images-23.jpeg

La RédactionLa Rédaction14 septembre 20192min0

Le président du mouvement politico-mystico-réligieux Bundu dia Kongo, Ne Muanda Nsemi affirme avoir détruit mystiquement la prison centrale de Makala, le 17 mai 2017, lors de son évasion, dans le but de sauver sa peau après avoir appris que le régime de Joseph Kabila se préparait à le transférer à la prison de Kasapa à Lubumbashi pour le tuer.

Il a tenu ses propos au cours d’une conférence de presse tenue ce samedi 14 septembre 2019 dans sa résidence située au quartier Macampagne dans la commune de Ngaliema.

« Dès que j’ai appris la nouvelle, j’ai contacté Mfumu Kimbangu qui m’a mis en contact avec le chef de l’armée céleste. Ce dernier m’a envoyé des commandos qui ont détruit la prison de Makala », a-t-il rapporté.

Il affirme s’être multiplié à trois pour faire diversion et échapper aux services de sécurité qui étaient à ses trousses.

« Les deux faux Muanda Nsemi ont pris la direction de Bandal. Un d’eux a été arrêté, tué et enterré au Rwanda. Le vrai a pris la moto à Camp Luka pour une destination inconnue », a-t-il rapporté.

Pour rappel le chef spirituel et président de Bundu dia Congo, Ne Muanda Nsemi avait été accusé de détenir les armes de guerre avant d’être arrêté et detenu à la prison de Makala pendant plusieurs mois.

Il va réapparaître le 06 mai 2019, 2 ans après son évasion, grâce aux efforts du Conseil national de suivi de l’accord, dirigé par Joseph Olengankoy.


Screenshot_20170815-234410-1024x576.png

La RédactionLa Rédaction16 août 20172min0

Fidèle désormais à ses traditionnelles vidéos à la Aboubakar Shekau [chef de Boko Haram, ndlr], Zacharie Badiengila alias Ne Muanda Nsemi, chef de la secte politico-mystique Bundu dia Mayala s’est prêté une nouvelle fois à une communication dans laquelle il lance un nouvel appel à manifester ce lundi 21 août 2017.

Sur cette vidéo d’une vingtaine de minutes postée sur les réseaux sociaux dans laquelle il s’exprime en lingala, le leader de Bundu Dia Mayala, incapable d’atteindre ses objectifs anarchiques seul, s’en prend aux différentes communautés tribales et religieuses de la RD Congo de ne pas prêter main forte à lui le « chef du personnel » ainsi que son mouvement BDK.

«Je ne peux tout faire seul. C’est comme dans une entreprise le chef du personnel a ses responsabilités et il attribue d’autres tâches à ses différents délégués. Montrez de quoi vous êtes capables et pour le reste moi je m’en chargerai», dit-il lançant un appel entre autres aux protestants, catholiques, kimbanguistes… pour mettre fin au pouvoir actuel de Kinshasa.

Ne Muanda Nsemi s’insurge sur cette vidéo également contre les forces de l’ordre qui ont tiré sur ses adeptes le 8 août dernier, et les menace de représailles en cas de récidive. «Ce lundi 21, je veux voir trois millions de personnes se joindre à notre mouvement si non les bakongo et le BDK vont se retirer».

Le 8 août dernier des heurts ont opposé forces de l’ordre et adeptes BDK faisant une dizaine de morts et plusieurs blessés se l’on la police à Kinshasa et dans le Kongo central.



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter