuivre la campagne électorale du 22 au 28 décembre, dans l’objectif de permettre à ces derniers de garder contact avec leurs bases électorales.

Ce vendredi 21 décembre dans une note parvenue à Kinshasa Times, le CNSA  recommande un temps additionnel pour la campagne électorale des candidats, quoique le président de la CENI Corneille Nangaa l’avait bien réaffirmé “la campagne électorale doit se terminer le 21 décembre conformément au calendrier”.

En outre, la note renseigne que le CNSA recommande à la CENI et le Gouvernement de “solliciter un appui logistique” au respect du chapitre neuf point quatre(IV.4) de l’accord du 31 décembre 2016, car s’inquiète t-il, du “court délai restant dans le déploiement des kits électoraux”, afin d’ “éviter d”autres désagréments” avant le 30 décembre.

Rappelons-le, le jeudi 20 décembre, avant l’annonce officielle du report des élections, il y eu une réunion tripartite Gouvernement- CENI-CNSA dont les conclusions ont abouti au report des élections qui étaient prévues pour le 23 décembre.


Corneille-Naanga.jpg

La RédactionLa Rédaction20 décembre 20182min00

Comme plusieurs observateurs le craignaient, l’élection présidentielle, les élections législatives et celles provinciales, initialement prévues pour 23 décembre 2018, viennent d’être reporté à une date ultérieure pour raison d’incapacité technique.

C’est ce qui ressort de la réunion que vient de tenir le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Naanga, lors d’une rencontre tenue ce 20 décembre 2018 avec les candidats président.

Naanga a indiqué, entre autres raisons, que le dernier avion en provenance d’Afrique du Sud avec à son bord le dernier lot de procès-verbaux et bulettins arrivera à Kinshasa à la veille du jour du vote. Ce qui rend techniquement impossible le déploiement de ces procès-verbaux dans les tous les bureaux de vote. Par ailleurs, le numéro de la CENI a évoqué des préoccupations sécuritaires à l’est de la RDC et l’épidémie d’Ebola comme motifs empêchant la tenue effective des élections dans les délais arrêtés.

Rappelons que la CENI avait jusqu’à ce jour affirmé qu’elle tiendrait le pari du 23 décembre 2018. Le candidat de la coalition de l’opposition Lamuka, Martin Fayulu, a d’ores et déjà indiqué qu’aucun report ne saurait être accepté. D’autres candidats présidents ayant pris part à la réunion, notamment Théodore Ngoy ont marqué leur désaccord de ce report et ont promis de se réunir sous peu pour donner leur réaction officielle.


incendie-ceni2-690x450.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA13 décembre 20182min00

Incendie des entrepôts de la CENI survenue dans la l’aube de ce jeudi 13 décembre, des machines à voter, urnes, isoloirs et autres matériels de la CENI sont consumés. Les uns et les autres croient au report des élections prévues pour le 23 décembre; cependant, président de la centrale électorale Corneille Nangaa va se prononcer ce jeudi 13 décembre pour faire le bilan des dégâts enregistrés dans l’incendie.

Selon le député national Kudura Kasongo, la perte de 20% de matériels électoraux plante le décor du report des élections. « Comment ce site si protégé est-il livré au feu. Elle prélude à la panique du pouvoir face au succès toujours important prévu de l’opposition bipolaire en campagne », a-t-il déclaré dans son twitte.

Par ailleurs, Olivier Kamitatu le Directeur du Cabinet de la plateforme d’Ensemble dénonce que cet incendie est un crime, « une énième mystification que Kabila fait peser sur les échéances électorales. Face à la popularité grandissante de Martin Fayulu, le régime est pris de panique ». « Personne n’acceptera un report des élections », a-t-il soutenu.