images-8.jpeg

sarah MUKUNDIsarah MUKUNDI15 février 20201min0

Les militants du parti au pouvoir Union pour la Démocratie et le progrès social(UDPS) s’est sont réuni ce samedi 15 février au stade des martyrs de la pentecôte pour célébrer le 38e anniversaire du parti.

A ce même occasion, ils signent une pétition pour élever feu Étienne Tshisekedi au rang des héros national.

Cette pétition sera déposé au parlement dès ce lundi 17 janvier.

Pour rappel, le parti politique Udps a été créé le 15 février 1982.


Etienne.jpg

La RédactionLa Rédaction2 septembre 20195min0

Investi président de la République depuis le 24 janvier 2019, mais le premier gouvernement sous son ère intervient après sept mois des négociations entre son camp politique et celui de Joseph Kabila, l’ancien président. Ce retard fait refléter en Félix Tshisekedi l’image de son père, Etienne Tshisekedi, celui que l’on surnomma « Monsieur Non ». Ce gouvernement intervient, après qu’il ait dit « non », à plusieurs noms repris sur la liste FCC. Félix Tshisekedi n’a pas courbé l’échine face aux propositions des ministrables de l’aile FCC.

Félix Tshisekedi est le fils d’Etienne Tshisekedi, l’ombrageux opposant qui a tenu tête à tous les pouvoirs en RDC, de Mobutu à Kabila, on compte quatre décennies. Simple rafraîchissement de mémoire à ce qui l’aurait oublié. Tshisekedi père était du genre intransigeant, difficile à convaincre, à rouler, et à amadouer politiquement. C’est le même caractère que Félix Tshisekedi dégage pendant ce sept mois au top job de la RDC.

En coalition avec le Front Commun pour le Congo, aile majoritaire au parlement, Félix Tshisekedi refuse un premier ministre ténor de cette plateforme. Il impose son veto, et obtient gain de cause. C’est finalement Sylvestre Ilunga Ilunkamba, une éminence grise du FCC, moins connu du public qui prend la tête de la primature congolaise. Une figure qui n’a pas suscité des débats houleux dans les rues de la capitale, Kinshasa, encore moins dans les réunions des « parlementaires débout», de l’UDPS. Premier but de Fatshi.

Gouvernement sans les « sous sanctions »

Tout comme son père, Félix Tshisekedi dégage l’image de quelqu’un qui ne se soumet pas humblement aux diktats. Alors que d’aucuns s’attendaient voir un gouvernement plein des gens du sérail de la Kabilie, c’est autre chose que l’on a perçu, dès la sortie du gouvernement, à l’aube du lundi 26 août 2019. Un gouvernement avec 76,9% des ministres qui n’ont jamais été membres du gouvernement auparavant.

Force est de constater aussi l’absence surprenante de tous les caciques du Front Commun pour le Congo (FCC) pressentis ministres, en dépit des sanctions internationales pesant sur eux.

On peut nommément citer Kalev Mutond, l’ancien chef de service de renseignement (ANR), Ramazani Shadary, le secrétaire permanent du parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), Evariste Boshab, ancien ministre de l’intérieur, Lambert Mende, ancien porte-parole du gouvernement sont notamment les personnalités sous le coup des sanctions européennes depuis le mois de mai 2017 jusqu’à ce jour. Elles sont accusées par l’Union européenne de violation des droits de l’homme en République démocratique du Congo.

Renouveler la classe politique à 76,9% est un grand « pari gagné » de Félix Tshisekedi, qui prouve tout comme son père, son intransigeance dans des négociations politiques.

Tout comme dirait Sun-tzu, le général chinois du VIème siècle (Av. J.-C), stratège militaire, dans son ouvrage « l’art de la guerre » : «Savoir choisir le bon moment pour combattre et le bon moment de ne pas combattre ». Félix Tshisekedi a su tirer les négociations en longueur pour gagner la bataille en fin de compte.

Soyez en sûr, si Etienne Tshisekedi (le père) était président de la république, en situation de coalition avec le FCC, le gouvernement Ilunkamba aurait entendu la fin de son quinquennat pour son investissement au parlement. Et il gagnerait à 99,9%.


tshisekedi_etienne_hommage_mort_cercueil_bruxelles_rdc_0-1024x578.jpg

La RédactionLa Rédaction29 janvier 20182min0

Le parti d’opposition Union pour la démocratie et le progrès social(UDPS) organise ce premier février 2018 un culte d’action de grâce en mémoire de son feu président Étienne Tshisekedi décédé le premier février 2017 à Bruxelles en Belgique où repose encore son corps dans l’une des morgues.

Ce culte d’action de grâce qui se déroulera en la cathédrale Notre-Dame de Lingwala à 9 heures, sera suivi des activités politiques à la permanence du parti, au croisement du boulevard Lumumba et de la onzième rue Limete-résidentiel indique le communiqué de ce lundi 29 janvier.

Le corps d’Étienne Tshisekedi reste bloqué en Belgique à cause des divergences entre le gouvernement congolais et les familles biologique et politique.

Après un long moment d’insistance sur l’enterrement du « sphinx de Limete » dans la commune de Limete, la famille a fini par proposé au gouvernement une concession familiale dans la commune de la Nsele comme lieu de sépulture. Le gouvernement est tombé d’accord avec la famille sur cette proposition. Il ne restait plus que la définition du chronogramme des obsèques.

Depuis, le ministre de l’intérieur Ramazany Shadary, représentant du gouvernement, n’est plus revenu à la table des négociations selon la famille. Le représentant de la famille, le jeune frère à Étienne Tshisekedi Monseigneur Mulumba considère désormais que la dépouille de son frère doit être classée parmi les prisonniers et exilés politiques congolais.


tshitshi.jpg

La RédactionLa Rédaction30 décembre 20172min0

Ce mercredi premier février 2017, l’opposant historique Étienne Tshisekedi s’éteint à 84 ans, à la clinique Sainte-Élisabeth de Bruxelles, emporté par une embolie pulmonaire. L’opposition congolaise qui a presque mis Joseph Kabila dans les cordes, perd le capitaine qui la conduisait sur les eaux troubles des négociations politiques avec la Majorité présidentielle, sous l’égide de la CENCO.

Le poids politique qui pesait d’un côté de la balance parti, la Majorité présidentielle met tout son poids de l’autre côté de la balance pour remettre en cause certains acquis de l’accord de la Saint-Sylvestre. Le Rassemblement ne résiste pas à la pression des vagues et se fissure. Face « au manque de volonté » observé dans les négociations sur l’arrangement particulier, les évêques catholiques rendent le tablier.

Accord politique du centre interdiocésain : ça sent le risque

Joseph Kabila nomme Bruno Tshibala premier ministre le 7 avril 2017, en désaccord avec le Rassemblement, les médiateurs de la CENCO, qui dénoncent la « violation flagrante » de l’accord de la Saint-Sylvestre.

Malgré la signature de l’arrangement particulier sous les auspices de l’Assemblée nationale, la nomination de Joseph Olenghankoy à la tête du CNSA, la crise politique laissée par Étienne Tshisekedi en RDC perdure.


000_Par7350130_0.jpg

La RédactionLa Rédaction22 avril 20171min0

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a annoncé ce samedi le rapatriement le vendredi 12 mai prochain du corps de son leader charismatique Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, qui sera inhumé dans l’enceinte de la permanence de ce parti de l’opposition située dans la commune de Limete (KINSHASA).

Dans la communication faite par son secrétaire général, le parti du Sphinx de Limete a invité la police nationale congolaise ainsi que les forces des Nations Unies en république démocratique du Congo à sécuriser ce retour de la dépouille de son président décédé à Bruxelles d’une embolie pulmonaire, le 1er février passé.

Cette annonce intervient quelques jours après que Félix Tshisekedi fils (biologique et politique) du défunt opposant historique ait annoncé que l’ancien premier ministre allait être inhumé dans sa ville natale avant l’instauration d’un gouvernement qui lui offrira un dernier hommage digne de son rang.


felix.jpg

Avatar14 avril 20171min0

Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement (Rassop) que préside Felix Tshisekedi affirme qu’il ne participera aux consultations initiées par le premier ministre Bruno Tshibala pour la formation d’un gouvernement de transition.C’est ce qu’indique un communiqué de cette plateforme politique, parvenu à KINSHASATIMES.CD

Selon le président de sa Commission des sages, le Rassemblement réitère sa ferme désapprobation sur la nomination de Bruno Tshibala comme Premier ministre. Pierre Lumbi appelle le chef de l’Etat au respect, sans délai et dans son intégralité, de l’accord du 31 décembre 2016.

Enfin, le Rassemblement invite encore une fois le peuple congolais à restés mobilisé et vigilant à poursuivre sans relâche les pressions sur le pouvoir.


tshikas4-1024x578.jpg

La RédactionLa Rédaction14 mars 20174min0

La question de l’inhumation continue à faire débat entre autorités gouvernementales et les familles biologique et politique d’Etienne Tshisekedi. Après l’arrêt des travaux d’aménagement du carré spécial accordé par la province pour inhumer feu le chef de fil de l’opposition congolaise, à la suite de la demande de sa famille, le gouvernement central a à son tour exclu toute option d’enterrement du sphinx de Limete dans un milieu urbain habité. Décision que l’Udps a balayée par un revers de la main.

On n’en est pas à une première de cette option d’enterrement à Limete du défunt président du conseil des sages du Rassemblement. Déjà au départ du «dialogue des sourds» Udps- hôtel de ville, des photos montrant le Secrétaire général du parti emblématique de l’opposition avec des supposés architectes entrain d’étudier le terrain en vue de construire un mausolée circulaient sur les réseaux sociaux. Un coup de force stoppé avec le compromis trouvé pour un enterrement «provisoire» du sphinx de Limete au site proposé par le gouverneur de la ville de Kinshasa au cimetière de la Gombe.

Les combattants s’imposent

Mais l’entente conclue avec la famille de l’illustre disparu représentée par son jeune frère prêtre et la hiérarchie du parti n’a pas été du goût de la base de l’Udps incarnée par les combattants. Ces derniers ont refusé catégoriquement l’inhumation de leur chef à un cimetière « désaffecté ». Ils auraient obtenu même l’annulation du rapatriement du corps de l’ancien leader de l’opposition (prévu initialement pour le 11 mars avant d’être reporté sine die) à coup de menaces proférées à l’endroit des membres de sa famille biologique voire les dirigeants de du parti.

Le Gouvernement réitère son ouverture

Si le gouvernement reste ouvert pour les discussions en vue de faciliter l’inhumation de l’ancien premier ministre de la RDC, cela n’est pas sans condition. Le porte-parole de l’exécutif central, l’a dit dans le compte-rendu de la réunion extraordinaire du conseil des ministres, précisant que tout se fera «dans le respect des dispositions légales et réglementaires qui régissent la police des cimetières en RDC, ce qui exclu l’inhumation sur un site urbanisé, habité».

Pareil du coté de l’exécutif provincial qui par le biais de son ministre de l’intérieur a précisé que c’est l’Etat qui organise et protège la police des cimetières, donc force reste à la loi.

La guerre par médias interposés ne fait que débuter entre l’Etat congolais et les familles biologique et politique du Lider Maximo. Ces dernières ont de concert levé l’option d’enterrer Etienne Tshisekedi dans l’enceinte de son parti politique à en croire son frère cadet Monseigneur Gerard Mulumba. A l’Udps on affirme même que la maquette serait déjà prête. Un nouveau feuilleton vient de commencer.


etienne-tshisekedi-le-13-octobre-2012-a-kinshasa_5014017.jpg

La RédactionLa Rédaction14 mars 20171min0

Les membres du bureau politique de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Sociale (UDPS) envisagent le début dans les prochains jours, des travaux de construction d’un mausolée au siège du parti à Limete, pour l’inhumation de son leader Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février dernier.

Selon le porte-parole de l’udps Augustin Kabuya, cette décision a été prise à la suite de l’annonce, par le gouvernement central, au terme du Conseil extraordinaire des ministres du jeudi 9 mars, de son refus d’inhumer Tshisekedi « dans un site urbanisé habité ».

« Nous avions proposé au gouverneur de la ville qu’à defaut de nous accorder un lieu publiC, nous allons enterrer Etienne Tshesekedi au siège du parti. La maquette est déjà prête, les travaux débutent bientôt » a déclaré Peter Kazadi, un des cadres de l’UDPS.

La décision a été prise de commun accord avec la famille biologique de l’illustre disparu, qui a récemment demandé l’arrêt des travaux de la Sépulture au Cimetière de la Gombe.


000_Par7350130_01-1024x579.jpg

La RédactionLa Rédaction7 mars 20172min0

Le gouvernement central a decidé d’arrêter les travaux d’aménagement du carré spécialement obtenu par l’autorité urbaine pour l’inhumation du défunt président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), conformément à la demande émise par la famille biologique de l’illustre disparu le 6 mars.

Tout en maintenant son offre de facilitation de l’inhumation d’Etienne Tshisekedi dans le territoire national, le gouvernement de la République « prend acte de la volonté de la famille de reporter sine die le rapatriement de la dépouille de l’ancien premier ministre et de retirer son acceptation initiale d’un carré spécial au cimetière de la Gombe pour son inhumation ».

Annoncé initialement pour le 11 mars prochain, le rapatriement de la dépouille de feu le président du conseil des sages du Rassemblement à cette date a été recusé par une frange des militants de l’UDPS qui souhaiteraient que leur leader soit inhumé ailleurs qu’à Gombe.

L’enterrement provisoire annoncé par la famille et les cadres de l’Udps n’a pas convaincu ces hommes et femmes de la base qui suggèrent entre autres le palais de justice et la permanence du parti à la douzième rue Limete.


tshikas4-1024x578.jpg

La RédactionLa Rédaction6 mars 20172min0

C’est la famille du défunt qui a annoncé la nouvelle de ce report à une date inconnue. Le frère cadet de feu le président de l’union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) dans une interview accordée à la télévision belge a donné les raisons de cette volte-face.

A en croire le media belge qui a cité Monseigneur Gerard Mulumba, l’UDPS rejette « catégoriquement » le site proposé par le gouverneur de la ville de Kinshasa pour inhumer son leader et invite les autorités à mettre un terme aux travaux de construction du mausolée déjà entamés.

Le rapatriement du corps d’Etienne Tshisekedi était prévu initialement pour le 11 mars, c’est-à-dire le samedi prochain, après plusieurs discussions entre le gouvernement, et les familles biologique et politique du défunt.

La date du 11 a été arrêtée unilatéralement par la famille biologique à travers un communiqué signé conjointement par la veuve Tshisekedi ainsi que le frère de l’illustre disparu. Monseigneur Mulumba serait déjà de retour à Kinshasa pour essayer de trouver un nouveau compromis avec les autorités de l’Etat, et les familles biologique et politique.

Entre temps, la dépouille du Sphinx de Limete décédé le 1er février 2017 reste à Bruxelles.



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter