martin-fayulu-1024x767.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba19 septembre 20173min0

Au cours d’une interview exclusive accordée ce mardi 18 septembre à KINSHASATIMES.CD, le président de l‘Engagement pour la citoyenneté et  le développement (Ecidé) et membre du Rassemblement, Martin Fayulu a sollicité un audit du fichier électoral pour établir la véracité de nombre réel de personnes enrôlées.

« Le fichier électoral est un élément très important pour organiser les élections. Si le fichier électoral n’est pas crédible, les élections ne pourront pas être crédibles », a déclaré le président de l’ECIDE.

Or, « poursuit-il, lorsqu’on compare, à titre d’exemple, le nombre de plus de deux millions d’enrôlés dans la province du Sankuru donnés par la Ceni par rapport au nombre exact de la population de cette province tel que donné par l’Institut National des Statistiques, force est de constater que les chiffres donnés par la Ceni sont farfelus« .

« Les chiffres que la Ceni nous donne ne concordent pas avec la réalité. Car, le Sankuru ne possède pas deux millions d’électeurs ; contrairement à ce qu’affirme la Ceni », a soutenu l’opposant congolais.

Le Blocage

Il devient de plus en plus évident que les élections n’auront pas lieu en décembre 2017, comme le prévoit l’Accord de la Saint Sylvestre. Martin Fayulu l’a reconnu en rendant le président Joseph Kabila, responsable du blocage. «Joseph Kabila a tout fait pour éviter les élections cette année», a-t-il affirmé.

Cependant, le membre du rassemblement propose une transition dirigée par une personne consensuelle capable de conduire le pays vers des élections libres démocratiques, et transparentes.

Parlant de cette personne consensuelle pour diriger la transition en RDC après le 31 décembre 2017, Martin Fayulu a jeté son dévolu sur le Dr Denis Mukwege.

«Nous pensions et continuons à penser que le Dr Mukwege a toutes les compétences, toutes les qualités et toute la crédibilité  pour diriger la transition. Avec Mukwege, je crois que le monde entier  pourra aider le pays du côté social, infrastructure et surtout sécuritaire pour que les élections  puissent se tenir correctement », a-t-il conclu.


FAYULU-WEB1.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya10 juillet 20172min0

Le président du parti d’opposition Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé) et cadre du Rassemblement Matin Fayulu appelle à la démission du président de la Commission Electorale Nationale indépendante. Cet appel fait suite à la déclaration dimanche 09 juillet sur TV5 monde de Corneille Nangaa, où il réaffirmait l’impossibilité de la tenue des élections avant fin 2017, conformément à l’accord du 31 décembre 2016.

«Nous disons à Nangaa, qu’il n’a pas le droit, ni le pouvoir de décider unilatéralement que les élections soient reportées sine die. Si Monsieur Nangaa n’est pas capable, qu’il nous dise simplement qu’il est incompétent, il ne peut pas remplir sa mission et qu’il démissionne », a déclaré Martin Fayulu

Corneille Nangaa était Selon le président de l’Ecidé, d’accord aux discussions du centre interdiocésain pour la tenue des élections avant fin décembre 2017. Les membres de l’opposition signataires de l’accord estiment que le président de la centrale électorale devait attendre la réunion entre le CENI, le gouvernement et le CNSA avant d’annoncer le report en 2018 des élections législatives et présidentielles.

Invité dimanche 09 juillet du journal Afrique sur TV5 monde, corneille avait annoncé que le calendrier électoral sera publié après l’évaluation du processus électoral par son institution, le gouvernement et le Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA). Et cela après l’opération l’enrôlement des électeurs dans les Kasaï. Opération qui n’a pas encore été lancé jusque-là.


FAYULU-WEB1.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya20 juin 20172min0

Dans une interview diffusée ce Mardi 20 juin sur la Radio France Internationale (RFI) le président du parti d’opposition Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé) et cadre du rassemblement Matin Fayulu a déclaré que le président de la République Démocratique du Congo Joseph Kabila doit quitter le pouvoir à la fin de l’année 2017.

«Nous avons voulu éviter le bain de sang, mais Monsieur Kabila n’a pas compris. Maintenant nous avons décidé que Monsieur Kabila doit partir à la fin de cette année», a déclaré Martin Fayulu.

Selon Martin Fayulu, le Rassemblement tiendra bientôt un conclave afin de réfléchir sur la manière de faire partir Joseph Kabila du pouvoir.

Par ailleurs, l’opposant congolais a reconnu que le Rassemblement s’est affaibli après le décès le 1er février dernier du chef de l’opposition Etienne Tshisekedi.

« Nous sommes affaiblis, il faut se le dire. On ne remplace pas Etienne Tshisekedi par un coup de baguette magique. On n’était pas préparé pour le remplacer. On a fait une restructuration précipitée qui a causé des dégâts au sein du rassemblement. Mais nous allons bientôt entrer en conclave et au sortir il y aura des résolutions fortes pour rédynamiser le peuple congolais», a-t-il souligné


IMG_0084.jpg

La RédactionLa Rédaction20 septembre 20161min0

img_0084L’opposant Martin Fayulu a été blessé à la tête lors des heurts qui ont éclaté au cours de la manifestation de l’opposition lundi 19 septembre à Kinshasa.

Honoré Nvula, son collaborateur affirme que le député Fayulu a reçu un projectile. Sans donner plus de détails sur l’incident, il indique que Martin Fayulu est actuellement soigné dans un hôpital de Kinshasa.