BREAKING NEWS
img-20181230-wa0009.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA30 décembre 20181min00

Le candidat président Martin Fayulu de la plate-forme Lamuka viens de voter avec la machine à voter, il s’est acquitté de son devoir civique accompagné de la presse.

En s’attaquant ainsi au vote électronique que la Constitution de la RDC interdit, la machine à voter a été sujet de controverse entre les acteurs politiques en République démocratique du Congo au regard de sa crédibilité, entre autres les membres de la plate-forme politique Lamuka.

Qui vivra verras les résultats des élections qui seront programmés ce samedi 6 janvier 2019 par la CENI, s’ils seront contestés ou pas.


Martin-Fayulu-1-05122018.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA29 décembre 20181min00

Le suspens sur un autre report des scrutins a été levé ce vendredi 28 décembre. A l’issue d’une réunion avec   les candidats président du Cash, Fcc et Lamuka dirigée par la SADC, le président de la CENI, Corneille Nangaa a confirmé que “nous allons voter ce dimanche”
Cette confirmation a sans doute apaisé les esprits qui s’agitaient déjà.
Rassurés, les candidats à la course se préparent moralement et spirituellement pour affronter la bataille électorale c’est dans cette optique que Martin Fayulu, candidat président soutenu par la coalition Lamuka a demandé aux congolais d’observer une attitude de prière en vue de préparer la journée du dimanche 30 décembre.
En ce jour de samedi 29/12/18, je recommande à tous les congolais d’observer le jeûne et d’être dans l’attitude de prière afin d’implorer l’Eternel Dieu Tout-Puissant pour que les élections du 30 décembre se tiennent dans la paix et la sérénité Méditons Esther 4:1-17“, a-t-il recommandé.


Martin-Fayulu-1-05122018.jpg

Stéphane NTUMBAStéphane NTUMBA19 décembre 20181min00

Un Meeting populaire de campagne électorale du candidat président de la plate-forme Lamuka Martin Fayulu, devrait avoir lieu ce mercredi 19 décembre, après que le gouverneur de Kinshasa ait suspendu les activités de campagne électorale dans la ville “pour éviter les incidents”. L’équipe de campagne électorale de Lamuka a pu annuler le meeting de son candidat président.

D’après divers sources, Fayulu est empêché d’entrée à Kinshasa. “Le soldat du peuple” déplore, dans un twitte, l’acharnement du régime de Kabila contre sa campagne électorale.

“Après m’avoir empêché d’atterrir à Kindu, après avoir attaqué cortège et tué mes supporters à Lubumbashi & Kalemie…détourné mon avion vers Goma.. Après attaque cortège à Masimanimba, la Kabilie m’empêche de rentrer à Kin. De quoi ont-ils peur?Je n’ai que mon Dieu et mon peuple” a-t-il dénoncé.

La tension bas son plein en RDC avant la tenue tant attendue des élections, provoquant ainsi des suspicions.


fayulu4.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA21 novembre 20181min00

Martin Fayulu,  candidat commun  de l’opposition désigné à Genève vient d’atterrir ce mercredi 21 novembre à l’aéroport international de N’djili  afin ‘’ d’écrire un nouveau chapitre glorieux de l’histoire de la RDC et de tourner la page macabre des années AFDL’’ a-t-il twitté.

Mobilisés, les partis et regroupements politiques membres  de la coalition « Lamuka »  brandissant  banderoles et drapeaux,  sont sur place pour l’accueillir chaleureusement.

Cependant les forces de l’ordre lancent des Gaz lacrymogène pour disperser les militants venus pour l’accueillir.

 

 


martin.jpg

Aimé ZonveniAimé Zonveni8 juin 20182min00

Lundi 6 juin, la présentatrice du journal Afrique de TV5 monde a essayé de faire comprendre à Martin Fayulu, face à face qu’il n’était pas la première force politique en RDC pour porter la candidature commune de l’opposition aux prochaines élections. Et cela bien attendu n’a pas du tout plus au candidat président de la Dynamique de l’opposition qui a fait comprendre à son tour à la journaliste N’Fanteh Minteh qu’elle a fondé son jugement sur des “critères inexistants” pour faire sa déclaration.

“Un candidat c’est celui qui remplis les critères mettez vos critères. Si la Dynamique de l’opposition a avalisé ma candidature c’est parce qu’elle pense que je remplis les critères. L’élection ce n’est pas une présumée popularité. C’est quoi la popularité? Ce ne sont pas des présumés moyens. Quels moyens? Donc, ce que vous dites aux jeunes congolais c’est d’aller voler et avoir beaucoup d’argents pour pouvoir faire la politique plus tard ?”, l’a-t-il fait raisonné.

Ce jugement de N’Fanteh Minteh qui a passé sous silence jusqu’ici dans la presse congolaise n’est pas passé sous silence chez les internautes qui ont prolongé le débat sur le poids de l’acteur politique qui portera la candidature commune de l’opposition.

 

Ce débat ne fait que précédé celui qui attend les leaders de l’opposition congolaise le jour du consensus autour d’une candidature commune. De Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi, Vital Kamerhe, Martin Fayulu et les autres, choisir un seul pour défendre les couleurs de l’opposition à la prochaine présidentielle, ne s’annonce pas dut tout comme un parti de plaisir.


images-2-2.jpg

Jeannot ShejiJeannot Sheji26 avril 20182min00

Le président national de l’Ecidé abandonné par la plus part de ses collègues dont Claudel Lubaya qui a rejoint la plateforme Ensemble pour le changement de Moïse Katumbi, n’entend pas s’aligner et veut bien poursuivre son combat au sein de la Dynamique de l’opposition qui a vu le jour en 2015 sur initiative de plusieurs figures de l’opposition et dont lui seul en est pratiquement resté l’image à ce jour.

La jeunesse sera l’un des ses partenaires dans son nouveau périple : “Nous avons tenu une réunion avec le président Martin Fayulu hier. L’auditoire était principalement composé des jeunes activistes de mouvements citoyens et ceux qui étaient au Rassemblement. Il nous a dit qu’il prépare quelque chose sans plus de détails. Nous aurons autre rencontre dans les prochaines jours”, confie à kinshasatimes.cd un jeune qui a participé à la réunion.

Le coordonnateur de la Dynamique de l’opposition en exercice a déclaré il y a quelques mois qu’il n’est pas prêt à s’allier à nouveau avec des ” aventuriers “, faisant allusion au président de l’UNC Vital Kamerhe qui faisait son come-back dans l’opposition après un tour au gouvernement Badibanga et Tshibala. Son positionnement par rapport à la grande coalition de l’opposition en construction par l’UDPS, le MLC, l’UNC et le CNB de Freddy Matungulu est attendu.


martin-fayulu-1024x767.jpg

Luc-Roger Mbala BembaLuc-Roger Mbala Bemba19 septembre 20173min00

Au cours d’une interview exclusive accordée ce mardi 18 septembre à KINSHASATIMES.CD, le président de l‘Engagement pour la citoyenneté et  le développement (Ecidé) et membre du Rassemblement, Martin Fayulu a sollicité un audit du fichier électoral pour établir la véracité de nombre réel de personnes enrôlées.

« Le fichier électoral est un élément très important pour organiser les élections. Si le fichier électoral n’est pas crédible, les élections ne pourront pas être crédibles », a déclaré le président de l’ECIDE.

Or, “poursuit-il, lorsqu’on compare, à titre d’exemple, le nombre de plus de deux millions d’enrôlés dans la province du Sankuru donnés par la Ceni par rapport au nombre exact de la population de cette province tel que donné par l’Institut National des Statistiques, force est de constater que les chiffres donnés par la Ceni sont farfelus“.

« Les chiffres que la Ceni nous donne ne concordent pas avec la réalité. Car, le Sankuru ne possède pas deux millions d’électeurs ; contrairement à ce qu’affirme la Ceni », a soutenu l’opposant congolais.

Le Blocage

Il devient de plus en plus évident que les élections n’auront pas lieu en décembre 2017, comme le prévoit l’Accord de la Saint Sylvestre. Martin Fayulu l’a reconnu en rendant le président Joseph Kabila, responsable du blocage. «Joseph Kabila a tout fait pour éviter les élections cette année», a-t-il affirmé.

Cependant, le membre du rassemblement propose une transition dirigée par une personne consensuelle capable de conduire le pays vers des élections libres démocratiques, et transparentes.

Parlant de cette personne consensuelle pour diriger la transition en RDC après le 31 décembre 2017, Martin Fayulu a jeté son dévolu sur le Dr Denis Mukwege.

«Nous pensions et continuons à penser que le Dr Mukwege a toutes les compétences, toutes les qualités et toute la crédibilité  pour diriger la transition. Avec Mukwege, je crois que le monde entier  pourra aider le pays du côté social, infrastructure et surtout sécuritaire pour que les élections  puissent se tenir correctement », a-t-il conclu.


FAYULU-WEB1.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya10 juillet 20172min00

Le président du parti d’opposition Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé) et cadre du Rassemblement Matin Fayulu appelle à la démission du président de la Commission Electorale Nationale indépendante. Cet appel fait suite à la déclaration dimanche 09 juillet sur TV5 monde de Corneille Nangaa, où il réaffirmait l’impossibilité de la tenue des élections avant fin 2017, conformément à l’accord du 31 décembre 2016.

«Nous disons à Nangaa, qu’il n’a pas le droit, ni le pouvoir de décider unilatéralement que les élections soient reportées sine die. Si Monsieur Nangaa n’est pas capable, qu’il nous dise simplement qu’il est incompétent, il ne peut pas remplir sa mission et qu’il démissionne », a déclaré Martin Fayulu

Corneille Nangaa était Selon le président de l’Ecidé, d’accord aux discussions du centre interdiocésain pour la tenue des élections avant fin décembre 2017. Les membres de l’opposition signataires de l’accord estiment que le président de la centrale électorale devait attendre la réunion entre le CENI, le gouvernement et le CNSA avant d’annoncer le report en 2018 des élections législatives et présidentielles.

Invité dimanche 09 juillet du journal Afrique sur TV5 monde, corneille avait annoncé que le calendrier électoral sera publié après l’évaluation du processus électoral par son institution, le gouvernement et le Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA). Et cela après l’opération l’enrôlement des électeurs dans les Kasaï. Opération qui n’a pas encore été lancé jusque-là.


FAYULU-WEB1.jpg

Claudia MuleyaClaudia Muleya20 juin 20172min00

Dans une interview diffusée ce Mardi 20 juin sur la Radio France Internationale (RFI) le président du parti d’opposition Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé) et cadre du rassemblement Matin Fayulu a déclaré que le président de la République Démocratique du Congo Joseph Kabila doit quitter le pouvoir à la fin de l’année 2017.

«Nous avons voulu éviter le bain de sang, mais Monsieur Kabila n’a pas compris. Maintenant nous avons décidé que Monsieur Kabila doit partir à la fin de cette année», a déclaré Martin Fayulu.

Selon Martin Fayulu, le Rassemblement tiendra bientôt un conclave afin de réfléchir sur la manière de faire partir Joseph Kabila du pouvoir.

Par ailleurs, l’opposant congolais a reconnu que le Rassemblement s’est affaibli après le décès le 1er février dernier du chef de l’opposition Etienne Tshisekedi.

« Nous sommes affaiblis, il faut se le dire. On ne remplace pas Etienne Tshisekedi par un coup de baguette magique. On n’était pas préparé pour le remplacer. On a fait une restructuration précipitée qui a causé des dégâts au sein du rassemblement. Mais nous allons bientôt entrer en conclave et au sortir il y aura des résolutions fortes pour rédynamiser le peuple congolais», a-t-il souligné


IMG_0084.jpg

La RédactionLa Rédaction20 septembre 20161min00

img_0084L’opposant Martin Fayulu a été blessé à la tête lors des heurts qui ont éclaté au cours de la manifestation de l’opposition lundi 19 septembre à Kinshasa.

Honoré Nvula, son collaborateur affirme que le député Fayulu a reçu un projectile. Sans donner plus de détails sur l’incident, il indique que Martin Fayulu est actuellement soigné dans un hôpital de Kinshasa.