kol-1280x720.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini6 septembre 20192min0

Invité à animer un panel à la 5ème édition du Forum Makutano, la star du football africain, Samuel Eto'o Fils l'a fait avec brio. Il a parlé de son expérience dans l'entrepreneuriat et de la gestion de sa fortune. L'ancien du FC Barcelone a appelé les entrepreneurs et hommes d'affaires congolais à contribuer à la bonne éducation et aux initiatives pouvant favoriser l'essor de la jeunesse africaine.


Antony-Kinzo-ANAPI.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini13 août 20194min0

Dans le cadre de la cinquième édition du Forum Makutano plus de 500 chefs d’entreprise, leaders d’opinion, institutions, acteurs privés et publics de 20 pays africains et internationaux vont se réunir, du 6 au 7 septembre 2019 à Kinshasa dans l’objectif principal d’échanger sur les leviers innovants nécessaires à la croissance ainsi qu’à la compétitivité de la RDC.

De son point de vue, Anthony Nkinzo, Directeur général de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements « ANAPI », estime que le Makutano est un vrai rêve des citoyens congolais qui ont créé un cadre d’échange avec les peuples du monde dans l’optique de favoriser le développement de leur pays. « Aujourd’hui le Makutano représente pour moi une réalisation des congolais qui se disent qu’ils doivent se mettre ensemble pour échanger sur de vraies questions de la politique du pays, de l’économie, du développement de la RDC », pense-t-il.

L’ANAPI sponsorise le Makutano, qui promeut la RDC à travers le monde, et prévoit lors de cette 5 ème édition, faire un état des lieux des réformes qui doivent être validés par des politiques, membres du gouvernement.

« La promotion de la RDC est exactement le travail que nous sommes en train de faire au niveau de l’ANAPI. Et nous croyons que l’ANAPI peut utiliser le Makutano de manière à ce que nous puissions avoir le concept de la mère porteuse. Le concept de mère est cet élément qui a été placé dans notre plan stratégique pour nous permettre de nous rapprocher d’un certain nombre des personnes là où l’ANAPI ne se retrouve pas. Nous allons parler dans ce panel de l’état des lieux des réformes. Nous allons communiquer en avant-première de la feuille de route qui a été validée au niveau des experts des différentes institutions pour donner, un tout petit peu, une ligne directrice de différentes réformes que nous entendons mettre sur la place publique avec les membres du gouvernement qui devraient les valider. Je parle ici, peut-être de la loi sur la préférence locale, pourquoi pas », explique Anthony Nkinzo.  

La Rd Congo est un pays qui connaît un nouveau frémissement politique et économique. Entre les filières non exploitées, les financements internationaux non utilisés, les financements innovants, les formations, la santé et la mise sur pied progressive de laboratoires de R&D, de nombreux sujets peuvent être développés et nécessitent de vraies mesures. Et le Makutano s’affiche comme l’endroit idéal pour canaliser toutes ces énergies.

 


1-MAKUTANO-PIX-WEB.jpg

Aimé ZonveniAimé Zonveni15 septembre 20172min0

Dans son mot d’ouverture  de la troisième édition de la rencontre d’affaires Makutano, le président de la Fédération Congolaise des Entreprises (FEC) Albert Yuma a souligné l’importance de l’industrialisation pour le développement de la RDC.

« Œuvrer pour l’industrialisation de la RDC » est le thème retenu pour cette grande messe de entrepreneuriat congolais. Albert Yuma a indiqué que la RDC regorge des ressources naturelles pouvant permettre au pays de tenir le pari du développement. Pour y parvenir, l’industrialisation n’est pas un choix, mais un passage obligé.

« RDC doit suivre l’exemple des pays asiatiques qui ont connu un développement rapide en partant des petites unités de production qui sont aujourd’hui devenues des grandes industries. Les industries manufacturières sont le moteur de développement », a noté le patron des patrons congolais.

En connaisseur du secteur minier, Albert Yuma a averti que les mines à elles seules ne pourraient assurer le développement du pays. Ce secteur en effet n’absorbe qu’à peine 10% de la consultance locale. Par contre, le pays doit profiter des revenus générer par les mines pour impulser l’industrialisation de la RDC.

Le MAKUTANO se positionne aujourd’hui comme l’une des rencontres d’affaires déterminantes du pays, avec l’ambition de contribuer au narratif sur un Congo positif. Cette troisième édition a réuni environ 400 participants dont plusieurs venus de l’étranger.