rdc_manifestation_etudiants_ista_0.jpg

La RédactionLa Rédaction13 novembre 20171min0

Des affrontements en cours opposent les forces de l’ordre aux étudiants de l’Institut supérieur des techniques appliqués (ISTA). A la base de ces échauffourées la protestation des étudiants contre la hausse des frais académiques. Des tirs gaz lacrymogènes ont été lancé pour disperser les protestataires. La suite des événements dans les heures qui suivent.


ISTA-KIN.jpg

0rna Ngoma0rna Ngoma27 septembre 20173min0

Un désordre occasionné par le soulèvement des étudiants de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées a entrainé une perturbation des activités au le quartier bon marché dans la commune de Barumbu ce mercredi 27 septembre 2017.

Les activités sont perturbées dans le quartier bon marché dans la commune de Barumbu à la cause de la débandade provoquée par la colère des étudiants de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées.

Plusieurs éléments ont été cités comme cause de ce soulèvement. Les uns parlent d’un étudiant qui aurait levé la main sur un surveillant dans la salle d’examen. D’autres parlent d’un examen difficile qui a suscité la colère des étudiants. D’autres encore disent que les étudiants ont manifesté pour la libération de leur collègue arrêté pour un dossier qui n’a pas de relation directe avec l’institution.

Pour le chef de travaux à l’ISTA Blanchard Takatela, la police est descendue sur terrain pour maitriser la situation. Plusieurs gaz lacrymogène a été tiré dans l’enceinte de l’ISTA.

«Le matin les étudiants étaient dans la salle pour les épreuves de la deuxième session. Nous ne sommes pas en grève comme c’est le cas dans d’autres institutions et universités de la place. La deuxième session se déroulait normalement jusqu’à ce que tout bascule au rouge. La situation est tendue, il y a débandade. Les étudiants sont partout et les gaz tirés par la police nous empêchent de bien respirer» a déclaré Blanchard Takatela.  

Le ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire Steve Mbikayi appelle les étudiants à la retenue.

« Je suis conscient de la crise que traverse mon secteur, les mesures sont entrain d’être pris pour répondre aux revendications de professeurs. Je comprends le mécontentement des étudiants qui tiennent à achever l’année académique mais le désordre ce n’est pas le bon moyen pour solutionner ce problème» a conclu Steve Mbikayi.