espagne_drapeau-1.png

La RédactionLa Rédaction4 décembre 20193min0

Une délégation de la société civile environnementale de la République démocratique du Congo s’est vue refusée le visa d’entrée en Espagne. Dans une interview exclusive accordée à nos confrères d’ENVIRONEWS, ce lundi 02 novembre, les membres de cette délégation fustige les services consulaires de l’Ambassade d’Espagne à Kinshasa.

« C’est inacceptable que l’Ambassade nous dise que l’objet et les conditions du séjour envisagés n’ont pas été justifiés. Alors que nous avons une prise en chargé du PNUD pour le compte de la GIZ », s’est indigné Julien Kabalako, coordonnateur du GTCRR (Groupe de Travail Climat REDD Rénové), et chef de la délégation.

Au total, 8 membres de cette organisation de la société civile venus de différentes provinces ont dénoncé la manière humiliante réservée à leur dossier, qui à les en croire, sont en bonne et due forme.

« Les raisons avancées par l’Ambassade ne tiennent pas débout. L’Ambassade ne peut pas mettre en doute les accréditations accordées par l’ONU. Non plus aussi la prise en charge du PNUD qui est notre agence fiduciaire. S’il y’a un agenda caché pour que la société civile environnementale ne participe pas à la COP, que l’Ambassade nous le dise », a déclaré Omer Kabasele, président du Conseil d’Administration du GTCRR, de la province du Katanga.

La délégation de la GTCRR demande l’implication du chef de l’Etat et celle de la ministre ds Affaires étrangères afin qu’une issue soit trouvée en leur faveur pour rejoindre les délégations des autres pays qui séjournent déjà à Madrid.

« Nous venons de très loin, nous avons engagés de dépenses pour nous déplacer et arriver ici à Kinshasa. Nous avons déjà payé les billets d’avions pour Madrid, réservé les hôtels. Si on n’y va pas, qui va rembourser toutes ces dépenses ? », s’interroge Monsieur Kabalako.

Pendant près de deux semaines, 196 pays se réunissent à Madrid pour tenter de donner un nouveau souffle à l’Accord de Paris sur le climat qui, quatre ans après sa signature, le fossé entre les intentions et la réalité risque de compromettre l’objectif de limiter la température mondiale à 2°.


Paf.jpg

Avatar20 mars 20174min0

« Angalia Muzungu », c’est le titre du documentaire d’Isabel Munoz, réalisé par Yoland Villalueng, une autre Espagnole, sur la situation de la Congolaise du Sud-Kivu dans l’Est de la République démocratique du Congo. Ce support de plaidoyer a été projeté le samedi dernier à l’ambassade d’Espagne à Kinshasa devant une fourchette d’invités.

C’est un vrai élément de plaidoyer pour cette Congolaise, qui vit encore sous les affres de la guerre et ses conséquences. Car, tout ce qu’elle a vu se construire, est parti à cause de la présence nuisible des forces de guerre, laissant malheureusement derrière elles, des conséquences horribles, rendant ainsi la vie difficile pour elle et ses enfants.

Aujourd’hui, celle-ci ne prie que voir la paix durable être réellement restaurée afin d’utiliser la force que lui offrent encore ses deux bras. « Ce document est un témoignage afin de faire en sorte que les choses puissent changer, pas seulement culturellement mais aussi un engagement de la Communauté internationale par rapport à la protection de la femme et de ses droits. Il y a tellement des choses, mais il ne faut pas oublier aussi que le pays est tellement riche », a affirmé Isabel Mumoz, rencontrée lors de cette soirée de gala, organisée à l’ambassade.

Pour elle, ce documentaire, déjà diffusé sur les antennes de la télévision nationale espagnole au mois d’octobre dernier, donne une autre image de la Rdc. Parce que, dit-elle : « Il y a beaucoup de lumière, d’espoirs, les gens (Ndlr : Les Congolais) sont fantastiques… Ils voient le changement. Je trouve que pour nous (Ndlr : Espagnols) c’est différent. C’est un témoignage pour que les choses changent et que les gens prennent conscience de ce qui se passe ici ». Avant de renchérir en ces mots : « Depuis que je connais le Congo, je l’ai dans mon cœur. Le Congo, c’est le ciel, mais aussi c’est l’enfer… ».

Ce documentaire rentre dans le cadre de son travail, qui parle de la femme, du Congo vers l’espérance. Et elle croit au développement de ce gigantesque pays. Car, affirme-t-elle ; « la Rdc est l’un des pays le plus riche et comme pour tous les pays, la Rdc doit faire beaucoup de changement ».

Après « les Grands singes », « Angalia Muzungu », a fait l’objet d’une grande diffusion en Espagne. Ce qui a été aussi d’une grande fierté pour son auteur, Isabel Muñoz, qui a obtenu le « Prix National de Photographie » et deux fois World Press Photo et médaille au Mérite des Beaux Arts…



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter