BREAKING NEWS
images-20.jpeg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA22 mai 20192min00

Dans une conférence de presse ce mercredi 22 mai, le Coordonnateur de la plateforme politique Lamuka Moïse Katumbi a attesté que l’élu chef de l’Etat Félix Tshisekedi et le candidat président malheureux  Martin Fayulu entretiennent des relationnelles fraternelles.

« Fayulu et Tshisekedi sont des frères. Ils se connaissent. Nous ne sommes pas des ennemis », a-t-il souligné.

Après une longue période à l’extérieur du pays, Moïse Katumbi affirme que les leaders de Lamuka iront rencontrer le président Félix Tshisekedi pour un entretien. « Je serai avec Martin Fayulu et tous les autres pour donner notre point de vue. On fera une opposition républicaine et non radicale », a-t-il souligné.

L’ancien gouverneur de l’ex Katanga laisse croire que son action politique ne vise pas la vengeance vue sa croyance et sa sincérité.

« Je ne cherche pas la vengeance. Je suis un Chrétien et je suis sincère : je suis venu pour la Paix. Si j’ai la haine contre quelqu’un, le bon Dieu écoutera-t-il mes prières ? Je ne suis pas le Christ mais je suis un de ses fils », a-t-il martelé.

Rappelons que Moïse Katumbi séjourne à Lubumbashi depuis le 20 mai  dernier. Il avait affirmé que son retour en RDC vise la réconciliation afin d’assurer le développement du pays.


katumbi.jpg

La RédactionLa Rédaction22 mai 20191min00

L’opposant politique Moise Katumbi a promis d’aller voir le président de la République Felix Tshisekedi au grand jour. Il a dit lors d’une interview accordée  la ce mercredi 22 mai à la presse Luchois.

« L’opposition Lamuka aura le temps de le voir. Nous partirons ensemble avec mes frères Martin Fayulu et Jean-Pierre Bemba. Nous n’irons pas la nuit. Moi je ne suis pas un politicien de nuit », a-t-il déclaré.

Répondant à la question sur sa sécurité, le coordonnateur de la plateforme Lamuka exhorte de ne pas encourager le mal. « S’il m’arrivait quelque chose, la population saura qui c’est », a-t-il ajouté.

L’ancien gouverneur de Katanga est jusque-là le seul leader de la plateforme Lamuka à louer les prouesses de l’actuel Président à la magistrature suprême. Leur candidat aux dernières élections de la République est encore, lui, en train de réclamer la vérité des urnes. Martin Fayulu se considère comme le président véritablement élu au détriment de Felix Tshisekedi.


bababaswe_zacharie_17_0001_jpg_640_350_1.jpeg

La RédactionLa Rédaction9 mai 20192min00

Le Coordonnateur de Lamuka, Moïse Katumbi, avait reconnu la décision de la Cour Constitutionnelle Félix Tshisekedi comme président de la République démocratique du Congolais, le député national honoraire, Zacharie Bababaswe, appelle l’ancien gouverneur de l’ex Katanga à démontrer sa position politique.

Selon Zacharie Bababaswe, Moïse Katumbi doit choisir, soit soutenir le président Félix Tshisekedi soit soutenir l’idéologie de la plate-forme politique Lamuka.

« Cher Moïse Katumbi que ton oui soit oui et que ton non soit non. Tu ne peux pas jouir de l’ouverture politique que t’offre Félix Tshisekedi que met Joseph Kabila mal à l’aise et, en même temps, présider aux destinées d’un mouvement nébulo-politico-insurrectionnel. Ce n’est pas très crédible. Choisis,» a-t-il déclaré.

Alors que pour Moïse Katumbi, Félix Tshisekedi « c’est un frère » le « mal c’est Kabila ». Car pour lui, l’ancien président Joseph Kabila avait planifié les élections de 2018.

« Les élections en 2011 et en 2018 n’ont pas été organisées par Martin Fayulu ou par Félix Tshisekedi. Ces élections ont été organisées par Joseph Kabila », disait-il.

Notons que Moïse Katumbi avait annoncé son retour en RDC à Lubumbashi ce 20 mai. La Cour de cassation a annulé les 3 ans de prison sur le dossier de l’immobilier en charge de Katumbi.

 


images-37.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA6 mai 20191min00

Après 3 ans d’exil, l’opposant congolais, Moise Katumbi, annonce son retour au pays ce lundi 20 mai à Lubumbashi.

L’ex gouverneur du Katanga  s’est exilé pour  affaire de spoliation.

Cependant, la cours a annulé le jugement de condamnation du président de la plateforme Ensemble pour le changement par le tribunal de paix de Lubumbashi le 17 avril dernier.


images-37.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA1 mai 20191min00

La justice Congolaise vient de surseoir, mardi 30 avril dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times, l’affaire des mercenaires recrutés par l’ancien gouverneur de l’ex Katanga, Moïse Katumbi interpellé par la justice.
Les mesures de la décrispations politique ont été “le cheval de bataille” de Félix Tshisekedi, Chef de l’État Congolais, la justice estime inopportun le dossier des mercenaires.
Étant donné que le président de la République a fait de la décrispation politique son cheval de bataille et que les prévenus ont été interpellés en marge de l’affaire du recrutement des mercenaires à charge de Katumbi, nous estimons inopportun de continuer l’instruction du présent dossier en ce qu’elle va gêner la ligne de conduite de la hiérarchie, aboutissant à un fiasco de la politique de réconciliation tant prônée”, rapporte-t-on.
C’est la deuxième affaire dans laquelle Moïse Katumbi est indemnes; la première annulée par la Cour de cassation était sur la spoliation immobilière à Lubumbashi où il devrait écoper trois ans de prison.


bombole-592x296-1556628357.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 avril 20192min00

Alors que Moïse Katumbi plébiscité coordonnateur du Présidium de la plate-forme politique Lamuka par ses pairs, l’un des cadres de Ensemble pour le Changement, Adam Bombole a mal digéré le soutien de son président à la lutte de la « vérité des urnes » de Martin Fayulu.

Interviewé par Jeuneafrique ce mardi 30 avril, Adam Bombole a indiqué qu’après la mort d’Etienne Tshisekedi, fruit du Genval en 2016, l’opposition avait choisi le fils du Sphinx comme candidat de l’opposition.

Adam Bombole déclare qu’à Genval l’opposition s’est convenue qu’il s’agissait d’une collaboration, et non d’un rapport de subordination dans un partenariat politique transparent. « Après le décès d’Étienne Tshisekedi, nous avons levé l’option de soutenir Félix Tshisekedi, notre candidat », a-t-il déclaré.

Moïse Katumbi s’aligne à la lutte des autres leaders de Lamuka, Adam Bombole quitte la plateforme Ensemble de l’ancien gouverneur de l’ex Katanga.  « Je quitte la plateforme de Moïse Katumbi puisque nos intérêts diffèrent », a-t-il souligné.

A noter que les opposants Congolais étaient réunis en Belgique pour soulever l’option de soutenir Étienne Tshisekedi, candidat de l’opposition, lors de la période transitoire avant les élections initialement prévues en 2016.


kalombo.jpg

La RédactionLa Rédaction26 avril 20191min00

Le cadre de Ensemble pour le changement, Francis Kalombo, a déclaré, ce vendredi 26 avril sur Top Congo, que le président de Ensemble Moïse Katumbi ne pourra pas quitter la plateforme Lamuka, car affirme-t-il, il est parmi les fondateurs.

Alors que d’aucuns ont voulu croire que l’ancien gouverneur de l’ex Katanga va s’aligner derrière son « frère », le président Félix Tshisekedi, Francis Kalombo martèle qu’« il ne faut pas croire que Moïse Katumbi quittera la coalition ».

Car poursuit-il, « Moïse Katumbi est un des initiateurs et fondateurs de Lamuka. Il ne va pas quitter. Ceux qui attendent à ce que Katumbi puisse quitter la coalition Lamuka sont entrain de rêver ».

Notons que la Cour de cassation a annulé, dernièrement, les 3 ans de prison que devrait subir Moïse Katumbi.


ensemble.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA26 février 20191min00

Dans un communiqué parvenu à Kinshasa Times ce mardi 26 février, la plate-forme Ensemble a indiqué que le président de la République Félix Tshisekedi devrait être loyal au peuple congolais.

Ensemble attends que le président de la République Félix Tshisekedi libère les derniers prisonniers politiques dont Franck Diongo, Firmin Yangambi, et Diomi Ndongala, tout en “favorisant le retour des exilés politiques et forcé à l’exil dont Moïse Katumbi, Jean Pierre Bemba et Mbusa Nyamwisi”.

En outre, Ensemble exorhte la population congolaise de ne pas céder au désespoir et au découragement.


imgrdc-1.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA30 décembre 20181min00

Le Centre de vote «complexe scolaire Mushie» situé dans la commune de Ngaliema, circonscription de la Lukunga, s’est inondé après la pluie de ce matin.
Qu’à celà ne tienne, Il y a « un  engouement dépuis le matin » indiquent les électeurs interrogés par Kinshasatimes.cd, les électeurs sont déterminés à exercer leur droit malgré les eaux.
Cependant, selon certains témoins de partis et regroupement politiques, « le besoin d’assistance pour la machine à voter est criant » plusieurs machines sont planté.
Jusqu’à 18h25, les files d’attentes sont toujours pleines,  seules les lampes torches servent pour éclairer les bureaux de votes faute d’électricité.


cohen.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji5 septembre 20181min00

Il est en quelque sorte l’hirondelle qui a annoncé la libération de Jean-Pierre Bemba après 10 ans de détention à la Cour pénale internationale, lorsqu’il a écrit à la procureur Fatou Bensouda, lui signifiant que dans ce contexte préélectoral, la RDC a besoin d’un des ses fils Jean-Pierre Bemba. Mais l’élan de la finalité de sa démarche : « une candidature de Jean-Pierre Bemba à la présidentielle de 2018 » a été stoppée nette par la Cour constitutionnelle ce 04 septembre lorsqu’elle a invalidé cette candidature, après que la CENI l’ait déclarée irrecevable.

Ces événements n’ont pas échappé à l’œil de l’un des observateurs de la politique congolaise. L’ancien diplomate américain Herman Cohen dénonce une stratégie du pouvoir en place d’écarter certains leaders de l’opposition pour organiser des fraudes aux prochaines élections.

En RDC, la disqualification « injustifiée » de la candidature à la présidentielle du leader politique de l’opposition « populaire » Jean-Pierre Bemba après l' »exile forcé » de l’ancien gouverneur du Katanga « tout aussi populaire », Moïse Katumbi est une preuve que « les prochaines élections seront une grande », réagit-il à son compte twitter.