BREAKING NEWS
FB_IMG_1548122869460.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA21 janvier 20191min00

Le discours du coordonnateur de la plate-forme Lamuka Martin Fayulu au cours de la matinée politique n’a pas eu lieu comme prévu ce lundi 21 janvier au siège du Mouvement pour la Libération du Congo (MLC) à Kinshasa.

Ce rendez-vous manqué, tant attendu par plus d’une centaine des militants de cette plate-forme politique, a engendré un affrontement par des jets de projectiles et des insultes entre les militants du Cap pour le changement (CACH) et ceux de Lamuka.

Se confiant à Kinshasa Times, un témoin atteste que les militants du Cap pour le changement sont venus dans ce lieu du meeting pour provoquer, et perturber l’activité politique de Lamuka.

La police de proximité a joué à l’extincteur de la tension qui a monté d’un cran; la police nationale congolaise s’est servi des gaz lacrymogène pour disperser des militants de CACH et de Lamuka.


IMG-20181230-WA0000.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20181min00

Le chef de l’Etat Joseph Kabila vient de s’acquitter de son devoir civique, il a voté son candidat à la présidentielle et aux législatives nationale et provinciale ce dimanche 30 décembre à Kinshasa.

Le président de la République l’a dit ce samedi 29 décembre dans la soirée que, le peuple congolais est demeuré Maître de son processus électoral, en effet, poursuit-il le congolais connais les vrais enjeux de ces élections tant attendues.


images-4.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20182min00

Un camion contenant des matériels électoraux a connu un  accident ce vendredi 28 décembre sur la route de Bandudu vers le territoire de Popokabaka dans le secteur dans Kabama ( province du Kwango).

Selon le candidat président Martin Fayulu, cet accident a suscité la perte des matériels électoraux pour quinze (15) centres de vote de la CENI.

Au cours de la rencontre CENI-FCC-CACH-LAMUKA piloté par la SADC, Martin Fayulu dit, avoir appris qu’il y a eu perte des matériels électoraux suite à l’accident, le président de la CENI Corneille Nangaa leur a rassuré que “la CENI va régler ce problème”.

“Où est ce qu’on a vu, dans quel pays, les bureaux de vote vont ouvrir à 6 ou 7 heures que la veille à 15 heures, il y a des bureaux qui n’ont pas encore reçu des équipements”,a-t-il dévoilé.

Le numéro un de la CENI l’a confirmé que ce dimanche 30 décembre, les élections présidentielle et législatives nationale et provinciale auront lieu.


Joseph-Kabila-avril-2018-1024x512.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 décembre 20182min00

A quelques heures du début des scrutins tant attendu, le chef de l’Etat Joseph Kabila fait une sortie médiatique ce samedi 29 décembre dans la soirée à la Radiotélévision nationale congolaise, les uns et les autres ne s’y attendait pas.

Dans son adresse, le chef de l’Etat a indiqué que la RDC a fait face aux ingérences étrangères susceptibles de contrarier la volonté d’auto détermination de la population Congolaise.

Joseph Kabila appelle la population à préserver l’unité et la liberté de la RDC, “Il n’y a pas de doute que la RDC est aujourd’hui, non seulement, une République, mais une démocratie, c’est le deuxième  acquis à préserver”, a-t-il souligné.

Dans son discours, il a rassuré le peuple que ce processus électoral est véritablement le sien, partant de l’adoption des dispositions nécessaires du processus à la tenue des élections. “Le peuple congolais est demeuré maître de son processus! Ainsi il aura prouver à la face du monde, qu’il connaît les vrais enjeux de ces élections, ceux de l’affirmation de sa dignité et de la consolidation de sa souveraineté”, a-t-il déclaré.

Sur le plan sécuritaire, le président de la République, admet que les dispositions ont été prises avec le gouvernement congolais pour sécuriser toutes les parties prenantes au processus, candidats comme électeurs et les observateurs.


IMG_20181229_082903.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA29 décembre 20182min00

Le président de la CENI Corneille Nangaa affirme que la centrale électorale n’a pas diminué le nombre des bureaux de vote dans la ville province de Kinshasa.

Le numéro un de la commission électorale nationale et indépendante Corneille Nangaa a souligné, ce samedi 29 décembre, que l’information sur la diminution d’au moins mille bureaux de vote sont fausses.

A en croire Corneille Nangaa la cartographie électorale de la capitale Kinshasa n’a pas changé.

« Les éléments qui circulent maintenant dans la presse en disant qu’on a diminué les bureaux de vote à Kinshasa, nous disons que la cartographie électorale n’a pas changé, elle est restée la même… », a-t-il démenti.

Ce vendredi 28 décembre,  Corneille Nangaa avait confirmé la tenue des élections présidentielle et législatives nationale et provinciale ce dimanche 30 décembre en RDC sauf à Beni, Butembo et Yumbi.


Martin-Fayulu-1-05122018.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA29 décembre 20181min00

Le suspens sur un autre report des scrutins a été levé ce vendredi 28 décembre. A l’issue d’une réunion avec   les candidats président du Cash, Fcc et Lamuka dirigée par la SADC, le président de la CENI, Corneille Nangaa a confirmé que « nous allons voter ce dimanche »
Cette confirmation a sans doute apaisé les esprits qui s’agitaient déjà.
Rassurés, les candidats à la course se préparent moralement et spirituellement pour affronter la bataille électorale c’est dans cette optique que Martin Fayulu, candidat président soutenu par la coalition Lamuka a demandé aux congolais d’observer une attitude de prière en vue de préparer la journée du dimanche 30 décembre.
« En ce jour de samedi 29/12/18, je recommande à tous les congolais d’observer le jeûne et d’être dans l’attitude de prière afin d’implorer l’Eternel Dieu Tout-Puissant pour que les élections du 30 décembre se tiennent dans la paix et la sérénité Méditons Esther 4:1-17« , a-t-il recommandé.


Félix-Tshisekedi-Martin-Fayulu-Emmanuel-Ramazani.png

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA28 décembre 20182min00

A deux jours du 30 décembre, date retardée par la CENI pour la tenue des élections en RDC, le candidat président Martin Fayulu vient à la tête d’un nouveau sondage dévoilé ce vendredi 28 décembre par le Groupe d’Etude sur le Congo (CRG) basé à New-York aux États-Unis, tandis que le candidat président du Front commun pour le Congo Emmanuel Ramazani Shadary est troisième.

D’après ce Groupe de recherche, Fayulu est “clairement devenu le favori pour remporter la présidentielle ce dimanche 30 décembre”.

Selon ce groupe de recherche, le candidat président Martin Fayulu de la plate-forme Lamuka a quarante-quatre pourcent (44%), le candidat président de la Coalition UNC-UDPS Félix Tshisekedi a vingt-trois pourcent (23 %), et le troisième c’est le candidat président Emmanuel Shadary qui a dix-huit pourcent (18%).

“Les sondages révèlent un électorat avide du changement, une large majorité soutient l’opposition”, rapporte-t-on.

Rappelons-le les sondages du mois d’octobre dernier Martin Fayulu avait huit pourcent (8%) avant sa désignation comme candidat commun de l’opposition issue de l’accord de Genève. Par ailleurs, Félix Tshisekedi était à la tête du sondage avec trente-six pourcent (36%), et Emmanuel Shadary seize pourcent (16%).


clc.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA28 décembre 20183min00

L’historien congolais et président du Comité Laïc de Coordination (CLC) Isidore Ndaywel è Nziem a dénoncé , ce mercredi 26 décembre au cours d’une interview accordée au journal le Monde, des actions systématiques pour entraver le processus électoral en RDC; lesquelles s’inscrivent à un double discours, d’un côté, poursuit-il, le régime assure que les scrutins se tiendront et, de l’autre, il fait tout pour que ça n’arrive pas.

“Le président Joseph Kabila, qui a aidé le pays à retrouver son unité et un début de normalité institutionnelle” a-t-il reconnu avant d’ajouter que “ ce jeune président qui a une certaine notoriété au Congo et dans la sous-région a plongé le pays dans la crise”.

Par ailleurs, Isidore Ndaywel indique que la CENI est au solde du régime de Kabila, c’est pourquoi poursuit-il, “nous nous retrouvons dans une situation où l’enjeu est de sauver la nation, tant la situation est délicate”.

Selon l’historien Congolais, la plupart des hauts responsables du régime en place, ne vit que dans le présent. “Leur rapport à l’histoire se résume à l’instrumentalisation de références fédératrices au sein de la population, qu’ils revisitent le plus souvent”.

“Il faut avoir un certain sens de l’histoire et de l’importance de la mémoire pour investir et bâtir plutôt que d’auto détruire ses réalisations”,a-t-il attesté.

D’après Isidore Ndaywel, le président Joseph Kabila a compromis la possibilité d’un retour en ayant entamé la destruction de ce qu’il avait construit.

Le chef de l’Etat Joseph Kabila avait annoncé dernièrement qu’il y a possibilité d’ambitionner la magistrature suprême en 2023, après 17 ans au pouvoir en République démocratique du Congo.


nangaaC.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA28 décembre 20181min00

Cette supression se justifie par la carence des machines à voter causé par un incendie des entrepôts de la CENI qui a calciné les kits électoraux de 19 sur 24 communes de la province de Kinshasa le matin du jeudi 13 décembre.
Situation qui a occasionné le report des scrutins d’une semaine pour l’ensemble du teritoire national. Les scrutins initialement prévus le 23 décembre ont été reporté pour le dimanche 30 décembre.
Cependant, suite à la situation sanitaire et sécuritaire qui sevit dans les circonscriptions de Beni, Butembo et les conflits interethniques dans le territoire Yumbi, la centrale électorale a annoncé ce mercredi 26 décembre le report partiel des scrutins dans les zones touchées. Dans ces circonscriptions, la population votera au mois de mars 2019.

Cette décision de la CENI n’est pas salué par les opposants , la socièté civile et la population de cette partie du pays. Une ville morte est ainsi observée ce vendredi 28 décembre à Kinshasa sur ordre de la coalition Lamuka qui soutient la candidature de Martin Fayulu à la présidence.