BREAKING NEWS
IMG_20181230_2009380-1280x960.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20181min00

Il est vingt heures à Kinshasa le centre de vote du Groupe Scolaire Muludiki, les bureaux de vote sont débordés des électeurs qui n’ont pas encore voté, les uns et les autres disent, soit parce que “la machine à voter était bloquée pendant des heures”, soit pour le “retard de l’ouverture des bureaux de vote”.

“Nous allons rester ici jusqu’à ce que chacun de nous va voter, même s’il faut dormir, nous allons dormir”, crie un électeur.

Sur neuf (9) bureaux de ce centre, deux sont débordés des électeurs, selon le reporter de Kinshasa Times, le président du bureau, prends l’initiative de faire une liste que chaque électeur puisse mettre son nom afin d’éviter le chaos.


IMG_20181230_1227546-1280x960.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20182min00


Il est dix-huit heures (18h), les élections présidentielle et législatives nationale et provinciale se poursuivent, les électeurs font encore du fil devant les bureaux de vote à Kinshasa, et autres attendent le dépouillement de vote.

Le directeur du cabinet de Ensemble Olivier Kamitatu affirme que le Chef de l’Etat Joseph Kabila et le président de la CENI Corneille Nangaa sont à la base des élections qu’il qualifie de “fiasco électoral”.

“Misant sur le boycott de l’opposition ou la colère de la population, Kabila et Corneille Nangaa ont sciemment organisé le fiasco électoral le plus cher du monde ! Ils ne s’attendaient pas à une telle détermination des 40 millions d’électeurs à les voir débarrasser le plancher !”,a-t-il déclaré.

Par ailleurs, à Panzi dans la ville de Bukavu (province du Sud-Kivu), sur 30 bureaux de vote la Commission électorale nationale et indépendante, 17 sont ouverts et seulement 14 sont opérationnels les gens de la CENI cherchent à trouver de solutions sur place.

Le rapporteur de la CENI Jean-Pierre Kalamba vient d’annoncer à la radio Top Congo que les bureaux de vote ne seront fermés que si tous les électeurs ont voté.


img-20181230-wa0009.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20181min00

Le candidat président Martin Fayulu de la plate-forme Lamuka viens de voter avec la machine à voter, il s’est acquitté de son devoir civique accompagné de la presse.

En s’attaquant ainsi au vote électronique que la Constitution de la RDC interdit, la machine à voter a été sujet de controverse entre les acteurs politiques en République démocratique du Congo au regard de sa crédibilité, entre autres les membres de la plate-forme politique Lamuka.

Qui vivra verras les résultats des élections qui seront programmés ce samedi 6 janvier 2019 par la CENI, s’ils seront contestés ou pas.


IMG_20181230_1156423-1280x960.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20182min00


Il est midi à Kinshasa au centre de vote de l’E.P Ngaba il y a un débordement d’électeurs qui font le fil depuis la matinée de ce dimanche 30 décembre. “Inadaptation au processus de vote, la machine à voter bloque à tout moment”, laisse entendre un électorat.

Les cartes d’accréditation des témoins suscitent de controverses.

Selon les témoins du regroupement politique Le Centre, le chef du centre n’acceptent pas les cartes de témoins sans le sceau du dos, cependant, poursuit-ils “nous avons eux ces cartes à la CENI” s’inquiètent-ils.

Selon, les observateurs du Réseau d’éducation Civique au Congo (RECIC), au centre de vote de l’E.P Ngaba les scrutins ont eu trois heures de retard pour commencer. “Raison poussée par le chef du Centre de vote est qu’il n’avais pas de l’encre indélébile” ,a-t-il souligné.


IMG-20181230-WA0003.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA30 décembre 20181min00

Il est 10h33 heure de Kinshasa, nous sommes à mont ngafula, une commune de la circonscription de Lukunga où la population a bravé la pluie pour répondre au devoir civique.
Le désir de l’alternance peut se lir sur les visages des jeunes, femmes et hommes qui sont venu choisir leurs dirigeants.
Cependant l’utilisation de la machine à voter pause problème.
Du coup les operations de vote prenent plus de cinq minutes par personne.
“beaucoup de gens ne savent pas utiliser la machine à voter, ça complique le déroulement de vote, il y a de gens qui font même plus de cinq minute dans l’isoloir” déplore un électeur au micro de Kinshasatimes.cd.
Avec la pluie et la difficulté d’utiliser cette technologie acquise par la CENI, la population se demande si à la fin de la journée tout le monde arrivera à voter “On ne sait pas si tout le monde va voter” se demandent les électeurs.